Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 octobre 2014

Contre le découpage fantaisiste de la clique Valls Hollande, venez écouter le projet identitaire de Richard Roudier à la 8e Journée de Synthèse nationale, dimanche à 11 h 30 :

8 JNI R Roudier.jpg

L'article de Georges Feltin-Tracol dans le n°37 de Synthèse nationale cliquez ici consacré au nouveau livre de Richard Roudier :

• Richard Roudier, Lettre ouverte au Président à propos de la réforme des régions. Réponse au bazar anti-identitaire, Éditions Identitor (B.P. 1 - 7114, F - 30 912 Nîmes C.E.D.E.X. 02), 2014, 123 p., 12 €.

Le microcosme politicien s’agite ! En quelques semaines, le petit monde politicard trépigne, proteste, s’émeut, conteste, dénonce. François Hollande ose toucher aux prébendes juteuses des oligarchies locales en promettant une grande réforme territoriale : diviser de moitié le nombre des régions françaises au nom d’une gestion plus rationnelle des dépenses publiques ! Élaboré dans une précipitation qui cumule les tares d’être politicienne, bureaucratique et parisienne, ce projet démontre surtout la petitesse intellectuelle des gouvernants. En effet, au mépris de toutes considérations historiques, géographiques ou sociologiques, « Flamby » abandonne ses habits de « M. Bricolage » pour jouer au mécano des régions en les fusionnant souvent en dépit du bon sens. Certes, dans son projet, la Normandie est enfin réunifiée, mais pour cette avancée notable, combien d’erreurs confirmées ou annoncées ? Non-rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, fusion stupide de l’Alsace et de la Lorraine, création d’une Picardie - Champagne et d’un conglomérat Centre - Limousin - Poitou-Charentes. Gageons que bientôt notre pilote de scooter préféré envisagera une Bretagne - Franche-Comté, une Alsace - Guyane, Rhône-Alpes - Pays-de-la-Loire ou le Languedoc - Roussillon - Nord - Pas-de-Calais…

Contre cette aberration élyséenne, Richard Roudier, président de la Ligue du Midi et du Réseau-Identités, vieux militant identitaire régionaliste et occitaniste, ne pouvait pas se taire. Aidé de son fils Olivier, il adresse une lettre ouverte au locataire de la République afin de lui dire l’incongruité du projet.

Richard Roudier ne se satisfait pas de l’actuelle architecture géo-administrative; il avance de véritables propositions sans pour autant ménager François Hollande. À plusieurs reprises, il le prévient fort charitablement « qu’un gouvernement homogène compté à 13,96 % ne peut plus réformer. S’il survit jusqu’à la fin de son mandat, ce sera déjà une bonne nouvelle pour lui… La vérité est que le roi est nu et que le peuple français se marre (p. 21) ». Très en verve, il l’apostrophe plus loin : « Comment pouvez-vous imaginer que les Alsaciens laisseront un petit homme déconsidéré et flasque annuler mille ans d’histoire régionale. […] Chacun sait que vous êtes un politicien de la quatrième République. Vous finirez alors comme celle-ci et quitterez l’Élysée par la porte de derrière, après avoir fait beaucoup de mal à la patience des Français (p. 91). » Pourquoi ? Parce que « l’insurrection de TOUS les élus locaux socialistes contre vous sera totale (p. 14) ». Bref, le président par défaut de l’Hexagone, seulement élu pour virer son catastrophique prédécesseur, se retrouve habillé pour l’hiver…

Cette lettre ouverte se veut néanmoins constructive puisque Richard Roudier lui conseille de « s’appuyer sur ce qu’il y a de vrais régionalistes en France qui […] souhaitent des régions plus grandes et la fin des conseils généraux (p. 14) ». L’auteur a lu et médité les penseurs de la région (Robert Lafont, Yann Fouéré, Guy Héraud ou le trop méconnu Pierre Fougeyrollas).

La réactivation contemporaine du régionalisme revient cependant à Jean-François Gravier, auteur en 1947 du célèbre Paris et le désert français. Royaliste maurrassien de formation, géographe de profession, directeur de l'école des cadres du Mayet-de-Montagne, le pendant en Zone occupée de l’école d’Uriage en Zone libre, puis collaborateur à la Fondation Alexis-Carrel, il participa à Idées, la revue théorique de la Révolution nationale. Il appartenait à la fois aux non-conformistes de la « Jeune Droite » et au courant « technocrate - planiste » lié aux « relèves des années Trente » (Olivier Dard). Ce Paris et le désert français fut à la base de la politique d’aménagement du territoire des décennies 1950 - 1960 et de la promotion des métropoles d’équilibre. Malheureusement, le tropisme centralisateur parisien étant dans les gènes d’un personnel politique calamiteux attaché au cumul des mandats locaux et nationaux, la décentralisation a principalement favorisé les capitales régionales aux dépens des espaces périphériques au point qu’on a maintenant Toulouse et le désert midi-pyrénéen, Châlons-en-Champagne et le désert champardennais ou Rennes et le désert breton…

Soucieux de défendre un équilibre régional géographique et humain, Richard Roudier examine la typologie théorique du fait régional. Reprenant les travaux de Roger Brunet, la région géographique « est un espace concret continu et contigu, un cadre de vie spatial avec limites naturelles ou historico-naturelles dont la cohésion est assurée par la vie de relations aux différentes niveaux du quartier rural (p. 66) ». En s’inspirant des bassins, des plaines et des massifs, on obtiendrait une quinzaine de régions. La région économique repose sur des critères de production, de consommation, de flux d’échanges et de mobilités pendulaires. Mais toutes ces caractéristiques n’assurent pas un sentiment d’appartenance tangible à ses habitants. La région économique n’est d’ailleurs qu’une variante de la « région fonctionnelle ». L’auteur exècre cette dernière « froide et totalitaire (p. 55) ». La France en compte déjà deux : la première - qui peut s’admettre - est les cinq zones d’indicatifs téléphoniques fixes (01, 02, 03, 04 et 05); la seconde se rapporte aux fameuses circonscriptions inter-régionales consacrées aux élections européennes décidées en 2003 par le désastreux duo Chirac - Raffarin. Existe en outre une « autre variante de la région fonctionnelle (p. 57) » : la région - programme qui correspondait à la volonté dirigiste, planifiante et étatiste du gaullisme gouvernemental. L’actuelle carte des régions administratives en procède largement.

Richard Roudier préfère, lui, la « région identitaire (p. 69) » assise sur le fait linguistique. En combinant l’histoire, l’aire linguistique, la topographie ainsi que les données économiques, il propose une France de seize régions bien balancées en termes de population. Abordant le problème récurrent de la « ville-centre » ou « capitale régionale », l’auteur s’inspire des travaux de Didier Patte, président - fondateur du Mouvement Normand, à qui il dédie d’ailleurs cette lettre ouverte, et suggère le choix d’une commune  « équidistante entre Caen et Rouen, mais également située non loin du Havre par le Port de Normandie (p. 100) » : Pont-Audemer ou bien l’agglomération Deauville - Trouville. En Bretagne réunifiée, le principe de l’équidistance entre Rennes, Nantes, Brest et Quimper ferait de Vannes la nouvelle capitale bretonne. Pour le Grand Languedoc, entre Montpellier et Toulouse, ce serait Narbonne. Quant à la Grande Bourgogne, ce statut reviendrait à Dole entre Dijon et Besançon.

La carte formulée par Richard Roudier se confond en grande partie avec le projet régional des Verts qui sont des régionalistes malheureusement contaminés par leurs aberrations mondialiste, multiculturaliste et sociétaliste. Attaché aux cultures vernaculaires, l’auteur estime que les Basques, les Catalans, les Flamands, voire les Nissarts et les Savoisiens, bénéficieraient d’un statut de large autonomie au sein de leurs régions respectives. Cet aménagement identitaire des régions établi à partir de sa « théorie des régions linguistiques corrigée par les principes fonctionnels (p. 110) » n’aurait cependant qu’une portée limitée si la structure même de l’État français n’évoluait pas vers la reconnaissance institutionnelle simultanée de la subsidiarité et de la véritable diversité ethno-culturelle autochtone.

Régionaliste convaincu tout autant hostile au séparatisme ou à l’indépendantisme à la petite semaine qu’au centralisme républicain, Richard Roudier conçoit sa révolution régionale dans le cadre d’une « sixième République fédérale, celle des quinze régions identitaires rassemblées (p. 113) ». Reprenant en fin de compte les thématiques chères aux royalistes rénovateurs du Lys noir et les idées « régionales-révolutionnaires » de Pierre Fougeyrollas, il préconise à son tour la fin de Paris. Il importe de réduire cette thrombose territoriale : cela passe par " Franceville ", une nouvelle capitale fondée ex-nihilo, à l’instar de Brasilia au Brésil, de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, d’Astana au Kazakhstan ou de Naypyidaw au Myanmar (ex-Birmanie), en plein centre de l’Hexagone « entre Creuse et Haute-Vienne, mais on pourrait tout aussi bien installer la nouvelle cité dans le Bourbonnais, au cœur de l’histoire nationale, dans le berceau des Bourbons (p. 118) ».

Cette lettre ouverte risquerait vraiment de défriser son destinataire s’il la lisait. Mais, comme il ne le fera pas, parions hélas que la nouvelle géographie des régions grotesques porte en elle de terribles et puissantes déchirures tant humaines que spatiales.

11:02 Publié dans 08 - La 8e Journée de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.