Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 mars 2020

18 mars 1978 : ASSASSINAT DE FRANÇOIS DUPRAT

2020 03 18 f duprat.jpg

NOTE D'INTRODUCTION DU CAHIER D'HISTOIRE DU NATIONALISME (N°2 - 2014) CONSACRÉ À FRANÇOIS DUPRAT (ACTUELLEMENT ÉPUISÉ)

Roland Hélie

Vous avez entre les mains le deuxième volume des Cahiers d’Histoire du Nationalisme. Celui-ci est consacré à François Duprat. Nous avons demandé à Alain Renault, ancien secrétaire général du Front national (de 1976 à 1980) et sans doute l’un de ses plus proches amis, de réaliser cet ouvrage. Il est le mieux placé pour cela.

Figure incontournable du mouvement nationaliste dans les années 1960 et 1970, François Duprat fut le plus célèbre des théoriciens français du courant « nationaliste-révolutionnaire » de cette époque. A travers les différentes revues qu’il avait créées, telles Les Cahiers européens, Année zéro ou encore La Revue d’Histoire du fascisme, et dans celles où il a collaboré, comme Rivarol ou Défense de l’Occident, François Duprat a publié un grand nombre de textes qui, pour certains d’entre eux, demeurent étonnement d’actualité.

En actualisant des idées qui, au début du siècle dernier, avaient eu une influence considérable dans certains pays d’Europe, en particulier dans l’Italie des années 20 et 30, Duprat a redonné à celles-ci leurs lettres de noblesse. Il a contribué à façonner le nationalisme révolutionnaire du XXIe siècle.

Il nous a donc semblé utile de publier, dans ce numéro 2 des Cahiers d’Histoire du Nationalisme, ces quelques textes que nous avons sélectionnés. Ceux-ci, dans une première partie, traitent, entre autres, du capitalisme, de l’immigration, du sionisme… A l’époque où ils furent écris on ne parlait pas encore vraiment de mondialisation, mais les prémices de celle-ci étaient déjà bel et bien en train de se mettre en place.

Dans la seconde partie, les textes choisis sont consacrés à « la famille nationale ». Duprat est parfois féroce avec certaines composantes de celle-ci. Lui-même ne faisait pas non plus l’unanimité. Mais qui donc la fait vraiment ? Ce qui nous intéresse ici, ce sont les idées que Duprat a développé. Nous laissons les polémiques, même si elles apparaissent ici et là, de côté. Il convient de les resituer dans le contexte du moment où ces textes ont été écrits.

Sa fin tragique en mars 1978 fut l’objet de nombreuses controverses, chacun exposant sa théorie, y compris les plus farfelues, et étant persuadé de la véracité de celle-ci. Néanmoins, plus de 35 ans après, aucune conclusion crédible n’a publiquement été donnée à l’enquête et, curieusement, les éléments de celles-ci restent toujours inaccessibles au public. Voilà pourquoi nous avons décidé de ne pas aborder dans ce numéro l’attentat qui coûta la vie à François Duprat.

En savoir plus cliquez ici

09:28 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.