Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 juin 2016

Le « revenu universel » et le bon sens des Suisses

asset-version-6d79419136-231979225.jpg

Dr Bernard Plouvier

L’expérience du XXe siècle, venant après celle des années 1789 sq., s’est chargée de démontrer que la Nation française n’est plus la « plus spirituelle d’Europe », comme l’avait proclamé, au début du XVIIIe siècle, le tsar réformateur Pierre le Grand.

S’est-on assez moqué des Suisses, réputés lents dans l’action et la pensée ? Or, il s’avère que les libres citoyens composant cette Nation refusent l’union des Économies européennes et son triste corollaire, l’Euro, dont l’utilité pratique est évidente pour le voyageur, mais l’est beaucoup moins pour les États en mal d’exportations. Item, la Nation suisse s’oppose à l’accueil massif des immigrants-envahisseurs africains et moyen-orientaux. Cerise sur le gâteau, cette Nation vient de repousser à une écrasante majorité l’immonde stupidité du « revenu universel ».

Le principe du revenu de base est d’allouer annuellement à chaque citoyen une somme (généralement un peu inférieure au SMIG – soit le salaire minimum interprofessionnel garanti), sans contrepartie, par le seul fait d’exister et d’être reconnu citoyen de l’État.

La source de cette manne providentielle est représentée soit par l’excédent budgétaire (ce qui ne se rencontrait en aucun pays, sauf dans les émirats pétroliers, jusqu’à la chute vertigineuse des cours du pétrole brut, provoquée par la profonde stupidité, en matière de stratégie économique, des maîtres des grandes compagnies pétrolières), soit par les bénéfices d’exploitation des Domaines et Régies d’État, soit, enfin, par une augmentation de l’imposition des riches et des grands travailleurs !

Quelles que soient les contorsions verbales des inventeurs et promoteurs de ce « revenu de base », il s’agit à la fois d’un encouragement au parasitisme social, de la dévalorisation la plus grotesque de la notion de travail, enfin d’un cadeau supplémentaire à la grande distribution, puisque ce « revenu » (qui n’est généré par aucun travail et n’est qu’un revenant-bon de naissance) est, à l’évidence, une invitation à consommer davantage… et « à l’œil » (variante « aux frais de la princesse »).

Or, tout a un coût, même la plus crasse démagogie. Le coût de cette ignominie est triple. D’abord, les authentiques travailleurs se voient exploités au profit « de tous », soit d’une majorité de sous-doués, de sous-productifs. C’est à la fois immoral et dévalorisant pour ceux qui œuvrent au mieux de leurs facultés pour enrichir le pays en même temps qu’ils s’enrichissent eux et leur famille par un travail honnête et bien fait.

En outre, on détourne le produit des impôts et des revenus des biens productifs de l’État de leur destination première, si l’on s’en tient à la raison d’exister d’un État (si l’on préfère au contrat social) : créer des infrastructures. L’État n’a pas vocation pour nourrir la paresse et le parasitisme social ; il n’existe que pour gérer et améliorer le Bien commun.

Enfin, cette mesure de basse démagogie fait croire aux imbéciles (étymologiquement, les faibles d’esprit) qu’ils peuvent vivoter sans travailler. C’est nier la grandeur du travail, pour soi-même, pour sa famille, pour la collectivité.

On sait bien que la destruction de toutes les valeurs humanistes est indispensable aux maîtres de la globalo-mondialisation. Seulement, quand les Nations inventives et travailleuses auront été cassées par le nivellement du brassage des races, par l’imposition de la barbarie médiévale islamique-djihadiste, par la démagogie la plus crasse, comment les maîtres du jeu économique feront-ils pour continuer d’engranger de superbénéfices ? On imagine qu’ils ne sont pas sots au point d’ignorer que l’argent, circulant ou virtuel, est devenu factice, que la spéculation boursière est toujours hasardeuse et qu’en définitive, on ne peut s’enrichir de façon faramineuse qu’en exploitant le travail d’autrui.

Dévaloriser le travail, même en ajoutant un gain temporaire aux grands patrons de la distribution, est à moyen terme proprement suicidaire pour nos bons maîtres.    

Bienheureux Suisses qui sont interrogés par les gestionnaires de leur État sur les grands choix de société.

Il n’existe pas de Démocratie en France, où le peuple souverain n’a pas été consulté pour l’abolition de la peine de mort et, à l’inverse, pour son application aux fœtus que des femmes indignes mettent à mort avec la complicité d’un État qui pousse l’abjection jusqu’à rembourser l’acte meurtrier, pseudo-médical, injustifiable au point de vue de l’éthique professionnelle.

Il n’existe pas de Démocratie en France, où le peuple souverain n’est pas consulté sur l’immigration de masse qui confine à l’invasion, avec ses corollaires : l’islamisation de la société, la substitution de population majoritaire dans le demi-siècle à venir.

La Démocratie, c’est non seulement une Justice égale pour tous, citoyens et ressortissants étrangers vivant à l’intérieur des frontières de l’État. La Démocratie, c’est aussi la consultation automatique du peuple, seul souverain légitime de l’État, pour tout choix majeur de société.

La Démocratie n’existe pas en France. En revanche, elle existe en Suisse.

12:11 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.