Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mai 2012

Législatives / Vaucluse (4e) : Patrick Bassot, le seul conseiller général du FN, soutien Jacques Bompard...

patrick-bassot.pngSource PdF Franche-Comté cliquez ici

 

Patrick Bassot, l’unique Conseiller général frontiste de France (sur le canton de Carpentras Nord), est déjà plus qu’en délicatesse avec son parti et a apporté jeudi son soutien à Jacques Bompard, le candidat Ligue du Sud et maire d’Orange, candidat sur la 4e circonscription de Vaucluse aux élections législatives qui sera lui-même soutenu par l’Union de la Droite Nationale.

 

L’élu carpentrassien estime que « Jacques Bompard est le seul nationaliste du département à faire du bon boulot. Orange, sa ville, est nickel. Il y opère une gestion exemplaire que je souhaite voir étendue aux autres villes. C’est pour ça que je lui apporte mon soutien. Et ce n’est pas une attaque contre le candidat du Front National sur ce secteur » qui sera Annie-France Soulet.

 

Une prise de position qui fait grincer des dents au sein du Front National. Jean-Marie Le Pen, le chef de file du FN dans la région Paca, indiquait hier que si Patrick Bassot « déroge aux règles de discipline du mouvement, il en subira les conséquences ».

 

Rappelons que depuis son élection au Conseil général de Vaucluse, en mars 2011, Patrick Bassot n’a pas toujours entretenu de bonnes relations avec son parti. En mars dernier, c’est seul que l’élu frontiste s’était présenté devant les juges carpentrassiens qui l’avaient condamné pour « incitation à la haine, à la discrimination et à la violence ».

 

Plus récemment, le Front marinisé a préféré investir une arriviste en la personne de Martine Furioli, une ancienne du Mouvement pour la France (MPF) de Philippe de Villiers, plutôt que lui dans la 5e circonscription malgré le travail de terrain qu’il a toujours réalisé.

 

Décidément, la politique, c’est un peu comme la cuisine : on ne peut pas savoir qu’un plat est décevant (pour rester poli) ou ne réponde pas à nos attentes, nos espérances tant que l’on n’y a pas goûté…

10:18 Publié dans Législatives 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.