Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 février 2020

Arrêtons le massacre !

nature.jpg

Le billet de Patrick Parment

J’avoue ne pas très bien comprendre l’entreprise de démolition morale qu’instruit l’homme blanc occidental. Masochisme, lassitude, effondrement de la vigueur de la race ? Bien évidemment tout cela procède de cette gauche aux contours multiples qui gangrène depuis des décennies nos sociétés à coups de l’homme est bon, c’est la société qui le rend mauvais. Et l’influence de l’ex-URSS n’y est pas étrangère non plus qui a poussé à la roue dans ce sens pour vaincre le capitalisme. Mais, ce dernier n’est pas non plus étranger à l’affaire. Il lui fallait aussi abattre les barrières identitaires des peuples qui agissent comme autant d’obstacles à son expansion. A savoir la conquête des marchés. A gauche, comme à droite, dans leur version finale - celle d’après 1945 – ils ont trahi leurs pères fondateurs qui, tous, à des titres divers, entendaient officier pour le bien-être de l’homme et de la société. Ou, du moins, à l’amélioration de ses conditions de vie sur terre.

Il est bien évident que l’on ne saurait mettre dans le même sac un Karl Marx, Joseph Proudhon qu’un Tocqueville, Benjamin Constant, Frédéric Bastiat et consorts. Mais, au fond tout ce petit monde se retrouve dans le même chaudron à boire la même soupe qui n’a rien de la potion magique d’Astérix. Dans le même temps, la science et l’économie ont remplacé les idéologies et les billevesées liées à un soi-disant progrès. C’est ce qui nous a amené à parler d’anthropocène, cette idée saugrenue où l’homme aurait pris le pas sur la nature au point de la modifier à sa guise. La réalité est tout autre. L’homme est en train de se suicider. Car, quoiqu’il fasse, quels que soient ses pouvoirs, la nature aura au final raison de lui.

Qu’est-ce ce qui caractérise notre époque en ce premier quart du 21e siècle ? La course au profit. Et, de ce point de vue, Donald Trump est un mètre étalon. Il est en plein déni de réalité et ne jure que par les bons résultats de l’économie américaine. La Chine, qui a entrepris son entrée dans la modernité à coup de marche forcée, voit aujourd’hui la nature se venger avec l’irruption soudaine d’un coronavirus qui est en train de ralentir sérieusement son économie, voire de la mettre en péril. Car ce virus n’est jamais que la réponse à la modification de ses écosystèmes. Ce qui était déjà le cas avec le Sras.

La question qui se pose est de savoir comment sortir de cet engrenage qui nous mène droit à notre propre perte. En matière d’écologie, et par-delà le réchauffement climatique, tous les voyants sont au rouge. L’homme est en train d’épuiser les ressources nécessaires à sa survie.

Quels sont les remèdes ? Voici la bonne question. Et la réponse n’est pas d’ordre scientifique ou économique, sauf par voie de conséquence. Il est dans l’émergence des courants populistes qui commencent à gonfler sur la planète européenne. L’Europe, qui avait perdu le sens de son histoire au sortir de la Deuxième Guerre mondiale pourrait retrouver ce goût de l’aventure qui, au fond, ne l’a jamais vraiment quitté, en décrochant du modèle économique dominant – néolibéral - et par un retour à une économie restreinte aux besoins des peuples et non à sa surproduction. En modifiant notre environnement plus en accord avec la nature et en cessant de l’exploiter à outrance. Cette nature qui demeure notre seule et unique richesse.

Utopique me direz-vous ? Pas tant que cela. Car si l’homme n’y vient pas par raison, il sera obligé d’y venir par nécessité. C’est-à-dire, faute d’avoir le choix au risque de disparaître.

11:50 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.