Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 juillet 2019

Thomas Joly : « Il est hors de question de laisser des juges rouges bafouer le droit et ma liberté d’expression »

JOLY THOMAS 4.jpg

Riposte laïque cliquez ici

Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, a accordé un entretien au site Riposte Laïque suite à la confirmation de sa condamnation par la Cour d'Appel d'Amiens.

Riposte Laïque : Vous attendiez le verdict de la cour d’appel d’Amiens, où vous étiez poursuivi pour apologie du terrorisme. Pouvez-vous rappeler le contexte de cette affaire, pour laquelle vous vous êtes retrouvé devant les tribunaux ?

Thomas Joly : Non, je ne suis pas poursuivi pour « apologie du terrorisme », c’est plus vicieux que cela puisque a été retenue la « diffusion d’un message violent ou pornographique accessible à un mineur », comme pour Marine Le Pen et Gilbert Collard poursuivis pour exactement les mêmes faits. Un peu comme si j’avais montré mes attributs sexuels à la sortie d’une école maternelle ou bien des photos de décapitations…

Suite à ma condamnation inique en première instance pour avoir dénoncé la barbarie islamiste dans un article de mon blog en l’illustrant de photos pourtant trouvables dans la presse française et internationale, j’avais immédiatement fait appel de cette décision politique.

Le 24 octobre dernier, la cour d’appel d’Amiens ajournait l’audience en exigeant que je subisse une expertise psychiatrique comme aux plus belles heures de l’URSS. Le procès est alors reporté au 15 mai.

Riposte Laïque : Et vous avez donc été de nouveau condamné, sans même avoir été présent à votre procès ! Que s’est-il passé ?

Thomas Joly : Une semaine avant le 15 mai, mon avocat étant retenu à 500 km d’Amiens ce même jour pour une audience qui ne pouvait être ajournée, il demande, comme c’est l’usage, le report de mon procès au greffe de la cour d’appel d’Amiens qui lui répond que sa demande sera transmise à la présidente de la cour d’appel. Celle-ci ne signifie un refus à mon avocat que le matin-même de l’audience ! Alors même que mon procès ne comporte aucun caractère d’urgence et qu’elle n’invoque aucun motif pour justifier son refus, ce qui démontre clairement une hostilité politique à mon égard.

Sur les conseils de mon avocat, je ne me suis évidemment pas présenté au palais de justice, l’objectif des magistrats de la cour d’appel étant de me priver de mon défenseur. Ils m’ont donc jugé en mon absence.

L’arrêt de la cour d’appel a été rendu le 3 juillet. La cour a suivi les réquisitions de l’avocate générale et confirmé la peine infligée en première instance, soit deux mois de prison avec sursis et 2 000 € d’amende (peine bien souvent même pas appliquée aux islamistes faisant l’apologie du terrorisme).

Riposte Laïque : Parlez-nous de l’expertise psychiatrique à laquelle vous avez dû vous soumettre. Finalement, êtes-vous normal ?

Thomas Joly : En effet, j’ai passé une expertise psychiatrique, comme la procédure judiciaire m’y obligeait pour ce genre de poursuites qui, en temps normal, concerne des pédophiles ou autres demeurés pervers. La psychiatre qui m’a reçu était très aimable et presque gênée de devoir m’imposer cette expertise, me confiant même en partant que la justice avait sûrement mieux à faire que de me contraindre à cela.

Pour autant, il semble qu’elle m’ait trouvé – ce n’est pas une blague – un peu trop « normal », ma stabilité matrimoniale, professionnelle, politique et idéologique s’apparentant, selon ses critères, à une « rigidité de fonctionnement ». De plus, elle a déploré mon manque d’autocritique parce que je me scandalise des poursuites à mon encontre. La professeur Folledingue a donc suggéré dans son rapport remis à la cour de me proposer un travail psychothérapeutique pour corriger cela, mais quand même pas par le biais d’une injonction. Ouf !

Je pense que cette pauvre fille, à force de soigner des tarés à longueur de journée, ne sait même plus reconnaître un individu sain d’esprit lorsqu’elle en croise un. Ou alors s’agit-il d’une brave gauchiste qui souhaitait, elle-aussi, y aller de son coup de pied de l’âne à la Bête immonde.

Riposte Laïque : Après cette nouvelle condamnation, qu’allez-vous faire ?

Thomas Joly : J’ai immédiatement formé un pourvoi en cassation pour atteinte manifeste aux droits de la défense. Il est hors de question de laisser des juges rouges bafouer le droit et ma liberté d’expression face aux atrocités des islamistes fanatiques.

Riposte Laïque : Quel a été votre regard sur le résultat des élections européennes ? Vous vous êtes réjoui de la première place du RN, devant Macron ?

Thomas Joly : Il faut savoir que les élections européennes ne sont pas structurantes de la vie politique française et que le FN, en 2014, était aussi arrivé en tête de ce scrutin sans que ça ne change quoi que ce soit par la suite. Le Parlement européen n’a que très peu de pouvoir et ne sert, un peu comme le Parlement français, qu’à enregistrer les décisions de la Commission européenne où tout se décrète. Avoir des élus patriotes est évidemment une bonne chose, mais encore faut-il qu’ils aient le cran de s’opposer avec vigueur et fermeté aux délires migratoires, sociétaux et économiques des instances euro-mondialistes. Or, la plupart des députés sortants, dont Jean-Marie Le Pen et Bruno Gollnisch, n’ont pas été reconduits pour être remplacés par de pâles apparatchiks du RN et des margoulins venus des Républicains ou de la très obscure société dite « civile ». Je crois hélas qu’il n’y a pas grand chose à attendre de ces gens qui vont grassement toucher leurs indemnités tout en faisant le service minimum au sein d’un parlement-croupion.

J’ajoute que le Parti de la France n’a pas participé à ces élections européennes pour des raisons strictement financières puisque le coût du matériel officiel (professions de foi, bulletins de vote, affiches) s’élevait à plus de 1 million d’euros, ne souhaitant pas non plus présenter de liste virtuelle pour obtenir un score infinitésimal et anecdotique dans l’anonymat le plus complet.

Riposte Laïque : Comment le Parti de la France voit-il la situation de cette France, qui paraît accélérer son suicide, jour après jour, dans une espèce d’indifférence générale ?

Thomas Joly : Nous sommes hélas dans une phase nouvelle de submersion migratoire que les forces cosmopolites qui contrôlent nos gouvernants semblent vouloir accélérer. Je suis tout à fait en phase avec Jean-Marie Le Pen qui annonce des heures très sombres à venir avec l’explosion démographique des pays du Tiers-Monde. Celle-ci se traduira par un tsunami migratoire (et islamique) qui, si des mesures radicales de rétablissement de nos frontières ne sont pas prises, aboutira à la destruction pure et simple de notre civilisation.

Mais je reste persuadé que tout est encore possible si nos compatriotes sortent de leur torpeur et choisissent de reprendre en main leur destin. Rien n’est inéluctable. Le « sens de l’Histoire » est une élucubration marxiste. La reconquête se fera si nous en avons la volonté et que nous nous en donnons les moyens.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Thomas ?

Thomas Joly : Aux lecteurs de Riposte Laïque : ne vous contentez pas de râler sur les réseaux sociaux, ce qui sera d’ailleurs bientôt même plus possible vu les lois liberticides que nous concocte le gouvernement. Engagez-vous politiquement en rejoignant ou en aidant financièrement ceux qui se battent, sur le terrain, à visage découvert, pour que la France redevienne française et que le cancer islamique soit éradiqué de notre continent.

Propos recueillis par Pierre Cassen

NDLR SN : nous apportons évidemment notre soutien total à notre camarade et ami Thomas Joly face à l'acharnement judiciaire dont il est la victime.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

11:18 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

jeanmarielepenbannieresite.png

10:56 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le constat d’évidence interdit par la Loi 

Unknown.png

Bernard Plouvier

Dans la France actuelle, la liberté d’expression n’est pas garantie par la loi. Bien au contraire, certaines réalités, certaines prévisions à moyen ou long termes, qui sont les conséquences logiques de ces réalités, ne peuvent être présentées qu’au risque de poursuites judiciaires. D’autant que nos princes multiplient les lois restrictives quant à l’expression de la pensée non-consensuelle.

En nos tristes jours, l’on est plus facilement condamné pour l’exposition d’un point d’histoire controversé ou pour la publication du prolongement prévisionnel d’une courbe de statistiques ethniques, que pour avoir détourné des fonds publics ou privés, voire même pour avoir tué. De fait, nombre d’individus – pas forcément des citoyens français de souche européenne – jouissent d’un tel faisceau de circonstances atténuantes – qu’en d’autres temps, on eût jugées aggravantes – qu’ils peuvent narguer la loi en toute impunité, avec la complicité active ou passive des fonctionnaires de Dame Justice, dont la vertu a depuis longtemps disparu.

Or l’histoire est là pour servir la réflexion sur le présent et sur les conséquences prévisibles des actions ou de l’inaction actuelles.

Rien n’est plus stupide que les vaticinations sur l’issue d’une guerre, civile ou internationale, de cause économique, raciale ou religieuse. Dans le premier des Cahiers secrets du calotin Marie-Émile Fayolle, un médiocre qui dut son maréchalat à la protection du Maréchal Philippe Pétain sur lequel il bavassa ignoblement, l’on trouve à la date du 4 août 1914 : « C’est le duel décisif, à mort, d’où la nation française sortira ou définitivement abattue ou rajeunie, comme ressuscitée ».

C’est pure absurdité historique ! Aucune guerre, aucune persécution n’ont jamais anéanti une nation – sauf cas de minuscule isolat ethnique. Seule l’implosion démographique, par refus de procréer, jointe à une immigration étrangère massive est tueuse de nation.  

En 1918, saturés d’une gloire admirablement acquise, les Français s’avachissent sur leurs lauriers. En 1940, ils s’écroulent lamentablement, à l’occasion d’une guerre inutile, que jamais un homme d’État n’eût déclarée – et l’on eut la stupidité de ne pas exécuter les immondes crétins qui l’avaient décidée sans consulter la nation. Mais, dès 1943, débute le Baby-boom, source du renouveau industriel, scientifique et technique, qui ne s’interrompt qu’avec la propagande féministe soixante-huitarde.  

L’ignoble décret de regroupement familial de 1976 provoque une immigration incontrôlée d’origine extra-européenne, devenue invasion de masse au début du XXIsiècle.

À l’évidence, ces deux facteurs annoncent la mort programmée de la civilisation française et le remplacement de la nation par un salmigondis d’ethnies venues des endroits de la planète où, à défaut de croissance économique et intellectuelle, on se multiplie.

La nouvelle population de remplacement sera, au milieu ou à la fin du siècle, de majorité africaine et moyen-orientale, métissée & islamisée. Et ce ne sera plus la France. C’est un constat d’évidence… interdit par la nouvelle Inquisition !

Nos petits-enfants, devenus minoritaires – voire citoyens de seconde zone – dans ce qui fut le pays de leurs ancêtres, sauront qui maudire : les pseudo-Français lâches, veules et mous. À moins d’un sursaut des vrais Français patriotes, lucides et tournés vers l’action.   

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

 

10:51 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Marie-Jeanne Vincent fait condamner la candidate mélanchoniste pour insultes...

7795521610_capture.png

Médias presse info cliquez ici
 
Marie-Jeanne Vincent a été candidate Civitas, Union des Patriotes, lors de la campagne des Législatives de 2017 dans la 7e, circonscription du Pas-de-Calais. Durant les 15 jours de campagne à Calais, cette dernière a été la cible d’une campagne d’injures et de diffamation. Le Journal Nord Littoral qu’elle a poursuivi a été relaxé pour vice de procédure le 26 février. L’antifasciste calaisien Jason Brebion, qui avait tagué sa maison, a été condamné le 14 mars à 300 euros d’amende et 4 mois de prison avec sursis plus les frais de justice. Sursis qui est tombé depuis.

Le deux juillet 2019, Anne-Sophie Ligniert, candidate France Insoumise aux législatives de 2017, a été condamnée pour diffamation par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer à l’encontre de Marie-Jeanne Vincent, professeur de lettres et de théâtre au lycée Sophie-Berthelot de Calais.

Anne-Sophie Ligniert, enseignante de Lettres dans un établissement catholique privé de Boulogne-sur-Mer, avait publié sur sa page personnelle Facebook et sur sa page de campagne un message indiquant que Madame Vincent « qu’en tant qu’enseignante inculquait des valeurs fascistes ». Le jugement rendu le 2 juillet reconnaît Madame Ligniert coupable de diffamation. Elle a été condamnée à une amende de 800 euros (dont 400 avec sursis) au titre de dommages et intérêts pour préjudice moral. Elle est également condamnée à payer la somme de 1 213 euros correspondant aux frais de justice au titre des dispositions 475-1 du code de procédure pénal.

Le 17 octobre, trois militants La France insoumise seront jugés pour injures et diffamation contre Madame Vincent, en tant qu’enseignante, dans le cadre de la campagne des Législatives de 2017.

10:45 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'émission "Synthèse" de cette semaine avec Rémi Deflandre du Collectif artistique THEUSZ

RL 116 2019 07 04 THEUSZ.jpg

 

 

Ecoutez

l'émission

cliquez ici

02:59 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook