Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 septembre 2016

Le crétinisme réflexe ou les résidus de stupidité marxiste

437_001.jpg

Bernard Plouvier

C’est un phénomène bien connu en médecine : une grave maladie peut laisser de lourdes séquelles. Il est évident que l’infection marxiste a profondément lésé le cerveau de ses adeptes.

En 1936, en 1945-46, en 1981, les victoires électorales des marxistes mous (les socialistes) ou réputés « durs » alors qu’ils n’étaient que les hommes et femmes-liges de Moscou, puis de Pékin ou de La Havane, furent l’occasion d’une orgie de nationalisations d’entreprises privées. Pour les historiens modernes, c’est même devenu – crétinisme universitaire oblige – le critère d’un « gouvernement socialiste ».

La nationalisation n’est, en réalité, que le meilleur moyen de ruiner à terme une entreprise, ce dont on s’aperçoit lorsque l’État, ruiné ou accablé de dépenses sociales, ne peut plus faire face au « gouffre à fric » que sont devenues ces sociétés, saturées de personnel inutile, inefficace, improductif, engagé pour complaire aux amis des partis qu’un vote a gratifié de l’apparence temporaire du Pouvoir et aux affiliés des syndicats les plus démagogiques, dont on redoute la capacité de nuisance.

Les vieux réflexes reviennent en période de démagogie électorale. La société Alstom a des problèmes (comme en rencontrent presque toutes les grandes sociétés européennes, victimes de la concurrence acharnée nord-américaine et asiatique), aussitôt le pseudo-gauche dure, dirigée par un millionnaire en euros, trouve le « remède miracle » : il faut nationaliser !

On aperçoit alors le vide intellectuel régnant chez les populistes. Eux savent – du moins en principe, s’ils ont étudié l’histoire européenne du XVIIe au XXe siècles – que le meilleur moyen de stimuler l’économie est d’encourager l’initiative privée, en fermant les portes aux importations et en aidant par tous les moyens les exportations, le but étant de préserver au maximum l’emploi des nationaux.

Que, pour cela, il faille passer des accords d’État à État en se débarrassant du carcan globalo-mondialiste imposé à la soi-disant Europe Unie par les multinationales, ainsi qu’être maître de sa monnaie comme de ses règlements de fabrication et de commercialisation, c’est une évidence. Pour éviter des pertes d’emploi, que l’on ait même recours au dumping va de soi : les USA, le Japon, la Chine l’ont fait et le font encore.

Que pour rendre à la Nation française sa puissance, il faille stimuler l’emploi des autochtones et renvoyer dans leurs continents d’origine les millions de parasites sans travail ou qui peuplent prisons et camps de réfugiés, c’est également une évidence. C’était d’ailleurs le discours des Léon Blum et Roger Salengro lors du Front populaire… il serait temps que nos brillants universitaires rappellent quelques vérités occultées par la pseudo-gauche friquée globalo-mondialiste.  

Pour redresser la France, il faut d’abord rééduquer les Français, non pas à coup de mensonges ou de réflexes grotesques, mais en rappelant l’expérience réelle du passé. Et l’on comprend mieux pourquoi nos maîtres cassent l’enseignement de l’histoire.

Hélas ! Qui va faire connaître ces vérités ? Étymologiquement, la propagande, c’est l’art de dire ce qui est utile à la Nation et non ce que veulent faire croire de pitoyables représentants de commerce des chapelles religieuses ou politiques. Il est évident que, pour eux, tout se résume à répandre des bobards pour conquérir les postes publics si agréables aux bons à rien, les sinécures si nombreuses et si juteuses de notre Ripoublique.

Un jour, peut-être, les populistes de France cesseront leur expérience de centre-droit et redeviendront ce qu’ils doivent être : des hérauts de l’honnêteté et de l’efficacité pour que notre Nation retrouve son rang en Europe.

On peut, pour l’heure, laisser le reste du monde aux requins de New York, Washington, Tokyo et Pékin. Les Européens reviendront civiliser les continents meurtris et ruinés, une fois passé le cyclone de l’économie globale.  

09:18 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.