Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 mai 2020

Ceux qui discutent du « monde d’après » et ceux qui le font

capitalisme.jpg

Par Eric Le Boucher

Le débat politique sur le « monde d’après » s’enlise dans des propositions qui nous feraient plutôt retourner vingt ou trente ans en arrière.  Sur le terrain des entreprises en revanche, la prise de conscience que l’environnement et la dimension sociale sont incontournables, devient de plus en plus forte, en tout cas en Europe.

Est né un sentiment qu’il faudrait « profiter du coronavirus » pour changer ce qui ne va pas. Mais surplombe d’abord une volonté générale de reprendre le cours normal de son existence. L’hésitation des individus entre innovation et protection s’agrège nationalement et le résultat penche nettement en faveur de la seconde. On assiste à des changements, le manger local, mais surtout à un grand conservatisme comme le reflète l’épargne des ménages. Changeons ?  Attendons.

Abîme de la radicalité

La faute en revient au débat politique affligeant sur « le monde d’après » qui repart sur la pensée prémâchée du « plus d’Etat », « plus de social », « plus d’écologie » dans une superficialité confondante. La classe politique s’est ralliée à Raymond Devos qui disait : « Se taire quand on n’a rien à dire ? Ah non ! c’est trop facile. » Elle parle donc. La droite assure péremptoirement qu’« il y a un espace entre Macron et Le Pen » et prepare en vérité un retour au chiraquisme immobiliste. La gauche se remotive fébrilement autour de l’impôt sur la fortune. L’ISF rapporterait 2 milliards quand on a besoin de 500 mais qu’importe, « la politique c’est du symbole ». A-t-elle une autre idée la gauche ? Aucune.

Le débat syndical n’a pas plus d’intensité. La CGT, Confédération générale du travail, lutte désormais de toutes ses forces contre le travail et, ravagée par une puissante fraction intérieure qui trouve qu’il faut tout casser, elle s’enfonce dans l’abîme de la radicalité. La CFDT se perd à l’inverse dans l’espace sidéral avec un Nicolas Hulot qui fut le pire ministre de l’Environnement parce qu’il a fait rêver de la Lune sans savoir construire une fusée qui y aille.

Transformation du capitalisme

Heureusement, à côté de ceux qui parlent, il y a ceux qui font. Les entreprises et une partie de la finance se sont engagées dans une transformation qui les rend « responsables » ou « inclusives » ou « respectueuses des parties prenantes », qu’importe le mot. On peut là aussi craindre la superficialité d’une politique de pure communication. Le danger est réel. Pourtant, un tournant s’opère sous la pression, justement, du sentiment populaire qu’il faut changer. Là où la politique ne trouve pas de débouché intellectuel, les entreprises en trouvent sur le terrain. Le capitalisme, du moins en Europe, commence à se transformer « par lui-même ».

On en veut pour preuve Danone et Total. Le champion français de l’industrie alimentaire va proposer à ses actionnaires un changement pour devenir une « entreprise à mission cotée », forme introduite par la loi Pacte. Danone fait un pas de plus, Antoine Riboud son créateur insistait sur le social, Franck son fils sur l’environnemental, et Emmanuel Faber, son actuel PDG, inscrit cette « mission » dans la gouvernance et la rend juridiquement opposable. Elle coupe les ponts.

Total n’a pas du tout la même histoire. Si le groupe est social, c’est parce qu’il est très riche. Quant à l’environnement, vendre de l’essence rend cette « mission » peu crédible. Patrick Pouyanné, son PDG, veut pourtant atteindre le « zéro émission net » en Europe en 2050. Pourquoi viser cette neutralité carbone ? Parce que, nous y revenons, l’opinion publique le souhaite, parce que les gouvernements et Bruxelles prennent et prendront des mesures sérieuses pour y contraindre et parce qu’une partie croissante des fonds actionnaires y poussent aussi. Total anticipe comme d’ailleurs Shell et BP, ses deux confrères européens qui ont aussi amorcé leur mutation transgenre.

Un coût à court terme mais un avantage à moyen terme

On notera que les groupes américains n’ont pas la même politique, pour l’heure. Comment atteindre la neutralité ? En abandonnant l’essence puisque les voitures à moteur thermique deviendront interdites et en devenant producteur électrique par renouvelable. Ce qui restera de gaz et de pétrochimie pourra être compensé ou stocké, ce qui nécessite de lourds investissements. Total espère que sa transformation européenne servira de modèle pour le reste du monde où les contraintes et les incitations ne sont pas les mêmes et où il restera émetteur net de CO2.

La responsabilité sociale et environnementale a un coût à court terme mais un avantage à moyen terme, plaident Danone comme Total ou d’autres (Veolia, Suez, EDF...). La difficulté de ces transformations du capitalisme est de convaincre la nébuleuse des actionnaires français, européens et internationaux. En Europe, une finance verte est devenue puissante et exigeante tandis qu’elle reste marginale aux Etats-Unis. Cette divergence n’aide pas. Mais le monde d’après se construit en vrai. Espérons que l’impéritie politique ne le détruise pas.

Source, Les Echos 29/05/2020

10:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.