Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 août 2020

Les Lansquenets d'Europe ont tenu, malgré les contraintes, leur rencontre estivale dans le sud de la France

 

20190727_110206 - copie.jpg

Compte-rendu de la session 2020 des Lansquenets d’Europe

Malgré les nombreuses difficultés actuellement imposées par le pouvoir politique, les Lansquenets d’Europe, association continentale d’ambition métapolitique pan-européenne animée par Gabriele Adinolfi (ci-dessus lors de la réunion de 2019), ont été les seuls de la période estivale à honorer leur rendez-vous annuel dans le Midi de la France. Précisons que cette réunion se tenait dans un lieu privé, en Provence, et, le plus souvent en plein air.

Du 23 au 26 juillet 2020 se sont donc tenues leurs cinquièmes rencontres près d’Aix-en-Provence. Malgré une faible affluence due à la crise sanitaire et à ses conséquences économiques, une trentaine de personnes, venues de France, d’Italie, de Belgique, d’Espagne, des Pays-Bas, de Pologne et de Suisse, ont néanmoins tenu à s’y inscrire.

Répartis au gré des activités tantôt en trois commissions linguistiques distinctes (français, italien et anglais) d’études et d’analyses, tantôt en quatre équipes portant chacune le nom d’une divinité de la santé issue des panthéons européens et une couleur s’y référant (gris pour le Celte Grian - ou Grannus -, blanc pour le Gréco-Romain Asclepios - ou Esculape -, bleu pour le Gallo-Lusitanien Borvo - ou Boru ou Bruich – et rouge pour Endovelicus le Lusitanien),  les Lansquenets ont, pendant trois jours, non seulement réfléchi au monde post-covid qui se met en place, mais aussi pris des initiatives à court et moyen terme. Ils ont en outre pratiqué quatre épreuves sportives. Vu les circonstances, pas de football ni de tir à la corde ! Plutôt le bon vieux jeu de l’épervier, un concours nocturne de bras de fer, une compétition de course d’endurance rapide et un tournoi de pétanque.

Nourris par une cuisine qui sut mettre les petits plats dans les grands comme ce délicieux poulet à la bière ou la désormais traditionnelle séance des spaghetti al dente à minuit, les participants ont pris connaissance des réalisations audacieuses entreprises en Pologne par le mouvement Troisième Voie, en Espagne par le Cercle Alphonse Premier et, en Italie, dans la région de Florence, par l’association Casaggi. Ils ont enfin suivi une excellente intervention de Lucien Cerise sur les nouvelles pratiques d’ingénierie sociale intitulée « De la société de la communication au transhumanisme ».

Au terme de ces trois journées fructueuses en discussions et en remue-méninge, tous les convives ont reçu de la part de Gabriele Adinolfi une attestation de participation qui proclame avec fierté que « la fidélité est plus forte que le covid ». C’est ça aussi, l’esprit européen !

11125.jpg

Le message de Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, aux Lansquenets d'Europe :

Chers Camarades européens,

Chers Amis Lansquenets,

Cher Gabriele.

En écrivant ces quelques mots, je dois dire que j’éprouve beaucoup de peine. Beaucoup de peine car j’ai la détestable impression d’abandonner un Ami en rase campagne. Et, croyez-le, cela bien malgré moi.

En effet, depuis près de 40 ans que je connais Gabriele, jamais celui-ci ne m’a déçu, il a toujours répondu « présent » lorsque je lui ai proposé de venir participer à l’une ou l’autre des réunions, et Dieu sait qu’il y en a eu de nombreuses, que j’ai organisées à Paris ou en province. Gabriele est toujours venu nous éclairer, ou tout du moins tenter de nous éclairer, car nous autres Français avons parfois du mal à suivre les méandres de l’histoire politique italienne. Mais il ne semble pas nous en tenir trop rigueur puisque, imperturbablement, il continue à prêcher la bonne parole auprès de nos compatriotes qui, non seulement l’apprécient, mais l’admirent car il fait partie de ces hommes qui ont tout sacrifié pour la noble cause qui est la nôtre.

C’est donc avec un infini regret que, cette année, je ne peux pas venir suivre les travaux des Rencontres estivales des Lansquenets. Les quelques mois pénibles que nous venons de passer m’obligeant à remettre en marche beaucoup de choses au sein de nos éditions et organisations et, par conséquent, à rester en Bretagne pour cela.

Le souvenir du merveilleux moment passé parmi vous tous l’an dernier rend ce choix encore plus difficile. Mais ce n’est que partie remise...

Vous allez, durant ces quelques jours, travailler sur les différents projets européens initiés par Gabriele Adinolfi. Ceux-ci sont importants car ils permettent de renforcer la cohésion entre les différentes forces nationales que vous représentez, chacun chez vous, sur notre continent. Ils le sont d’autant plus que nous savons que la riposte aux défis qui nous sont imposés par nos ennemis, quels qu’ils soient, ne peut être qu’européenne. Pour triompher des oligarchies mondialistes qui l’asservissent, l’Europe doit être conçue comme une complémentarité de Nations combattantes. Il en va de l’avenir de notre civilisation.

En fait, la synthèse nationale que nous essayons de réaliser en France est aussi en train de se réaliser en Europe grâce au travail exemplaire réalisé par les différents cercles animés par Gabriele.

Notre ami Georges Feltin-Tracol qui, lui, est parmi vous aujourd’hui vous tiendra informés, si vous le souhaitez, de toutes nos activités en France. Il nous fera aussi un rapport complet sur les travaux et décisions prises lors de ces journées. Rapport que nous diffuserons largement auprès des nationalistes et identitaires de notre pays. Même si, comme je vous l’ai dit, la première partie de cette année 2020 n’a pas été facile pour Synthèse nationale en raison des restrictions et du confinement imposé par le gouvernement, ce ne sont pas les projets d’avenir qui nous manquent.

Je vous remercie, Chers Amis, pour votre compréhension et vous souhaite à tous un bon et studieux séjour en Provence.

4444 copie.jpg

10:35 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.