Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 septembre 2020

Election partielle dans la 3e circonscription du Maine-et-Loire (20 & 26 septembre) : Jean-Eudes Gannat annonce sa candidature

maxresdefault.jpg

Jean-Eudes Gannat intervenant lors du Rendez-vous "Bleu Blanc Rouge" de Synthèse nationale en octobre 2019.

Un communiqué de Jean-Eudes Gannat :

Après quatre années d’engagement local au service des français, j’ai décidé de me présenter à l’élection législative partielle de Saumur Nord avec le soutien de l’Alvarium, afin de proposer aux électeurs un choix de droite authentiquement nationale, sociale et populaire.

Alors que notre pays n’en finit plus de s’enfoncer dans la crise économique et migratoire et semble être à deux doigts d’une guerre civile, je veux être à l’Assemblée Nationale la voix de la liberté d’entreprendre, de l’identité française, de la justice sociale et des campagnes oubliées qui meurent en silence. Tandis que les politiciens se contentent de se pavaner sur les réseaux sociaux et les plateaux de télévisions, les habitants de la 3e circonscription ont l’occasion avec moi d’élire quelqu’un qui agit dans le réel depuis plusieurs années, en dépit des persécutions politico-médiatiques, et qui les défendra sans faiblir face aux lobbies et à la bien-pensance.

Dans les jours qui viennent, j’irai à la rencontre des habitants pour leur présenter notre projet de redressement et notre message d’espoir pour la France.

La France est aux Français !

118764738_306871780596191_2228632061008133882_o.jpg

LE PROGRAMME DE JEAN-EUDES GANNAT CLIQUEZ ICI

23:40 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

On vit une époque formidable…

Capture d’écran 2020-09-03 à 17.43.47.png

Pieter Kerstens

Une époque où la caste médiatico-politicienne jette l’opprobre sur les victimes au prétexte qu’elles auraient « provoquées » les agresseurs et les meurtriers.

Une époque où les criminels bénéficient de la complaisance de la Justice qui applique une doctrine de l’excuse et l’alibi d’un milieu défavorisé au lieu des rigueurs de la Loi.

Une époque où les normes de la société, les règlements, les coutumes et les lois de la France sont bafouées impunément par des délinquants multirécidivistes.

Une époque où les forces de l’Ordre sont critiquées par leur hiérarchie, conspuées en permanence et attaquées avec des armes de guerre.

Une époque où depuis des décennies l’Etat n’assure plus la sécurité des citoyens dans 700 zones de non-droit, abandonnées aux mains de trafiquants et de religieux mahométants.

Une époque où les bien-pensants de la gôche caviar et de la droite cosmopolite refusent d’admettre leurs erreurs et nous mènent vers le chaos social, la dépression économique et le gouffre financier.

Une époque où les « élites » baissent les bras, où les enseignants dispensent des études idéologiques à nos enfants en maquillant l’Histoire selon leurs dogmes.

Une époque où les valeurs qui ont fait la grandeur de la France et de l’Europe sont vouées aux gémonies, comme l’abnégation, le sens de l’Honneur et la valorisation du travail.

Une époque où l’on condamne ceux qui combattent le mondialisme, la médiocrité, les mensonges de la seconde Guerre Mondiale et des conflits du Moyen-Orient, et aussi ceux qui contestent les doctrinaires du colonialisme, de l’esclavage et les tabous des camps de concentration.

Une époque où règne le « politiquement correct », où les minorités LGBTQ, pédomaniaques et invertis accaparent le pouvoir afin de donner libre cours à leur perversité.

Une époque où des adolescents font la leçon à des parents ignorants, au prétexte de « défendre la Planète », alors même que la Nature depuis des millénaires se passe des rodomontades.

Une époque où les khmers verts prétendent nous imposer leurs rêveries d’une transition énergétique et d’une mobilité durable, pour limiter les effets des gaz toxiques et du CO2, quand de 1990 à 2016, l’Europe a diminué ces pollutions de 22% ! (Source : Global Project Carbon).

Alors il est grand temps, mais il n’est pas encore trop tard, pour remettre l’église au milieu du village et entamer une réelle RECONQUISTA sur le terrain mais aussi dans les esprits.

C’est pourquoi il faut oser penser et oser agir, par tous les moyens, mêmes légaux !

Ceux qui nous font chier dans nos quartiers et agressent les plus faibles de nos concitoyens, cassent le mobilier urbain, brûlent des voitures au moindre prétexte et pillent les magasins sont le plus souvent des racailles et des crapules maghrébines et africaines.

Ces délinquants et criminels, trafiquants de drogues, faussaires, malfrats et voyous ayant un casier judiciaire long comme le bras monopolisent les rôles à chaque séance des tribunaux. Ceux-là doivent être mis hors d’état de nuire à la société, et vite !

Les pompiers, les médecins, la police, la gendarmerie, les conducteurs de bus ou de trams, doivent être respectés et ceux -ou celles- qui les injurient ou les agressent doivent être jugés, condamnés et rapatriés dans le pays de leurs aïeux après déchéance de la nationalité française.

Quant à la secte écolo-végano-climato-patinnetto-gaucho-sodomite, le moment est venu de la renvoyer dans les poubelles de l’Histoire !

 
 

17:59 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

50 ANS DES JOURNÉES CHOUANNES LES 5 ET 6 SEPTEMBRE

I-Grande-38184-journees-chouannes-2020-les-5-et-6-septembre-50-ans-des-journees-chouannes-1.net.jpg

Ne manquez pas nos cinquantièmes Journées Chouannes. Ces deux jours que nous vous proposons vous permettent de rencontrer de nombreux auteurs, et conférenciers, qui toute l'année, se battent pour vos idées. 

Plus d'infos et le programme des deux jours ICI

 
 

17:38 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pédocriminalité prédation et complicités.

Interview chez Anne Brassié pour son émission "Perles de culture" chez TV Liberté, du 24 juin 2020. Où on reparle de Matzneff et de ses comparses.

71Vpy+R6+vL.jpg

 
 

14:43 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Plan de relance : saupoudrage, illusions et vieilles recettes.

jean-castex-invite-les-ministres-a-aller-sur-le-terrain.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Sur 100 milliards d'euros financés aujourd'hui  en monnaie de singe mais que devront, en tout état de cause, rembourser les générations futures, le plan de relance de l'économie présenté par le Premier ministre, Jean Castex, n'en consacre que trois à la garantie d'Etat aux fonds propres des entreprises, seule mesure, si elle avait été ambitieuse, qui aurait permis aux entrepreneurs de faire face à la crise, d'investir et d'embaucher. Dans ces conditions, l'espoir de l'exécutif de 160 000 emplois créés dans les deux ans n'est qu'une vue de l'esprit. Quant à l'hypothèse d'un plan de réindustrialisation de la France et de relocalisation des secteurs vitaux de notre vie économique et de notre indépendance énergétique ou sanitaire, la modestie des sommes engagées montre bien que, pour le gouvernement, il ne s'agit en aucune façon d'une priorité nationale. Aucun plan, au demeurant - la nomination de François Bayrou au poste de Haut commissaire témoigne, par elle même, de son  inutilité - ne peut être établi par un pouvoir faible uniquement préoccupé de sa pérennisation et n'ayant, au mieux, de visibilité que sur dix neuf mois.
 
Tout le reste relève de la politique du saupoudrage et de l'art éculé d'accommoder les restes suivant les vieilles recettes politiciennes et par prestidigitation cuisinière en attendant le festin imaginaire de 2022.
 
C'est le grand retour des emplois aidés, du camouflage statistique des réalités du chômage, des chiffres masqués, des formations-cul de sac et des mythes pervers de la transition écologique fantasmée comme base incontournable de la nouvelle économie libérale, équitable, durable et universelle.
 
L'accompagnement social de la crise, lui, se fera a minima. "Cachons ces pauvres que nous ne saurions voir". 

11:58 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook