Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 mai 2018

22 MAI 1988, GIORGIO ALMIRANTE, FONDATEUR DU MSI, S'EN ALLAIT

2018 05 22 G ALMIRANTE.jpg

Souvenez vous !

En savoir plus sur le MSI cliquez là

La veille, décès de Pino Romualdi cliquez là

Lu dans le Cahier d'Histoire du nationalisme n°11 consacré au MSI :

22 mai 1988. Rome. Giorgio Almirante meurt à 10h20. Il a 74 ans. Avec Ro­mualdi, il avait été l’édificateur du MSI, jusqu’au point d’identifier sa pro­pre vie avec celle du parti et d’identifier le parti avec sa personne et son leadership. Deux fois secrétaire national (1947 – 1950 et 1969 – 1987), il avait porté, grâce à son charisme et à la cohé­rence de ses idées, le peuple du MSI à l’acceptation des règles démocrati­ques en faisant conquérir au MSI, dans les années 70 et 80, les plus grands succès électoraux de son histoire cinquantenaire et en imposant pour ce faire à la classe dirigeante issue de l’antifascisme, l’acceptation d’une communauté humaine qui, sans lui et son action, ne se serait pas retrou­vée unie pour affronter les grandes difficultés politiques et civiles, impo­sées par le fait d’être héritiers de la double défaite, de la Seconde Guerre Mondiale et de la guerre civile. Jour­naliste, il avait dirigé le quotidien du MSI Secolo d’Italia et, aupara­vant, le premier hebdomadaire du MSI, Lotta Politica (Lutte Politique).

Il laisse une histoire du MSI écrite avec Francesco Palamenghi Crispi, deux volumes de critique à la démocratie parlementaire (Processo alla Repub­blica [Procès à la République] et Processo al Parlamento [Procès au Parle­ment]), la célèbre Autobiografia di un fucilatore (Autobiographie d’un fu­silleur - 11 fois réédité) et les essais Robert Brasillach, Josè Antonio primo de Rivera et Carlo Borsani.

Dans 200 villes italiennes, des rues, places, boulevards, parcs publics, jar­dins, ronds-points et constructions urbaines, jusqu’à un pont, sont po­tent aujourd'hui le nom de Giorgio Almirante.

Le premier à rendre hommage à Almirante, quelques minutes après sa mort, est le président de la République, Francesco Cossiga.

16:51 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.