Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 février 2020

Poutine en Commandeur

3143518838_1_2_NZEUBP1o.jpg

Georges Feltin-Tracol

Le 15 janvier dernier, à la suite du discours annuel du président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, devant l’Assemblée fédérale regroupant la Douma d’État et le Conseil de la Fédération et en présence des ministres et des autres corps constitués, le président du gouvernement Dmitri Medvedev en place depuis plus de sept ans présentait sa démission et celle de son équipe. Le président russe l’acceptait aussitôt et nommait Mikhaïl Michoustine nouveau Premier ministre.

Le discours présidentiel a surpris tous les observateurs puisque Vladimir Poutine y annonce une série de réformes constitutionnelles valables pour 2024 au terme de son quatrième et ultime mandat. Au pouvoir depuis 1999, le président russe aspire en effet à une retraite… active, car il ne peut pas ne pas se préoccuper de l’avenir de son pays. Il a toujours en mémoire l’erreur majeure de Medvedev en 2011 qui en s’abstenant entérina la chute de Kadhafi en Libye. Alors président du gouvernement, Vladimir Poutine ne put pas s’opposer à cette décision catastrophique pour l’équilibre géopolitique du Sahel. Il s’inquiète aussi des événements survenus au Kirghizistan voisin. En août 2019, le président kirghize Sooronbay Jeenbekov a fait arrêter son prédécesseur, Almazbek Atambaev, qui venait de voir son immunité levée par les députés.

Vladimir Poutine sait que le pouvoir à Moscou n’est pas monolithique. Son assise repose sur différents clans qui correspondent imparfaitement au clivage entre libéraux et siloviki (membres des organes de sécurité), et entre technocrates et « Saint-Pétersbourgeois ». En arbitre suprême, Vladimir Poutine garantit la bonne marche de l’ensemble malgré de féroces et fréquentes frictions internes. Comment dès lors en maintenir la cohésion, la cohérence et la pérennité ?

Soucieux de respecter la Constitution qui interdit plus de deux mandats consécutifs, le président russe a d’abord tenté d’accélérer l’intégration toujours inachevée de la Russie et du Bélarus dans leur État de l’Union datant de 1997 et de 1999. Si cette union s’était réalisée, le président russe aurait pu prétendre à une éventuelle présidence supranationale. Il aurait ainsi imité Slobodan Milosevic qui, de président de la Serbie (1989 – 1997), passa à la présidence fédérale de la Yougoslavie (1997 – 2000), et Milo Dukanovic tour à tour président (deux fois) et Premier ministre (cinq fois) du Montenegro. Mais le président bélarussien Alexandre Loukatchenko a refusé ce scénario, rendant pour l’occasion la monnaie de sa pièce au locataire du Kremlin qui lui avait interdit de visiter à l’improviste les gouverneurs régionaux russes au début des années 2000. Respectueux de la souveraineté étatique, sauf peut-être pour l’Ukraine, Vladimir Poutine a renoncé à cette option.

La démission surprise en 2019 du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev l’a en revanche fortement intéressé. Noursoultan Nazerbaïev n’est plus chef de l’État; il conserve cependant le titre de « Chef de la nation », continue à présider à vie le Conseil de sécurité du Kazakhstan et dirige le parti au pouvoir. Il se met donc en arrière-plan tout en gardant un droit de regard sur les questions vitales du pays. Le dirigeant kazakh s’inspire de l’exemple chinois de Deng Xiaoping qui, bien que retraité politique dès 1990, bénéficia d’une primauté de fait jusqu’à son décès en 1997. Il sut préparer les décennats de Jiang Zemin et de Hu Jintao (1993 – 2013).

Conscient enfin de l’impopularité du gouvernement fédéral, de l’impéritie du parti Russie unie et des faiblesses intrinsèques de la fédération russe, Vladimir Poutine organise sa succession et sculpte sa future statue de Commandeur. Le prochain président russe sera contraint à deux mandats uniquement. Le président du gouvernement et les ministres dépendront de la Douma d’État. La Cour constitutionnelle, le Conseil de la Fédération et d’autres organes administratifs verront leur influence s’accroître. Tout restera néanmoins polarisé par Vladimir Poutine, président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie dont Dmitri Medvedev en tant qu’ancien chef de l’État en est déjà l’adjoint, et du Conseil d’État. À l’instar du Politburo soviétique ou du Conseil de discernement iranien, cette dernière structure regrouperait autour de Poutine le président russe, le chef du gouvernement, les présidents des deux chambres, les gouverneurs régionaux, voire les représentants des conglomérats économiques (Gazprom et le complexe militaro-industriel).

Ne s’abaissant plus dans la politique quotidienne, domaine du Premier ministre, ni dans le maintien de l’unité fédérale, mission du prochain président, Vladimir Poutine se réservera pour la Grande Politique. Il supervisera ainsi son successeur en matière diplomatique et militaire. Le Vatican a déjà son pape émérite, Benoît XVI. Il est fort possible qu’après 2024, voire peut-être avant, la Russie ait son propre président émérite, le grand Revizor de l’État-continent.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°158, mise en ligne sur TV Libertés, le 4 février 2020.

11:27 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook