Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 février 2020

Christine Tasin condamnée à 4 mois de prison avec sursis pour avoir dénoncé le terrorisme islamique

christine-tasin-presidente-de-resistance-republicaine-le-16-septembre-2010-a-dijon-1_5010405.jpg

Communiqué de Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque.

La 10e chambre correctionnelle de Paris vient de rendre son verdict. Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, qui lutte depuis de longues années contre l’islamisation de notre pays, vient donc d’être condamnée à quatre mois de prison avec sursis, pour apologie du terrorisme.

La plainte émanait du CCIF, association proche des Frères musulmans, qui se livre à un véritable djihad judiciaire, en France, pour interdire toute critique de l’islam, comme si notre pays, qui a longtemps symbolisé l’insolence, l’irrévérence et la parole libre, devait se soumettre aux lois de la charia. Cette officine a ainsi, entre autres, déposé plainte contre Georges Bensoussan, Eric Zemmour, Pascal Bruckner, Céline Pina et même Natacha Polony !

Le Parquet a relayé la plainte de l’association, et a appuyé, à deux reprises, la demande des avocats du CCIF (dont l’un, Ouadie El Hamamouchi est un élu socialiste) de différer la date du procès, sous l’incroyable prétexte qu’ils n’auraient pas eu le temps d’étudier le dossier.

Et cela fut accordé à deux reprises, alors que l’accusée avait fait le déplacement.Lors du procès, qui se tint enfin, au mois de décembre, le procureur osa demander 6 mois de prison, dont 4 mois fermes, sans cacher une volonté de faire taire, ainsi, Christine Tasin, et lui interdire toute critique de l’islam, et toute information sur ce dogme qui sortirait du politiquement correct.Dans un contexte où la jeune Mila, 16 ans, ne peut plus aller à l’école depuis deux semaines, pour avoir dit, en termes crus, le mal qu’elle pensait de l’islam et du Coran, et où elle subit menaces de mort et de viols, ce verdict ne peut qu’encourager les soldats d’Allah qui, sur le territoire français, entendent interdire, par la menace ou la violence, 5 ans après les meurtres de Charlie Hebdo, toute critique de leur dogme.

Cette condamnation, voulue et impulsée par le Parquet, aux ordres du gouvernement, se situe quelques semaines après l’incroyable verdict délivré contre l’écrivain Renaud Camus, condamné à deux mois de prison avec sursis, et à une lourde amende, pour avoir affirmé qu’il préférait la guerre à la soumission !
Elle se situe dans le contexte où Eric Zemmour, qui, quatre soirs par semaine, redonne de l’oxygène au débat démocratique sur CNews, sera jugé dans quelques semaines pour incitation à la haine, suite à ses propos tenus lors de la Convention de la Droite.

Marine Le Pen et Gilbert Collard seront d’autre part jugés, eux aussi, pour apologie du terrorisme, pour avoir diffusé des images de la barbarie de Daesch, suite à une comparaison scandaleuse du journaliste Jean-Jacques Bourdin, entre l’Etat islamique et le Front national.

Lors de l’énoncé du verdict, le Président a fait savoir que ce verdict était bienveillant pour l’accusée, qui n’a pas été condamnée à de la prison ferme, et a expliqué que cela était sa dernière chance, et qu’elle devait le comprendre.

Naturellement, Christine Tasin fera appel, et, loin de se laisser intimider, continuera un combat mené depuis près de 15 ans, avec Riposte Laïque et Résistance républicaine, puisque, quotidiennement – il suffit de consulter l’actualité, en France et dans le monde – les faits, hélas, lui donnent raison.

19:28 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

PMA/Sénat : la réaction de Vincent Vauclin (La Dissidence française)

84811533_10162815901915332_5259327422641209344_n.jpg

19:12 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES OBSÈQUES DE ROGER HOLEINDRE AURONT LIEU JEUDI 6 FÉVRIER À PARIS

Présentation1.jpg

Note de présentation du livre "C'est Roger" sorti en octobre 2019 :

L’une des personnalités les plus marquantes, et aussi des plus attachantes, du mouvement national est incontestable­ment celle de Roger Holeindre. Militaire, il a combattu en Algérie et en Indochine ; journaliste, il a été grand reporter à travers le monde, écrivain, il a publié de nombreux ouvrages politiques et historiques, militant, il a été l’un des respon­sables de la campagne Tixier-Vignancour en 1965, l’un des fondateur du FN en 1973 et il a été député de Seine-St-Denis en 1986... Aujourd’hui président du Cercle national des combattants, le CNC, il est une figure reconnue et respectée du monde combattant... Toute sa vie, il n’a eu qu’un seul idéal : la France.

Roger a eu 90 ans en avril dernier. Dans ce livre entretien réalisé avec le journaliste Arnaud Menu, qui rassemble aussi de nombreux documents annexes, il raconte sa vie, ses engagements, ses espoirs et aussi ses peines. Comme on dit souvent dans les milieux nationalistes lorsque Roger Ho­leindre fait trembler les murs en poussant l’une de ses gueu­lantes légendaires contre le Système : « et oui, c’est Roger... »

Roland Hélie

Hélas, il faudra désormais s'habituer à dire :

"...et oui, c'était Roger". 

 

Diapositive1.jpg

 

 

Pour se procurer le livre C'est Roger cliquez ici

 

 

11:56 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réforme des retraites : Ô la belle arnaque !

Jean-Luc-Greau-Comment-lutter-contre-la-deflation-en-zone-euro-2762.jpg

C’est peu de dire que cette réforme des retraites ne satisfait personne, hormis leurs auteurs évidemment, et qu’elle vire à l’arnaque. Jean-Luc Gréau est un économiste sérieux qui officie chaque mois sur l’excellent mensuel Causeur d’Elisabeth Lévy. Dans cet article il nous démontre qu’une fois de plus ce sont bien les classes moyennes qui vont trinquer. Défendre et préserver le peuple n’a décidément guère de sens pour ces pseudo élites politiques qui nous gouvernent aux ordres qu’ils sont de cet immonde capitalisme financier.

Lire ICI

10:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un savoureux paradoxe

Francisque.pngGeorges Feltin-Tracol

Les syndicats les plus hostiles à la réforme des retraites d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe, à savoir la CGT, Force Ouvrière, la FSU, la CFE – CGC et SUD – Solidaires, suscitent à leur insu un plaisant paradoxe politico-historique.

Hormis peut-être le « cadre en chef » François Hommeril, Philippe Martinez, Yves Veyrier et Benoît Teste qu’on peut avec raison ranger à gauche et à l’extrême gauche défendent avec une belle ténacité l’actuel système par répartition. Ils se posent sans hésiter en héritiers de l’« esprit de résistance » de 1944 – 1945. Ils rappellent fort opportunément que l’actuel système de retraite a été proposé par le Conseil national de la Résistance et fut mis en application dès 1946 sous la direction successive du démocrate-chrétien Alexandre Parodi et du communiste Ambroise Croizat, tous deux ministre du Travail et de la Sécurité sociale. Dans leur cabinet ministériel respectif officiait néanmoins l’auteur véritable du projet : Pierre Laroque (1907 – 1997).

Malgré les difficultés inhérentes à la reconstruction et aux pénuries de l’après-guerre, Pierre Laroque a pu bâtir un système efficace dont les bases existaient déjà depuis 1941. Il en supervisait alors la réalisation en tant que bras droit de René Belin, vieux militant syndicaliste révolutionnaire de la CGT, influencé par Georges Sorel, qui dirigea le ministère du Travail et de la Production industrielle de juillet 1940 à avril 1942.

Écarté de l’administration dès l’entrée en vigueur du premier Statut des juifs en octobre 1940 pour cause d’une lointaine ascendance israélite, Pierre Laroque rejoignit vite la Résistance. Il en profita pour diffuser auprès des résistants, puis à Londres aux côtés des Français libres, son projet social qui ne différait pas de beaucoup de celui des hauts-fonctionnaires technocrates à Vichy et à Paris… À part les plus compromis dans la Collaboration, de nombreux fonctionnaires ont ainsi servi avec le même zèle l’État français du Maréchal, le gouvernement provisoire de la République française, la IVeRépublique (en particulier autour de Jean Monnet et de Robert Schuman), puis la Ve République naissante.

Deux des trois Premiers ministres du Général De Gaulle, Michel Debré et Maurice Couve de Murville, ont prêté en 1940 le serment de fidélité au vainqueur de Verdun. Chargé des questions financières à la Commission d’armistice de Wiesbaden, Maurice Couve de Murville était même le fonctionnaire le plus important du pays. Envoyé à Alger à l’initiative du chef de cabinet de Pierre Laval quelques semaines avant le débarquement anglo-saxon en 1942, il y retrouva le successeur désigné du Maréchal, l’Amiral François Darlan, venu au chevet de son fils malade. Une fois Darlan assassiné par des orléanistes gaullistes, le futur locataire du Quai d’Orsay de 1958 à 1968 fut ensuite proche du rival du général De Gaulle, le général Henri Giraud, avant de se rallier finalement à l’homme du 18 juin…

Le système de retraite par répartition s’appuie sur une indispensable solidarité entre les générations. Il s’inscrit bien sûr dans la politique nataliste décidée par le gouvernement Daladier en 1939, reprise ensuite par l’État français et les républiques suivantes. Il représente un magnifique don de la Révolution nationale. Il importe par conséquent de le maintenir intact et même de mieux le fructifier au quotidien.

Si les dirigeants syndicalistes protestataires connaissent probablement cette origine, ils ne le crient pas sur les plateaux télé, car une telle révélation risquerait de choquer maints sectaires au raisonnement manichéen. C’est très regrettable, car des défilés syndicaux entre Bastille et Nation aux chants de La Terre nationale et de Maréchal, nous voilà ! auraient une bien meilleure tenue.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°157, mise en ligne sur TV Libertés, le 27 janvier 2020.

00:15 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook