Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 août 2017

Immigration. Quel impact pour la mission « Defend Europe » ?

defend_europe-810x540.jpg

Source Breizh info cliquez ici

Depuis janvier 2017, 113 614 migrants ont rejoint l’Europe par la mer. Un nombre tout aussi important que l’an passé, signe que la vague migratoire ne tarit pas.

Toutefois, l’ONG « Defend Europe », qui a affrété un navire (le C-Star) afin de mettre en lumière les rapports ambigus entre ONG dites « humanitaires » et passeurs, estime positif l’impact de sa mission en mer lancée à la fin du mois de juillet;

Ainsi, les départs de migrants clandestins depuis la Libye vers l’Europe ont baissé de 76% entre les dix premiers jours du mois d’août 2016 et 2017. Pour 6554 départs recensés en 2016, ils étaient 1572 en 2017.

defend-1-768x1090.jpg

L’ONG identitaire communique :

« -76% ! C’est l’ampleur de la baisse de départ de migrants clandestins depuis la Libye sur les dix premiers jours du mois d’août par rapport à la même période en 2016.

Cette chute des départs de clandestins n’est pas le fruit du hasard mais la conséquence de décisions politiques prises par l’Italie et de ses négociations avec Tripoli. Cependant le gouvernement de gauche qui siège à Rome n’a agi que grâce à la pression médiatique croissante depuis plusieurs semaines en Italie. Une pression à laquelle la mission Defend Europe n’est pas étrangère, il suffit de consulter la couverture médiatique de ses dernières semaines pour le vérifier. Notre initiative montre que des citoyens européens peuvent s’organiser à la base pour agir efficacement à la place des Etats. Ce faisant, nous contraignons ces derniers à prendre leurs responsabilités. A un moment décisif, dix hommes sur un bateau soutenus par des millions d’autres à terre pèsent plus lourds que toutes les ONG du charity-business.

Cette baisse du nombre de traversées de clandestins prouve définitivement que les opérations sauvages des ONG créaient un véritable appel d’air. Il reste maintenant à l’Europe de mettre en place une véritable politique à l’australienne de « No Way ».

Retrait des ONG « humanitaires »

Cette mission de surveillance est à mettre en parallèle avec le retrait progressif des ONG « humanitaires » (MSF, Sea-Eye et Save the Children ..) depuis que les autorités italiennes ont levé le voile sur la complicité entre ces ONG et le trafic de migrants, et depuis que les autorités libyennes ont mis leur veto afin que ces ONG ne pénètrent plus dans les eaux territoriales libyennes.

MSF comme d’autres ONG allaient en effet jusque dans ces eaux afin de récupérer des migrants secourus en mer (ou amenés par les trafiquants) avant de les amener jusqu’aux côtes européennes (au lieu des les sauver et de les ramener sur les côtes africaines).

Les autorités libyennes comptent par ailleurs sur l’aide financière de l’Europe – ce qui peut se comprendre dans un pays dont le chaos est né justement des opérations de déstabilisation menées par les Européens et les Américains – pour bloquer les migrants sur le continent africain. L’aide demandée est de 20 milliards de dollars.

 « Nous devons travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4 000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du Sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d’œuvre, mais il me manque les moyens », explique Khalifa Haftar, chef d’une force autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL)

Incontestablement, c’est par l’action cumulée de la justice italienne et des autorités libyennes, mais aussi grâce au coup de communication de Defend Europe (et cela malgré la désinformation généralisée et le parti pris pro migrants de la presse subventionnée) que la crise migratoire sans précédent que connait l’Europe aujourd’hui et depuis quelques années, pourrait bien changer de cap dans les mois à venir.

Car si la presse subventionnée ainsi que certaines élites politiques et économiques voient d’un bon oeil (entre angélisme, idéologie et mauvaises intentions) ces vagues migratoires destinées à changer le visage de l’Europe, ils sont de plus en plus nombreux, à l’Est, en Europe centrale, mais aussi en Italie, en France, en Allemagne …à vouloir fermer le robinet, conscients de l’enjeu de civilisation qui se trame derrière cet avant goût du Camp des saints. 

11:14 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.