Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 mai 2020

Dans son nouveau livre, édité chez Dualpha, Farid Smahi s'élève contre la binationalité

Fracture-nationale-quadri.jpg

Farid Smahi, ancien conseiller régional francilien et proche de Jean-Marie Le Pen, est hostile à cette hérésie juridique que constitue la binationalité. Celle-ci encourage la république à fabriquer des nationaux hybrides et déracinés...

Il dresse ici un constat édifiant et considère qu’il y aura dans quelques années des millions de citoyens binationaux avec toute la dangerosité que cela représente… Pour Farid Smahi, « Le cheval de Troie est dans nos murs ! ». Il est temps de réagir, c'est ce qu'il fait dans ce livre argumenté. On sait que l'auteur n'a pas sa langue dans sa poche... A vous de vous faire une idée.

La fracture nationale, les dangers de la binationalité, Farid Smahi, Dualpha, 176 pages, 23 euros (+ 5 euros de port).

Pour le commander cliquez ici

 

19:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro d'Eléments est sorti...

101167916_3082419911814023_6301106800104046592_o.jpg

N°184, juin juillet 2020, 6,90 euros,

chez votre marchand de journaux

13:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

MINNEAPOLIS : L’AMALGAME BAT SON PLEIN

1316294-10550945882jpg.jpg

Franck Buleux Metainfos cliquez là

Après trois jours de manifestation à Minneapolis, dans le Minnesota, et dans plusieurs villes à travers les États-Unis, le policier blanc mis en cause dans la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, a été inculpé d’homicide involontaire, ont annoncé les autorités fédérées vendredi 29 mai. « Le policier impliqué, qui a été identifié comme Derek Chauvin, a été placé en détention » par la police criminelle, a déclaré le commissaire John Harrington, du département de la sécurité civile de l’Etat du Minnesota.

Le procureur du comté de Hennepin, où se trouve la ville de Minneapolis, a annoncé que ses services l’inculpaient d’acte cruel et dangereux ayant causé la mort et d’homicide involontaire. Des poursuites devraient être engagées contre les trois autres policiers.

L’affaire est donc close. La justice fédérée (donc, décentralisée) suit son cours dans un État de droit où l’ancien Président donne des leçons de démocratie et de morale fréquemment. Imaginez en France, si Hollande et Sarkozy commentaient les actes de Macron, comment la presse mainstream les raillerait. Donc, en cas de dérive, le sage Obama intervient, précisant sa pensée selon laquelle « Trump, ce n’est pas bien ! ». Cela permet de simplifier les clivages entre le bien et le mal, véritable source de l’amalgame à l’américaine.

Car l’affaire n’est pas close car il y a le principe de l’amalgame. L’amalgame se veut plus fort que la justice car il s’y substitue.

Oui, je vous explique : lorsqu’un Européen, dans nos contrées, est tué par un extra-européen d’origine ou de papiers, c’est un fait unique, un fait divers, à qui un juge va donner une réponse unique, ce qui est, somme toute, logique. De toute façon, les journalistes veillent pour éviter, ce qu’ils appellent eux-mêmes l’amalgame. Donc, on ne bouge pas, pas une oreille. Dans ce sens, l’amalgame est ridicule, voire interdit, même criminel de l’invoquer.

D’une autre façon, a contrario, si un individu extra-européen d’origine, Afro-Américain comme l’on dit aux États-Unis (même si cette population n’a jamais mis les pieds en Afrique et n’y tiens, pour la plupart, probablement pas) est tué, comme il est indiqué ci-dessus, l’amalgame est de rigueur, il devient même le principe : le policier est blanc, tous les policiers (blancs ?) sont des tueurs de citoyens afro-américains en puissance. C’est un syllogisme absolu, sans retour. Pour s’exonérer de toute responsabilité a priori, il faut (peut-être) être un policier afro-américain (et encore…) ou surtout un policier blanc progressiste (du style, je reconnais que mes collègues de couleur blanche sont désagréables avec la pullulation afro-américaine).

Mais pourquoi en rester là ? Vous avez vu les images, elles sont forcément à la une des journaux télévisés nationaux français (pour dénoncer le « racisme » des États-Unis (pas « aux États-Unis » mais « des États-Unis »), racisme intrinsèque de la population blanche unilatéral, forcément unilatéral). Les images montrent une expression singulière de haine… raciale contre toutes les structures : police, commerces, mobilier urbain, automobiles… et il ne m’apparaît pas que les Blancs soient en sécurité dans ce concert de feux, de violence et de saccages. Tout ce qui provient, en quelque sorte, de l’Amérique des origines, celle née de l’immigration européenne, a mauvaise presse et se doit d’avoir mauvaise conscience. L’ethno-masochisme à l’européenne doit aussi s’appliquer aux États-Unis, n’est-ce pas pour cela qu’ils avaient élu Obama ? Toujours ce principe bi-millénaire de rédemption. Parce qu’un Blanc est inculpé (on dit toujours « inculpé » outre-Atlantique, cela vient du latin « culpa » tout simplement. La France, pays de l’absence de toute pensée, on dit « mis en examen »).

Alors, nous, les Européens, nous regardons cela dubitativement, de Gaulle nous a appris à nous méfier des États-Unis, depuis quatre ans, les médias et les politiques nous conditionnent à détester le président américain, Trump, parce qu’il n’est pas Obama. Il n’y a pas d’autre raison, il n’a pas (encore) bombardé la Normandie, il n’a pas utilisé la bombe atomique, il n’a pas envoyé de napalm sur le Viêt-Nam, il n’a pas été destitué malgré les efforts du Parti démocrate obamesque. Bref, en matière de politique extérieure, il n’est pas un ennemi  bien au contraire.

Ah, oui mais il est gros, grand, blanc, blond, son épouse est d’origine est-européenne… Ah oui, évidemment. En France, pour être président américain, il faut être mince, brun, noir, né à Hawaï… Les Français seraient appelés à voter aux États-Unis, il y aurait moins d’abstention que pour nos propres élections ! C’est logique, puisqu’on ne connaît pas son député mais on connaît Trump ! Et monsieur Obama.

Une dernière remarque qui me paraît essentielle, quand les banlieues françaises s’embrasent (cela arrive régulièrement, à Argenteuil par exemple, il me semble), il s’agit de crises sociales. Oui car il y a moins d’argent à St-Denis, en Seine-Saint-Denis, qu’à Aubusson, dans la Creuse… Si un journaliste le dit, il faut le croire, nonobstant la puissance de l’économie souterraine (non déclarée) qui pullule en Île-de-France. Donc, de temps en temps, il y a des émeutes sociales. Aux États-Unis, ce sont des émeutes raciales, la notion de « race » interdite en France étant toujours en vigueur outre-Atlantique.

On le voit, la dénomination journalistique est essentielle, amalgame des blancs racistes contre l’interdiction d’amalgame pour les autres, émeute sociale contre émeute raciale. C’est ainsi, la puissance des mots n’a jamais été aussi puissante et prégnante sur nos concitoyens qui, d’ailleurs, pour la plupart, s’y complaisent par facilité, plus que par conviction.

Aux États-Unis, les émeutes raciales battent leur plein, dans la logique de l’amalgame prenant naissance dans l’élection de Trump. Voilà ce qu’il faut penser et clamer.

Pour les États-Unis, le but à l’intérieur est la défaite de Trump et à l’extérieur, la décrédibilisation des États-Unis comme première puissance mondiale incontestée et incontestable. Certains peuvent s’y laisser prendre.

La France, passionnée par le confinement et le déconfinement, n’est pas à l’abri d’une « racialisation » des émeutes sociales. La mèche est inflammable à tout moment et si jamais, une brigade (oui, il y a bien des brigades contre le Covid-19) contre la police dénichait un « Chauvin », l’amalgame serait de mise.

D’ailleurs, un policier américain qui s’appelle « Chauvin » ne serait-il pas d’origine française ?

10:41 Publié dans Franck Buleux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

09:03 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retour sur le documentaire de LCP sur mai 1940 : "De Gaulle, premières batailles".

jpg.jpgAndré Posokhow

Dans le cadre des émissions « De Gaulle premières batailles », il a été possible, le 25 mai 2020, de regarder sur LCP un documentaire d’une heure sur les batailles de Montcornet et Abbeville auxquelles a participé le colonel De Gaulle à la fin du mois de mai 1940.

Ces deux engagements ont déjà été abordés dans un article pour Synthèse nationale. Il est juste de souligner le grand talent de Serge Tignères pour détailler les affrontements et pour faire revivre les combats d’il y a 40 ans dans les paysages d’aujourd’hui.

Les interventions d’historiens de haut niveau, aussi bien au cours du documentaire que pendant le débat de 40 minutes qui a suivi, ont évité bien des pièges de l’historiquement correct. Malheureusement ce n’a pas toujours été le cas de certains des propos tenus par la voix off tout au long du documentaire.

Il est vrai que des milliers de Français ont répondu à l’appel du 18 juin 1940 et rejoint les rangs de la France libre et de la Résistance pour combattre et, pour beaucoup, sacrifier leur vie.

Mais ce ne sont pas les cohortes de la France libre qui ont permis de reconstituer « la puissance militaire » de la France. Cela a été l’œuvre, à partir de l’Armée d’Afrique, du général Weygand, puis des généraux Juin et Giraud. Lorsque De Gaulle a pris le pouvoir en Afrique du Nord en 1943, il a trouvé un instrument de combat déjà constitué à partir de peu de choses et qui avait combattu vaillamment en Tunisie. 

Le livre de De Gaulle Vers l’armée de métier est évoqué et à juste titre, car l’auteur a été un grand lanceur d’alerte par ambition mais aussi au risque de sa carrière. Trois points peuvent retenir l’attention :

- non la ligne Maginot n’a pas été inutile, ce qu’a confirmé l’historienne Alya Aglan pendant le débat. Mais les erreurs stratégiques de Gamelin ont fait obstacle à l’économie de forces que cette fortification aurait dû permettre au profit du front belge.

- le titre Vers l’armée de métier a été une grave erreur. Il a braqué toute la gauche parlementaire contre les audacieuses propositions gaulliennes. "Pas d’armée de prétoriens !", clamaient ces ânes, Blum en tête !

- oui, De Gaulle a eu du mérite, mais le livre de Gudérian Achtung panzer est beaucoup plus précis, technique et documenté. Et les véritables précurseurs de l’arme blindée ont été des Britanniques dans les années 20 : Fuller et Lidell Hart.

- enfin, contrairement à ce que semble évoquer la commentatrice, la grande lacune de l’auteur a été celle de la coopération du fameux binôme char-avion qui nous a fait tant de mal en 1940. De Gaulle a ignoré le rôle de l’aviation d’assaut, pourtant décisif en 1918.

Le commentaire semble opposer un officier : De Gaulle, tourné vers la guerre moderne de mouvement à une vieille caste militaire fossilisée préoccupée par la seule défensive et incarnée par le général Maxime Weygand. Même si le haut commandement a été effectivement responsable d’une terrible faillite, cette présentation apparait biaisée :

- sans même évoquer le pionnier que fut le général Estienne, d’autres noms apparaissent dans notre histoire militaire : les généraux Doumenc et Héring, les colonels Velpry et Keller ont proposé la création de grandes unités mécaniques. Même Gamelin a réclamé la constitution d’unités cuirassées en 1938-39. La controverse a fait rage ;

- c’est en catimini que le général Weygand qui lança la motorisation de l’armée en 1930, a créé la première des trois Divisions Légères Mécaniques qui fut prête en 1935 ;

- jusqu’en 1939 le pouvoir politique de gauche s’est opposé par sectarisme idéologique à cet effort que réclamaient nombre de militaires. C’est pourquoi les premières divisions cuirassées n’ont été mises sur pied de manière inachevée qu’au début de 1940, bien trop tardivement ;

Maxime Weygand a accepté avec une abnégation totale, de remplacer Gamelin. Il n’a pas seulement voulu sauver l’honneur comme le dit un commentaire, il a insufflé une énergie incroyable à une armée dévastée pour résister au début de juin 1940 à l’assaut allemand à un contre trois après la désertion anglaise.

Une fois le front enfoncé et la défaite consommée, ce que, dans le documentaire, on appelle son défaitisme, était en réalité de la lucidité, vertu qui a tragiquement manqué à nombre de politiques dont Paul Raynaud.

S’il a insisté pour envisager un armistice ce n’est seulement pour sauvegarder l’armée, c’est pour éviter une capitulation interdite par la Loi et désastreuse pour la France qu’a semblé envisager avec bienveillance l’historien Robert Franck. Il l’a fait pour sauver l’essentiel : un territoire, l’Empire et la Marine et pour donner à la France du temps et de l’espace.

Au cours du débat les deux historiens ont réfuté dédaigneusement les responsabilités du Front populaire dans le désastre. Il est vrai qu’à la fin de 1936 ce gouvernement à lancé un effort budgétaire considérable en faveur du réarmement. En réalité, du fait de l’inflation, des 40 heures, de l’inorganisation industrielle et par manque de volonté, le réarmement effectif n’a réellement démarré qu’au second semestre 1938 c’est à dire trop tard. 

Robert Franck a évoqué le titre du livre de Marc Bloch « L’étrange défaite ». Comme l’a écrit le grand historien Georges-Henri Soutou « La défaite de mai-juin 1940 n’a rien d’étrange ». La France a simplement payé l’addition de toutes les erreurs intellectuelles, politiques, budgétaires, diplomatiques et stratégiques accumulées depuis la victoire de 1918.

00:58 Publié dans André Posokhow | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook