Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 avril 2017

Indécrottable humanité : nobles propos et vils agissements

1027230597.jpg

Bernard Plouvier

Admettons, une fois n’est pas coutume, que les hommes et les femmes des media (et les individus de sexe-genre indéterminable) présentent des faits réels : on aurait usé d’armes chimiques en Syrie et, de façon réactionnelle, le Président des USA a ordonné de bombarder une base aérienne de l’État syrien.

Si les faits sont avérés, c’est, du côté du Pouvoir syrien, la violation d’une Convention internationale que l’État avait acceptée en y apposant une signature de ministre. Dans une guerre, civile ou étrangère, toutes les armes sont-elles bonnes ? La réponse est simple et bien connue.

Si vous êtes en position de force extrême et assuré de la victoire, vous pouvez tout vous permettre et personne ne vous jugera ; bien au contraire, c’est vous qui aurez la joie de condamner à mort vos adversaires vaincus.

Les USA ont anéanti par une bombe à l’uranium et une autre au plutonium deux villes japonaises en août 1945, alors même que l’empereur Hiro-Hito était en pourparlers avec l’administration US depuis le début de l’été pour mettre fin à la guerre. En février 1945 déjà, les assassins de la Royal Air Force et de l’US-Air Corps avaient liquidé la ville ouverte de Dresde, où s’entassaient des centaines de milliers de réfugiés fuyant les hordes de l’Armée Rouge.

Alors, OUI : un chef d’État-chef de guerre omnipotent et assuré d’être le vainqueur & le juge du vaincu peut tout se permettre. Mais sûrement pas le chef d’un petit État, même s’il a sur les bras une double guerre civile (contre une opposition politico-affairiste soutenue par les multinationales du pétrole et contre les mahométans fous furieux du calife Abou Bakr II) et une mini-guerre étrangère contre une coalition occidentale aux ordres du précédent potentat US, qui était lui-même un crypto-islamiste proche des milieux pétroliers.

Bachar el-Assad – en admettant que les faits qui lui sont reprochés soient exacts – a péché par défaut d’étude des précédents historiques et par surévaluation mégalomaniaque de sa position. Il n’est ni un Winston Churchill (l’assassin de Dresde) ni un Harry Truman (qui voulait terrifier ‘’Staline’’ : mission réussie jusqu’à ce que des traîtres donnent les secrets atomiques à l’URSS).

De l’autre côté, Donald Trump limite la riposte, c’est indéniable et on peut lui en savoir gré : Wladimir Poutine n’a nulle raison d’engager une escalade. Toutefois, se pose la question de la légitimité de l’intervention d’un État étranger dans les guerres civiles qui ravagent la Syrie (et l’Irak ou l’Afghanistan).

L’on sait bien que de hautes autorités juridiques ont inventé le curieux principe du Devoir d’ingérence. On peut même imaginer que, parmi les clowns politiques et médiatiques qui usent et abusent de cette formulation grotesque, il existe un ou deux individus, sincères autant que niais, croyant en la pertinence de l’argument.

En réalité, tout le joli monde des grosses affaires – celui qui domine les media et agite les ficelles des pantins de la politique, hors chez les populistes qui toujours et partout furent des raretés – se soucie comme d’une guigne des populations asservies dans un pays pauvre en ressources naturelles facilement exploitables.

Si l’Irak (ou la Libye) n’avait pas été un très gros pays producteur d’Or noir, si l’Afghanistan et la Syrie n’étaient pas des terres idéales de passage pour oléoducs et gazoducs, tout le monde « civilisé » se ficherait des querelles intestines de leurs populations hétérogènes, où l’on s’entretue allègrement depuis des millénaires.

Que le « gendarme du monde » autoproclamé (l’expression date de l’époque de Franklin Delano Roosevelt) agisse comme bon lui semble, nul ne peut l’en empêcher et surtout pas l’ONU, à la botte de la diplomatie du dollar et de celle de l’islamo-pétrodollar (les deux diffèrent parfois de buts depuis une vingtaine d’années).

Mais que les Nord-Américains cessent de nous prendre pour des abrutis en nous gavant de phrases humanitaires et d’images invérifiables. Chacun sait qu’au Qatar, il existe une énorme fabrique de fausses actualités télévisées. Et tout le monde se souvient de quelques ratés devenus célèbres en matière d’informations bidons et d’images truquées.

Le colosse US peut tout, du moins pour l’instant – en attendant un retour de bâton qui sera d’autant plus douloureux que ledit colosse aura mésusé de son omnipotence. Qu’il agisse s’il le veut, mais sans parer ses actes, fort intéressés, de nobles attitudes et du théâtre de guignol pseudo-humanitaire.

Une fois qu’un chef syrien aura vendu son pays aux multinationales du pétrole, règnera l’ordre US : hamburgers, Coca-Cola et bagnes pour opposants politiques… à la « gastronomie » près, les Syriens auront échangé un maître dur, mais autochtone, contre un despote animé par l’étranger… et quelques lettrés pourront murmurer : « Plus ça change, plus c’est la même chose » !

12:04 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.