Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 septembre 2020

Les rivaux de Paintfull Kiln

RANDA PH 257.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Décidément, accueillir les migrants n’est pas de tout repos. Ainsi, la bourgade allemande de Kiln (district de Bad Kreuznach) est quelque peu animée ces temps-ci par les joyeusetés du « vivre ensemble », déclinée sur le mode « Gare à ta G… ! »

En effet, deux familles syriennes se sont récemment affrontées dans une bagarre avec barres de bois et de fer… et aussi quelques dalles de pierre, sans doute pour faire « bon poids, bonnes bosses ». Quand on se déteste, on ne lésine pas !

Allez savoir qui l’a emporté… Il suffit sans doute pour cela de compter, parmi les vingt belliqueux qui se sont entretués, la famille qui a le plus de blessés ou d’estropiés – trois gravement, parmi les « victimes » – de ce remake de haine familiale, façon Capulet et Montaigu moyen-orientaux. Quel Shakespeare d’Outre-Rhin contera les amours contrariés de ces malheureux tragédiens en attente de naturalisation tout autant qu’en espoir d’allocations diverses et variées ? À moins, évidemment, époque oblige ! qu’il s’agisse plus simplement de « trafics contrariés » : l’enquête le dira, si tant est que les Autorités tiennent vraiment à le savoir… et plus encore à le « faire savoir. »

Quoique les Autorités, justement, ne se désintéressent nullement de l’Affaire puisqu’une réunion de crise s’est tenue, selon le toujours bien informé site LesObservateurs.ch, « à laquelle ont participé la police, des représentants de la communauté associative, de la ville, du bureau de l’ordre public, de l’aide aux réfugiés et l’administratrice de district Bettina Dickes (CDU). »

Suite à quoi, des « chercheurs en migration » (si, si, ça existe !) ont tenu à préciser, au cas où cela ne serait pas venu spontanément à l’esprit des autochtones teutons : « Nous devons être patients avec ces personnes. »

Ce ne sont sans doute pas les migrants qui diront le contraire : Mahomet n’a-t-il pas expliqué en son temps que « la patience est la clé du bien-être ? »

Après les célèbres « rivaux de Paintfull Gulch » (1), on attend donc avec consternation la suite des aventures des « Rivaux de Paintfull Kiln. »

 

(1)  Trente-troisième histoire de la série Lucky Luke par Morris (dessin) et René Goscinny (scénario).

Lire EuroLibertés cliquez là

09:51 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.