Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du lundi 11 mai 2020

TVL CONF.jpg

20:52 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Printemps 2020 : l’inadéquation de l’offre sanitaire en France

images.jpg

Bernard Plouvier

À l’heure du « déconfinement », à peu près partout dans l’hémisphère Nord, il paraît évident que, comparé au bilan d’une pandémie grippale, le Covid-19 a globalement peu tué et de façon très naturelle – la mort touchant préférentiellement les sujets âgés ou aux faibles défenses immunitaires.

Cette pandémie n’a, pour l’instant, touché massivement que l’hémisphère Nord. La « seconde vague » sera celle de l’hémisphère Sud, durant notre été & notre automne, soit leur hiver et leur printemps, ce qui est logique pour une virose respiratoire épidémique, maladie de régions froides et humides... de ce fait, il est fort peu probable qu’elle touche fortement les zones équatoriales. Il est inutile d’y envoyer du matériel dont nous manquons cruellement en France !   

Autre évidence : on ne peut accepter les statistiques de cas répertoriés et de mortalité des pays dictatoriaux, comme la Chine & la Corée du Nord, ni des pays qui en sont restés aux approximations de l’ère prés-scientifique. On ne peut pas non plus accepter les statistiques russes, turques ou iraniennes qui ne sont que de la pure propagande.

En revanche, dans les pays où les statistiques épidémiologiques sont à peu près véridiques, l’on peut juger de l’efficacité des services de santé grâce au ratio Morts/Cas répertoriés. Et, sur ce point, l’inefficacité française est effarante,

Du fait des trucages statistiques d’un certain nombre de pays, la mortalité globale, aux alentours de 7% des cas répertoriés, ne doit être acceptée qu’avec beaucoup de réserves, même si les politiciens de l’OMS pousseront des cris de victoire... comme ils l’ont fait à propos de « l’éradication de la variole », alors que chaque année quelques équipes médicales  en signalent plusieurs cas, en des articles de la presse médicale curieusement non repris par les media.

Au hit-parade de l’efficacité pour cette pandémie, l’on doit féliciter l’Allemagne (4,4% de mortalité), la Suisse (6%, mais dans un pays assez peu touché) et les USA (6%, dans le pays le plus touché par la pandémie).

L’Espagne et l’Italie, très fortement touchées, s’en tirent un peu plus honorablement que nous : 11,84% de ratio morts/cas répertoriés en Espagne, 13,9% en Italie. Ce n’est pas glorieux, mais c’est mieux que la France.

La Suède, dont le gouvernement a été fort critiqué pour avoir refusé le confinement – d’où une absence de récession économique -, s’en sort mieux que la France : 12% de ratio morts/cas répertoriés, contre 14,9% pour notre pays, dont l’économie a été accablée par deux mois de mise en sommeil.

On se moque de savoir si les Français ont bien ou mal vécu leur confinement. Ils doivent comprendre que l’heure est venue de travailler beaucoup pour rattraper deux mois d’absurdité... à quoi bon avoir déclenché une crise économique majeure, si l’on arrive 2e au hit-parade de l’inefficacité en matière de santé publique.     

Notre bilan sanitaire consterne tous ceux qui ont connu les années 1970-2000, où la médecine française, hospitalière et de ville, était de grande valeur, compte-tenu, bien sûr, des possibilités de l’époque.

La disponibilité des médecins était grande et la seule notion de rentabilité que l’on considérait alors comme digne d’être retenue était non pas de nature financière, mais d’ordre technique, tenant en une proposition : empêcher les patients de mourir prématurément.

La logique comptable des administratifs et des politiciens a conduit à perdre « la guerre du Covid ». C’est encore une « guerre » perdue par la France, du moins si l’on accepte la terminologie grotesque d’Emmanuel Macron.

En réalité, il ne s’est nullement agi d’un état de guerre - dans lequel, ce sont des jeunes hommes qui sont préférentiellement exposés -, mais d’un défi sanitaire que seuls pouvaient relever les pays où le secteur hospitalier était dirigé, non par des politiciens et des agents administratifs totalement incompétents, mais par d’authentiques professionnels, impliqués dans la pratique des soins.  

Plus que jamais, politicard rime avec toquard. Si l’on veut rendre son efficacité au système de santé français en cas de catastrophe de masse, il faut dégager l’hôpital, public et privé, de la tyrannie des petits maîtres administratifs et rendre aux seuls médecins le pouvoir de décision, tant pour ce qui est de la planification que de la gestion technique des soins.  

15:19 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bonne nouvelle : réouverture aujourd'hui des librairies non-conformistes parisiennes

2661_6137_18-07-30-18-13-59.jpg

Avoir été obligées de fermer deux mois durant est un exercice hasardeux dont se seraient volontiers passées les librairies libres de Paris (et de province). Les éditeurs, comme nous, aussi d'ailleurs... Mais les "pires moments" ont toujours une fin et, ce matin, nous sommes en mesure de vous annoncer la réouverture de, au moins, cinq bonnes librairies parisiennes :

- La Nouvelle Librairie, 11 rue de Médicis Paris 6e

- La Librairie Duquesne diffusion, 27 avenue Duquesne Paris 7e

- La Librairie Vincent, 15 avenue de la Bourdonnais 7e

- La Librairie française, 5 rue Auguste Bartholdi Paris 15e

- Notre Dame de France, 33 rue Galande Paris 5e

pour ne citer qu'elles.

Ces librairies sont des espaces de libertés et il est indispensable que nous les soutenions toutes. Alors, amis lecteurs, si vous passez à proximité de l'une d'entre elles, n'hésitez pas à pousser la porte. Vous pourrez en profiter pour vous y procurer les livres que nous publions cliquez ici ainsi que la revue Synthèse nationale et les Cahiers d'Histoire du nationalisme.

Et, ne l'oubliez jamais : lire et s'instruire, ainsi qu'instruire et faire lire, sont des actes militants de base.

S.N.

11:29 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Aux charlots qui (parait-il) nous gouvernent…

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Aujourd'hui, notre enquête sur "l'après" passe par le Midi de la France. Nous reproduisons donc ici les conseils de notre ami Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, promulgués avec bon sens, du haut de ses belles montagnes cévenoles, à l'attention de ceux qui, à Paris ou ailleurs, sont censés nous gouverner.

S.N.

Richard Roudier

En cette veille de déconfinement, sur le plan politique et administratif les choses sont claires et une certitude s’impose d’ores et déjà : certains pays ont bien géré la crise. D’autres non, et la France est de ceux-là.

Trois mois plus tard, nous sommes toujours en situation de pénurie

Plus de trois mois après l’arrivée du virus en France le pays reste en situation de pénurie. Les personnels de santé non hospitaliers (médecins de ville, Ehpad, dentistes, personnels paramédicaux) ne disposent toujours pas des moyens de se protéger, qu’il s’agisse des masques, des blouses ou des autres équipements de protection. Même à l’hôpital les moyens de protection paraissent insuffisants, au moins dans certains établissements, et les actions en justice sont en train de se développer. Nous sommes toujours également confrontés à une pénurie de tests : par exemple le nombre de tests disponibles est insuffisant pour permettre des dépistages dans les Ehpad, obligeant ainsi à consigner dans leur chambre tous les pensionnaires y compris les personnes qui ne sont pas atteintes. Quant aux capacités hospitalières elles restent aux limites de la saturation dans la moitié des régions. De façon générale, cette crise a révélé que nous sommes désormais presque totalement dépendants de l’étranger, d’où nous importons tout, masques, blouses, tests, médicaments et autres appareils de réanimation…

Le gouvernement continue à multiplier les décisions hésitantes et floues

Depuis le début de la crise, les décisions prises apparaissent le plus souvent floues et sans cap. C’est ainsi que la réouverture des écoles qui vient d’être décidée apparaît peu cohérente, à quelques semaines des vacances d’été. De nombreux maires, notamment en Ile-de-France, ont d’ailleurs annoncé qu’il serait impossible dans les écoles de respecter les conditions de sécurité. De même les responsables des entreprises de transport ont déclaré que le respect des règles énoncées par le gouvernement (distance entre les voyageurs, réduction de leur nombre, désinfections) serait très difficile à obtenir. Pour ce qui est des masques, le gouvernement en préconise aujourd’hui l’usage et s’apprête même à les rendre obligatoires dans les transports… après avoir prétendu pendant trois mois qu’ils ne servaient à rien dans la population générale. De même le gouvernement annonce son intention de multiplier les tests, alors qu’il les considérait il y a peu comme inutiles car non fiables…

Un nouveau pas-de-deux particulièrement significatif vient d’intervenir. Alors que M. Véran avait annoncé qu’à partir du 11 mai les étrangers entrant sur le territoire métropolitain seraient soumis à une quarantaine obligatoire, ce qui paraît relever du bon sens, l’Elysée a rapidement précisé que cette quarantaine ne s’appliquerait pas aux ressortissants des pays de l’UE (y compris Royaume-Uni), et ce alors même que plusieurs pays européens sont des foyers d’infection majeurs… Le sans-frontiérisme idéologique continue à gouverner.

La bonne décision serait d’isoler la région parisienne et de laisser le reste du territoire revenir à une vie quasi normale

Les décisions qu’il aurait fallu appliquer d’emblée – la fermeture des frontières et la mise à l’isolement des quelques foyers d’infection apparus initialement – n’ont pas été prises. De ce fait le virus a circulé librement pendant presque deux mois. Par crainte d’un débordement complet des structures de santé, le gouvernement a alors été contraint de confiner toute la population pendant deux mois, mettant à l’arrêt au moins un tiers de l’activité économique. Les conséquences économiques et sociales de ces mauvaises décisions risquent d’être lourdes et durables, plus lourdes et durables que dans la plupart des autres pays européens, où le confinement a duré moins longtemps et est resté moins étendu.

Au vu des cartes que le gouvernement a rendu publiques dans la perspective du déconfinement, la décision qu’il faudrait prendre maintenant après ces deux mois de confinement saute aux yeux : ce n’est pourtant pas celle qui sera retenue… La carte qui prend en compte le degré de circulation du virus et le degré de disponibilité des capacités hospitalières, place en rouge un gros quart du territoire…

Mais les autorités publient, plus discrètement, une seconde carte, actualisée quotidiennement. Cette seconde carte, dont les données permettent de confectionner la première, rend compte elle seulement de la circulation du virus, en se fondant sur le nombre de passages dans les services d’urgence. Or cette seconde carte est très différente de la première : elle montre que dans la quasi-totalité des départements, tous en vert, le virus circule désormais très peu. Il ne circule aujourd’hui de façon active qu’en Ile-de-France et plus précisément dans quatre départements, les seuls à être en rouge : Paris, les Hauts de Seine, le Val d’Oise et l’Oise, à la frontière de la région. L’intensité de la propagation du virus en Ile-de-France découle probablement de l’impossibilité d’y éviter les contacts, compte-tenu de la densité de la population qui continue à se déplacer pour travailler, faire les courses et s’aérer. Pour ces mêmes raisons, on peut penser qu’en Ile-de-France le risque de contamination lié aux transports en commun dès lors que ceux-ci reprendront est particulièrement élevé.

Dans ces conditions la décision qu’il faudrait prendre paraît évidente : il faudrait prendre la décision d’isoler l’Ile-de-France c’est-à-dire d’y empêcher les entrées et les sorties. A l’intérieur de l’Ile-de-France il faudrait maintenir les mesures limitant la circulation et les contacts. Et il faudrait laisser le reste du territoire revenir à une vie normale, avec simplement quelques restrictions comme l’interdiction des rassemblements importants. En fait il faudrait prendre aujourd’hui le même type de décision que celle qui aurait dû être prise fin janvier : isoler strictement les foyers d’infection, afin d’éviter la contamination du reste du territoire.

Ce n’est malheureusement pas ce que le gouvernement s’apprête à faire. Le pronostic est donc facile à établir. Du fait du confinement, les entrées et sorties d’Ile-de-France sont actuellement très limitées : le déconfinement du 11 mai tel qu’il est prévu va en accroître fortement le nombre. On peut donc craindre que, du fait de ces allers et venues en Ile-de-France qui vont reprendre, l’épidémie ne reprenne elle-aussi dans le reste du territoire, alors qu’elle y est aujourd’hui de très faible intensité…

La France reste l’un des pays qui s’en sortent le plus mal

A l’inverse les pays dans lesquels l’épidémie s’est installée et qui enregistrent le plus grand nombre de morts sont ceux qui n’ont pas fermé leurs frontières, comme la France, ou qui l’ont fait lorsqu’il était trop tard, comme l’Italie et l’Espagne. Les effets de l’épidémie ont été aggravés par le fait que ces pays sans-frontiéristesétaient en outre en situation de pénurie…

C’est là sans doute là que s’est situé le point décisif des stratégies contre la pandémie mises en œuvre dans les différents pays. Pour nos dirigeants hors-sol, le combat contre le virus devait s’inscrire dans le trans-frontiérisme ambiant : délocalisation, mouvements de capitaux et de personnes, paradis fiscaux, travail détaché, immigration… et désormais virus : nous allons payer très cher la folie de la mondialisation.

Pour terminer, quelques conseils, aux charlots, qui nous gouvernent

Maintien du Confinement de la région parisienne.

Arrêt de la croissance des métropoles.

Libre circulation à l’intérieur des régions (suppression des 100 kms).

Lancement d’une politique de vie au plein air (G.P.S) : Garrigues-Plages-Sommets...

11:07 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook