Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 janvier 2019

Du désaveu à la sanction démocratique

les-voeux-d-emmanuel-macron-lundi-n-ont-pas-convaincu-une-majorite-de-francais-selon-un-sondage.jpg

Bernard Plouvier

Les dix-huit mois d’administration de la France par le Président Macron et son gouvernement, les dix-huit mois de spectacle médiatique indécent du couple Macron aboutissent à une fronde durable, sans précédent depuis la chienlit de 1968.

Un sondage rendu public la première semaine de 2019 tendrait à démontrer que 75% des Français sont très mécontents de l’Exécutif... et l’on aimerait savoir quels sujets de contentement peuvent avoir les 25% restant, car il n’y a assurément pas 25% de millionnaires en euros au sein de la Nation, soit les seuls Français qui pourraient être satisfaits du gouvernement ultraréactionnaire, dirigé par le tandem Macron – Philippe.   

Il serait d’ailleurs bon que les « politologues » - cette engeance fondamentalement inutile – et les journalistes comprennent enfin que seuls représentent « l’Extrême-Droite » les hommes et les femmes voués à la conservation des privilèges des puissances d’argent.

Macron, Philippe et consorts, qui œuvrent à l’évidence pour les financiers internationaux, créanciers-charognards de l’État français (et des autres États européens, mais c’est l’affaire des autres Nations d’Europe), qui alimentent les bénéfices des multinationales de la production et de la distribution des biens de consommation – qui sont les uniques bénéficiaires de l’immigration-invasion que nous subissons, sans avoir été consultés, en négation du principe démocratique -, ces parvenus au pouvoir, forment la pire réaction que nous ayons connue depuis les débuts de la VRépublique.

Même Georges Pompidou, qui était déjà un « homme des Rothschild », n’avait pas osé en faire autant pour le grand capital et ses titulaires que les hypocrites de la « République en marche »... vers un désastre économique et financier sans précédent, mais surtout – et c’est infiniment plus grave – vers l’anéantissement de notre Nation.

Charles De Gaulle était, certes, un général de guerre civile, mais du moins savait-il que la France est peuplée de membres de la race européenne et s’opposait-il à son invasion par les Extra-Européens. Il est de bon ton, en nos jours de confusion sémantique et d’abjecte démagogie tiers-mondiste – ou mondialiste, comme on voudra - d’en faire « un raciste ».

Mais s’il faut affronter ce qualificatif, qui effraie les esprits simples ou émotifs, pour libérer notre patrie des envahisseurs qui n’ont rien, absolument rien à y faire, alors affrontons-le !

Il est absolument nécessaire, en cette année 2019, d’exploiter, pour le salut de notre Patrie et la sauvegarde de notre Nation, le mouvement de rejet de l’abjecte mondialisation qui est incarné – de façon malhabile, c’est évident – par l’émotion populaire durable des Gilets Jaunes.

Il est grand temps que les Français de souche européenne comprennent que les clivages droite-centre-gauche ne signifient plus rien en cette ère d’économie globale qui nous tue.       

Il n’existe qu’une alternative : ou l’on continue de subir la véritable réaction - celle du grand capital international – ou l’on se lance dans l’expérience populiste. Les échéances électorales prochaines ne seront qu’un test et sûrement pas le plus important. L’essentiel est de regrouper la Nation autour d’idées simples orientées vers la conservation et l’accroissement du Bien Commun. Rien ne se fera sans un chef, jeune, dynamique et charismatique, capable d’unir les forces vives de notre Nation.

15:26 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.