Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 novembre 2020

Le cirque Veran : farces et attrapes à guichets ouverts

124038266_1262480617448074_86334129453318981_n.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, vous faites partie des observateurs sceptiques sur la gravité de celle-ci et sévères sur sa gestion par le gouvernement… En ce mois de novembre et ce nouveau confinement, votre opinion a-t-elle changé ?

Au contraire, elle s’est renforcée, alors que dans le même temps, on ne peut que constater que le scepticisme progresse chaque jour parmi la population française envers la maladie et sa gestion par les Autorités ; le gouvernement et son fumeux Conseil scientifique n’impressionnent plus grand monde, à part peut-être les hypocondriaques.

Comment l’expliquez-vous ?

Le politiquement correct a beau contrôler les principaux médias, il est battu en brèche, pour le meilleur et pour le pire, par les sites de réinformation et les réseaux sociaux… et par les propres médias mainstream, bien obligés, tout de même ! de rendre compte par-ci, par-là, des opinions divergentes, de publier les statistiques officielles, de reconnaître le taux plutôt bas de la mortalité et de s’interroger sur les mesures abracadabrantesques prises par le gouvernement… ne serait-ce que pour conserver un minimum de crédibilité et conserver leur audimat.

Battu en brêche, c’est-à-dire…

Personne ne peut répondre à la place d’un médecin sur la dangerosité réelle du Covid-19 ; le souci est que si on écoute 2 médecins, on a souvent 2 avis contraires… et que si un troisième médecin intervient, on a un troisième avis. On ne peut donc se faire une opinion qu’en prenant l’avis du plus crédible… et là, le choix est beaucoup plus simple : d’un côté, des chercheurs renommés mettent en garde contre l’exploitation de la peur et objectent une mortalité extrêmement basse pour les moins de 60 ans ou une épidémie ne menaçant qu’une population âgée ou malade… et un Conseil scientifique qui ne cesse de se discréditer en relayant les ordres qu’il reçoit d’un gouvernement aux abois, paniquant à l’idée de rendre des comptes sur sa gestion calamiteuse…

C’est le Conseil scientifique qui obéirait au gouvernement et non le contraire ?

En début d’année, le Gouvernement français s’est brusquement rendu compte qu’il n’avait pas pris les décisions de bon sens qui pouvaient contenir l’épidémie, tout en « découvrant » l’état déplorable de nos services hospitaliers, ce qu’il refusait de reconnaître depuis des décennies… On ne va pas revenir sur les déclarations contradictoires, les mensonges et les manipulations multiples du printemps dernier… C’est désormais dans les mains de la Justice française depuis que l’ancienne ministre Agnès Buzyn, probablement dans un accès de pétoche rétrospective, a « balancé » ses anciens complices, reconnaissant avoir menti aux Français, tandis que le gouvernement d’Edouard Philippe serait resté sourd à ses (supposées) mises en garde… Exactement comme une bande de malfaiteurs, une fois leur mauvais coup éventé, dont les plus lâches tentent désespérément  d’atténuer leur responsabilité en la rejetant sur les autres. Comme aurait dit ma grand-mère, « c’est pas du beau monde ! »

Pour justifier l’état d’urgence sanitaire qui n’a d’autre but que de neutraliser la colère des Français, pour beaucoup encore dans la sidération et retarder l’action des institutions judiciaires, le gouvernement brandit l’avis des mandarins du Conseil scientifique dont la plupart n’ont pas approché un malade depuis des années ; on se moquait naguère des républiques bananières en Afrique ou en Amérique du sud, mais si, en France, la tradition n’est pas (ou plus) de récompenser avec une enveloppe ou une valise d’argent sonnant ou trébuchant, on sait toutefois bien récompenser ceux qui vous servent… ou acheter leur silence.

Il sera intéressant, dans les prochains mois, de voir quel Manitou obtiendra qui une médaille, qui une place à l’Académie de médecine, qui une mission prestigieuse ou rémunératrice auprès de l’État ou d’un laboratoire…

Mais l’épidémie, tout de même… Les urgentistes alertent sur leur condition de travail…

Que l’ensemble du personnel hospitalier, et pas seulement les urgentistes, soit confronté à une situation de crise qui nécessite un temps de travail plus important, personne ne le conteste… Mais peut-être serait-il instructif de connaître les statistiques sur le temps de travail réel des uns et des autres et sur le taux d’absentéïsme dans les hôpitaux. On ne peut faire évidemment aucune généralité. Mais quand on entend des urgentistes prôner un arrêt quasi-complet de l’activité humaine, sociale, économique et culturel avec une agressivité quelque peu déplacée, il est étonnant que personne ne leur rétorque que leur « job », à eux, n’est pas menacé par une situation où des centaines de milliers de Français vont se retrouver sur le carreau ! Un peu de retenue de la part de certains serait  tout de même appréciable et il existe d’autres raisons pour expliquer l’augmentation des passages aux urgences. Je ne citerai que la suppression scandaleuse des infirmières la nuit dans les EHPAD en 2020.

 Et l’interdiction de l’hydroxychloroquine, votre avis ?

Les avis sont partagés sur son efficacité, mais il est certain que prescrit par un médecin à un patient qui peut en prendre, l’hydroxychloroquine n’est nullement un poison mortel. En jetant une véritable fatwa dessus, le gouvernement n’a réussi qu’à susciter de nouvelles interrogations, voire à favoriser les thèses complotistes ; on aurait bien vu, à terme, si les résultats de l’IHU du professeur Raoult qui prône son utilisation étaient meilleurs ou pas que ceux des autres hôpitaux français… À terme, ce sera à la justice, après la plainte que celui-ci a déposé, de trancher… Quoiqu’il en soit, l’addition pourrait s’avérer assez lourde pour certains baltringues. De la politique comme de la médecine.

Diapositive1.jpg

20:20 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Victoire de Biden, échec de Trump... À vrai dire, peu nous chaut.

5cc71b0a9978e25347c63884.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Sous réserve de l'issue des recours judiciaires presentés par le président sortant et des probables contestations, les progressistes américains ont donc gagné. Fin provisoire du lamentable spectacle donné en "direct-live planétaire" par la "plus grande démocratie du monde", panier de crabes paranoïaques et schizophrènes à la fois, dont les pinces écarlates se sont hélas depuis longtemps déjà refermés sur nos moeurs politiques, nos principes et nos comportements.
 
Exit Trump ! Une parenthèse se referme toujours. La gouvernance Trump en était une - faite de déclarations souvent  réjouissantes, voire jubilatoires mais qu'importe - et retour à la réalité institutionnelle américaine qui est celle, brutale, cynique, cupide, doctrinaire, impérialiste et totalitaire de l'État profond. Les choses ainsi seront beaucoup plus claires. 
 
Si l'on se réfère à la doctrine des "indifférents" (ἀδιάφορα) et des "préférables" (προηγμένα ) chère à Zénon de Kition et aux stoïciens, la victoire du Président américain sortant ou celle de son concurrent démocrate, des stricts points de vue géopolitiques nationaux français et européens et de celui de notre intérêt national, était certes "indifférente", tant sont puissants les invariants de la diplomatie américaine et la force de ses tropismes universels appuyés sur sa vision wilsonnienne immuable et ses lois impérialistes  d'extraterritorialité.
 
Un succès de Trump aurait, en revanche, été "préférable" par le signal qui aurait été ainsi adressé à l'ensemble du monde occidental de la possibilité qu'ont les peuples enracinés de mettre à bas les élites autoproclamées et globalisées, de renverser la dictature du politiquement correct, de vaincre l'establishment, de faire bouger les lignes, de reprendre la parole, de retrouver leurs libertés et d'affirmer leur suprématie y compris face aux tentatives de déstabilisation d'une extrême gauche tentée de jouer la violence, l'immigration, la manipulation des minorités, et la rue.
 
Le monde moderne est ainsi fait que, même si nous le déplorons et savons qu'un jour la lumière viendra à nouveau de l'Europe, pour le moment c'est hélas encore depuis l'autre côté de l'Atlantique que soufflent les vents annonciateurs. Pour une fois, cela aurait pu être pour autre chose que pour le pire. C'est ce que savaient les suppôts du totalitarisme progressiste qui ont étalé sur les plateaux français des chaînes infos, dès jeudi soir, au fur et à mesure que les chances du candidat démocrate de l'emporter se précisaient, leur lâche soulagement, eux qui redoutaient plus que tout que dans les mois à venir une lame de fond ne suive une victoire du candidat républicain et traverse l'océan. Il en sera autrement et la gauche radicale américaine à qui Biden doit son installation à la Maison blanche pourra déverser ad libitum sa propagande à vocation mondiale, dispersant ainsi les illusions de certains qui avaient oublié que nous n'avons rien à attendre - rien et jamais - de Washington.
 
Que la victoire finale de Biden soit la conséquence de fraudes massives comme le fut jadis celle de Kennedy face à Nixon importe peu. Que Trump fasse de la résistance non plus... Biden sera président un temps avant que sa très gauchiste colistière, Kamela Harris ne prenne sa succession. Mais la supposée grande démocratie américaine vient de montrer son vrai visage. Pathétique et monstrueux.
 
L'avenir de la France et celui de l'Europe ne dépendent heureusement pas du choix des électeurs américains. Ne plaçons jamais nos espoirs en dehors de nous mêmes!
 
Le succès - très relatif - de Biden ne saurait pourtant pas masquer la réalité. Le système, de part et d'autre de l'Atlantique, s'il dispose encore de ressources et emploiera comme il vient de le faire toutes les ruses, toutes les fraudes et toutes les manigances pour se sauver, est agonisant, seulement maintenu en vie par auto-acharnement thérapeutique. S'il bouge encore, cela ne durera pas. 
 
Il n'est pas trop tard pour faire en sorte que le coup de boutoir décisif vienne de France. Il ne viendra pas, en toute hypothèse, d'ailleurs que de l'Europe.

20:13 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Mercred 11 novembre : Didier Lecerf, auteur du Cahier d'Histoire du nationalisme (n°18) consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et aux monarchistes dans la Résistance, invité de l'émission Synthèse sur TV Libertés

Diapositive1 copie.jpg

Les précédentes émissions cliquez là

Bulletin de commande

Acheter en ligne le livre cliquez ici

15:03 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

RENCONTRE AVEC THOMAS JOLY, PRÉSIDENT DU PARTI DE LA FRANCE, SUR LE SITE PARIS-VOX

JOLY THOMAS 4.jpg

Source cliquez ici

QUELLE EST LA POSITION DU PARTI DE LA FRANCE FACE AUX CONSIGNES SANITAIRES ACTUELLES ?

La gestion de la « crise sanitaire » par nos gouvernants a été catastrophique depuis le début, mettant au grand jour leur incompétence et leur impréparation, mais aussi et surtout l’état déplorable de notre système hospitalier. Cette nouvelle séquestration des Français est totalement injustifiable et va entraîner une récession économique et sociale aux conséquences dramatiques pour nos compatriotes. Cette pseudo-épidémie de Covid-19, virus certes contagieux mais peu dangereux pour la plupart des gens, semble être une aubaine pour nos dirigeants pour instaurer un contrôle drastique de la population dont l’angoisse irrationnelle est entretenue par des médias aux ordres. La mise en place arbitraire d’une société hygiéniste de type néo-soviétique doit être politiquement combattue avec la plus grande vigueur, sinon ce sera irréversible.

QUE PRÉCONISEZ VOUS PLUTÔT QUE LE CONFINEMENT ?

Déjà cesser immédiatement ce confinement liberticide, inutile et inefficace. On ne va pas séquestrer les Français à vie et leur faire porter des masques parce que des virus circulent dehors, en particulier des virus aussi peu mortels que le Covid-19.

D’ailleurs, la plupart des décès imputés au Covid sont très douteux vu les multiples pathologies et l’âge des défunts.

Ensuite, il faut rétablir les frontières nationales et tester tout nouvel entrant ; il faut aussi profiter de cette « crise » pour réserver – définitivement – l’accès aux soins à nos compatriotes, la tiers-mondisation et la saturation de nos hôpitaux est due à l’accueil de tous ces étrangers qui viennent se faire soigner à nos frais ; il faut promouvoir les traitements efficaces en dehors de toute influence des labos pharmaceutiques qui tiennent tant à nous refourguer un hypothétique vaccin.

LA FRANCE (ET L’AUTRICHE) VIENNENT D’ÊTRE À NOUVEAU ATTAQUÉS PAR DES BARBARES ISLAMISTES. QUELLES SONT LES MESURES À PRENDRE AFIN DE STOPPER CES ATTAQUES SANGLANTES ?

Face à cette situation de guerre voulue par les djihadistes, seule la force paiera. Le Parti de la France, dans le cadre contraint de ce que permet le régime actuel, demande la mise en œuvre a minima d’une politique de fermeté absolue.

  1. Adoption de lois d’exception permettant la mise en rétention administrative sans délais des suspects.

  2. Fermeture des frontières nationales puisque celles de l’Europe sont incontrôlables.

  3. Expulsion de tous les étrangers liés à la mouvance islamiste.

  4. Réforme du code de la nationalité permettant la substitution du droit du sang à celui du sol et la suppression de la double nationalité.

  5. Ratissage des cités par les forces de l’ordre au besoin renforcées par l’Armée.

  6. Arrêt immédiat de l’immigration dite légale et de la filière migratoire du droit d’asile.

Ces mesures peuvent être prises sans délais. Si nous étions au pouvoir, nous irions évidemment beaucoup plus loin en ajoutant à ces dispositions l’application sans faiblesse d’une politique de remigration et le rétablissement de la peine de mort.

TROUVEZ-VOUS LE GOUVERNEMENT À LA HAUTEUR DES DIFFÉRENTS ENJEUX CITÉS PLUS HAUT ?

Le gouvernement est composé de petits bureaucrates émasculés acquis au mondialisme et au cosmopolitisme destructeurs des peuples et des Nations. Il faut donc s’en débarrasser au plus vite et porter aux responsabilités des hommes et des femmes qui mettront en place un véritable redressement. Nos compatriotes doivent enfin ouvrir les yeux et arrêter de voter pour ces incapables qui nous précipitent au fond du gouffre.

QUELLE SERA LA LIGNE DU PARTI DE LA FRANCE POUR LES ÉLECTIONS RÉGIONALES ?

Les probabilités d’un report des élections régionales et départementales sont très élevées. Dans les conditions actuelles, ces élections seraient faussées tout comme l’ont été les dernières Municipales.

NOUS VOUS LAISSONS CONCLURE LIBREMENT

Le Parti de la France invite les lecteurs de Paris Vox à ne pas rester spectateurs du déclin et de l’effondrement de notre civilisation. Les Français ont encore leur destin entre leurs mains, rien n’est inéluctable ! Engagez-vous, militez, agissez !

15:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |