Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 août 2020

Vive Juan Carlos !

juan 2.jpg

Par Jarente de Senac

L’ex-roi Juan Carlos ne pouvait pas tenir longtemps face à une presse démocratique qui cherche des poux dans la tonsure à tout ce qui sort des clous pseudo égalitaires, des fausses fraternités et d’une liberté surveillée par une doxa droit de lhommiste.

A la mort de Franco, le pays aurait pu sombrer dans une nouvelle guerre civile en raison d’un parti communiste qui avait relevé la tête et de socialistes qui nous la jouaient républicains dans sa version 1936. Franco passa le relai au jeune roi Juan Carlos, ce qui mit tout le monde d’accord. A la place d’un bouffon, il nomma un Premier ministre. On connaît la suite, les socialistes s’en sont mis plein les fouilles, la droite tomba dans un libéralisme idiot, mais le roi évitait toujours aux Espagnols de se foutrent sur la gueule. L’Eglise espagnole, n’en parlons pas, elle est toujours du côté d’un manche proche du bénitier. .

Bon, mais quand vous êtes roi, c’est pas pour des prune comme le chantait Lio et vous n’êtes pas régi par la bêtise démocratique. Vous avez le droit de cuissage, de taper dans la caisse, de bien bouffer et d’aller à la chasse sans avoir à rendre des comptes. Sinon, ça sert à quoi d’être roi ? Roi d’un royaume imaginaire, digne de guignol ou souverain bouglionesque à la sauce Monaco ? Pas de ça Lisette, a considéré Juan Carlos avec raison qui a multiplié les maîtresses – pardon les favorites – est parti à la chasse aux grands fauves avec ses potes dans la savane africaine et ses soirées bien arrosées et a bénéficié des pots de vin des monarques à la mode chameau de cette Arabie pétrolière.

Bon, d’accord, sa dernière favorite, une Allemande, lui a fait des misères pour une histoire de fric évidemment, estimant avoir droit à une partie du magot pour avoir fait don de son corps à la monarchie. Et elle a tout balancé aux médias. Faut jamais faire une confiance totale aux gonzesses, même quand elles ne sont pas féministes. Avec elles, y a toujours un moment où ça coince. Relisez nos bons auteurs, c’est plein de bons mots à leur égard. Pas des plus tendre. Faut dire aussi que même cocus, certains en redemandent. Passons. Tout ça, au final, pour quelques millions de dollars. Une broutille.

Et on vient nous seriner sur les difficultés du peuple espagnol avant, après et pendant la pandémie. Mais c’est pas lui qui a sinistré le pays mais bien les magouilleurs politiques de droite comme de gauche. Il n’a rien demandé, lui le roi, du haut de son trône où il ne pouvait pas plus  tarter les uns et les autres que les destituer. Alors, comme il faut bien un bouc émissaire à toutes leurs conneries, on s’en prend au roi, enfin à son père. A ce sujet d’ailleurs, son fils, Felipe, n’a rien compris au film. Il se la joue roi démocratique, pas dépensier du tout, respectueux des droits de l’homme et tout le toutim. Même la reine d'Angleterre n'en fait pas autant ! Mais ils s’en foutent les Espagnols, ils veulent un torero dans l’arène et du panache. A côté de son père, Juan, Felipe c’est le chevalier à la triste figure. Faut dire qu’une rumeur circule comme quoi c’est madame qui porte la culotte ! Une speakrine ! Mais c’est bien dans l’air du temps. Du coup, Juan Carlos, a décidé de s’exiler. Ca aussi, c’est le lot commun de nos monarques européens, l’exil. Les peuples sont ingrats par nature. C’est même la loi du genre !

09:48 Publié dans Jarente de Senac | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.