Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 janvier 2018

L'année commence bien : le 1er janvier, la tempête Carmen liquide une éolienne en Vendée

2018 01 05 BOUIN.jpg

En savoir plus sur l'éolienne de Bouin cliquez là

Lisez le livre d'Alban d'Arguin cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

16:24 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SuperMacron et les fausses nouvelles

Unknown.jpg

Bernard Plouvier

Par son nouvel effet d’annonce, notre Super-Président veut pourfendre les Fake News d’Internet (en français courant : les fausses nouvelles des réseaux sociaux). Comme disait le général De Gaulle : « Vaste problème ! ».

Et l’on ne s’attendait pas à un enfant chéri des media sophistiqués, un chevalier du Tweet, un pur produit de la publicité politique, si l’on préfère de la communication pré-électorale de 2017, se muer, à l’occasion des vœux de nouvel An, en Saint Michel ou en Saint Georges désireux de terrasser le dragon des media modernes, aussi menteurs que les anciens, mais avec une efficience multipliée par les réseaux sociaux, omniprésents et – sans jeu de mots – immédiats, soit instantanés.

En 2017, Super-Macron est élu chef de l’État grâce à un marketing politico-médiatique d’une ampleur exceptionnelle et dont on ne sait ce qu’il a coûté aux sponsors... et l’on se doute bien quels ils sont, par le discours du Président russophobe et Poutinophobe enragé.

En 2018, Saint-Georges Macron veut interdire les « fausses nouvelles », alors même que les promesses électorales sont, par essence et sauf exception populiste, mensongères autant que démagogiques, soit d’authentiques faux en matière d’information.

Faut-il croire que notre Hercule veut nettoyer les écuries de la Ve Ripoublique agonisante ? On serait heureux, sur ce plan, de le voir à l’œuvre.

Car, plutôt que de se mêler de ce qui se passe en Russie ou de tenter d’aider une nouvelle-née, l’insurrection iranienne fomentée par les maîtres de Washington–New York-Jérusalem (le trio infernal qui menace la sécurité planétaire, bien plus que le fou furieux de Corée du Nord, dépourvu de réelle capacité de nuire à l’Occident), Macron, superstar médiatique, a de quoi faire en France.

Notre Superman pourrait, entre bien d’autres exemples, lutter contre la corruption politique et administrative. Car c’est faire une fausse nouvelle que de présenter une fois tous les deux ou trois ans un pourri et le lyncher médiatiquement, pour laisser dans l’ombre des milliers d’autres. Et on pourrait en dire autant des crapules sexuelles perverses, mâles, mais aussi femelles et homosexuelles.

Superhéros pourrait aussi cesser le Fake New français permanent à propos des statistiques ethniques. La Nation, seul souverain naturel de l’État, pourrait ainsi apprendre combien d’extra-Européens, combien de mahométans, on lui a fait accueillir sans lui demander, le moins du monde, son avis.

De même, on cesserait d’employer l’euphémisme constant des « Jeunes » à propos des voyous d’origine exotique, car en matière de Fake News, la France bat tous les records de désinformation sur l’origine ethnique des détenus emprisonnés, des racketteurs et des violeurs, des trafiquants de drogue et d’armes, des vols avec violence, des attaques de vieillards en leur domicile, des agressions de membres des forces de l’ordre ou des pompiers, voire des médecins et du personnel hospitalier.        

Si Superman-de-l’information-honnête veut pourfendre le dragon de la Fake New à la mode : le réchauffement climatique, on n’y voit aucun inconvénient. On ne nie pas qu’il existe un faible réchauffement en régions intertropicales. Ce n’intéresse guère les Français de métropole, sauf quand les dirigeants des multinationales s’agitent pour refiler aux contribuables occidentaux la facture très lourde des exigences monétaires des excellences locales.

Pour avoir le droit d’exploiter les ressources naturelles des pays sous-développés de ces zones, les grands prédateurs doivent graisser, et abondamment, la patte très avide des élus locaux.

Ceci n’est ni un scoop ni une fausse nouvelle et ne tombe donc pas dans les objectifs annoncés de notre jeune et sémillant Président. Dommage ! Pour une fois, la recherche de la vérité aurait pu devenir utile, ne serait-ce qu’en évitant d’aggraver la charge fiscale, par la Fake New du réchauffement généralisé.

Allons, il est plus simple de se limiter à la politicaille franchouillarde et de préparer les échéances électorales prochaines en sortant une législation qui, curieusement, ne touchera que les adversaires du grand homme solidement installé sur son trône... grâce à une campagne de publicité qui fut en grande partie mensongère.

On nous avait vendu un réformateur sérieux et dynamique. L’on a acheté un tweeter, certes remarquable, mais qui joue un peu trop au cowboy du star system globalo-mondialiste, au lieu de se soucier de notre Bien commun.

14:36 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi 4 janvier 2018 : Philippe de Parseval invité de l'émission "Synthèse" sur Radio Libertés

RL 53 2018 01 04 Ph de Parseval.jpg

ÉCOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

ACHETEZ LE LIVRE CLIQUEZ LÀ

12:40 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

HARO SUR LES BRIGANDES : La meute des grands médias est lâchée

les-brigandes-768x492.jpg

Un communiqué des Brigandes :

Le Parisien, 20 Minutes, France Info, Sud-Ouest, France Soir, France Bleue, … Ça se déchaîne contre le groupe des Brigandes depuis le jour de l’an ! Et c’est sans compter Europe1 qui tourne en ce jour dans le village, avec en plus les propositions de reportage de la part de France2 et M6, etc. Nous opposons à cette invasion médiatique une fin de non recevoir. Ils repartent bredouilles et comme d’habitude se citent les uns les autres à partir d’une base journalistique ancienne.

Le motif de cette campagne ? Un habitant de La-Salvetat-sur-Agout, où réside notre groupe, aurait été insulté par un de nos membres… Ce trublion local du nom de Thierry Canals avait écrit des infamies contre nous et nos femmes, nous traînant dans la boue ! En réponse, il aurait reçu des insultes sur la place publique du village, ce qui est devenu une affaire nationale. Les journalistes toujours prompts à nous attaquer feraient mieux de s’intéresser aux cas mille fois plus nombreux de « dérapages verbaux » dans les cités.

Qui est ce Thierry Canals, soudainement promu « héros de la résistance gauchiste » parce qu’il dénonce un groupe déjà cent fois dénoncé par tous les médias de France ? Quel courage ! Ce que ne disent pas les médias, c’est que le plaignant n’est pas un habitant lambda sans idéologie, mais un militant de la France Insoumise de Mélenchon ! Son objectif est de nuire au maire de La-Salvetat-sur-Agout en utilisant le levier des Brigandes comme prétexte.

Le maire étant un indépendant, sans étiquette et sans préjugés, il a toujours affirmé que Les Brigandes ne posaient pas de problèmes dans sa commune, puisqu’en France chacun est libre d’habiter où il veut du moment qu’il ne fait rien d’illégal. Ce prétexte suffit à l’agitateur local pour mener sa guéguerre ridicule contre la mairie de La-Salvetat-sur-Agout, accusée de collusion avec notre groupe !

Ce n’est qu’une basse opération politique, dans laquelle les médias brassent de l’air puisque aucune action en justice n’est en cours contre nous. (Contrairement à Thierry Canals qui emm*** tout le village et se voit convoqué à la gendarmerie).

Ce nul de chez nul a réussi à rameuter trois péquenots et, du coup, c’est le village dans sa totalité qui serait « sous l’emprise des Brigandes » (selon le titre de l’article du Parisien). Pourtant, à La-Salvetat-sur-Agout, on se fout des Brigandes qui travaillent tranquillement dans leur studio d’enregistrement ! Les autorités locales refusent de recevoir les journalistes, tellement cette non-affaire est grotesque.

Par contre, on peut se demander pourquoi les grands médias lancent soudainement une campagne contre Les Brigandes à partir des propos d’un gauchiste isolé ? Ce n’est là que la riposte à un succès que nous n’avions encore jamais eu aussi rapidement : notre clip L’heure de dire adieu est arrivé à 500 000 vues en un mois et demi. Il fallait donc une riposte du Système. Et pas un reportage qui parlerait des Brigandes en tant que groupe de musique. (Il n’y a aucune allusion à notre production musicale dans les médias). C’est une riposte dont le but est de coller au nom des « Brigandes » l’image d’une secte de barjots qui terroriseraient un village tout en tenant les notables sous contrôle ! C’est trop drôle.

Bref, une non-affaire qui se résume à la réaction hystérique du Système contre la notoriété d’un groupe dissident, dont le succès est en ascension constante.

En tout cas, il est bon de rappeler qui sont ces médias du système, pour qui ils travaillent, et pourquoi ils ne peuvent pas s’intituler médias d’information mais plutôt médias de propagande. Notre émission Radio Brigandes IV, réalisée avec le brillant Jean-Yves Le Gallou, répond à ces questions : cliquez ici

PS : Nous tenons quand même à remercier les journalistes qui nous consacrent du temps et qui, même s’ils passent nos disques sous silence, participent néanmoins à l’augmentation des ventes en nous faisant connaître !

Source cliquez là

Lire aussi Lengadoc.info cliquez là

11:51 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook