Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 14 août 2020

Turquie : un jour ou l'autre il faudra bien faire face.

macron-erdogan-2.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le dictateur islamique Erdogan accuse Macron de néocolonialisme après son voyage au Liban.
 
C'est entendu, avec ses déclarations de Tartarin du Touquet et ses postures de président-playmobil à la reconquête de l'Orient compliqué, Macron s'est ridiculisé lors de son déplacement à Beyrouth.
 
Cela, nous avons, nous nationaux, le droit - et même le devoir - de le dire. Pas Erdogan !
 
Engagé dans la reconstruction de l'Empire ottoman et le rétablissement du califat ; étendant son influence du Maghreb aux Balkans et aux terres islamiques de l'Empire russe ; développant à outrance ses moyens militaires et les engageant sur de multiples terrains d'opération ; jouant de son appartenance à l'OTAN et de la complaisance intéressée des États-Unis tout en ménageant pour le moment, en sachant jusqu'où ne pas aller trop loin, la susceptibilité russe ; disputant le leadership sunnite régional à l'Egypte et ses alliés du golfe arabique; menaçant la Grèce ;  s'accaparant le contrôle de la route des hydrocarbures ; faisant de la question migratoire une arme de chantage sur l'Europe avant d'en faire demain un instrument de conquête avec l'aide de ses alliés islamistes, des frères musulmans et de la cinquième colonne de la consistante et très encadrée  diaspora turque, le nouveau sultan constitue pour notre continent et notre civilisation une menace mortelle.
 
La France et l'UE, au delà de quelques paroles incertaines et molles, détournent le regard de ce danger comme elles cachent en permanence leur regard sous leurs ailes d'autruche des savanes.
 
Le moment de la confrontation viendra pourtant. Inévitablement. Plus longtemps nous atermoierons, plus dur sera le conflit qui vient, nouvel épisode de la poussée turque et de l'impérialisme islamique millénaire sur l'Europe.
 
Ce jour là, ou bien la France se sera relevée et saura faire face au coude à coude avec nos frères de la grande Europe et le soutien actif de la Russie, et, pour les Turcs, le choix sera alors entre l'abandon total de leurs espérances et la plus cuisante des raclées... Ou bien nous succomberons définitivement. 

10:31 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.