Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 mai 2020

Ces minables députés "de droite" qui votent la loi liberticide Avia

loi-liberticide-avia-liste-courageux-censeurs-couards-588x330.jpg

POUR INFORMATION :

le résultat du vote de la loi Avia sur Polémia cliquez ici 

 

23:30 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de TV Libertés du mercredi 13 mai 2020

TVL CONF.jpg

23:04 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Deutschsland uber alles !

drapo allema.jpg

Le billet de Patrick Parment

La pandémie que connaît l’Europe ne fait pas qu’affecter les individus mais elle fait  également remonter à la surface ce que Herman von Keyserling, dans un ouvrage célèbre, intitulait la psychologie des peuples. Chaque peuple a sa propre personnalité et si l’Europe repose sur une unité raciale, religieuse et historique, chaque peuple diffère par sa mentalité et ses mœurs. Si c’est en effet la guerre qui a été le moteur du développement de la civilisation européenne – guerres essentiellement territoriales, il faut le souligner – jamais elles n’ont atteint une telle intensité et une telle absurdité que les deux dernières guerres mondiales, conséquence directe de l’émergence d’une nouvelle gouvernance en Europe, démocratique et républicaine. Nos monarchies étaient régies par une vision politique de leur espace, la République par l’argent et la corruption. Donc mondialiste par essence !

La Première Guerre mondiale a eu pour cause la volonté des Anglais de détruire l’appareil industriel allemand, la Seconde fut une guerre idéologique basée sur le refus du chancelier Hitler se soumettre à une vision capitaliste et anglo-saxonne du monde. Raison pour laquelle au sortir de 1945, l’idée a germé chez les Européens de bâtir une union européenne afin d’éviter toute nouvelle boucherie dont, au final, nous seuls faisons les frais. C’est ainsi qu’on a accouché de l’Union européenne, une institution qui va se révéler bancale mais qui a suscité un véritable engouement européen parmi les peuples. C’est en effet un « machin » mal géré mais qui au final, ne demande qu’à être réformé. Sa disparition serait bien pis que son maintien, à l’heure où – malheureusement – les nations s’effacent au profit d’ensemble continentaux : l’Asie, la Chine, l’Amérique, la Russie et le nain qu’est l’Europe. Mais un nain géographique uniquement puisque c’est le lieu même qui a donné au monde sa configuration actuelle. Avec tous les défauts que cela comporte évidemment.

L’irruption du coronavirus à l’échelle mondiale vient subitement bouleverser l’ordre du monde qui s’était installé à la suite de la chute du communisme et l’émergence d’un capitalise financier dévastateur et mortifère. L’Europe est particulièrement touchée, nos économies sont à plat, un chômage de grande ampleur nous guette et voici soudain que l’Allemagne, par la voix de sa Cour constitutionnelle, remet en cause l’existence même de cette union en refusant que le droit communautaire s’impose au droit allemand. L’Allemagne fait soudain preuve d’un nationalisme qu’on ne lui connaissait pas étant donné l’application qu’elle met à en tuer toute résurgence. Entendons-nous bien, le nationalisme que nous prônons n’est pas anti-communautaire, bien au contraire. Il est pour que chacun au sein de la Communauté conserve son identité, sa personnalité et que sa finalité ne soit pas essentiellement monétaire.

L’urgence devant laquelle nous sommes est bien d’ordre financier, à savoir d’éviter que nos économies d’effondrent et que tout le tissu économique et social que représentent nos PMI/PME et autres artisans ainsi que nos grandes entreprises ne disparaissent. Car, il y a fort à parier que ce serait la porte ouverte à une guerre sociale dont on ne peut mesurer les conséquences.

Or, c’est précisément à l’heure même où l’Europe peut faire preuve de sa solidarité et donc de son utilité que l’Allemagne risque d’abandonner le navire. Elle, dont on dit aussi qu’elle en est le véritable moteur. La question que l’on se pose est : face aux juges de la Cour suprême de Karlsrhue, que pensent les Allemands de cette initiative ?

A l’heure où la solidarité doit jouer, ce que propose Emmanuel Macron n’est pas stupide : mutualiser les dettes et les faire prendre en charge par la Banque centrale européenne (BCE). Et donc dépasser le clivage qui sourd entre une Europe du Nord, économe et une Europe du Sud dépensière. Doit-on rappeler que ces pays du Nord et l’Allemagne en particulier ont laissé la Grèce se débrouiller avec les vagues migratoires, au même titre que l’Italie, l’Espagne et la France. Cette Europe du Nord s’est défilée quand le Sud était confronté à une véritable invasion, tout comme personne n’a rien eu à dire quand la mère Merkel a légalisé un million d’immigrés. Revers de la médaille, ces pays du Nord commencent à se rendre compte des ravages socio-économiques et culturels que causent les immigrés et la présence d’un islam qui n’a rien à faire ici.

La disparition de cette Europe, même bancale, risquerait d’être au final pire que son maintien.

13:49 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Loi Avia : une arme de plus pour la police politique de la pensée.

97352325_10213901266925299_7014641468019048448_n.jpg

Un communiqué de Jean-François Touzé,

Délégué général du Parti de la France

La "loi contre les propos haineux sur internet" dite loi Avia du nom de la députée LREM qui en fut l'inititiatrice et en reste la propagandiste, texte déjà voté en première lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat en début d'année, sera à nouveau discutée ce mercredi dans l'hémicycle du Palais Bourbon et sans doute votée, achevant ainsi, dans l'indifférence d'une France "Coronacentrée", sa navette parlementaire.

Cette loi, venant après tant d'autres, vise à museler toute parole considérée comme non-conforme par la police de la pensée d'un régime qui veut la glaciation éternelle de la libre parole française. Sa spécificité est le caractère volontairement globalisant et flou des supposées infractions contre laquelle elle se propose de sévir. C'est ainsi qu'en plus d'une longue série de mesures aggravant les lois existantes, elle obligera de manière totalement arbitraire les responsables de plateformes numériques et de réseaux sociaux à faire disparaitre sous 24h tout contenu pouvant être jugé haineux.

La notion de contenu haineux ne pouvant, en droit, être défini, on voit bien quel usage pourra faire le pouvoir de cette loi et le Système de ses nombreux articles, afin de faire taire toute critique et d'interdire toute opposition de fond. D'autant que les plateformes concernées, par crainte des amendes autant que par collaboration idéologique avec le gouvernement, auront à cœur d'en appliquer les dispositions avec zèle, rapidité et sans aucun esprit de discernement.

Les rapports de force au sein de l'Assemblée étant ce qu'ils sont et la couardise de tant de députés prétendument d'opposition ce qu'elle est de toute éternité, la loi Avia, malgré quelques voix courageuses qui s'exprimeront, sera votée. Et la France s'enfonçera un peu plus dans la nuit soviétique du totalitarisme post-democratique.

Demain, quand nous aurons accédé aux responsabilités, nous abrogerons ces lois liberticides. L'Etat national saura être fort et imposer implacablement son autorité sans recourir aux moyens anciens de la Stasi.

10:38 Publié dans Communiqués de presse, Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi 14 mai : un nouveau RDV avec l'académie Europe

2545.jpg

VINCENT CHAPIN a écrit des livres et des contributions dans la ligne de l’Internationale situationniste et l’analyse de la communication ainsi que sur la philosophie traditionnelle. En particulier : Le 11 Septembre comme Construction d’un Évènement (En Collectif) ; La Lutte contre les Discriminations comme Dispositif de Domination (2006) La Voie du Guerrier – Julius Evola dans la Lutte Initiale (Avatar, 2009).

La pandémie actuelle est, pour lui, l’occasion d’écrire un court ouvrage condensant ses thèmes de travail : LE PRINTEMPS NOIR DE 2020, OU LE KRACH DU SYSTÈME SPECTACULAIRE.

La problématique de ce livre est de montrer que 2020 est une crise aussi profonde que celle de 1929 concernant l’économie, ou que les deux guerres mondiales concernant la politique : mais cette fois la crise provient de l’inflation du système informationnel, ayant formé l’analogue informationnel d’une bulle financière, et ne se comprend dans toutes ses dimensions qu’ainsi. La crise est par principe catastrophe et opportunité. Cette crise marque sans doute la fin de la période du « monde libre » né après 1945, comme la chute du mur de Berlin avait marqué la fin du monde communiste. Elle nous montre le retour de propensions historiques écartées depuis presque un siècle.

00:01 Publié dans Gabriele Adinolfi, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook