Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 juillet 2019

La prise de position de Jean-Marie Le Pen sur la PMA ne fait pas l'unanimité

KauGK8qK_400x400.jpg   E5QYE26UCGLKFE7GJOJ7GILEZ4.jpg 

Lettre ouverte de Jean-François Touzé (Parti de la France) à Jean-Marie Le Pen :
 
Cher Jean-Marie,
 
Vous avez exprimé votre ouverture à la possibilité d'accorder le droit aux femmes seules et aux couples lesbiens de recourir à la procréation médicale assistée, ce qui est une reconnaissance de la filiation sans père. 
 
"Mieux vaut", dites-vous, "des enfants sans pères que pas d'enfants du tout".  L'argument serait recevable s'il ne conduisait pas à une absolue inversion de tout ce qui fait la base de notre civilisation.
 
Est-il vraiment nécessaire de pousser le goût du paradoxe à ses limites ?
 
La question démographique est centrale. Nos peuples, si ne se produit pas dans les toutes prochaines années une réaction vitale, seront, en effet, submergés par la déferlante migratoire et l'exponentialité nataliste de l'Afrique. C'est votre force et votre honneur d"avoir été le premier à tirer le signal d'alarme.
 
Notre salut sera demain dans une révolution nationale nouvelle qui prendra à bras le corps ces questions en stoppant l'immigration, en organisant la rémigration et en mettant en œuvre une politique des naissances et de la famille. Espérer dans le recours aux pires extrémités de la science constructiviste, c'est à la fois renoncer et se plier aux exigences du totalitarisme progressiste, ce que toute votre vie durant, vous avez refusé, nous donnant l'exemple de ce que doit être le combat politique national. 
 
La PMA doit être réservée aux couples homme/femme qui ne peuvent naturellement avoir un enfant. Point. Déroger à ce principe c'est accepter tous les glissements de société, toutes les dérives de laboratoire, toutes les négations de l'ordre naturel. C'est reconnaître par avance le bien fondé du clônage et de l'abomination qu'est la gestation pour autrui (GPA), techniques golèmiques, qui seraient, si l'on suit la logique de votre propos, de nature également à palier le déficit démographique...
 
Cher Jean-Marie, cher Président, vous le savez mieux que quiconque, vous qui nous avez enseigné le culte de la volonté politique, c'est par nous mêmes et en fidélité avec nos valeurs que nous nous relèverons. 
 
Cette fois ci, quels que soient notre respect et notre affection à votre égard, nous ne vous suivrons pas dans votre analyse.
 

13:53 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.