Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 juillet 2019

Qu’est-ce qu’un Homme d’État ?

MDCUMWC4MT72ORSXC6CGFNKDRI.jpg

Bernard Plouvier

Aucun être humain ne doit être calomnié. Mais tout homme public peut et doit être jugé, par ses contemporains d’abord, par la postérité ensuite. Cela ne signifie pas qu’il doive être vilipendé s’il s’est trompé de bonne foi. S’il s’est avéré médiocre, voire nul, il doit être dénoncé comme tel. S’il est prouvé qu’il a nui à sa nation ou à d’autres, sa mémoire doit être honnie. 

A contrario, un véritable grand homme doit être fêté. C’est le cas des authentiques Hommes d’État.

Il devrait être acquis pour tout le monde, au vu de la simple actualité, qu’être ministre ou chef d’État ne suffit pas pour obtenir cette appellation, sauf de la part des flatteurs, ces individus dont on sait depuis longtemps qu’ils vivent aux dépens de ceux qu’ils encensent.

Il est évident que la direction des affaires publiques, même en temps de guerre, ne suffit pas à faire d’un politicien un homme d’État. L’on doit exiger, pour accorder ce rare statut à un homme public, qu’il ait transformé, en l’améliorant, le cadre de la vie politique et sociale de son peuple ou qu’il ait résolu une grave crise morale ou économique.

Dans notre monde actuel, même le plus enragé des russophobes doit convenir que Vladimir Poutine a radicalement redressé la situation de la Russie. Alors qu’on chercherait vainement un Président de la République française bénéfique à la nation, parmi ceux qui sont en vie.    

Qu’on l’ait appréciée ou non n’est d’aucune importance, mais il est clair que Margaret Thatcher fut très brillante à la tête de la Grande-Bretagne, lui assurant une prospérité inconnue depuis 1919. Et son exemple prouve qu’en matière d’Homme d’État, on a surtout connu des femmes Outre-Manche : Elisabeth Ièreet Maggie. 

Ce serait une curiosité intellectuelle que d’imaginer Winston Spencer Churchill, le naufrageur de la puissance britannique, en homme d’État. Ce psychotique maniaco-dépressif s’est beaucoup amusé à conduire une guerre, au plus mal des intérêts de l’Europe continentale – c’est une tradition insulaire -, mais il a aussi ruiné financièrement et désaxé moralement ses concitoyens, épuisés au point d’être mûrs pour le Welfare state (l’État-Providence). Leur dépression mentale fut de longue durée… jusqu’à Maggie citée plus haut.

En dépit de son activité de stratège militaire qui ruina la France, Napoléon Ier s’était révélé grand homme d’État parce qu’il avait clos la chienlit révolutionnaire, parce qu’il avait créé les institutions de l’État (français, belge, italien) et de façon durable, puisqu’elles durèrent jusqu’à l’autre chienlit, celle des années 1968 sq.

Charles De Gaulle fut-il un homme d’État ? Le « Héros de TSF » de juin 1940 avait redonné espoir à bien des Français. Par la suite, on s’aperçut qu’il était un mégalomane égocentrique, un général de guerre civile. En 1944-45, De Gaulle joue au chef de parti, au lieu de réconcilier les Français ; il récidive de 1958 à 1962. Il ne fut pas tout-à-fait un Sylla, mais il ne fut certes pas un César !

Il a créé les institutions de la VRépublique, mais cette imitation de la Constitution des USA était envisagée en France depuis l’expérience du général Boulanger, un homme très calomnié et dont le souvenir a baigné l’enfance du grand Lillois. En outre, la liberté d’expression, garantie aux libres citoyens des USA par le Premier amendement n’a jamais été octroyée aux Français.

Les coups de gueule gaulliens adressés aux Présidents US étaient déplacés en une époque de toute puissance de l’URSS. Il n’eut qu’un seul trait de génie en politique extérieure. Ce fut en 1967, lorsqu’au terme de la Guerre des Six jours, il tenta de modérer la haine des Israéliens, ayant pressenti que les mahométans pourraient se venger des Occidentaux en haussant les cours du pétrole… ils l’ont fait en 1973. Mais De Gaulle avait parlé de façon si maladroite que bien peu de gens l’avaient compris.

Enfin, cet homme qui n’aimait guère l’argent et ses détenteurs, ce chrétien qui avait médité la doctrine sociale de Léon XIII au point de reprendre – après bien d’autres – le principe de la participation des travailleurs aux bénéfices des entreprises, laissa s’installer l’affairisme et la corruption, en plus de la médiocrité pompidolienne. « Enrichissez-vous ! », cela pouvait satisfaire les Rastignacs de tout poil, mais nullement la jeunesse des années soixante.

En mai 1968, le chef de l’État s’enfuyait à Baden-Baden, où un homme de « Leclerc » le regonflait en flattant son ego. Il en résulta le plus beau sursaut de la nation d’après-guerre : celui des défilés derrière le drapeau national, mais le mouvement ne survécut pas à l’élection d’une Chambre introuvable. Le Président De Gaulle, trop vieux et entièrement dépassé par les événements, ne pouvait qu’essayer de trouver une porte de sortie et choisit celle du suicide électoral. 1969 fut une resucée de 1946 : un départ dans un fort vacarme de porte claquée.

Il s’en allait, en laissant une fois encore la nation désemparée, proie facile pour les médiocres, les profiteurs, les démolisseurs. Alors, NON, De Gaulle – chef adoré, vénéré par deux générations de Français – ne fut pas un Homme d’État. Il fut seulement un grand espoir déçu. 

Construire ou reconstruire l’État, rassembler la Nation, ce sont les attributs de l’Homme d’État. Ces qualités sont surtout utiles en cas de crise majeure de société. Notre France actuelle, désorientée comme elle ne l’a jamais été davantage depuis 1940, n’a pas besoin de clowns médiatiques ni d’affairistes – d’ailleurs, elle en regorge. Elle a besoin de l’être d’exception : un Homme d’État.     

09:46 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.