Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 juin 2020

Non pas « guerres civiles », mais guerres de races et de religions

1316973-prodlibe-2020-0757.jpg

Bernard Plouvier

Il va falloir que les délicieux Babas cool made in USA et les mollassons européens apprennent la sémantique, en dépit des bonnes manières de penser qu’on leur a inculquées par le formatage cérébral des quarante dernières années.

Non seulement tout le monde n’est ni beau ni gentil, mais encore nos pays occidentaux se sont laissés peupler, en toute illégalité, d’éléments strictement inassimilables, venus non pour travailler, mais pour conquérir nos terres et nos biens.

En tout illégalité, car aucune nation, pourtant seule souveraine de chaque État occidental, n’a été consultée sur le bien-fondé d’une immigration massive en provenance d’autres continents, singulièrement d’Afrique et du Moyen-Orient.

Il paraîtrait que nous devrions faire acte de repentance pour avoir colonisé des peuplades aux coutumes autres que les nôtres en d’autres continents. C’est exact : une repentance est nécessaire. Mais elle doit être dirigée vers les contribuables des pays européens que l’on a fait payer lourdement – et là encore, sans solliciter leur avis – pour tenter d'améliorer les conditions de vie à des êtres qui somnolaient dans la paresse et la crasse mentale médiévales.

Si l’Afrique, continent de guerres intertribales permanentes et de mortalité infantile monstrueuse, continent de l’analphabétisme et de la plus sordide misère, est devenue un boulet démographique pour la planète, c’est exclusivement parce que le (très stupide) colonisateur blanc y apporta l’hygiène et la médecine moderne, qui permirent de la faire passer du statut de continent le moins peuplé à celui de continent surpeuplé.

Seuls quelques négociants se sont enrichis par la colonisation, sûrement pas les nations colonisatrices qui, pour les matières premières issues des pays colonisés, ont payé un prix infiniment supérieur à celui du simple commerce. Ni ceux qui, pour des raisons diverses, se sont installés pour vivre et travailler en ces lieux. Le surcoût fut celui de la modernisation de l’Asie, de l’Océanie, de l’Afrique. Il serait bon d’écrire l’histoire telle qu’elle s’est passée et non à la mode tiers-mondiste, raciste (noire, moyen-orientale ou asiatique) ou misérabiliste – à la sauce marxiste ou anarchiste.

Après les Trois Amériques, qui forment non pas le continent du melting pot, mais celui du pot-pourri interracial, l’Europe occidentale et scandinave s’est laissée imposer une mixité raciale, également illégale... car là encore, nul n’a demandé leur avis aux opinions publiques européennes.

Et depuis la fin des années 1970, l’Europe non marxiste a goûté aux joies des émeutes raciales, d’abord en Grande-Bretagne, ensuite à compter des années 1980 en France et dans presque tous les pays. L’on a importé le racisme anti-Blancs, longtemps nié par les media aux ordres du pouvoir économique – qui ordonnait l’importation massive de consommateurs extra-européens -, mais devenu tellement évident que même les plus ringards de nos journaleux et politiciens BCBG se sentent obligés d’en murmurer la réalité.

Où voit-on des émeutes de Blancs en Europe ou en Amérique du Nord ? Il y a bien eu la fronde du menu peuple de France – l’affaire des Gilets Jaunes, déclenchée par un ras-le-bol fiscal -, vite écrasée par la brutalité policière qui restera la marque – la « griffe » - de Grand Président Macron, l’homme qui panique plus vite que son ombre.

En revanche, chaque année nous offre plusieurs émeutes dans les « quartiers sensibles » - euphémisme délicat pour qualifier les quartiers ethniquement extra-européens. Curieusement, c’est presque toujours après la mort d’un criminel ou d’un délinquant issu de l’immigration, lors d’une arrestation ou d’une course-poursuite entre policiers et immigrés, que surviennent ces émeutes raciales... et personne n’ose rappeler que, dans un État de droit, l’on est obligé de se soumettre à la sommation d’un agent des forces de l’ordre.

Le simple bon sens oblige à constater que ces émeutes sont une injure à la Loi, une tentative – à chaque fois réussie – d’humilier les institutions... dans l’attente du grand jour, où les immigrés seront assez nombreux et suffisamment armés pour usurper le pouvoir. Car si, par le simple effet de leur puissance reproductrice, les immigrés africains sont certains de dominer notre pays et d’autres pays d’Europe occidentale de façon démocratique - par la loi du nombre – au maximum dans un demi-siècle, divers rejetons de cette immigration sont impatients !

Ils sont aidés dans leur noble tâche insurrectionnelle par des Blancs de la mouvance la plus antidémocratique qui soit : les anarchistes et les marxistes qui ont redonné vie au slogan « Antifa »... Les joyeux lurons du désordre & de la chienlit, bourrés d’alcool et de stupéfiants, reprennent en chœur les slogans les plus éculés et les plus stupides : c’est moins fatiguant que de travailler pour nourrir sa famille.   

De la même façon, où a-t-on vu en France un attentat meurtrier commis par des Blancs contre de pauvres noirs, maghrébins ou asiatiques ?

Les attentats – les vrais, ceux qui tuent de façon massive et ne se contentent pas de tags débiles ou de remuement de tombes -, chacun sait qu’ils sont l’œuvre des fous d’allah, subventionnés par le pétrodollar et la vente de haschich. La simple honnêteté exige de rappeler ce fait.

Ce qui se passe aux USA peut laisser indifférents les Européens, dont le devoir essentiel est de réaliser l’union des nations européennes, qui sera toujours combattue par les gouvernants des USA. Mais ce qui se passe en Europe doit nous interpeler au plus haut point : c’est l’avenir de nos descendants qui est en cause.

15:32 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Cette guerre raciale qui vient

emeutes.jpg

Par Benoît Busonier

Le point commun entre le commissaire de police, le gouverneur et le maire de Minneapolis ? Ils sont tous de gauche. Aux Etats-Unis, on dit démocrates. Autrement dit, ils sont théoriquement sensibles à la cause dite des « minorités ». Or, c’est leur ville qui brûle. Peut-être est-ce parce que leur logiciel mental, consistant en une culture de l’excuse et de la repentance, a enfanté un monstre de haine qu’il sera très difficile de calmer.

Pourtant les chiffres sont éloquents. 2 % des victimes noires sont tuées par des Blancs. 1 % des Noirs sont tués par la police. 97 % des Noirs sont tués par des Noirs. Pour mettre ces chiffres en perspective, 81 % des victimes blanches ont été tuées par des Noirs, 3 % par la police, et 16 % par des Blancs. Les Noirs, soit environ 12 % de la population aux Etats-Unis, représentent jusqu’à 40 % de la population carcérale.

Nul besoin d’avoir une carrière d’analyste politique ou un cursus universitaire pointu pour trouver la vérité qui se cache derrière ces données : la population noire est extrêmement violente et criminogène, et est responsable en grande partie des malheurs qui l’accablent. Logements, emploi, les discriminations à leur encontre sont factuellement une réalité aux Etats-Unis. Mais qui a envie d’employer le membre d’une communauté incapable de s’autodiscipliner à ce point ?

La preuve en est que, lors des émeutes en cours, déclenchées par la mort de Georges Floyd, un homme qui n’a pas mérité de mourir ainsi mais qui avait tout de même un casier judiciaire long comme le bras, les Noirs se sont attaqués à des commerces. Autrement dit, pour protester contre le préjugé qu’ils seraient des voleurs, ils pillent. Pour protester contre le préjugé qu’ils seraient violents, ils lynchent. Pour protester contre le préjugé qu’ils seraient indolents, ils cassent des petites boutiques de commerçants qui travaillent dur. On aurait préféré que pour protester contre le préjugé qu’ils sont bêtes, ils passent des doctorats.

Mais comment leur en vouloir après tout ? Il se trouve un personnel politique pour excuser toutes leurs actions, les justifier, et même participer aux manifestations, voire les organiser. Mais si ce savoir-faire en guérilla urbaine des antifas est, un temps, efficace contre les forces de l’ordre, il risque de se retourner contre eux rapidement. Les Américains, dont la culture de la manifestation n’est pas aussi poussée que la nôtre, ne disposent pas d’un savoir-faire aussi sérieux que le nôtre en matière de maintien de l’ordre. Assez rapidement, ce sera l’aréme qui sera envoyée contenir la foule et les désordres. Or, toute armée est entraînée pour tuer. Le risque d’autres morts augmentera jusqu’à être une certitude lorsque.  Des militaires seront déployés. Et avec ce risque, celui d’un embrasement généralisé. Et la possibilité que l’Amérique profonde et plus rurale, celle de la « Rust Belt » mais également l’Amérique des gangs latinos commencent à se mêler de remettre l’ordre.

En France, un personnel politique dit « indigéniste » travaille à importer ce conflit propre aux Etats-Unis sur le sol français : Rokhaya Diallo, Maboula Soumahoro, Taha Bouafs, ils attisent le feu social pour déclencher la guerre raciale de leurs vœux, pour enfin faire la peau aux Blancs qu’ils détestent. Les cités, frémissantes pendant le confinement, n’attendent qu’une bavure. Et le match sera lancé.  

Source : Présent 3/06/2020

08:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook