Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 juillet 2020

Interview de Macron : un petit maître en marche vers le néant.

1325032-retransmission-de-l-entretien-televise-d-emmanuel-macron-avec-deux-journalistes-le-14-juillet-2020.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Depuis son élection, Emmanuel Macron a pris l'habitude de prendre de vitesse son Premier ministre fraîchement nommé et d'intervenir quelques jours ou quelques heures avant sa Déclaration de politique générale prononcée devant l'Assemblée nationale. En 2017, il le fit depuis la tribune du Congrès réuni à Versailles en exposant le 3 juillet, veille du discours solennel d'Edouard Philippe, la politique que le gouvernement serait chargé d'appliquer.
 
Cette pratique institutionnalisée du court-circuitage révèle un caractère faible, tourmenté, cahotique, nettement marqué par une volonté maniaque de contrôle de type obsessionnel et compulsif.
 
Cette année, c'est en renouant avec la recette réchauffée de ses prédécesseurs de l'interview du 14 juillet, qu'il aurait voulu faire, à quelques jours du discours de Jean Castex devant la prétendue représentation nationale, la nouvelle  démonstration de "qui décide et qui exécute".
 
Les Français n'auront vu et entendu qu'un Président dépassé et flottant.
 
Cet entretien télévisé particulièrement vide de sens et de contenu, ne fut, en effet, qu'un long survol semé de profonds trous d'air d'une situation politique, sanitaire, économique et sociale que le Président de la République ne maîtrise en aucune façon. 
 
Approximatif, hésitant, décalé presque égaré, éthéré et lunaire, Emmanuel Macron est demeuré flou et évasif. Il voulait imposer l'idée qu'il était un chef mais nos compatriotes ne s'y trompent plus qui savent d'instinct qu'au delà des parures de la République et des postures, Il n'est qu'un élément parmi d'autres d'un Système global. Les vraies décisions ne sont pas de son ressort.
 
Macron vient de montrer qu'il avait perdu la main. Le régime va donc se chercher une nouvelle incarnation. Il serait temps que le peuple français se trouve quant à lui une nouvelle voie.

16:16 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un "Qui suis-je ?" consacré au navigateur malouin Jacques Cartier signé Rémi Tremblay

Jacques-Cartier.jpg

Décidément, la collection "Qui suis-je ?" des éditions Pardès ne cesse pas de s'enrichir de nouveaux titres. Après le Drieu de Thierry Bouclier cliquez ici, voici un nouveau personnage disséqué cette fois par notre ami québécois Remi Tremblay, sans doute le mieux placé pour cela, puisqu'il s'agit du navigateur malouin Jacques Cartier.

Voici l'entretien qu'il a accordé à Renaud Demers du site EuroLibertés cliquez là.

Avril 1534, Jacques Cartier, Breton originaire de Saint-Malo mandaté par le Roi de France, part à la découverte de ce qui deviendra ultimement la Nouvelle-France, puis le Québec. Si la fondation de la Nouvelle-France est davantage attribuée à cet autre grand explorateur qu’est Samuel de Champlain, quelles sont les grandes contributions de Jacques Cartier ?

Sans Jacques Cartier, on peut aisément croire qu’il n’y aurait pas eu de Champlain, pas eu de Nouvelle-France, pas eu de Québec et que l’Amérique aurait été anglo-saxonne au nord, espagnole et portugaise au sud.

Rarement un homme seul a eu autant d’impact que Jacques Cartier dans l’histoire du monde. Ce n’est pas François 1er qui mandata Cartier pour entamer son long périple vers l’ouest, mais Cartier, qui ayant atteint l’âge de la retraite, exprima son souhait de partir vers l’ouest au souverain français qui lui donna son aval. Sans lui, on peut douter qu’il y aurait eu une volonté de la France de continuer les explorations partielles entreprises par Jean de Verrazano sur le littoral américain.

On doit donc la paternité de cette exploration à Cartier lui-même. Puis, il fut celui qui pénétra dans le fleuve Saint-Laurent, explorant l’intérieur du Canada, via cet immense cours d’eau. Après avoir voulu découvrir la fameuse route vers la Chine, il comprit que la véritable richesse de cette nouvelle lande était la terre en soi, sur laquelle il serait possible d’ériger une Neuve France, une colonie permanente. C’est dans cet état d’esprit qu’il hiverna deux fois sur les berges du Saint-Laurent, vainquant le rigoureux hiver qui se dressait contre la volonté des Européens.

On peut donc affirmer, comme Charles de Gaulle, qu’il fonda le Canada français par sa prise de possession.

N’y a-t-il pas aussi un sentiment de devoir, alors que les mouvements de justice sociale en tous genres à travers le monde tentent de détruire et de faire répudier ce qui reste des figures historiques phares aux populations nationales de souche, à revisiter les grands explorateurs européens ?

Nous vivons actuellement une époque où l’on tente de faire table rase du passé en invoquant une nouvelle morale qui doit être appliquée pour tous, y compris ceux décédés avant nous. Cette vision culpabilisatrice de notre passé entend réécrire l’histoire d’un point de vue anachronique en imposant une vision centrée sur le présent à des siècles d’histoire. C’est un pervertissement incroyable, digne des régimes totalitaires.

Mais, on invoque de bons sentiments pour le faire.

Il n’est jamais venu à l’idée des révisionnistes actuels, que même dans les régimes tyranniques, ce sont avec des bons sentiments que l’on muselle le peuple, et qu’on réécrit l’histoire.

Mon livre, qui se base sur les faits rapportés à l’époque de Jacques Cartier, serait passé inaperçu à une autre époque, tant je me cantonne aux faits dans cette courte présentation biographique du « Christophe Colomb français » pour réutiliser l’heureuse expression de François-René de Chateaubriand. Mais aujourd’hui la vision qui prévaut dans les médias de masse du moins est si loin de la réalité que mon ouvrage détonne. Par honnêteté, je ne prête aucune motivation génocidaire ou diabolique à Jacques Cartier, ce qui fait de mon livre une œuvre de réinformation.

À travers Jacques Cartier, c’est toute une époque qui est mise en lumière, celle où l’Européen a repoussé les limites du monde connu, à la recherche d’une certaine universalité. L’époque des grandes explorations, c’est l’incarnation de l’esprit prométhéen, qui fit la grandeur de ce petit continent qu’est l’Europe.

Par ailleurs, l’histoire de l’aventure française en Amérique, dans son approche et ses liens tissés avec les populations locales, ne se distingue-t-elle pas de celle du reste du continent ?

L’épopée française diffère totalement de celle des Anglais en ce qui a trait à l’Amérique du Nord. Dès les débuts et ce avec Jacques Cartier, les Français se sont évertués à tisser des liens avec les Amérindiens qui étaient présents sur le territoire, comprenant que leur survie dépendait de cette bonne entente. Les preuves de ce respect et de cette amitié mutuelle sont légion et la majorité des Amérindiens restèrent alliés des Français jusqu’à la chute de l’Amérique française en 1760 et même après, si l’on se rappelle l’aventure du chef Pontiac. Le système colonial mis en place en Nouvelle-France favorisait ce genre de relation, car l’occupation du territoire par les Français était restreinte et l’économie se basait sur le commerce avec les Amérindiens.

Chez nos voisins du sud, l’occupation du territoire par les nouveaux colons, nettement plus nombreux que les colons français, requérait le départ des Amérindiens de leurs territoires. C’est donc la raison pour laquelle ils repoussèrent ces derniers et n’hésitèrent pas à s’imposer de force.

L’imaginaire des grands explorateurs est partagé à la fois par le Québec et par la France, mais cet imaginaire sombre de plus en plus dans l’oubli. Pouvez-vous brosser un portrait de ce que les lecteurs trouveront dans votre ouvrage afin de raviver l’épopée héroïque de Jacques Cartier en Amérique ?

Les lecteurs redécouvriront l’aventure de Jacques Cartier, sans fard. Je me suis basé sur son récit ainsi que sur les documents historiques de son époque pour transmettre une histoire factuelle. Le révisionnisme ambiant, qui n’épargne ni le Québec ni la France, tente d’imputer de sombres motifs aux explorateurs, motivations que ces derniers n’eurent jamais.

Ma biographie n’est pas une tentative de réhabilitation, ce dont n’a pas besoin Cartier, mais simplement une œuvre vraie et factuelle. Les nouveaux historiens s’abreuvent de sociologie marxiste et quittent la voie tracée par les faits pour ajouter des éléments anachroniques ou qui n’ont pour objet que de conforter leur grille idéologique. J’ai quant à moi réalisé un travail moins subjectif, en me cantonnant à ce qui était connu de Jacques Cartier.

Les lecteurs pourront donc revivre les balbutiements de cette Amérique qui fut un jour presque totalement française, grâce à des hommes de cœur et de courage comme Jacques Cartier, Samuel de Champlain et François Gravé du Pont et ces explorateurs postérieurs qui arpentèrent l’Amérique, dont les aventures firent rêver des générations de Français, à l’instar de feu Jean Raspail qui entreprit lui-même un long périple « en canot sur les chemins d’eau du roi ».

Jacques Cartier, Rémi Tremblay, « Qui suis-je ? », éditions Pardès, 2020, 110 pages 12 euros.

Rémi TREMBLAY, éditeur du Harfang, porte-parole de la Fédération des Québécois de souche, collaborateur à plusieurs journaux (Présent, Synthèse nationale, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a déjà publié le livre Les Acadiens : du Grand Dérangement au Grand Remplacement (Dualpha, 2015).

Il est aussi l'auteur de deux Cahiers d'Histoire du nationalisme, l'un (n°12 - cliquez ici) consacré à son compatriote Adrien Arcand et un autre (n°14 - cliquez là) à l'Anglais Oswald Mosley.

10:42 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Grand Remplacement est en cours…

souriez.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Ce n’est malheureusement pas une nouveauté. Voici des décennies que Jean-Marie Le Pen, pour ne citer que lui, prévient que l’immigration n’est nullement une chance pour la France, mais bien le principal de ses maux. Voici donc des décennies que la situation ne cesse de se dégrader sous les yeux torves et impuissants d’une classe politique abonnée à ses lâchetés quotidiennes. Tous les ministres de l’Intérieur jouent les gros bras – passons sur le laxisme des socialistes – mais les Sarkozy, Hortefeux et consorts n’avaient pas assez de leur grande gueule pour dénoncer ce fléau pour au final masquer leur impuissance faute d’une volonté politique forte et de convictions non moins affirmées. Et qu’on ne vienne pas accuser la police que nos politiques et ses juges s’échinent à démotiver. Ces policiers qui prennent de plein fouet la violence d’une société qui se fracture et qui se communautarise.

Ah, j’entends déjà chanter les belles âmes du « vivre ensemble », les chantres des valeurs républicaines. Difficile d’admettre que l’immigration a fracturé la société française, aidée en cela par une économie libérale toujours à la recherche d’ouvriers-esclaves bon marché et immolés sur l’autel de la société de consommation.

Société libérale, société de consommation et immigration, c’est le trio infernal d’une lutte contre les peuples. Le phénomène n’est pas que français, il est aussi européen.

Précisons tout de même que nos politiques ne sont pas seuls responsables, il faut y ajouter tous ces hauts fonctionnaires, issus pour la plupart de l’Ena, qui ont appauvri  ce  pays en le désindustrialisant et en le bardant d’impôts divers et variés, de normes, de taxes j’en passe et des meilleurs. Ce pays est corseté comme nul autre ce qui fait de lui un fils adultérin du régime soviétique.

On a beaucoup brocardé la classe politique de la IIIème République. Mais, de droite comme de gauche, tous avaient en commun l’amour de la patrie et la défense de son patrimoine culturel car les uns et les autres étaient d’abord des hommes cultivés, biberonnés au grec et au latin. Tel n’est plus le cas aujourd’hui où l’inculture est la règle et l’errance intellectuelle la norme. Nos hommes politiques ne savent plus ce qu’il faut défendre d’essentiel.

Le Grand Remplacement a longtemps figuré au rayon « fasciste » de nos adversaires, ces grands amoureux des droits de l’homme. Voici que s’appuyant sur les chiffres officiels du recensement de l’Insee, France Stratégie [voir le site de France strategie.com]a passé au crible pour son étude les 55 « unités urbaines » de France métropolitaine de plus de 100 000 habitants entre 1990 et 2015.

C’est ainsi, est-il précisé, que, « dans les unités urbaines de plus de 100 000 habitants, la part des immigrés d’origine non européenne est [...] passée, chez les 25-54 ans, de 9 % à 15 % entre 1990 et 2015 ». Plus révélateur encore, « chez les moins de 18 ans, la part des enfants vivant avec au moins un parent immigré extra-européen est passé durant la même période de 16% à 26% (de 22% à 38% à Paris).  

A cette « Note d’analyse » s’ajoute un « Document de travail » non moins intéressant, dans lequel on peut également lire que « la part des enfants vivant avec un parent immigré d’origine extra-européenne et un parent non immigré est, elle, passée de 3,4 % à 9,7 % » durant la même période. Un peu plus loin, le document indique encore que « si l’on prend l’ensemble des unités urbaines de plus de 100 000 habitants, la proportion de jeunes immigrés ou d’enfants vivant avec au moins un parent immigré d’origine extra-européenne qui sont majoritaires dans leur quartier est passée de 17 % à 38 % entre 1990 et 2015 ». Une proportion, est-il précisé, qui est passée durant la même période « de 18 % à 50 % dans l’unité urbaine de Paris » !

Si les métropoles que sont Paris, Marseille et Lyon sont sans surprise les plus touchées par le Grand Remplacement, les cartes montrent que le phénomène concerne la totalité des grandes villes et villes moyennes de France. Le plus souvent dans des proportions effrayantes, comme à Strasbourg, où la catégorie étudiée est passée de 0-10 % en 1975 à 30-40 % en 2015, Rouen (de 0-7 % en 1975 à 35-42 % en 2015), ou encore Limoges (de 0-10 % en 1982 à 30-40 % en 2015). Sans oublier, bien sûr, la Seine- Saint-Denis, véritable enclave étrangère sur notre sol, où la part des 0-18 ans nés de parents immigrés a bondi de entre 0-13 % en 1968 à 52-78 % ! 

Officiel tout ça mon cher Watson ! se serait esclaffé Sherlock Holmes

 

07:40 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook