Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 juillet 2020

Le mal français, c'est d'abord la haine de soi...

onfray.jpg

« Populaire » dans toute la polysémie du mot, le philosophe, essayiste, écrivain, professeur  et désormais directeur de publication a lancé avec fracas et quelques polémiques une revue trimestrielle qui entend rassembler les souverainistes de tous bords. Proudhonien  de gauche mais aussi proudhonien de droite, Michel Onfray choisit
de Gaulle contre Mitterrand. Dans cet autoportrait politique, il se moque des étiquettes comme de ceux qui veulent à tout prix lui en donner, et rappelle son amour de la France, pas celle d’un homme ou d’un camp,  mais tout à la fois celle de Corneille et de Robespierre, de Bossuet et de Sartre.

Entretien mené pour Le Figaro par Vincent Trémolet de Villers – Lire ICI

08:25 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.