Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 avril 2019

Pour la responsable de l’UNEF, l’incendie de Notre-Dame qui fait pleurer sur « des bouts de bois » : un délire de petits Blancs !

img_7105-845x475.jpg

Jean-Pierre Fabre Bernadac

Boulevard Voltaire cliquez ici

« Allo, l’UNEF, allez-vous enfin réagir aux tweets racistes de votre vice-présidente lilloise Hafsa Askar ? »

Le 29 décembre 2017, la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme avait, par ces mots, interpellé « brièvement » (La LICRA avait supprimé son message quelques heures après publication), sur Twitter, la jeune femme vice-présidente du syndicat étudiant lillois UNEF, en joignant une capture d’écran sur laquelle on pouvait voir les paroles de l’intéressée : « On devrait gazer tous les blancs, cette sous-race. »

Cette adorable jeune femme expliquait sans retenue son racisme haineux ciblant spécifiquement les Blancs : « Je suis une extrémiste anti-blancs […] le monde serait bien mieux sans blancs. »

Suite à ces injures, que croyez-vous qu’il arriva ? Rien, elle changea simplement son adresse Twitter !

Pourtant ce monstrueux envoi aurait dû tomber sous le coup de la loi pour racisme, un racisme primaire, viscéral, quasiment d’école pour étudiant en droit.

Or, figurez-vous que, ce 15 avril, elle a remis cela sur Twitter en s’en prenant, cette fois-ci, aux catholiques à travers l’incendie de Notre Dame de Paris : « Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris car je m’en fiche de l’Histoire de France. »

« Jusqu’à les gens ils vont pleurer pour des bouts de bois… Wallah vs aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement c’est votre délire de petits blancs. »

Hélas,ce type de message ne fut pas le seul, ce soir-là ; des centaines, aussi vindicatifs, expliquaient doctement que l’incendie de la cathédrale était la réponse vengeresse d’Allah au tweet du jeune Hugo sur la Kaaba.

J’attends avec impatience de voir si la lettre de Témoignage chrétien et l’hebdomadaire La Vie vont faire état de ces ignominies ?

J’attends, aussi, avec hâte de savoir ce que fera le réseau social face à ces débordements de haine raciste et antireligieuse ?

J’attends, encore, avec empressement le communiqué de l’UNEF condamnant avec la plus grande sévérité ce genre de propos.

Mais peu d’illusions à se faire de ce côté-là quand on sait que l’organisation étudiante « représentative » avait répondu, en décembre 2017, à un correspondant indigné par le propos de Hafsa Askar : « Merci Jean-Michel, le bureau national de l’UNEF va se réunir et réfléchir à comment vous pisser dessus. Bonne journée et continuez d’envoyer des requêtes. »

J’attends, surtout, que Mme Belloubet et M. Castaner fassent enfin leur travail en enquêtant et saisissant la Justice pour ces paroles avérées tombant sous le coup de la loi no 72-546 du 1er juillet 1972 sur la lutte contre le racisme avec « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

Si toutes ces attentes se révélaient sans conséquences, alors nous aurions la preuve que la France n’est plus la France et que la Justice qui s’acharne contre les Identitaires n’est plus appliquée correctement dans notre pays.

11:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’incendie de Notre-Dame, tout un symbole

le billet de Patrick Parment

notre dame.jpg

Croyant ou non, la cathédrale Notre-Dame est un symbole qui appartient à notre patrimoine et qui témoigne d’un génie bâtisseur dont nos ancêtres avaient la maîtrise et qui s’est transmis de génération en génération. De Notre-Dame à Versailles, de Versailles au baron Hausmann, ce sont des centaines de métiers qui ont fait la beauté et la grandeur de notre culture et, par-delà, de toute la civilisation européenne. Comparé aux Arts premiers si chers à Chirac, et dont l’Afrique n’est jamais vraiment sortie, on comprendra mieux la nécessité pour les Européens de conserver leur patrimoine génétique.  Car bien souvent, ce que l’on oublie de dire, c’est que la notion même de travail est culturelle et ne relève pas d’une urgente nécessité mais bien d’une longue mémoire de l’esprit et du geste.

Il n’est d’ailleurs que de comparer les différents artisanats, de la Chine, de l’Inde et du Moyen Orient pour s’en convaincre. S’il n’y a pas d’échelle quant à leur excellence respective, il y en a quant à leur exécution et à cet esprit qui les relie à la main. Pour rénover Notre-Dame, il suffira de puiser dans le riche vivier des artisans français, malheureusement, lui aussi, victime d’un libéralisme éradicateur.

Préserver notre patrimoine génétique disions-nous. C’était une évidence hier encore et ce n’est plus le credo d’aujourd’hui.  Le libéralisme lamine tout, les hommes et ses productions selon le principe qu’il faut vendre au plus grand nombre une flopée de saloperie dont il n’a guère besoin et réguler un commerce désormais mondialisé.

A ce titre l’incendie de Notre-Dame apparaît comme un éminent symbole : celui de la fin d’un monde. De ce monde des Indo-européens qui essaima de la Grèce antique aux confins de l’Europe du Nord et de la Russie occidentale. De l’émergence du génie grec revigoré par la Renaissance italienne étendue à  l’Europe entière pour venir au final se casser les dents sur ce XXIe siècle au motif que les valeurs d’hier ne sont plus celles d’aujourd’hui. Je ne suis pas sûr que Nietzsche ait donné le même sens à sa fameuse transmutation des valeurs comparée à celle que nous subissons aujourd’hui. D’ailleurs, nous dit-on, on serait passé de l’holocène à l’anthropocène, à savoir, et pour faire court, de l’époque où l’homme cherchait à vivre en harmonie avec la nature à celle où il la domine. Ce qui en terme plus clair signifie tout simplement qu’on est en train de se suicider.

 
 

08:31 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"Notre Dame de Paris, c’est un symbole d’Occident" (Fabrice Luchini)

56968320_765726057162114_5424091383252123648_n.jpg

"Hier en rentrant sur scène, je me suis permis d’évoquer le drame de Notre Dame. Il était impossible de commencer un spectacle sur les écrivains et l’argent sans évoquer les flammes dans le cœur de Paris. Et le texte de Charles Péguy et sa passion chrétienne nous ont plongés dans une communion dont je ne mesurai pas la puissance. Notre Dame de Paris, c’est un symbole d’Occident. Même si on n’est pas chrétien, même si nous ne sommes plus chrétiens: la France est chrétienne. C’est un fait. Moi-même je suis frappé en plein cœur. Hébété. Quelque chose de supérieur est venu perturber les calendriers des rencontres médiatiques, de la vie anecdotique, de la frénésie. C’est la métaphysique qui descend dans l’hallucinant débat agité des combats politiques pour affirmer une tragédie, restaurer une gravité (...) On pourrait presque penser à un signe."

Fabrice Luchini,

16 avril 2019, Le Figaro.

00:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook