Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 juillet 2019

Dîners de cons : François de Rugy est-il le « François Pignon » d’Emmanuel Macron ?

19131217lpw-19131262-article-jpg_6353755_660x281.jpg

« Les repas fastueux aux frais de la République servis par François de Rugy seront peut-être le scandale de trop… »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés cliquez là.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Que vous inspirent les incidents en marge du 14 juillet ?

Juste la confirmation de la terrible fracture politique de notre pays. Emmanuel Macron a réussi à blesser sans doute à mort les deux partis traditionnels de gouvernement – le Parti socialiste et les Républicains – dont il est l’héritier et à conforter le Rassemblement national comme la seule alternative d’opposition : soit, dans son esprit comme dans beaucoup d’autres, l’assurance de sa réélection en 2022 ; il n’en est pas moins évident qu’une majorité de citoyens, de toutes tendances politiques, le rejette, lui et sa politique… Cela s’est concrétisé avec le mouvement des Gilets jaunes en novembre dernier et cela se poursuit toujours, même si ce ne sont plus les mêmes manifestants, ni les mêmes revendications. La France périphérique a déserté la rue et on la comprend : entre les violences policières et les débordements des Blacks Blocs, il n’y avait à prendre que des coups, des mutilations, des inculpations…

Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues et Eric Drouet, trois figures des Gilets Jaunes, étaient tout de même présents sur les Champs-Élysées ce 14 juillet et ils ont été placés en garde à vue pour « rébellion »…

… et relâchés en fin d’après-midi ! Ils étaient là et ils en avaient le droit en tant que citoyens, droit qui leur a été scandaleusement refusé, mais leurs troupes ? Aujourd’hui, les « gilets jaunes » combien de divisions dans la rue ? Ces trois-là sont des figures qui feront sans doute encore parler d’eux, mais le gouvernement a réussi à discréditer le mouvement des Gilets jaunes, associés désormais au vandalisme inhérent à chaque manifestation…

Emmanuel Macron a donc gagné ?

Jusqu’à présent, du sursis, en effet… Sans avoir lâché quoi que ce soit aux Gilets jaunes, la liste LREM a fait un excellent score aux élections européennes, seulement atténué par le fait qu’elle s’est retrouvée derrière celle du RN… à 1 % près, tandis que l’électorat de gauche s’est démobilisé, éparpillé entre plusieurs listes inaudibles et que l’électorat de centre-droit l’a soutenu. Mais le mécontentement général est toujours aussi fort… D’autant que le dernier scandale en date – les repas fastueux aux frais de la République servis par François de Rugy à ses invités  lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale – sera peut-être le scandale de trop. Alors que personne n’a trop compris le « scandale Benalla » de l’été dernier (et pour cause ! Les faits relèvent plus de la polémique de cour d’école que d’une Affaire d’État), cette fois l’hypocrisie d’une classe politique donneuse de leçon, mais corrompue, est flagrante : François de Rugy s’est défendu en parlant de « dîners de travail », mais quel « dîner de travail » justifie-t-il homards géants et vins prestigieux entre 265 et 550 euros la bouteille ?

Le Rassemblement national, tout comme La France insoumise ou le Modem sont, eux, empêtrés dans des affaires judiciaires, accusés d’avoir déclaré de « faux » attachés parlementaires au Parlement européen…

Au parlement européen, justement… Pour le citoyen lambda, ce n’est pas l’argent de la France – bien sûr que si, mais il ne le réalise pas forcément – et ces partis, qui contestent d’ailleurs les faits, peuvent arguer qu’ils sont victimes de harcèlement politique. Comme pour l’Affaire Benalla, le citoyen n’y comprend pas grand-chose, contrairement à la « vie de château » de François de Rugy avec ses dîners au homard organisés par sa femme… D’autant que cet âne, après avoir pleurniché qu’il était lui-même intolérant aux crustacés – on le plaint ! – s’est engagé à rembourser « chaque euro contesté », reconnaissant ainsi sa malhonnêteté… Oh ! la boulette, Pignon !


le-defi-5-ans-avec-tv-libertes.jpgMarie-Simone Poublon et Philippe Randa viennent de publier
Le Défi(Éd. Dualpha) : l’aventure du groupe Libertés (TVLibertés, Radio Libertés, EuroLibertés…) qui se veut le premier réseau de presse alternative, non seulement en France, mais aussi en Europe et qui ne cesse de tailler des croupières au Nouvel Ordre Mondial… Qui dirige vraiment le groupe Libertés ? Quels sont ses collaborateurs ? Ses partenaires ? Comment se finance-t-il ? Quelles sont ses ambitions nouvelles ? cliquez ici

12:04 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.