Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 novembre 2016

Poutine et la Troisième Rome

Putin_inauguration_Kirill_0.jpg

Ronald Zonca Boulevard Voltaire cliquez ici

Les comportements de la Russie nous sont constamment présentés par nos médias comme étant erratiques, incompréhensibles, et ses dirigeants irrationnels. Pourtant, la lecture d’un simple document permettrait à ces plumitifs d’appréhender les principes de gouvernement de cette nation.

La prise de fonction du président Poutine, en mai 2000, fut suivie, en août, d’un Concile épiscopal qui a produit un document décrivant la conception sociale de l’Église orthodoxe russe [PDF]. Lors de l’ouverture de la représentation du Patriarcat de Moscou auprès des institutions européennes en 2003, ce document a été publié sur son site, notamment en français.

Les positions sont expliquées au travers des saintes Écritures. Saint Paul, qui a séparé culture et culte, faisant ainsi de la religion chrétienne une religion ne relevant pas de l’orthopraxie, est cité d’abondance. Ces principes ne devraient pas choquer les Français du fait de leur héritage helléno-chrétien.

N’en déplaise à ceux qui veulent faire table de rase de cet héritage et qui, faute de retenir le meilleur, sont dans l’agitation pour se donner l’illusion d’exister.

Ce document livre les positions de l’Église sur les notions d’État, de nation, de travail, de propriété, de guerre et de paix, de criminalité, de morale personnelle, familiale et sociale, de santé, de bioéthique, d’écologie, de sciences, de culture et d’enseignement, de médias, de relations internationales et de mondialisation.

Il ne s’agit pas d’un inventaire à la Prévert mais de principes aptes à guider toutes les personnes en charge d’une fonction publique. Sauf, évidemment, à vouloir mépriser les valeurs du peuple pour satisfaire un ego surdimensionné mâtiné d’avidité.

Dostoïevski, dans Les Possédés, affirme qu’un athée ne peut pas être russe. Staline entame son discours suite à l’invasion de l’Allemagne nazie par « Sœurs et frères ». Sans parler de la procession aérienne de l’icône de Notre-Dame de Kazan autour de Moscou lors de l’avancée allemande. Ces hommes avaient parfaitement perçu la dimension spirituelle de la Russie.

L’action du président Poutine et de son gouvernement est influencée par ces principes. D’où son niveau de popularité en et hors Russie et la détestation des tenants du matérialisme qui mettent la France en coupe réglée. Nos dirigeants, par servilité atlantiste, usent du même cynisme que celui de Talleyrand quand il déclarait : « Appuyons-nous fortement sur les principes, ils finiront bien par céder. »

russian-president-vladimir-putin-meets-with-pope-francis

De tels principes, par leur enracinement dans l’Occident chrétien, résonnent au fond des âmes, même dans celles des athées, par leur poids culturel et historique.

La Russie est une nation chrétienne avec une laïcité authentique. Cette nation est guidée des principes moraux issus de son histoire, de sa culture et de sa religion.

C’est par ces trois entités qu’un être humain devient un citoyen car il peut s’enraciner dans le passé de sa nation, exister au présent dans sa société et se projeter dans le futur de sa patrie.

09:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.