Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 septembre 2022

Que viendraient-ils faire à Callac ?

IMG_20220917_164211.jpg

La chronique de Philippe Randa

« Je ne suis pas là à condamner les gens qui vont venir là, pourquoi ils ne viendraient pas ? » a expliqué une habitante de Callac, petite ville des Côtes-d’Armor qui a défrayé la chronique politique après l’annonce du maire d’accueillir des familles de migrants… Une initiative qui tombe à propos, faisant écho à l’annonce du président Macron : le dépôt d’un projet de loi sur l’asile et l’immigration afin de mieux répartir les étrangers qui arrivent sur notre territoire en particulier dans les campagnes.

Pourquoi ne viendraient-ils pas, c’est vrai… Mais, tout aussi vrai, pourquoi viendraient-ils ?

Est-on certain qu’ils aspirent tant que cela à venir, ces migrants ? En France, sans doute, ils y sont déjà… mais à Callac ?

Cette petite agglomération bretonne est charmante avec ses… 2 229 habitants !

2 229 habitants ! Sans doute un havre de paix et de bonheur provincial pour nostalgiques de cette « France d’avant », chère à Éric Zemmour et à ses partisans qui ont manifesté ce week-end (notre photo) contre leur venue, (1) mais pour des familles d’Afrique noire et d’Afrique du nord, le charme est-il le même ?

Bien sûr, l’offre d’asile des Cohen, négociants voulant faire le bien après avoir fait fortune, qui veulent ainsi « repeupler Callac », avec leur fonds de dotation privé, n’est pas une proposition touristique : elle n’est pas à prendre et encore moins à laisser ; pourtant, a-t-on interrogé les intéressés sur leur désir réel de « repeupler Callac » ?

C’est que… ont-ils le choix ? pourraient s’interroger certains : que l’on sache, ces familles de migrants n’y seront nullement « contraintes », nullement « déportées » et encore moins assignées à résidence forcée… Une fois leur titre d’asile en poche, viendront-ils, puis surtout, resteront-ils alors que Callac, comme nombre de communes françaises, s’est dépeuplée ?

Dépeuplée, faute d’emplois, dit-on… quoique le maire indique avoir « identifié » (c’est son expression digne d’un Sherlock Holmes) « 75 emplois vacants dans les secteurs de la santé, du commerce, de l’artisanat et de l’agriculture », que le fonds de dotation des généreux Cohen s’engagerait « à accompagner durant dix ans » : sans doute s’agit-il là d’assurer la formation des nouveaux venus pour accéder à ces postes.

Désertification faute d’emplois, mais emplois tout de même, donc ! mais qu’aucune Callacoise, aucun Callacois, ayant préféré la poudre d’escampette, ne s’est empressé(e) de saisir… Un immigré fera-t-il moins la fine bouche ou revendiquera-t-il, comme nombre de nos compatriotes désormais, cet inénarrable « droit à la paresse » récemment revendiqué haut et fort par la si cocasse députée Sandrine Rousseau ?

Mais outre ce fichu marché de l’emploi, la désertification s’expliquant sans doute aussi et pour beaucoup par la désagrégation des services publics et l’absence de politique de désenclavement : qu’en penseront les postulants au « repeuplement » quand ils le réaliseront… si ce n’est déjà le cas avant même qu’ils y aient posé la babouche ?

Pire encore, savent-ils que la désertification de nos campagnes a surtout été causée faute de ces « lumières des grandes villes » qui ont tellement attiré les Français « de souche » ces dernières décennies ?

Les allocations et aides aussi diverses et variées (pour le moment) qui leur sont distribuées suffiront-elles au « bonheur dans le pré » de populations étrangères qui aspirent à profiter malgré tout, avant tout et surtout, de la société de consommation à outrance dont nous avons tellement abusé et qui reste la seule obsession pour beaucoup de ces nouveaux-presque-bientôt Français ?

Consommer à Callac, vaste sujet de réflexion à ne pas proposer à l’épreuve du baccalauréat ; assurément casse-gueule…

Qu’auront-elles finalement à faire, ces familles si généreusement accueillies aux frais des contribuables, d’une maison qu’ils devront entretenir à leurs frais plus tôt que tard, en zone rurale (« trou perdu » en langage plus familier), à l’heure de la criminalisation des automobilistes et où l’on « se les gèle » sept à huit mois sur douze, n’en déplaise aux Philipullus (prophète fou dans l’album de Tintin L’Étoile mystérieuse) du réchauffement climatique ?

Resteront-ils ou feront-ils à Callac, comme il est dit dans la chanson, simplement « trois petits tours »… avant de s’en aller grouiller dans ces favelas que sont devenues nos métropoles, hypnotisés par les si belles enseignes de ces si beaux magasins offrant tout ce qu’ils n’auront pas les moyens de s’offrir ?

Note

(1) voir sur Synthèse nationale cliquez ici

Source EuroLibertés cliquez là

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

15:06 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Pierre Jovanovic : L'Europe punie par les ploutocrates américains

Capture d’écran 2022-09-21 à 10.52.22.png

 

10:57 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Pour combattre le wokisme : 2 choses à faire...

COUV Maquette SN REVUE copie 10.jpg

Acheter, lire et diffuser le livre essentiel de Bernard Germain Déconstruire la woke idéologie cliquez ici

Présentation1 copie 4.jpg

Venir nombreux le dimanche 16 octobre au Rendez-vous Bleu-Blanc-Rouge de Synthèse nationale. Prenez dès maintenant votre billet cliquez là

En savoir plus sur cette Journée BBR cliquez ici

Lettre à Périco Légasse, qui veut installer des migrants dans nos campagnes

pelras.jpg

Jean-Paul Pelras,*

Monsieur

Début 2023, Emmanuel Macron entend proposer un projet de loi « relatif à l'asile, donc à l'immigration dans la République ». Et le premier d'entre nous de préciser (donc de reconnaître…) : « Notre politique aujourd'hui est absurde car elle consiste à mettre des femmes et des hommes qui arrivent, qui sont dans la plus grande misère, dans les quartiers les plus pauvres. » Avant de plaider « pour une meilleure répartition des étrangers accueillis sur le territoire, dans les espaces ruraux, qui eux sont en train de perdre de la population ».

Si j'étais de gauche, j'applaudirais des deux mains en approuvant cette généreuse initiative décidée, de surcroît, par celui qui sait si bien différencier « ceux qui ne sont rien » de ceux qui le valent bien. Oui, j'applaudirais des deux mains et je m'empresserais d'accueillir dans ma chambre d'amis ou dans ma petite résidence secondaire (gauche bobo) celles et ceux à qui il faudra forcément fournir la table et le logis.

Si j'étais de droite, je trouverais bien entendu l'idée inacceptable et j'évoquerais, in petto, les risques liés à l'insécurité, à la soudaine usurpation des emplois locaux, à l'impossible intégration de ces étrangers parmi les ruraux.

Étant (tout simplement) de la campagne depuis bientôt 59 ans, je préfère analyser cette hypothèse avec le regard de ceux qui sont rompus aux subtilités champêtres. Car, en évoquant « les espaces ruraux qui sont en train de perdre de la population » le président de la République a implicitement reconnu l'abandon de ces territoires isolés où plus personne ne veut venir soigner, investir, enseigner, commercer ou tout simplement s'établir et se reposer car il n'y a pas une seule barre pour téléphoner, pas de réseau pour se connecter, plus de clinique pour accoucher, plus de spécialiste pour diagnostiquer, plus de paysans, d'artisans ou d'industriels pour embaucher et depuis que, confinement oblige, un certain gouvernement les a poussés à plier boutique, plus de bistrot pour se désaltérer, plus de resto pour se sustenter. La liste est longue des causes et conséquences ayant précipité la déprise champêtre. Et lorsque je vous entends, monsieur Périco Légasse, décréter ces jours-ci, depuis un studio d'enregistrement parisien : « C'est une formidable idée, on peut allouer un lopin de terre et en faire des paysans. C'est l'avenir de notre ruralité », je me demande ce que vous entendez par « lopin de terre » et j'en viens à me poser quelques questions sur votre capacité à pouvoir évoquer, comme vous le faites régulièrement, le métier d'agriculteur.

Cette propension à vouloir s'occuper des affaires des autres, à savoir forcément ce qui est bien pour eux et à vouloir « faire des paysans » à tout bout de champ commence à devenir pénible. Que savez-vous, monsieur, du quotidien d'un agriculteur ? Ce quotidien que vous idéalisez, cet espace que vous « estimez », sans savoir ce qu'il en coûte de tenir l'outil, non pas pendant quelques secondes devant les caméras, mais durant toute une vie. Que savez-vous de ces prêts qu'il faut rembourser, même quand les éléments s'en mêlent, même quand les mercuriales s'effondrent, même quand le sort s'acharne sur ces récoltes qui n'arrivent jamais. Que savez-vous, messieurs Légasse et Macron du vertige qui envahit au moment de déposer le bilan, que savez-vous de la détresse qui gagne quand la grêle, le gel, la sécheresse ou la pluie détruisent les cultures en quelques instants ? Que savez-vous de cette concurrence déloyale qui contraint le paysan français, accablé par les normes environnementales, à abdiquer, car il ne parvient plus à garder sa place sur le marché ?

Et vous venez proposer à ces pauvres gens, comme au Moyen Âge au temps des seigneurs et des hobereaux, un lopin de terre ou des « espaces ruraux » afin de les occuper, afin de les éloigner de ces centres urbains et de ces banlieues où vous ne savez plus comment juguler la misère et calmer l'impétrant.

C'est manquer de respect à la fois à ceux qui pourraient arriver et à ceux qui pourraient les accueillir. Car le monde rural, et a fortiori son agriculture, n'est plus en capacité de fournir ni l'emploi ni les structures appropriées à ceux qui ont dû fuir leur pays.

Non, monsieur Légasse, nos campagnes ne doivent pas devenir ce tapis où l'on va dissimuler la misère du monde car elle sera devenue moins visible qu'à Paris.

(*) Jean-Paul Pelras est écrivain, ancien syndicaliste agricole et journaliste. Rédacteur en chef du journal L'Agri des Pyrénées-Orientales et de l'Aude, il est l'auteur d'une vingtaine d'essais, de nouvelles et de romans, lauréat du prix Méditerranée Roussillon pour Un meurtre pour mémoire et du prix Alfred-Sauvy pour Le Vieux Garçon. Son dernier ouvrage, Le Journaliste et le Paysan, est paru aux éditions Talaia en novembre 2018.

 Source :Le Point

09:18 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |