Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 janvier 2016

Angela la douce versus Joseph le maudit !

img55f89e748a81c.jpg

Dr Bernard Plouvier

Il est des jours où l’écrivain d’histoire s’amuse un peu. Le samedi 9 janvier 2016, la police de Cologne – qui n’avait rien fait durant la nuit de la Saint-Sylvestre pour protéger des Blanches des privautés et autres violences d’honorables réfugiés maghrébins & moyen-orientaux – a sévi au canon à eau, au gaz lacrymogène et à la bonne vieille matraque (Ah, ces Allemands et leur Schlag [rossée] ! Un vieux réflexe, une vieille habitude ne se perdent jamais) contre deux milliers d’Allemands de souche venus dénoncer le laxisme gouvernemental et policier, face à une immigration non seulement massive (1,1 million de « réfugiés » en 12 mois), mais aussi crapuleuse.

Curieusement, ces patriotes allemands croyaient habiter un pays « démocratique ». Or, ce pays est dirigé par mémé Merkel, cette Angela qui fait la douce et la mijaurée face aux musulmans et sévit contre ses autochtones. Cela est-il étonnant ? Scientifique de haut niveau – ce qui sous-entend une indéniable rigueur d’esprit -, Angela vécut en RDA de l’année 1954 où elle vint au monde à 1989, soit jusqu’à l’écroulement d’un régime demeuré stalinien jusqu’à son dernier jour.

Pourtant, que mémé Angela (peut-être furieuse de n’avoir pas été nobélisée) réagisse comme au bon vieux temps des Wilhelm Pieck, Walter Ulbricht et autre Marcus Wolff, stupéfie l’observateur qui se souvient que cette Chancelière fit un sans-faute de 2005 à 2014, avant de disjoncter en 2015… et le médecin de se poser la question d’éventuels troubles d’ordre psychiatrique ou d’une possible tumeur cérébrale pour expliquer la genèse d’un tel revirement.

De par sa formation communiste, mémé ignore peut-être les fondements de la démocratie : Justice égale pour tous ; méritocratie dans l’attribution des postes publics (ce qui exclut toute discrimination, fût-elle « positive ») ; absolue liberté d’expression (sauf à réprimer calomnies et pornographie) ; recours à l’avis de la Nation pour toutes les grands choix de société (comme la peine de mort ou l’immigration de masse).

Il est amusant de comparer le comportement actuel de la douce et tendre Angela avec celui des hideux, maudits (etc.) Hermann Goering et Joseph Goebbels, dans une situation analogue : une manifestation de personnes contestant une décision officielle. En février 1943, à la suite d’un attentat perpétré à Berlin par des opposants (dont les deux tiers étaient juifs), Goebbels, dans sa fonction de Gauleiter, ordonne de rafler 11 000 Juifs pour les déporter vers le Gouvernement Général de Pologne… dont 1 700 Juifs époux de non-Juives, donc protégés ipso facto de la déportation.

200 de ces dames allemandes commencent à manifester le 23 février et maintiennent leur mouvement jusqu’à ce que Goebbels – après avoir consulté Goering, chargé de la « question juive » - fasse relâcher les 1 700 Juifs le 6 mars (non sans grogner dans son Journal, cf. l’entrée du 2 mars). Durant ces manifestations, les policiers nazis ont ordonné à ces Allemandes « de circuler », sous peine « de poursuites » (alors qu’aucune identité n’était relevée)… il n’y eut ni méchanceté de l’ignoble Gestapo, ni arrestation, ni coups de matraque, ni etc.

Évidemment, c’était au temps du méchant-vilain-pas beau Joseph Goebbels. À la belle époque de la douce et tendre Angela Merkel, il en va autrement.

18:36 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.