Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 mai 2014

Samedi dernier, en présence du Duc d'Anjou et du Comte de Paris, une procession pour le 800e anniversaire de Saint Louis à travers la capitale

02:14 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 13 mai 2014

Son permis lui est retiré, il part au travail avec un âne... Résultat : plusieurs kilomètres de bouchons !

image01022.jpg

Un artisan du Jura qui, n'ayant plus de points et donc plus de permis de conduire, est parti ce vendredi matin au travail avec un âne et une charrette.

"Je n'ai plus de points... donc plus de permis... Mais je dois aller travailler ! Désolé pour le dérangement." Voici ce qu'indiquait la pancarte plantée sur le véhicule d'un artisan, qui a choisi un drôle de moyen de locomotion pour se rendre à son travail vendredi dernier : une carriole tractée par un âne.

Était-ce pour l'homme un moyen de protester contre la rétention de son permis ? L'opération escargot a en tout cas reçu un franc soutien des internautes. "Toutes mes félicitations ! Si tous ceux qui ont perdu leur permis de conduire pour perte de points en faisaient autant en même temps, cela donnerait peut-être à réfléchir à nos chers élus qui sont loin d'être des exemples en matière de respect du code de la route", raille l'un d'eux.

"Absolument GÉNIAL ! Je me doutais bien qu'à force d'être pris pour des imbéciles, quelqu'un trouverait comment retourner à l'envoyeur le compliment. Fantastique idée. Et le plus rigolo, c'est qu'il n'y a rien à dire sur le plan judiciaire. Je cours m'acheter deux boeufs et une charrette", s'enthousiasme un autre internaute.

01:32 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 01 mai 2014

CA COMMENCE !

oise2.jpg

11:49 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 24 avril 2014

Un bon point à la municipalité de Villers-Cotterêts :

La municipalité FN de Villers-Cotterêts, la petite ville de l'Aisne où mourut le général Dumas en 1806, n'organisera pas de commémoration de l'abolition de l'esclavage le 10 mai comme cela se faisait depuis 2007, a-t-on appris mercredi auprès du maire Franck Briffaut, qui dénonce une "autoculpabilisation permanente".
    
"Je perçois (cette commémoration) comme étant un peu à la mode, dans le cadre d'une autoculpabilisation permanente, d'une culpabilisation systématique, alors que l'esclavage existe encore ailleurs dans le monde, malheureusement", a déclaré Franck Briffaut à l'AFP, expliquant que "la mairie ne l'organisera pas".

07:50 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 06 avril 2014

80 ou 90 km/h sur la route ?

index.jpgValls a décidé que 80 km/h était le bon choix pour remplir les caisses de l’État.

Les radars en tout genre qui pullulent sur nos routes sont de vrais pompes à fric.

Pour lutter contre ce racket légalisé des manifestations sont organisées dans toute la France samedi 12 avril 2014.

Les lieux des rassemblements seront publiés dans la semaine.

12:49 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 04 avril 2014

Saine réaction : une candidate pro-Islam exclue de la nouvelle majorité (Gourhel - Morbihan)

meyriem-ben-salah-presente-la-liste-unis-pour-gourhel.jpgSource Breizh Atao cliquez ici

Le bon sens populaire s’est manifesté dans la commune de Gourhel (Morbihan). S’y présentait une liste menée par une pro-islam d’origine européenne, Myriem Ben Salah.

Bien que figurant en première position, elle a été la seule à ne pas avoir été élue par la population. Une saine réaction qui a suscité les foudres d’Emmanuel Verdeaux, un journaleux (donc de gauche) travaillant pour “Les Infos du pays de Ploermël” (Ouest-France), une obscure feuille de choux locale.

Verdeaux, offusqué de ce que la population s’écarte de la ligne cosmopolite officielle du régime français, a dénoncé un “vote raciste” de la part de la part des électeurs. Naturellement, l’inculture étant le propre des plumitifs de la presse régionale, l’intéressé semble n’avoir pas même distingué la différence entre appartenance religieuse et raciale. La dite convertie étant blonde aux yeux bleus.

Cet exemple éclairant démontre que le système ne représente pas l’opinion populaire qui, heureusement, reste sourde aux appels à la trahison et aux menaces à peine voilées des chiens de garde de la presse institutionnelle. Il démontre aussi que le rôle de la presse du régime, subventionnée par l’Etat Français, est d’encadrer idéologiquement la population bretonne afin qu’elle s’abdique elle-même et de lui mener une guerre psychologique de tous les instants en cas de déviationisme.

Emmanuel Verdeaux est bien un de ces innombrables CRS de la pensée, un soldat des troupes d’occupation mentale que sont les mediats institutionnels français.

Bravo donc aux habitants de Gourhel pour leur bel esprit de résistance.

07:28 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 février 2014

AU Panthéon, on va finir par trouver n'importe qui...

image001.jpgJean Zay, par la volonté de François Hollande, va entrer au Panthéon. Savez-vous comment ce sinistre personnage considérait le drapeau français ? Notre ami Christian P., ancien sous-officier au 1er RCP, nous a fait parvenir le poème suivant, intitulé Le Drapeau, publié en 1924 :

Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là.
Quinze cent mille dans mon pays, Quinze millions dans tous les pays.
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…
Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse,
Des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur…
Qu’est-ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,

Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,
Quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS,
Que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières
Sans planches et sans prières…
Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
Ils ne sont plus que des pourritures…
Pour cette immonde petite guenille !
Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient Quinze cent mille
Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
Je te hais a cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,
Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,
Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
Le blanc livide de tes remords.

Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup
Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

EDIFIANT !

15:39 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 21 février 2014

Thibaud Viguier ou la surenchère dans l'islamo-collaboration à Beauvais

Thibaud-Viguier.jpg

Source cliquez ici

L'apparatchik socialiste Thibaud Viguier, candidat à la mairie de Beauvais, a adressé un message à l'électorat musulman mardi en annonçant sa volonté d'accorder « un terrain bien situé et d'une taille adaptée à leur disposition à titre gratuit » pour la construction d'une future mosquée. Celle-ci est au point mort cliquez ici sur le premier site envisagé, rue Corréus, depuis la mobilisation nationaliste cliquez là let la menace d'un recours contre ce projet qui ne répondait pas aux normes élémentaires d'urbanisme.

La liste de rassemblement de la droite nationale menée par Thomas Joly, en cours de finalisation, est la seule à refuser catégoriquement l'implantation de l'Islam à Beauvais, contrairement aux autres candidats islamo-collabos et xénophiles.

10:15 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 14 février 2014

Milices bolcheviques : après Rennes, Nantes ?

Une semaine après le saccage du centre de Rennes par 600 miliciens "antifas" qui s'en sont pris aux commerces et ont livré pendant plusieurs heures une féroce guérilla urbaine contre les CRS (muselées par les ordres du pouvoir complice) à coup de pavés et des cocktail molotov, sera-ce au tour de Nantes de subir les mêmes violences ?

Difficile d'en douter à la vue de l'affiche appelant à une manifestation ce soir contre la tenue du meeting de campagne du candidat frontiste aux élections municipales :

74ir.png

Vous ne rêvez pas : le personnage choisi pour illustrer le document pose en toute décontraction fusil à la bretelle…

Alors que les manifestations pacifiques de la France réelle sont soit interdites, soit victimes de provocations des milices para-gouvernementales type "femen" – voire même directement de la police – et sévèrement réprimées, les trotsko-immigrationistes se permettent d'appeler en toute transparence à la lutte armée contre les candidats concourant pour les prochaines élections.

Gageons que là, nulle interdiction de la préfecture ne tombera au dernier moment, que la police ne réprimera que très mollement les attaques aux biens et aux personnes…

Les milices supplétives du gouvernement Ayrault le mal nommé mettront vraisemblablement les rues de la ville dont il fut le maire dans le même état que celles de Rennes la semaine dernière.

Ce qui est terrible avec ces énergumènes, c'est qu'ils finiraient par nous rendre sympathique les candidats du néo-Front national.

C'est dire s'ils sont nuisibles et si leur éradication est plus que jamais une urgence !

 

Faites un don à SN.jpg

10:33 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 10 février 2014

La librairie Facta à nouveau attaquée ce dimanche après-midi par les supplétifs antifas

67886_588698804542859_1187992041_n.jpg

Ce dimanche 9 février au cours de la manifestation des antifas autorisée par la préfecture de police de Paris, la  librairie Facta, 4 rue de Clichy dans le IXe arrondissement de Paris, a été attaquée vers 16 h 00 par une bande de nervis de l’oligarchie mondialiste. Les deux grandes vitres sont brisées en dépit d'une grille et d'un rideau de fer. Coût des dégâts : environ 4 000 €.  Fort heureusement, la nouvelle porte blindée a résisté.

Richard Millet, nouveau paria, avait dédicacé ses livres le samedi 8 février.

La librairie Facta avait déjà été attaquée (bris de glace, peinture rouge avec compresseur, 900 livres détruits) dans la nuit du 8 au 9 décembre 2013 cliquez là. Bien évidemment pas un mot sur cette attaque dans les gros médias officiels alors que les journalistes étaient présents qui rappelle quand même que la manifestation était encadrée entièrement par policiers et gendarmes.

Comme à Rennes cliquez ici, il s'agit d'une nouvelle provocation orchestrée par les services de Manuel Valls qui utilisent les antifas pour faire monter la tension, faire taire les dissidents et effectuer le sale boulot à leur place en y infiltrant des policiers provocateurs, voire en les renseignant et en les aidant.

La rédaction de Synthèse nationale fait part à Emmanuel Ratier et à son équipe de toute sa fraternelle solidarité combattante.

 

Faites un don à SN.jpg

00:01 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 09 février 2014

Guérilla urbaine entre milices "antifa" et forces de l'ordre (?) à Rennes

Un commissariat attaqué, un véhicule incendié, de nombreuses vitrines brisées, des rues dépavées pour envoyer des projectiles au moyen d'une catapulte (!) sur les CRS, le centre ancien de Rennes en état de siège… Voilà le bilan des actions perpétrées par ceux qui se nomment les "antifas" au cours de la soirée d'hier dans la capitale bretonne… Tout ça au prétexte de dénoncer une réunion publique du pâle candidat "bleu marine" pour les prochaines municipales ! On regrette le temps où le Département Protection Sécurité du Front savait protéger lui-même ses meetings et faire une tête au carré à la racaille bolchevique. Mais la dédiabolisation est passée par là et le FN se réfugie maintenant derrière la police du système qu'il prétend combattre !

Il n'empêche que les événements d'hier soir prouvent à ceux qui pourraient encore en douter que ces antifas constituent une milice politique. Une vraie, contrairement aux JNR, à l'Œuvre française et aux Jeunesses Nationalistes, mouvements dissous par le ministre de l'intérieur l'été dernier à la suite de la mise en œuvre de leur droit de légitime défense par nos camarades Samuel et Esteban tombés dans un traquenard organisé par ces mêmes antifas qui dévastent aujourd'hui le centre ville de Rennes.

Le lien entre les émeutiers d'hier soir et les nervis qui ont attaqué nos camarades est d'ailleurs clairement établi : on entend distinctement dans la seconde vidéo ci-dessous quelques-uns des pouilleux scander : "Clément vivra dans nos combats" (vers 10" 30')…

Dans la même vidéo, on observera avec intérêt la curieuse catapulte artisanale greffée sur un chariot de supermarché dont le panier permet de trimballer les munitions arrachées peu avant à la voie publique… La volonté de casser du flic est évidente et la réponse des forces de l'ordre – après la sévère répression qui a frappé les opposants au mariage des invertis, on se demande si elles doivent encore porter ce nom – bien timorée. Surtout qu'aux pavés ont très vite succédé les cocktails molotov qui prouvent – comme la catapulte artisanale – que l'action était préméditée.

Quand Mañuel Valls procèdera-t-il à la dissolution de ces milices armées ?

Surement jamais ! Comme les Femen, ces provocateurs bénéficient du soutien du régime dont ils sont les meilleurs alliés, même s'ils font mine de dénoncer le virage libéral du gouvernement…

Finalement, dans un affrontement entre les CRS et les antifas, le système est dans les deux camps. Comptons les points !

 


Rennes manif anti FN guerilla urbaine par OuestFranceFR

 

 

NDLR :

aaclemeric.jpgLe livre de Serge Ayoub, L'affaire Clément Méric, du fait divers au scandale politique, est en vente aux Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici

Pour l'acheter en ligne, cliquez là

 

 

 

Faites un don à SN.jpg

17:07 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 03 février 2014

Béatrice Bourges arrête sa grève de la faim : une proposition de loi portant sur l'application de l'article 68 a été déposée...

Photo0164

 

Dans le prolongement du Jour de Colère du dimanche 26 janvier 2014, une proposition de loi organique portant sur l’application de l’article 68 de la Constitution a été́ déposée ce lundi 3 février sur le bureau de l’Assemblée. Cette proposition de loi ouvre la voie à une possible saisine de la Haute Cour de justice par les parlementaires, en vue de déférer le Président de la République pour « manquements à ses devoirs manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat ».

 

La procédure de destitution du Président de la République est prévue par l’article 68 de la Constitution de 1958. Elle donne aux députés et aux sénateurs, réunis en Haute Cour de justice, la capacité́ de prononcer cette destitution. Toutefois, le texte de 1958 prévoyait que l’article 68 soit complété par une loi organique qui n’a jamais été votée depuis 56 ans. Cette situation incroyable pose de manière aigue la question de la vie démocratique en France. Dans une république comme la France, patrie de Droits de l’Homme et de la démocratie, il semble incroyable qu’une telle situation ne puisse pas trouver de réponse institutionnelle.

 

C’est pour apporter une solution à cette situation de carence démocratique, et respecter enfin la Constitution, qu’une proposition de loi organique a été déposée sur le bureau de l’Assemblée. Pour arriver à ce résultat, Beatrice et Josyane ont poursuivi un jeûne complet depuis le dimanche 26 janvier 2014, afin de sensibiliser les députés à cette situation inadmissible. L’initiative législative prise aujourd’hui rend justice à leur détermination et couronne de succès leur combat. Elles vont interrompre leur jeûne en ce jour où la lutte de Jour de Colère connait une nouvelle impulsion. Il s’agit d’une victoire de non violence et de la démocratie !

 

Les citoyens vont maintenant pouvoir juger du comportement de leurs députés et sénateurs. S’ils tentent, par une obstruction du travail législatif, d’empêcher que la Constitution soit rendue applicable, la sanction des urnes leur sera fatale. Il appartient à chacun d’entre eux de prendre la mesure des responsabilités que la République lui confie.

 

Source Jour de Colère

23:30 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nice-Cannes : Le Djihad, c'est maintenant !

Qui sont les jeunes  - 23649479.jpg

En début de semaine, un des recruteurs présumés du djihad syrien a été interpellé à Nice. Depuis deux mois, plus d’une vingtaine de jeunes des cités azuréennes ont « disparu » à Alep.

Un vrai réseau structuré qui recrute des gamins dans les cités de la Côte ? Lundi dernier, au petit matin, les policiers de l'antiterrorisme ont fait une descente à Nice. Une seule cible a priori. Une interpellation : un individu dont l'identité n'a pas été communiquée.

Arrêté à son domicile de la route de Turin, dans les quartiers est de la ville, cet individu d'une trentaine d'années a été placé en garde à vue à la caserne Auvare de Nice. En fin de semaine, il a été dans le plus grand secret transféré à Paris et déféré devant le parquet antiterroriste.

L'enquête ouverte par la DCRI - ex-DST - est consécutive au nombre inquiétant de vocations djihadistes constatées depuis la fin de l'été dans plusieurs quartiers des Alpes-Maritimes, de Vallauris à Nice en passant par Saint-Laurent-du-Var. Depuis le début du mois de septembre, près d'une vingtaine de très jeunes adultes ont « disparu ».

Brutale conversion

Rompant les ponts avec familles et amis, du jour au lendemain, la plupart sont passés clandestinement en Syrie via Antioche en Turquie et le nord de ce pays. Au-delà du nombre de ces jeunes, voire très jeunes - certains ont moins de 16 ans - candidats à l'exil en Syrie, c'est la brutale conversion à l'islam le plus radical de ces Azuréens qui inquiète. Le fait aussi que le scénario de ces exils est toujours le même, laissant supposer qu'un véritable réseau opère depuis la Côte d'Azur.

Longtemps les mamans de ces « apprentis djihadistes » s'étaient tues. L'une d'entre elles a fini, la semaine dernière, par alerter la police. Son fils de 16 ans venait il est vrai de « disparaître » avec une demi-douzaine d'autres jeunes de la cité. En moins de trois mois, c'était la deuxième vague de jeunes djihadistes qui quittaient la Côte d'Azur pour rejoindre les combattants syriens.

Source Nice Matin cliquez ici

Un communiqué de la

Nouvelle Droite populaire des Alpes-Maritimes :

Encore une fois, on découvre qu'il y a un fossé entre les discours de "fermeté" du ministre de l'Intérieur, et la réalité sur le terrain. Le Djihad semble être, pour un certain nombre de jeunes, un modéle plus attrayant que la république exemplaire de Monsieur Hollande. Entre l'intrusion de la "Théorie du Genre" dans les programmes scolaires, et la légalisation du mariage pour tous, le Parti socialiste détruit nos valeurs, nos traditions, et ce qui faisait de nous une civilisation. 

Dans les cités d'autres se sont emparés de cette déconstruction marxiste pour se montrer comme des ramparts. Le pouvoir, à la botte des lobbies, est responsable de cette islamisation de nos villes, et de nos quartiers. C'est en tant qu'Européens, fiers de nos racines, que nous devons montrer l'exemple.

La Nouvelle Droite populaire des Alpes-Maritimes s'insurge contre cette politique désastreuse pour notre cohésion nationale. On ne combattra l'islamisation de notre département, et de notre nation, qu'en affirmant notre opposition radicale à ces projets de dissolution de notre identité.

Nous sommes l'avant-garde de cette opposition, nous sommes la droite de conviction, NATIONALE, POPULAIRE, IDENTITAIRE ET SOCIALE.

NDP 06 cliquez là

Faites un don à SN.jpg

23:15 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 01 février 2014

Jour de colère : les casseurs étaient des flics !

Le jour même où le sinistre de l'Intérieur, Manuel Valls, met en garde contre d'éventuels débordements à l'issue des cortèges de la Manif Pour Tous de demain à Lyon et Paris, on dispose de la preuve que les "casseurs" de Jour de Colère, comme lors de la dispersion de la manif du 26 mai dernier, étaient en fait des policiers… Au moment où leurs provocations déclenchent l'intervention des troupes anti-émeute, ils sortent leurs brassards de leurs poches. La France est bel et bien devenue un État totalitaire ! Attention donc aux provocations lors de la manif de demain.

 C'était le 26 mai dernier...

13:55 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Béatrice Bourges va porter plainte contre Frédéric Haziza qui voudrait l'euthanasier

BBOURGES-1024x1024.jpgINDIGNEZ-VOUS : Jeudi 30 janvier 2014, le journaliste de La Chaîne Parlementaire Frédéric Haziza est venu souhaiter la mort de Béatrice Bourges devant l’Assemblée Nationale place Édouard Herriot cliquez ici. 

Béatrice Bourges, en jeûne pour la France depuis 5 jours, a annoncé qu’elle portera plainte. Elle donnera à ce sujet une conférence de presse demain à 11h place Édouard Herriot.

RDV Place Édouard Herriot le samedi 1er février à 11h.

09:04 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dimanche, à Paris et à Lyon !

la-lutte-continue.png

Manifestation à Paris

RDV à 13H place de l'Ecole Militaire

Arrivée / Animation à partir de 15H

place Denfert Rochereau

+ d'infos : www.lamanifpourtous.fr

Manifestation à Lyon

RDV à 14H Place Bellecour

+ d'infos : http://www.lmpt-69.fr 

00:05 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 30 janvier 2014

Béatrice Bourges interpellée par les flics de Valls...

1780269_249884631854647_1716478036_o-1024x574.jpg

Jour de Colère cliquez ici

Ce jeudi 30 janvier à 12h30, une important intervention de police s’est déroulée dans le 7ème arrondissement de Paris, aux abords de l’Assemblée nationale. Après un bouclage de la place Edouard Hériot par un imposant dispositif policier, un car de la Préfecture de Police de Paris a été amené sur les lieux afin de procéder à des mises en garde à vue.

Objectif de cette opération : interpeller une femme assise sur un banc. Son nom : Béatrice Bourges. Son crime : avoir entamé depuis 5 jours un jeûne complet pour enjoindre la représentation nationale d’assumer ses responsabilités face à la crise politique que traverse notre pays. L’enjeu : permettre la mise en oeuvre de la procédure de destitution du Président de la République pour manquement à l’exercice de ses fonctions, selon les termes de l’article 68 de la Constitution. Cette procédure est en effet aujourd’hui bloquée par une sorte de pacte mafieux entre les parlementaires et le pouvoir, qui prétendent que l’article 68 de la Constitution est inapplicable.

Pour faire taire Béatrice Bourges, le gouvernement a décidé d’employer les grands moyens. Interpellée onze fois dans la seule journée de lundi, alors qu’elle a été rejointe dans son jeûne par une autre femme, elle a également subi des pressions psychologiques et physiques. La police, en particulier, a cherché à la priver de sommeil la nuit, qu’elle passe à proximité du Mur de la Paix sur le Champs de Mars, avant de rejoindre la place Edouard Hériot la journée.

Sur cette place, d’innombrable atteintes à sa liberté de mouvement ont pu être constatées par des supporteurs venus la saluer, eux-mêmes victimes des tracasseries de la police.

Mardi, la police est intervenue une première fois pour l’interpeller sur ordre du Ministre de l’Intérieur, qui se rendait à l’Assemblée pour les questions orales au gouvernement. Le député Guillaume Larrivé a demandé, lors de cette séance, la démission du gouvernement.

Jeudi 30 janvier, Béatrice Bourges a de nouveau été interpellée malgré son état de faiblesse intense. Ne voulant pas provoquer, par sa présence dans la rue, un trouble à l’ordre public, elle a résolu de se réfugier temporairement dans un établissement proche. Un policier lui a barré la route, et elle a dû s’asseoir par terre à ses pieds. Des proches se sont alors interposés. Finalement, Béatrice Bourges a été autorisée à subir un examen médical, ce qui lui a évité une arrestation sans motif. Une de ses proches, qui gardait ses effets personnels, a été menacée d’arrestation par une demie-douzaine de policiers en tenues de maintien de l’ordre, qui l’ont finalement laissée partir.

Jour de Colère rappelle que la liberté d’aller et venir est garantie par l’article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme qui figure au préambule de la Constitution de la Ve République. Jour de Colère condamne avec la plus extrême fermeté les abus flagrants auxquels se livrent des policiers sommés d’obéir à des ordres illégaux par une hiérarchie complice du pouvoir politique. A l’heure où l’opinion découvre que plus d’un millier de jeunes français s’initient au jihad en Syrie, la police du gouvernement Ayrault traite en terroristes deux femmes qui poursuivent un jeûne de protestation pacifique et non violent.

Jour de Colère demande qu’il soit mis un terme immédiat à ces agissements, qui ont pour objectif avoué d’empêcher Béatrice Bourges de diffuser son message auprès des députés. Malgré ces intimidations, plusieurs parlementaires sont cependant venus la saluer depuis mardi.

19:41 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

BEATRICE BOURGES POURSUIT SA GREVE DE LA FAIM

DSC_0376-093a9.jpg

Michel Dantan

Le nouveau NH cliquez ici

Expulsée du Mur de la Paix où elle avait entamé une grève de la faim pour demander la destitution du Président Hollande, Béatrice Bourges la porte parole du Printemps Français se trouvait ce matin Place Edouard Herriot derrière l’Assemblée Nationale. Assise sur un banc aux côtés d’une autre femme venue lui apporter son soutien et partager son « jeune spirituel », malgré le froid et la pluie qui ce matin encore s’étaient donnés rendez-vous à Paris, Béatrice Bourges ne semblait avoir rien perdu de sa détermination. Bien décidée à poursuivre son combat malgré le peu d’intérêt que les médias semblent jusqu’à présent lui avoir réservé, Béatrice Bourges devrait ce mercredi s’en expliquer aujourd’hui avec deux parlementaires, dont la présence à ses côtés parviendront peut-être à ébrécher le mur de dénigrement, sinon de silence autour de l’action courageuse et exemplaire de la porte parole du printemps Français.

NDLR : hier après-midi, notre ami Robert Spieler a rendu visite à Béatrice Bourges.

09:18 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 20 janvier 2014

Marche pour la Vie : le Parti de la France était présent et la presse aux ordres continue à raconter n'importe quoi...

Marche-Vie-2014-2.JPG

La marche annuelle pour la Vie s'est déroulée dimanche après-midi à Paris. Près de 45 000 personnes ont répondu à l'appel des organisateurs.

Carl Lang et une délégation importante du Parti de la France ont participé à cet événement.

Comme d'habitude la presse aux ordres a sombré dans le ridicule en donnant des évaluations fantaisistes (ci-dessous, 300 manifestants selon les plaisantins de I-Télé). Il faut dire que cette presse a perdu toute crédibilité et que les informations qu'elle diffuse ne sont plus prises au sérieux par personne depuis la farce "des 150 00 manifestants" en mai dernier cliquez ici.

6a00d83451619c69e2019b04ff298d970d.png

Toutes les informations sur cette marche sur Le Salon beige cliquez ici

00:33 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 19 janvier 2014

Le drapeau breton bientôt interdit par Manuel Valls ?

imagesCA3JPNOT.jpgGwenn-ha-Du = garde à vue. Après ses allergies aux sweats LMPT, à la banane, à la quenelle et à l’ananas, Manuel Valls semble prendre en grippe le drapeau breton.

Jeudi 9 janvier, des militants d’« Adsav ! », le parti du peuple breton, ont eu maille à partir avec la police politique française, raconte la formation indépendantiste.

« Voulant exhiber un Gwenn-ha-Du lors de la venue de Manuel Valls à Plérin, nos militants se sont retrouvés encerclés par deux policiers en tenue et deux autres en civil. ‘Messieurs, rangez ce drapeau Breton, sinon on vous met en garde à vue’ lance sans rire un des sbires de l’autoritaire Valls », rapporte Adsav !.

« Emmenés de force dans une ruelle avoisinante, nos militants ont eu droit à un contrôle d’identité et ont du dissimuler le pavillon national Breton », continue la formation. « La mairie, elle-même, avait fait disparaître son pavillon breton sur sa façade », relève-t-elle également.

Ils auraient dû essayer avec un drapeau israélien…

Source Nouvelles de France cliquez ici

16:27 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 16 janvier 2014

La révolte qui gronde : un tas de fumier déposé devant l'Assemblée nationale...

index.jpg

Une cargaison odorante a été déposée jeudi devant l'Assemblée nationale. Un camion, sur lequel était inscrit le slogan "Hollande et toute la classe politique dehors!", a déversé jeudi matin un gros tas de fumier devant le bâtiment, a constaté un journaliste de l'AFP. Le conducteur du camion, qui a déchargé sa cargaison odorante quai d'Orsay, sous les colonnes du Palais Bourbon, a été interpellé et conduit au commissariat du VIIème arrondissement, a-t-on appris auprès d'un des services de l'Assemblée.

Au bout de quelques minutes, peu avant 11H00, des forces de police et de gendarmerie entouraient le camion et le tas de fumier.

Juste au moment où l'action se déroulait, l'AFP a reçu un mail de l'adresse stephaneguantte@gmail.com : "En ce moment même... un Français vient de manifester sa colère devant l'assemblée nationale! Hollande, ça suffit! C'est le message qu'il a voulu faire passer et dont le président se souviendra longtemps".

18:03 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 10 janvier 2014

Quenelle inversée ?

Valls à Quimperlé.jpg

Manuel Valls lors de sa récente visité à Quimperlé…

(de notre correspondant permanent en Bretagne)

12:42 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 décembre 2013

Christiane Taubira s’exprimera devant le Grand Orient le 17 décembre...

TAUBIRA-Grand-Orient-MPI-211x300.jpgSource Medias presse infos

Les connivences entre de nombreux membres du gouvernement et la franc-maçonnerie sont de notoriété publique. Un élément de plus vient l’avérer. La Garde des Sceaux, a accepté l’invitation de Daniel KELLER, « Grand Maître » du Grand Orient (GODF), d’intervenir pour une conférence au siège de cette obédience maçonnique.

Cette conférence publique sur le thème : « Crise des valeurs de la République : Analyse et Perspectives » se déroulera le 17 décembre à 20 heures au Temple Groussier du GODF, rue Cadet, à Paris.

« L’invitation de Madame Christiane Taubira est naturellement liée aux attaques indignes qu’elle a subies. Nous voulions lancer le débat, provoquer une réflexion, sur les difficultés profondes que traverse la République. Lorsque elle est menacée, l’Histoire nous l’a montré, cela commence par la mise en cause de personnes. », a déclaré le « Grand Maître » du Grand Orient à un blog maçonnique.

On peut donc s’attendre à un grand moment de victimisation et d’appel au sursaut laïciste pour sauver la République assiégée. Un programme taillé sur mesure pour plaire aux frères trois-points.

La seule inconnue : combien de jeunes venus huer Christiane Taubira seront-ils mis ce soir-là en garde-à-vue pour crime de lèse-majesté ?

17:47 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 28 novembre 2013

Le cri du désespoir à Pledran : enquête sur l’expropriation possible de Rejane Corlay, 92 ans.


Plédran (Breizh-info.com) – L’affaire commence à faire du bruit. Comme Breizh-info l’a évoqué mardi, Réjane Corlay, une nonagénaire résidant à Plédran, au sud de Saint-Brieuc, depuis 1951, se trouve aujourd’hui confrontée à la perspective d’une possible expropriation de son jardin potager, comme trois autres familles qui ont des terrains à côté du sien. En pleine possession de ses moyens, elle vit aujourd’hui seule dans sa maison – son mari est décédé il y a plus de dix ans – avec une retraite inférieure à 1000 € par mois.

Or la commune, dirigée par Maryse Raoult (PS), envisage en effet d’acquérir plusieurs parcelles entre la rue du Val et la rue Charles de Gaulle, pour y construire 10 logements sociaux qui seraient réservés prioritairement à des personnes âgées. Pour arriver à ses fins, la commune a entamée une procédure d’expropriation en 2011, date à laquelle France Domaine, chargée d’évaluer les terrains, avait envoyé son rapport et ses estimations (à découvrir ici et ici).

Le courrier de Saint-Brieuc Agglomération – administration au sein de laquelle Maryse Raoult est également vice-présidente en charge de l’habitat - envoyé le 5 novembre 2013 à Réjane Corlay et aux autres propriétaires des terrains visés indique en effet que les objectifs de l’aménagement de la zone à urbaniser seraient de :

— réaliser une opération d’habitat social, qui aurait vocation à accueillir un public locataire de personnes âgées non dépendantes, un partenariat avec l’EHPAD (hébergement pour personnes âgées dépendantes) étant également envisagé dans l’avenir.

— aménager le carrefour adjacent, jugé dangereux pour la circulation.

Pour Réjane Corlay, tout comme pour son fils Joël, qui est également son curateur, « il n’y a aucun rapport entre l’aménagement du carrefour dangereux et l’expropriation dont nous menace la mairie de Plédran, les travaux pouvant être réalisés sans nous déposséder de nos terres. »

Mère et fils sont également sceptiques quant aux intentions de la commune de réserver ces logements sociaux aux seules personnes âgées, le projet (ci-joint) prévoyant des appartements sur deux niveaux – 4 logements en rez-de-chaussée, le reste au premier étage sans ascenseur – ce qui ne semble pas vraiment adapté, selon eux, à ce type de public.

Réjane Corlay, que nous avons rencontrée, n’imagine pas sa vie sans « son havre de paix », ce potager dans lequel elle travaille encore plusieurs heures chaque jour afin de subvenir en partie à ses besoins. Les nombreuses conserves, compotes, confitures et fruits et légumes qui remplissent sa maison et son congélateur sont d’ailleurs là pour en témoigner.

Son fils Joël avoue de son côté ne pas comprendre cette volonté de la commune d’acquérir à tout prix ces terrains, volonté qui relève selon lui de l’«acharnement» pur et simple.

Plusieurs années auparavant, comme il l’explique dans une longue lettre (ci-jointe) récapitulant « l’affaire Corlay », sa famille avait déjà été expropriée d’un terrain, toujours à Plédran, en vue de la construction par la commune d’un ensemble de salles municipales et cela pour, à l’époque, 10 francs le mètre carré.

Au-delà de la procédure d’expropriation se pose également la question de l’évaluation du terrain par le service des Domaines (France Domaine). Celui-ci évalue aujourd’hui à 15 € le mètre carré le prix de rachat possible alors que le prix moyen aux alentours des terrains constructibles se situe autour de 100 € le mètre carré. Selon Joël Corlay, un tel écart de prix apparait totalement injustifié alors que toutes les installations (électriques, eau, gaz, etc.) sont à proximité immédiate du terrain. Celui-ci avait en outre été déclaré non-constructible dans les années 80, dans le cadre de ce qu’on appelle aujourd’hui le PLU (plan local d’urbanisme). Inconstructible hier, il le redeviendrait donc demain après son rachat – à 15 euros du mètre carré – auprès de la famille Corlay pour y construire des logements sociaux…

À la mairie de Plédran, rares sont ceux qui souhaitent évoquer cette affaire. De par ses fonctions Maryse Raoult, semble en effet avoir une grosse influence sur l’habitat et le logement social, influence qui s’étend à toute la communauté d’agglomération de Saint-Brieuc. La maire de Plédran est en effet également président de Terre et Baie Habitat, l’organisation qui gère l’attribution des logements sociaux sur cette même communauté d’agglomération. Un de ses proches, connaissant bien le dossier, nous a toutefois fait remarquer qu’il vaudrait mieux réaliser ce projet, quitte à aller jusqu’à l’expropriation – qui n’est pas, selon lui, encore d’actualité – plutôt que d’empiéter sur les terres agricoles excentrées du centre-ville.

Pour lui l’opposition à ce projet ne serait pas étrangère non plus à des sentiments moins avouables. « Certains jouent sur la peur de l’autre, de l’étranger dans la ville, alors qu’il s’agit simplement de la volonté de construire des logements sociaux pour personnes âgées. », précise-t-il.

A quelques mois des élections municipales – lors des dernières élections, la liste menée par Maryse Raoult, qui a récemment annoncé sa candidature pour 2014, l’avait emporté de justesse avec 52 % des voix – nombreux sont les commerçants et les riverains qui apportent aujourd’hui leur soutien à Réjane Corlay. Il est vrai que « celle qui n’a jamais bu ni fumé de sa vie » et dont le dynamisme et la joie de vivre sont bien connus, est très appréciée dans tout le centre-ville. « C’est tout simplement dégueulasse », estime une commerçante. « Vouloir prendre à cette pauvre dame son terrain, sa joie et sans doute sa raison de vivre, tout ça pour des projets aux contours flous et au bénéfice de personnes extérieures à la commune, voire au département, ça n’est pas normal » surenchérit une cliente.

Réjane Corlay et ses six enfants, ainsi que les autres familles concernées par cette expropriation possible, n’ont manifestement pas l’intention de se laisser faire. Fort d’un soutien populaire qui grossit de jour en jour, ils entendent défendre leur terre jusqu’au bout, en utilisant tous les recours qui s’offriront à eux.

La pétition mise en place sur Internet remporte un vif succès depuis quelques jours et les services municipaux de Plédran reconnaissent être saturés d’appels téléphoniques, de mails et de manifestations de protestations aussi multiples que diverses.

Cette affaire risque fort de s’inviter au cœur de la campagne pour les prochaines municipales. Principal opposant à Maryse Raoult, Stéphane Briend, ne cache d’ailleurs pas son hostilité à ce projet de construction de logements sociaux. Affaire à suivre….

Crédit photo : breizh-info.com

 [cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

10:35 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 01 juillet 2013

Bordeaux : une librairie catholique vandalisée pour la… 27e fois !

photo-copie-620x300.jpg

Plus d'infos cliquez ici

10:43 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 29 juin 2013

La Gay pride 2013 : un flop retentissant, quelques milliers de participants...

111.png

Ils attendaient 500 000 participants : 

à peine quelques milliers sont venus !

Un monde s'écroule !

1222.png

Et ils se sont peut-être consolés en regardant les courageux et sympathiques Hommen les narguer...

112333.png

En savoir plus : Le Rouge et le Noir était sur place cliquez ici

18:59 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 juin 2013

Manif pour tous : le Conseil de l’Europe examine la répression policière

violences-policieres2.jpg

Voici le rapport de l’European Centre for Law and Justice [qui a été présenté mercredi] au Conseil de l’Europe lors de l’audition sur la « Manif pour Tous et la répression policière » organisée en marge de la session de l’Assemblée parlementaire. Cette audition est organisée par le Parti Populaire Européen (Groupe politique PPE) et le European Centre for Law and Justice, en présence de Luca Volontè, président du Groupe PPE, de Ludovine de la Rochère, Présidente de la Manif pour Tous, de Béatrice Bourges, du Printemps Français, de Madeleine Bazin et Jean-Baptiste Achard, des Veilleurs.

Il contient plus d’une centaine de témoignages de personnes victimes d’abus policiers ayant eu lieu à l’encontre du mouvement social de défense de la famille et de contestation de la loi ouvrant le mariage et l’adoption d’enfants aux couples de même sexe. Pour la plupart, ces témoignages ont été communiqués par les avocats des victimes. Ils permettent de recouper, de corroborer et d’attester des faits qui, pour un pays tel que la France, sont graves et sans précédant depuis plusieurs décennies.

Ce rapport va être remis aux organes compétents du Conseil de l’Europe et des Nations-Unies à Genève. Il viendra documenter les diverses procédures actuellement initiées auprès de ces instances par des victimes, des élus et des ONG.

Consultez ce rapport cliquez ici

Source Nouvelles de France cliquez là

19:43 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 24 juin 2013

Clément Méric impliqué (et filmé ?) dans l’attaque violente d’un bar parisien

788832mericparisantifa.png

EXCLUSIF F. DESOUCHE cliquez là – D’après nos informations et divers témoignages qui pour l’instant souhaitent rester anonymes, Clément Méric faisait bien partie de la bande armée qui le soir du samedi 26 janvier 2013 a violemment pris d’assaut la Cantada, bar rock/métal du XIè arrondissement de Paris.

Le chanteur de 8.6 Crew ainsi qu’une cliente avaient été frappés avec des battes de base-ball. Clément Méric est décrit par des témoins comme étant l’un des plus agressifs de la bande : très excité, il se serait notamment distingué par le jet de divers projectiles (verres, bouteilles…) sur les clients du bar tout en les traitant de « fachos ». La police a dû intervenir à l’aide de gaz lacrymogène pour mettre en fuite les assaillants « antifas » de l’Action Antifasciste Paris-Banlieue.

Lire la suite cliquez ici

10:42 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 15 juin 2013

Création du Collectif de « Défense des Libertés Publiques »

comite.png

Chaque jour qui passe voit des libertés publiques, pourtant chèrement conquises par notre peuple, un peu plus rognées. Un de ces premiers droits fondamentaux qui est la Liberté d’association est en train d’être bafoué par le gouvernement

La procédure de dissolution de deux organisations patriotes –Troisième Voie et J.N.R-,entamée en Conseil des ministres, dénote une ingérence de l’Exécutif dans l’application de la loi de 1936 ainsi qu’une grave entorse au principe de la séparation des pouvoirs. Les déclarations inouïes de Jean-Marc Ayrault, le 08/06/13 indiquant que le groupe des JNR serait dissous “sur la base d’éléments antérieurs et plus larges que la rixe [car ils étaient]… en passe de constituer un groupe de combat, sont la preuve de l’inculture et de la duplicité de nos dirigeants toujours prompts à rogner nos droits fondamentaux.

Une dérive autoritaire qui avait démarré sous les précédents gouvernements est en train de s’exacerber en particulier depuis 6 mois avec les succès engrangés par « La Manif Pour Tous ». Le gouvernement français est en train de se livrer à un grand écart entre une posture « droits de l’hommesque » virtuelle d’une part, et une pratique répressive des libertés publiques au quotidien d’autre part.

Quelques exemples de cette dérive

Liberté de réunion : difficultés pour les organisations patriotes d’avoir accès à des salles de réunion qui subissent pressions et menaces.

Liberté de manifestation : près de 500 interpellations depuis début janvier autour de «La Manif Pour Tous », gazage d’enfants, interpellation pour port de tee-shirt, interpellations au faciès…

Liberté d’expression : de nombreux collaborateurs de sites ou orateurs dans des réunions publiques sont poursuivis ou ont été condamnés à de lourdes amendes.

Liberté de la presse : un journaliste du Figaro vient d’être convoqué à la Police Judiciaire pour propos islamophobes sur un plateau T.V. et Internet est, à l’évidence, en butte aux visées des censeurs en tout genre, qui rêvent d’en prendre le contrôle.

Enfin l’actualité tragique de la semaine dernière a donné l’occasion au ministre de l’intérieur Valls de déclarer que la rixe de la rue Caumartin était un assassinat faisant fi du principe de séparation des pouvoirs.

Depuis quelques mois, la France est montrée du doigt et reléguée au fin fond des tableaux de notations sur les questions des droits et des libertés… La mise en détention d’Esteban et Samuel en contradiction avec la règle de la présomption d’innocence avant jugement définitif renvoie notre pays au niveau des dictatures d’Asie Centrale.

En créant ce collectif, les soussignés entendent s’opposer fermement à la dérive autoritaire du gouvernement, aux violences policières et à l’érosion des libertés publiques. Ils lancent un appel au monde de l’édition, de la culture, au secteur associatif et politique pour conforter ce collectif. Ils tiendront une conférence de presse prochainement pour présenter aux médias les actions qu’ils comptent mettre en place pour que ne disparaissent pas les libertés publiques garanties par notre constitution.

Premiers signataires du collectif :

Renaud Camus, écrivain, Président du Parti de l'In-nocence

Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale

Richard Roudier, Président du Réseau Identités

Christine Tasin, Présidente de Résistance républicaine

Le 13/06/13

Très bientôt une liste de nombreuses personnalités soutenant cette initiative sera publiée.

10:41 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 09 juin 2013

Face à Valls, un premier collectif d'avocats vient de naître pour défendre les prisonniers politiques...

17:47 Publié dans Informations nationales, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook