Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 décembre 2018

CHANGER DE CAP

Le billet de Patrick Parment

fronton-statue-de-la-republique.jpg

Les Gilets jaunes sont la version émergée d’une crise plus profonde, celle de la vision d’un monde qui refuse de mourir sous la barrière étoilée du capitalisme financier et d’une mondialisation qui trouve son unique justification à la Bourse. Voici belle lurette que la démocratie est un leurre, un cache-misère d‘une oligarchie omniprésente. Comme dans tout régime relevant tant de la monarchie que de la démocratie, ce sont les corps intermédiaires qui font marcher le système, ceux-ci constituant un pont nécessaire entre le peuple et le pouvoir. Par le biais de la noblesse en régime monarchique, par les élus entre la classe moyenne – ouvriers inclus -, et le pouvoir en démocratie. Or, ce système ne fonctionne plus. A cela plusieurs raisons.

L’Etat lui-même s’est financiarisé. On l’a bien vu avec les cadeaux fiscaux consentis par Macron aux satrapes du CAC 40. Par le déséquilibre créé entre les communautés territoriales et le pouvoir central, en les privant de toutes marges de manœuvre économiques. Ce qui par voie de conséquence revient à marginaliser ses élus. 

Macron a cru que tout lui était désormais permis avec son élection et la réduction à rien des partis politiques. Ce en quoi il s’est lourdement trompé puisque la réponse est populaire comme c’est le cas à chaque crise grave que traverse notre pays. La réponse à la crise ne consiste pas à distribuer de l’argent pour calmer les ardeurs. Le peuple ne demande pas plus d’assistanat mais de la reconnaissance. La solution passe par un rééquilibrage des territoires de manière à ce que l’on ne parle plus de « désert français ». Rééquilibrer aussi le monde du travail en arrêtant la désindustrialisation de ce pays et en protégeant nos paysans qui sont le moteur de notre industrie agroalimentaire. En oeuvrant pour sortir d’une vision purement industrielle largement prônée par la FNSEA. Cela passe également par une réflexion sur la grande distribution en redéfinissant ses rôles.

Autre volet en instance : la réduction du train de vie de l’Etat et de ses hauts fonctionnaires, issus de l’Ena notamment, qui ont phagocyté tous les postes à responsabilité, bien souvent de leur irresponsabilité. A titre d’exemple, on citera le document publié en annexe de la loi de finances pour 2012 et qui recense 652 commissions pour la plupart Théodule. Ainsi, on trouve une « Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations intervenues du fait des législations antisémites en vigueur pendant l’Occupation » de dix membres qui nous coûte  2,5 M€ par an. Est-ce bien raisonnable ? Ou encore une « Commission de recours contre les décisions de refus de visa d’entrée en France », de cinq membres pour la modique somme de 192 000 €, etc. En annexe, mieux contrôler les dépenses des chefaillons régionaux qui à l’image d’un Michel Vauzelle (PS) en Paca n’avait rien trouvé de mieux que de doubler le musée de la Méditerranée voulu par Jean-Claude Gaudin. Coût : 60 millions d’euros foutus en l’air.

Enfin, dernier gros volet, l’immigration et notamment son coût. Là, il y a fortement à dire et on connaît des solutions peu coûteuses comme la suppression des allocations aux familles de délinquants, des aides aux immigrés clandestins, etc, etc. La suppression des aides sociales renverrait illico bon nombre d’immigrés chez eux. Le chantier est ouvert.

On voit bien qu’à travers la révolte des gilets jaunes se dessine une autre vision du territoire et de la répartition de ses ressources. Il ne nous semble pas qu’Emmanuel Macron soit la personne idoine pour mener à bien de telles réformes. Mais qui ?

11:43 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.