Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du vendredi 29 mai 2020

TVL CONF.jpg

21:35 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

TARASCON : IRRESPONSABLE, MARINE LE PEN MAINTIENT SA LISTE POUR DIVISER LA DROITE NATIONALE

101038992_2514278108673047_7066318407150338048_o.jpg

Communiqué de Valérie Laupies cliquez ici suite à l'entrevue avec le candidat RN :
 
Ce jeudi 28 mai, M. Remise, tête de liste RN aux élections municipales à Tarascon a enfin, sous la pression de colistiers et d'électeurs, concédé à me rencontrer. Lors de ce rendez-vous que M. Remise a souhaité dans la rue, j'ai pu lui proposer le retrait de sa liste. Nous avons alors tout juste évoqué la fusion de nos listes puisque M. Remise semblait acquiescer ma proposition. Il m'a assuré qu'il me rappellerait le soir même pour me donner confirmation après avoir consulté l'ensemble de ses colistiers.
 
Or, non seulement M. Remise ne m'a pas rappelée mais il a fait un communiqué vidéo sur sa page Facebook et son compte tweeter visant à me faire passer pour la candidate refusant l'union.
 
La vérité est bien différente.
 
Dès le lendemain du 1er tour, j'ai pris les devants auprès des instances locales du RN pour qu'une telle rencontre ait lieu. En vain.
 
Comme avaient été vains mes appels à l'union lancés à l'été 2019 auprès des plus hautes instances du RN et en direction de ses responsables locaux. Fin août 2019 , le responsable départemental du RN, M. Jacobelli, avait promis de me rappeler rapidement. J'attends toujours cet appel. Sa réponse a été le parachutage à Tarascon de M. Remise, Bordelais élu en Aveyron.
 
Sans cette opération de parachutage politicien, Tarascon serait une ville libérée depuis le 15 mars dernier.
 
Avec près de 36% des voix au premier tour, je réalise un score meilleur que celui de toutes les listes soutenues par le RN dans les Bouches du Rhône et ce malgré la présence de la liste parasite de M. Remise. J'ai ainsi prouvé que l'enracinement, une équipe solide et compétente avec un programme étayé, rassemblent plus que toutes les combinaisons de la mauvaise cuisine politicienne.
 
Avec mes amis, nous irons donc au second tour dans le même état d'esprit que celui qui a guidé notre campagne : au service du bon sens et du bien commun.
 
Je suis certaine que les Tarasconnais, notamment abstentionnistes ou égarés dans le vote Remise au premier tour, reconnaîtront que nous sommes la seule chance pour libérer Tarascon.
 
J'ajoute que dans la perspective d'un retrait de la liste du RN, j'ai affirmé à M. Remise que je soutiendrais la liste sénatoriale de ce parti en septembre prochain. A l'instar des autres formations politiques, les instances locales du RN semblent avoir oublié que pour gouverner, il faut prévoir...
 

101411700_242435953706441_1632899342773780480_n.jpg

Dans un souci d'efficacité et de rassemblement, le Parti de la France apporte à nouveau son soutien à Valérie Laupies
 
Le Parti de la France renouvelle son soutien à Valérie Laupies, candidate de la droite nationale à Tarascon (13), pour le second tour des élections municipales qui se déroulera dimanche 28 juin.
 
Sans la candidature-parasite d'un candidat RN, voulue personnellement par Marine Le Pen, Valérie Laupies l'aurait emporté dès le 1er tour. Au lieu de cela, une triangulaire très incertaine se profile au second tour en cas de maintien du candidat du RN.
 
Jean-Marie Le Pen a d'ailleurs solennellement demandé au Rassemblement National de retirer son candidat.
 
Il en va de même pour
Robert Ménard, maire de Béziers :
 

83231503_2266837233417137_5704639252617232384_o.jpg

18:25 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Souvenons-nous du dimanche 29 mai 2005 : le vol de la volonté populaire

100700135_10214005530651827_2105588672979009536_n.jpgL'avis de
Jean-François Touzé
 
Le 29 mai 2005, il y a tout juste quinze ans, en fin d'après midi, nous parviennent les premiers résultats du référendum sur la constitution européenne que notre peuple français repoussera à 54,68 %.
 
La part prise par Jean-Marie Le Pen dans cette victoire de la Nation et des libertés fut immense et bien sûr occultée par le Système au profit d'autres partisans du NON plus conformes et plus regimo-compatibles.
 
Plus que tout autre pourtant le Président du Front national fut l'artisan de ce refus, lui qui, trois semaines avant le scrutin prédisait "un boomerang du 21 avril avril".
 
Le Président, en revanche, ne doutait pas que les eurocrates feraient tout pour refuser la volonté nationale et, d'une façon ou d'une autre, parvenir à leurs fins. Ce fut le sinistre traité de Lisbonne.
 
Mais ce qui fut sera.

18:24 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

À CELLES ET CEUX QUI NOUS ONT COMMANDÉ DES LIVRES ET QUI SONT DANS L'ATTENTE DE LES RECEVOIR :

4587.jpg

Plusieurs livres devaient sortir ces derniers mois. Il s'agit du Cahier d'Histoire du nationalisme n°18, consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et aux monarchistes dans la résistance ; de Réflexions pour un nouveau corporatisme, ouvrage collectif consacré, comme son titre l'indique, au corporatisme, et de la réédition des Cahiers d'Histoire n°1 (Léon Degrelle) et du n°2 (François Duprat).

La crise sanitaire qui vient de se dérouler nous a obligé à reporter ces parutions. Nos imprimeurs et nos transporteurs étant fermés pour cause de confinement. De plus, les retards postaux ne facilitaient rien. Cependant, les choses sont en train de s'arranger et nous nous en félicitons.

Ainsi, les livres et Cahiers commandés vont être livrés très rapidement. Le Cahier n°2 consacré à François Duprat et au nationalisme-révolutionnaire a d'ailleurs été expédié dès hier et aujourd'hui. Les autres titres partiront en milieu de semaine prochaine. Encore un peu de patience et toutes les commandes vont être enfin honorées. Il en va de même pour les abonnés aux Cahiers d'Histoire du nationalisme.

Nous vous remercions pour votre confiance et pour votre compréhension pour ces retards qui, comme vous le savez, sont bien indépendants de notre volonté. Pour Synthèse nationale et Synthèse éditions la crise a aussi été une épreuve dont nous nous serions volontiers passé. Mais grâce à la fidélité et à la générosité de nos amis, nos activités peuvent reprendre dès maintenant.

S.N.

Si vous souhaitez acheter

ces livres (ou d'autres) cliquez ici

16:45 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Parution le 10 juin aux Bouquins de Synthèse nationale d'un nouveau livre de Michel Vial intitulé "La chute de l'empire occidental"...

maquette couv.jpg

Loin d’être dogmatique, cet essai répond avant tout à une logique. Celle du témoin d’une époque qui voit s’écrouler un « empire occidental » que l’ont pouvait naïvement imaginer, au lendemain de l’instauration du Nouvel Ordre mondial, au début des années 1990, comme devant être définitif.

Avoir voulu, au nom de l’ultra-libéralisme, détruire les nations et leurs spécificités au profit d’un vaste marché aux dimensions planétaires a été la grande erreur de ces dernières décennies. Nous voyons aujourd’hui que ce funeste projet mondialiste a atteint ses limites. De plus, le retour sur la scène internationale de l’islam conquérant, accentué par les grands brassages migratoires, assombrit encore plus l’avenir de nos peuples européens.

Faut-il pour autant baisser les bras ? Certainement pas...

Engagé dans le camp nationaliste alors qu’il était étudiant, Michel Vial a gardé de sa jeunesse cette approche non-conformiste qui caractérise ceux qui ont compris, avant les autres, que la défense de notre identité, et de notre liberté, est un éternel combat.

Dans cet ouvrage, il décortique un par un les différents aspects de la crise que nous subissons en essayant de faire passer un message d’espoir à ceux qui refusent l’anéantissement de notre civilisation.

L'auteur : Michel Vial

Michel Vial, 64 ans, a été militant nationaliste dans sa jeunesse étudiante. Engagé volontaire à 20 ans dans les Phalanges liba-naises, il est blessé au combat à Beyrouth en septembre 1976. Deux ans plus tard, il est élève officier de réserve à l’école d’application de l’Arme blindée cavalerie de Saumur dont il sort major de sa promotion et intègre le 2e Régiment de Hussards.

Après une carrière professionnelle dans les métiers de la formation et de la communication, il se consacre à la rédaction d’articles et d’ouvrages sur l’histoire militaire moderne. Il publie chez « Histoire & Collections » son premier livre en 2018 sous le titre Otto Skorzeny, l’homme le plus dangereux du IIIe Reich qui retrace la vie extraordinaire du chef des commandos de Hitler.

Michel Vial est l’un des fondateurs et le porte-drapeau de l’AAVFL (Amicale des Anciens Volontaires Français du Liban).

La chute de l'empire occidental, Michel Vial, Les Bouquins de Synthèse nationale, collection idées, juin 2020, 130 pages, 18 euros (+ 5 euros de port).

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

16:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ceux qui discutent du « monde d’après » et ceux qui le font

capitalisme.jpg

Par Eric Le Boucher

Le débat politique sur le « monde d’après » s’enlise dans des propositions qui nous feraient plutôt retourner vingt ou trente ans en arrière.  Sur le terrain des entreprises en revanche, la prise de conscience que l’environnement et la dimension sociale sont incontournables, devient de plus en plus forte, en tout cas en Europe.

Est né un sentiment qu’il faudrait « profiter du coronavirus » pour changer ce qui ne va pas. Mais surplombe d’abord une volonté générale de reprendre le cours normal de son existence. L’hésitation des individus entre innovation et protection s’agrège nationalement et le résultat penche nettement en faveur de la seconde. On assiste à des changements, le manger local, mais surtout à un grand conservatisme comme le reflète l’épargne des ménages. Changeons ?  Attendons.

Abîme de la radicalité

La faute en revient au débat politique affligeant sur « le monde d’après » qui repart sur la pensée prémâchée du « plus d’Etat », « plus de social », « plus d’écologie » dans une superficialité confondante. La classe politique s’est ralliée à Raymond Devos qui disait : « Se taire quand on n’a rien à dire ? Ah non ! c’est trop facile. » Elle parle donc. La droite assure péremptoirement qu’« il y a un espace entre Macron et Le Pen » et prepare en vérité un retour au chiraquisme immobiliste. La gauche se remotive fébrilement autour de l’impôt sur la fortune. L’ISF rapporterait 2 milliards quand on a besoin de 500 mais qu’importe, « la politique c’est du symbole ». A-t-elle une autre idée la gauche ? Aucune.

Le débat syndical n’a pas plus d’intensité. La CGT, Confédération générale du travail, lutte désormais de toutes ses forces contre le travail et, ravagée par une puissante fraction intérieure qui trouve qu’il faut tout casser, elle s’enfonce dans l’abîme de la radicalité. La CFDT se perd à l’inverse dans l’espace sidéral avec un Nicolas Hulot qui fut le pire ministre de l’Environnement parce qu’il a fait rêver de la Lune sans savoir construire une fusée qui y aille.

Transformation du capitalisme

Heureusement, à côté de ceux qui parlent, il y a ceux qui font. Les entreprises et une partie de la finance se sont engagées dans une transformation qui les rend « responsables » ou « inclusives » ou « respectueuses des parties prenantes », qu’importe le mot. On peut là aussi craindre la superficialité d’une politique de pure communication. Le danger est réel. Pourtant, un tournant s’opère sous la pression, justement, du sentiment populaire qu’il faut changer. Là où la politique ne trouve pas de débouché intellectuel, les entreprises en trouvent sur le terrain. Le capitalisme, du moins en Europe, commence à se transformer « par lui-même ».

On en veut pour preuve Danone et Total. Le champion français de l’industrie alimentaire va proposer à ses actionnaires un changement pour devenir une « entreprise à mission cotée », forme introduite par la loi Pacte. Danone fait un pas de plus, Antoine Riboud son créateur insistait sur le social, Franck son fils sur l’environnemental, et Emmanuel Faber, son actuel PDG, inscrit cette « mission » dans la gouvernance et la rend juridiquement opposable. Elle coupe les ponts.

Total n’a pas du tout la même histoire. Si le groupe est social, c’est parce qu’il est très riche. Quant à l’environnement, vendre de l’essence rend cette « mission » peu crédible. Patrick Pouyanné, son PDG, veut pourtant atteindre le « zéro émission net » en Europe en 2050. Pourquoi viser cette neutralité carbone ? Parce que, nous y revenons, l’opinion publique le souhaite, parce que les gouvernements et Bruxelles prennent et prendront des mesures sérieuses pour y contraindre et parce qu’une partie croissante des fonds actionnaires y poussent aussi. Total anticipe comme d’ailleurs Shell et BP, ses deux confrères européens qui ont aussi amorcé leur mutation transgenre.

Un coût à court terme mais un avantage à moyen terme

On notera que les groupes américains n’ont pas la même politique, pour l’heure. Comment atteindre la neutralité ? En abandonnant l’essence puisque les voitures à moteur thermique deviendront interdites et en devenant producteur électrique par renouvelable. Ce qui restera de gaz et de pétrochimie pourra être compensé ou stocké, ce qui nécessite de lourds investissements. Total espère que sa transformation européenne servira de modèle pour le reste du monde où les contraintes et les incitations ne sont pas les mêmes et où il restera émetteur net de CO2.

La responsabilité sociale et environnementale a un coût à court terme mais un avantage à moyen terme, plaident Danone comme Total ou d’autres (Veolia, Suez, EDF...). La difficulté de ces transformations du capitalisme est de convaincre la nébuleuse des actionnaires français, européens et internationaux. En Europe, une finance verte est devenue puissante et exigeante tandis qu’elle reste marginale aux Etats-Unis. Cette divergence n’aide pas. Mais le monde d’après se construit en vrai. Espérons que l’impéritie politique ne le détruise pas.

Source, Les Echos 29/05/2020

10:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook