Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 07 mars 2020

Samed 4 avril à Paris : 4e dîner annuel des Amis franciliens de Synthèse nationale avec Jean-Gilles Malliarakis. RÉSERVEZ VOTRE PLACE DÈS MAINTENANT

2020 03 2 DINER JGM.jpg

SOLUTIONS CORPORATISTES ?

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Après avoir maté la révolte des Gilets jaunes, puis laissé s’enliser le conflit relatif aux retraites, le gouvernement se croyait sorti d’affaires et espérait que la confiance allait revenir... En réalité, des nuages encore plus sombres pointent à l’horizon.

La psychose autour du coronavirus et ses répercussions sur l’économie mondiale démontrent les limites de la globalisation. Avoir voulu, au nom du profit, faire de la Chine la zone industrielle de la planète aux dépens des productions locales ou nationales était une erreur gravissime que seuls les nationalistes ont toujours dénoncée.

Sur un autre plan, la décision de l’islamiste turc Erdogan de lâcher vers l’Europe, via la Grèce, des millions de migrants pour la plupart musulmans devrait mettre l’Union européenne devant ses responsabilités. N’oublions jamais que le but ultime de tout bon islamiste est d’imposer partout sa civilisation. Erdogan le sait parfaitement, mais l’Europe fait semblant de l’ignorer. Là aussi, seuls les nationalistes sont clairvoyants.

Nous savons qu’un jour ou l’autre, et le plus rapidement si possible, l’histoire nous donnera raison. Il est donc temps de préparer l’avenir.

Le samedi 4 avril prochain se tiendra à Paris le 4e banquet des Amis franciliens de Synthèse nationale. Le thème : « Solutions corporatistes ? » et, pour en parler nous avons invité un spécialiste du corporatisme, l’éditeur Jean-Gilles Malliarakis. Depuis toujours, il se bat pour diffuser cette doctrine économique et politique honnie des tenants du Système libéral-mondialiste actuel, mais qui, finalement, s’est montrée plutôt efficace là où elle a été appliquée.

Vouloir abattre le Système, c’est bien. Mais faire des propositions alternatives concrètes, c’est mieux. Et le savoir et le faire savoir, c’est essentiel. Voilà pourquoi nous espérons vous retrouver nombreux à ce dîner amical qui, n’en doutons pas, se déroulera dans une ambiance sympathique et constructive. Alors, dès maintenant, retenez votre place.

ATTENTION : NOMBRE DE PLACES LIMITÉ

Réservation en ligne cliquez ici

Bulletin de réservation

Préparons ensemble les BBR 2020

Samedi 4 avril sera une journée bien remplie pour les Amis de Synthèse nationale. L’après-midi, à partir de 16 h, une réunion interne est organisée à Paris afin de préparer le prochain  rendez-vous Bleu Blanc Rouge qui aura lieu les 10 et 11 octobre à Rungis. Vu l’ampleur que prennent ces journées annuelles (les 14èmes), nous avons besoin de l’aide de nos amis pour la préparation et l’encadrement. Les volontaires sont donc les bienvenus. Si tel est votre cas, inscrivez-vous en écrivant à synthesenationale@club-internet.fr.

2020 03 flyer corpo liv.jpg

Le commander en ligne cliquez là

23:44 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les pays de la grande Hypocrisie

Supermarine_Spitfire_F_Mk_XIIs_of_41_Sqn.jpg

Bernard Plouvier

Le site (Net) TV5MONDE a publié le 5 mars 2020, le jugement d’un tribunal du Tennessee ordonnant l’expulsion de Friedrich-Karl Berger, un nonagénaire, citoyen des USA depuis près d’un demi-siècle, parce qu’il avait été, dans sa lointaine jeunesse, un gardien du camp de concentration de Neuengamme, près de Hambourg.

Ce programme spécial de traque et d’expulsion des citoyens US ex-nazis n’a été créé qu’en 1979... c’était déjà un peu tard, un quart de siècle après la guerre. De 1980 à nos jours, 67 ex-nazis, devenus de libres citoyens des USA, ont été dénaturalisés, livrés à un lynchage médiatique, puis expulsés. Le dernier cas connu, en août 2018, portait sur un homme de 95 ans.     

De nos jours, les procureurs de ce programme spécial du ministère fédéral de la Justice ne peuvent effectivement s’en prendre qu’à des nonagénaires. On n’a pas encore la notion qu’ils se soient attaqués à des centenaires, mais l’on peut faire confiance à des juristes comme Eli Rosenbaum qui geint : « le temps travaille contre nous, les procureurs », pour étendre vers la gamme des 100-110 printemps les si utiles recherches.

Ce doit être rageant, pour un vengeur juif, de constater que Dame Nature et Demoiselle Sélection Naturelle sont infiniment plus efficaces que sa haine. C’est avec une angoisse indicible, un effroi incommensurable que l’on constate la fin programmée de la si noble mission de ces merveilleux juristes voués à la traque des « animaux nazis » - une expression ayant cours en Israël. Toutefois, on leur fait confiance pour trouver un gibier de substitution.

De très odieux voyous de l’écriture historique pourraient rappeler l’effroyable surmortalité des camps de prisonniers de guerre (PG) contenant d’ex-membres de la Wehrmacht, de 1944 à 1946, dirigés par les autorités US, françaises et belges en Europe « libérée »... des nazis, mais nullement des communistes.       

Elle a été estimée à 1,1 million, sur un total de 5,9 millions PG (soit 18,6% de morts, à comparer avec la mortalité des PG français, britanniques et nord-américains détenus par le Reich : 3%) : environ 311 000 morts du 8 mai au 8 septembre 1945, puis un peu plus de 793 000 (en y comprenant 67 200 PG morts dans le mois suivant leur libération) du 9 septembre 1945 au 1er janvier 1946 (Bacque, 1990). Cette sélection fort peu naturelle avait été réalisée par le froid et la faim, le manque de soins et d’hygiène, soit autant de sources d’épidémies, mais aussi par des sévices, incluant les meurtres gratuits (Bacque, 1990). En résumé, un authentique crime de post-guerre, un génocide (selon la définition de l’ONU : des meurtres pour raison de différend racial, ethnique, politique...) ayant la pure haine et la basse vengeance pour seules motivations.

Bien entendu, la noble cohorte des grands historiens bien-pensants et bien-disants s’est ruée à l’assaut du manant, de l’amateur révisionniste James Bacque. Or cet homme a été défendu par une foule d’ex-soldats de l’US-Army qui avaient observé les conditions de captivité des vaincus, et aussi par de nombreux ex-gardiens de camp US, honteux de ce qu’ils avaient laissé faire, voire de ce qu’ils avaient fait. Même les statistiques officielles de l’US-Army (totalement fausses) révèlent une mortalité dans les camps de PG allemands administrés par les USA en Europe 4 fois supérieure à celle des camps de Grande-Bretagne où les vivres étaient pourtant sévèrement rationnés (Lowe, 2012).

Enfin, puisque l’actualité nous rappelle le camp de Neuengamme, il est bon de rappeler un fait bien connu ou qui devrait l’être, un crime de guerre des Chevaliers du ciel de la glorieuse Royal Air Force : le scandale de l’attaque des navires partant de Lübeck vers la Suède, le 3 mai 1945.

Ce jour, partent environ 20 000 déportés libérés, sur ordre d’Heinrich Himmler, des camps de Neuengamme (Hambourg) et du Stutthof (Dantzig), transportés sur quatre paquebots ou cargos allemands strictement dépourvus d’arme et porteurs d’immenses drapeaux arborant une énorme Croix Rouge. La direction de la Croix Rouge suédoise a directement averti l’état-major du 21e Groupe d’Armées allié (Fieldmarshall Bernard Montgomery) de ce transfert humanitaire.

Trois bateaux sont attaqués par des Typhoon de la RAF, armés de roquettes air-sol. Le Thielbeck, un petit cargo de 2 800 tonneaux, coule avec 2  750 déportés et une centaine d’hommes d’équipage ou d’escorte. Le Cap Arcona, gros paquebot de 27 500 tonneaux, prend feu puis sombre gardant dans sa carcasse 4 650 déportés et un demi-millier d’hommes d’équipage : il n’y a que 316 survivants, d’autant que les chevaliers du ciel mitraillent les naufragés survivants... eh oui !

Au total, le score de ce jour s’élève à 7 300 déportés (dont quelques Juifs) et 600 Allemands assassinés, qui se croyaient couverts par le drapeau de la Croix-Rouge (Jacobs, 2004). Fatale erreur ! il semblerait que la société Rolls-Royce ait fait circuler des photographies des épaves pour vanter la qualité de ses roquettes et en faciliter la vente. Pure calomnie, cela va sans dire.

L’Occident, devenu succursale de l’économie globale et de la mondialisation de la propagande, est réellement puant d’hypocrisie.

Pour amateurs, indications bibliographiques :

  1. Bacque : Morts pour raisons diverses. Enquête sur le traitement des prisonniers de guerre allemands dans les camps américains et français à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Sand, 1990
  2. Jacobs, E. Pool : The 100-year secret. Britain’s hidden World War II Massacre, The Lyons Press, Guilford [Connecticut], 2004 (pour l’instant les vengeurs de la mémoire juive outragée n’ont pas encore osé attaquer l’État britannique au titre de la Shoah, mais ce livre pourrait servir d’argument !)
  3. Lowe : L’Europe barbare. 1945-1950, Perrin, 2013 (première édition anglaise de 2012)

23:43 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

En souvenir de Jean Bastien-Thiry

126153282_o.jpg

23:40 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook