Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 septembre 2021

USA/AUSTRALIE : QUAND  ON  A  DES « AMIS » COMME ÇA, ON N’A PAS  BESOIN  D’ENNEMIS !

280px-Australia_France_Locator.png

Le bloc-notes de jean-Claude Rolinat

La décision australienne de rompre le contrat la liant à la France pour la fourniture de 12 sous-marins d’attaque et sa confirmation par les autorités françaises, ont jeté le trouble dans les relations entre notre pays et ses « alliés » traditionnels. En plus, l’annonce que ces sous-marins qui devaient être construits à Cherbourg, seraient remplacés par des submersibles à propulsion nucléaire de facture anglo-américaine, ressemble à un véritable coup de poignard, un poignard planté dans le dos de la France par des pays « aliés » ! (À la place d’Alstom qui vient de signer un contrat pour la vente de 27 rames de métro à la ville de Melbourne, je me méfierais !) Mais, en dépit de l’indignation non feinte  de notre ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Driant, qui était le ministre de la Défense à l’époque où fut signé le contrat initial, cette soudaine décision était-elle de nature à vraiment nous surprendre ?

Des concurrents et des rivaux de la France dans le Pacifique

L’Australie comme la Nouvelle-Zélande d’ailleurs, n’ont eu de cesse de nous  jeter hors du Pacifique en soutenant sournoisement les indépendantistes canaques en Nouvelle Calédonie. (Et en souhaitant, confidentiellement, que la Polynésie rompe les amarres avec la France.) Il est bien temps pour le premier ministre de Canberra, Scott Morrison, de rappeler que de nombreux « Aussies » sont morts lors des deux Guerres mondiales, dont beaucoup des leurs reposent, notamment, en terre française. À mon sens, il serait temps de revoir le périmètre et le contenu de nos alliances « traditionnelles » à la lumière des « glissements » géostratégiques post-chute du mur de Berlin: déjà 32 ans ! L’ère des grandes alliances multilatérales est-elle toujours d’actualité ? Ne serait-il pas temps de revoir le concept de « bilatéralité », c’est-à-dire une coopération entre une, deux voire trois nations au maximum, attachées à des centres d’intérêt communs ? De même, ne pourrions-nous pas sortir de cet exclusif face à face franco-allemand qui nous « plombe » littéralement, et de nous ouvrir de manière parallèle, à des associations bilatérales avec nos plus proches voisins, les Belges, - sous réserve que le Royaume d’Outre-Quiévrain n’éclate pas ! -, les Espagnols, les Italiens ? Nous coopérons déjà avec ces derniers sur un programme commun de frégates après avoir travaillé ensemble sur les avions de type ATR. Continuons, approfondissons, persévérons…

L’Alliance Atlantique est-elle toujours d’actualité ?

Le traité de l’Atlantique Nord signé au lendemain de la fin de la deuxième guerre mondiale, était pertinent tant que l’URSS et ses satellites nous menaçaient. Il avait le mérite, aussi, de « noyer » l’Allemagne renaissante dans un concept de démocratie occidentale, après la phase de « dénazification ». L’assistance américaine et son parapluie nucléaire,- tant que la France n’avait pas le sien propre-, étaient nécessaires. À partir du moment où la menace à l’Est a disparu, - est-il bien utile de l’agiter à nouveau ? -, rien, mais rien ne devrait nous obliger à rester signataire de ce partenariat multilatéral dirigé essentiellement par les Anglo-Saxons. À tout le moins, nous devrions nous désengager de l’OTAN, même si, effet pratique, nous conservons les procédures NATO pour communiquer avec des armées, en principe « alliées ». D’ailleurs, ce n’est un secret pour personne que les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada ont des liens informels bien plus solides que tous les traités de la terre ! Sans, pour notre part, renier nos liens d’amitié historique avec certains de ces pays en raison de pages d’histoires commune, - je pense à la guerre d’indépendance américaine et à la « Belle province » du Québec -, rien ne devrait nous empêcher de nouer de libres partenariats avec, par exemple, les pays du « Groupe de Visegrad » ou, même, avec la Russie poutinienne, pour peu que cette dernière cesse de faire peur, - une peur irrationnelle ? -, aux petits États baltes et aux « grands », la  Pologne et l’Ukraine. Il est vrai, cette dernière ayant besoin de frontières définitivement stabilisées et reconnues. Je pense que ce serait une affaire de type « gagnant/gagnant » pour nos économies, avec des échanges de biens complémentaires. Nous en sommes loin. Tant que nous serons inféodés durablement au pacte Atlantique et à la Commission de Bruxelles, le Quai d’Orsay n’aura pas une grande autonomie. Tout juste pourrait-il rappeler à l’ordre quelque République bananière et sanctionner ici ou là, quelques « rois nègres » ! Après tout, nous ne ferions que remettre sur les rails une alliance franco-russe que seule la révolution bolchévique précipita au tombeau.

15:45 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Pourquoi ils veulent faire taire Zemmour

zemmour.jpg

Ivan Rioufol prend ici la défense d’Eric Zemmour au nom même de la liberté de pensée. A l’heure surtout où une parole libre ose dire des vérités que nos politiques et nos intellectuels des cavernes ne veulent pas entendre afin de préserver leurs privilèges. Les Français, eux, connaissent la réalité, celui d’un quotidien où la sécurité des biens et des personnes n’est plus assurée, celui d’une démocratie qui en a de moins en moins le nom, celui du rejet d’une classe politique que les Français vomissent de plus en plus.

Lire la suite ICI

Source : Figaro 24/09/2021

11:51 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Eric Zemmour a réduit à zéro Mélanchon(e) hier soir sur BFM : un grand moment !

242592738_1317206495399089_2778436766488645352_n.jpg

01:22 Publié dans Présidentielle 2022, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 23 septembre 2021

Covidisme : le témoignage d’un directeur de pompes funèbres

Un directeur des pompes funèbres, John O’looney, fait des révélations explosives dans cet entretien avec Max Igan (The Crowhouse), traduit et sous-titré. Partagez cette vidéo partout ou vous le pouvez. Le temps presse.

pompe.png

 source : ICI

18:27 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Trump: le Grand jeu

Alors que le coroner Durham donne signe de vie, nos réflexions sur la situation stratégique américaine dans le cadre de la guerre des patriotes contre l'État profond.

Capture d’écran 2021-09-23 à 17.56.07.png

17:59 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La faute des autres

6a00d8341c715453ef0282e123361f200b-320wi.jpeg

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

On doit considérer comme un signe très dommageable, pour un individu comme pour un peuple, que de chercher à accuser les autres de nos propres échecs. Mais on doit redouter aussi les conséquences destructrices de cette pente, en termes de ressentiment : pour tout dire, cette déchéance du sens moral, cette perte de la conscience de nos responsabilités personnelles, se retrouve à l'origine de la perversion révolutionnaire.

Plutôt que de chercher à se corriger, on préfère corriger les autres, redresser leurs torts, et cela finit par la guillotine des jacobins ou les camps de rééducation des communistes.

Le camouflet reçu par la Macronie dans l'affaire des sous-marins australiens pourrait nous servir de leçon à bien des égards.

Elle devrait d'abord nous rappeler que nos concurrents nous paraissent toujours "déloyaux". Si l'offre américaine l'a emporté sur celle de Naval Group, c'est certainement parce qu'elle a eu le mauvais goût d'être jugée préférable, à tort ou à raison, par le nouveau gouvernement australien.

Dans son édito du "Point" en date du 21 septembre Luc de Barochez me semble cependant poser la bonne question : "et si l’Australie avait fait le bon choix ?" (1) Et il observe, en effet, que "la confrontation avec la Chine surdétermine la politique mondiale de Washington". Ce qui explique la réaction furieuse de Zhao Lijian que nous citions dans notre chronique du 22 septembre.

Or, deuxième observation : "les dirigeants français en perdent leur sang-froid." La disproportion de leur réaction interroge. Quand on la compare à d'autres dossiers autrement plus scandaleux

Par exemple la facturation pour l'exportateur français, échelonnée sur de nombreuses années, 90 % du travail étant localisé en Australie, on a vu la diplomatie française sous son plus mauvais jour adoptant une attitude qu'on ne lui connaît habituellement pas

Quelques jours d'ire gouvernementale et de déception chauvine se soldent, une semaine plus tard par l'annonce, ce 23 septembre à la une du site du Monde : "Crise des sous-marins : Macron joue l’apaisement avec Biden et espère relancer son agenda européen".

On se demande s'il ne s'agit pas plutôt d'un apaisement "joué" par le président américain pour quelques dollars de plus, en vue par exemple de la campane de réélection de son interlocuteur.

Le marché des sous-marins ne devait initialement représenter, pour la partie française, guère plus que quelque 8 milliards d'euros, c'est-à-dire beaucoup moins que les annonces présidentielles préélectorales, par exemple pour Marseille ou pour le pré-emploi des jeunes peu employables, etc.

La vérité semble donc plutôt que la France peut être qualifiée "d'homme malade de l'Europe". Cette expression était utilisée à la fin de l'empire Ottoman. Elle correspondait à un dépècement progressif, entamé à la fin du XVIIIe siècle, géré par les grandes puissances rivales et administré au nom de la Dette ottomane. La même expression sert d'intitulé à une tribune, publiée ce 22 septembre dans le quotidien "L'Opinion" par Damien Abad, François-Xavier Bellamy et Bruno Retailleau c'est-à-dire par les présidents de groupes de la droite classique au sein respectivement de l'Assemblée nationale, du Parlement européen et du Sénat (2).

"Dans le prochain projet de loi de finances pour 2022, soulignent-ils à juste titre, 11 milliards d’euros supplémentaires – insistons ici sur le mot "supplémentaires" – de crédits ministériels seront déversés dans le tonneau des Danaïdes de la dette." Après l'addition budgétaire du "quoi qu'il en coûte", que l'on estime de l'ordre de 400 milliards, l'endettement monstrueux de l'État devrait imposer le retour au sérieux budgétaire, ou plutôt de l'avènement d'un respect de nos engagements, jamais tenu depuis 30 ans, depuis qu'un certain Jacques Delors a conçu le traité de Maastricht. Il n'en sera donc rien jusqu'à l'échéance électorale de 2022. Croit-on vraiment que la présidence tournante échue le 1er janvier prochain à M. Macron sera prise au sérieux en Europe ?

Plusieurs exemples peuvent être invoqués des conséquences inéluctables de cette situation explosive. C'était celle de la Quatrième république finissante ou celle des dernières années de l'Ancien Régime.

(1) cf. "Crise des sous-marins : et si l’Australie avait fait le bon choix ?" par Luc de Barochez

(2) cf. "La France est aujourd’hui l’homme malade de l’Europe"

10:32 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 22 septembre 2021

Sandrine Rousseau, c’est les Soviets plus les éoliennes ! Tous président !

sandrine-rousseau.jpg

Source Eléments cliquez ici

On rit sans doute de bon cœur dimanche dernier dans les alcôves du pouvoir macronien, mais aussi, dans les bureaux du Parti socialiste, et peut-être même, chez les adorateurs du gourou « Insoumis ». Le premier tour de l’emphatique « primaire de l’écologie », riche de 106 649 votants, a en effet donné lieu à une divine surprise. Prenant le contrepied des sondages, le scrutin déboucha sur un résultat très serré qui laisse augurer un dénouement plus qu’incertain. Yannick Jadot, le favori, qualifié par la presse de modéré et de réaliste, se trouvera opposé à l’inénarrable Sandrine Rousseau, considérée comme plus radicale et qui le talonne de 3 000 voix.

Ce résultat ne devrait pourtant pas surprendre ceux qui suivent les péripéties du mouvement EELV depuis sa création. En 2011 déjà, Eva Joly, inquisitrice et sèche comme un pasteur luthérien d’antan, l’avait emporté contre le consensuel et télégénique Nicolas Hulot, coqueluche des médias, qui avait tout, en tous cas les sondages, pour prétendre à la magistrature suprême, mais dû rester marchand de gels douches, pour un temps.

Entre opportunistes et fanatiques

Ces épisodes ne font que mettre en exergue les deux grandes factions qui luttent pour dominer la nébuleuse EELV. On compte d’un côté ceux que les journaux qualifient de pragmatiques, des libéraux, favorables à un marché régulé, qui osent s’afficher à une manifestation de soutien à un policier tué et qui aspirent avant tout à « verdir » le système. M. Jadot appartient à ce camp. D’un autre côté, on trouve les gauchistes, habilement surnommés « pastèques » en raison de leur idéal politique profond, la volonté de transformer la société et de faire table rase de tout ce qui a eu le malheur d’exister avant eux. XX Rousseau1 en est ; XY Piolle également. Cette tendance, celle des Verts historiques, est d’ailleurs idéologiquement majoritaire dans le parti et se voit renforcée dans cette primaire à faible participation où les plus politisés se mobilisent davantage et imposent leurs thèmes au plus grand nombre.

Chez les partisans de M. Jadot, il y a, semble-t-il, un intérêt pour une certaine écologie, mais qui a la particularité d’avoir l’échine souple. Les représentants de cette mouvance, longtemps relégués à des entremets sans saveur, ont voulu et pu goûter aux homards, tant sous François Hollande ou Emmanuel Macron. Ces esprits pratiques, à défaut d’être passionnés par l’environnement, sont de brillants arrivistes. Il faut les croire sur un point : ils souhaitent désormais jouer les premiers rôles.

Les amis de XX Rousseau sont d’une tout autre trempe. L’écologie pour eux n’est qu’un prétexte, une porte d’entrée pour mener différents combats. Ces Verts, pâles épigones de Trotski, désirent bouleverser la société de fond en comble, renverser la table et effacer un monde ancien, déjà fatigué. Leur soutien revendiqué à la « pensée » woke, aux thèses des décoloniaux, à un antiracisme racialiste, leur complaisance coupable face à un islam rétrograde et leur adhésion à toutes les théories d’outre-Atlantique visant à nier l’existence des différences sexuelles sont les marques d’un dogmatisme forcené, d’une haine à peine voilée envers le pays qui leur permet d’exprimer leurs opinions.

Un fauteuil pour eux

Ces deux lignes politiques, loin de s’opposer, se recoupent fréquemment dans leur radicalité et possèdent les mêmes impasses programmatiques, qu’il convient de mettre à nue.

La problématique énergétique, éminente à plus d’un titre (économie, géopolitique…), est balayée en un revers de main par les deux candidats. Pour XX Rousseau, grande prêtresse, le nucléaire relève de l’« hérésie » et doit être abandonné dès que possible. Pour Yannick Jadot, ce n’est qu’une question de temps, mais on doit tendre vers le 100 % renouvelables. Ces postures font néanmoins fi d’évidences : le nucléaire n’émet quasiment pas de CO², les énergies renouvelables, pour la plupart d’entre elles, sont intermittentes et ne permettront pas de répondre à la demande des ménages et des entreprises, ou, devront être couplées à des centrales thermiques polluantes.

De fait, on observe dans cette primaire une défaite de la raison, sommée de s’effacer derrière un catéchisme absurde. XX Rousseau, symptomatique de cet obscurantisme d’un nouveau genre, affirmait récemment que le monde « crève de trop de rationalité et de la place occupée par les ingénieurs ». Dans la patrie de Descartes – certainement canceled pour elle, car le philosophe était un « mâle blanc » –, c’est un comble.

La pensée magique a également la part belle chez EELV. Les deux candidats s’opposent farouchement au libre-échange, destructeur pour notre environnement, M. Jadot évoquant même la nécessaire fin d’une « mondialisation néolibérale écocidaire ». Sur ce point, on peut tout à fait les suivre. Là où on commence à se perdre, c’est quand les mêmes déclarent en chœur leur attachement à la construction européenne et leur volonté de la transformer de l’intérieur. N’est-ce pas l’Union européenne qui a permis une accélération formidable du libre-échange critiqué ? Une grande partie de nos partenaires de l’UE n’y sont-ils pas favorables, entravant toute possibilité de changement au sein de cette organisation ? On comprend ici toute la limite des Verts. Péremptoires en façade, mais défenseurs du statu quo dans les faits.

Le sociétalisme, maladie infantile des Verts

Le programme des candidats illustre par ailleurs un certain refus de la complexité du monde et la volonté de traiter certaines thématiques de façon binaire, ce qui peut paraître étonnant pour XX Rousseau, mais logique pour les enfants de soixante-huitards qu’ils sont : les policiers (blancs) sont violents et discriminent au faciès, les migrants sont des victimes et doivent être accueillis sans distinction, le RSA distribué à tous ; on rase gratis et on offre des droits, sans aucune contrepartie.

Une mesure évoquée par XX Rousseau, sans rapport aucun avec l’écologie, comme la majorité de ses propos, livre une image typique de ce que serait une société dirigée par ces Verts. XX Rousseau, pour permettre aux femmes violées de mieux se défendre devant la justice, propose qu’en cas d’affaire de viol, la charge de la preuve repose sur l’accusé et que l’homme (évidemment) incapable de justifier son innocence soit condamné. Cette législation nous ramènerait en 1793, du temps de la loi des suspects, mais pour une juste cause, cela va sans dire.

Et pourtant, les Français sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la préservation de leur cadre naturel. La machine à laver les cerveaux, que ce soit à l’école ou dans les médias, produit inexorablement ses effets. Les faits aussi, soyons honnêtes, peuvent légitimement inquiéter : surpopulation, raréfaction des ressources, montée des eaux, dérèglement climatique… Il ne s’agit pas de nier ces questions, mais de constater que les Verts discutent beaucoup du sociétal, et assez peu de l’environnement, si ce n’est en proposant des solutions fantaisistes, pour des problèmes bien concrets, d’où leur relative marginalisation.

Sandrine Rousseau, fille cachée d’Eva Joly

Avec XX Rousseau et ses saillies doctrinaires, celle-ci est assurée. On peut le déplorer, ces sujets étant trop importants pour être mis de côté ou pis, accaparés par ces individus. EELV prétend sauver la « planète » et changer le climat, mais dédaigne la France, ses terroirs et ses paysages. L’écologie de ces personnes hors-sol, en phase avec celle de leurs électeurs, issus des métropoles, pourrait se résumer à un écoféminisme mâtiné d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques.

Un espace existe pour la naissance d’un grand mouvement, dégagé des marottes des Verts, qui prônerait le respect des identités de notre pays, celle de son peuple, mais aussi de ses paysages, de son patrimoine, de sa faune, de sa flore et de ses coutumes. Une écologie populaire, enracinée dans les territoires et qui serait à proprement parler révolutionnaire.

En 2012, Eva Joly s’était ridiculisée du haut de ses 2,31 %. Qu’adviendra-t-il en 2022 ? Marx, paraphrasant Hegel, assurait que l’histoire se répète deux fois, en tragédie, puis en farce. Il avait tort. L’histoire de ce parti n’a rien de tragique.

1. Sandrine Rousseau ayant fait sienne la proposition d’Éric Piolle de supprimer des documents d’état civil les appellations Monsieur et Madame, trop peu « inclusives », je me permets de leur appliquer cette réforme en remplaçant ces termes par une dénomination chromosomique, scientifique et plus difficilement contestable. Quoi que…

09:34 Publié dans Présidentielle 2022, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 21 septembre 2021

La deuxième guerre du Pacifique

flotte américaine.jpg

Renaud Girard

Le 15 septembre 2021, les leaders de l’Australie, du Royaume-Uni et des Etats-Unis ont solennellement annoncé la création de leur nouvelle alliance militaire navale, qu’ils ont baptisé AUkus. En promettant aux Australiens des sous-marins nucléaires d’attaque utilisant de l’uranium hautement enrichi, les Américains
et les Britanniques ont brisé un tabouqui régnait jusque-là dans le petit club des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU : toujours garder pour soi sa technologie nucléaire et ses matériaux fissiles. Il s’agit, chez nos alliés anglo-saxons, d’un changement majeur de vision stratégique. Au-delà d’une brèche dans la doctrine de la non prolifération, il signale que la deuxème guerre du Pacifique a commencé. Cette fois, l’adversaire des thalassocraties anglo-saxonnes n’est pas le Japon et sa « sphère asiatique de coprospérité », mais la Chine et sa volonté d’expulser les Américains d’une vaste zone allant du golfe du Bengale à Hawaï. Cette seconde guerre du Pacifique ne se jouera probablement pas à coups de torpilles. Il sera d’abord un conflit de rapports de force, d’intimidations, de cyberattaques. Depuis Sun Tzu, les Chinois préfèrent gagner les guerres sans livrer bataille.

« Les Américains n’ont strictement rien à faire en Asie ; ce sont des intrus », m’avait déjà expliqué, en 2009, d’une voix douce et ferme, le vice-ministre chinois chargé des Minorités, lors d’une dîner à Pékin, consacré au Tibet. C’était l’époque où les relations sino-américaines étaient pourtant encore excellentes.

Depuis, la marine chinoise a doublé de taille et accaparé, en mer de Chine du Sud, une demi-douzaine d’îlots inhabités, qui étaient des terrae nullius en droit maritime international. Violant une promesse que Xi Jinping avait faite publiquement à Barack Obama, la Chine a militarisé ces récifs, préalablement poldérisés. Elle y a construit des aérodromes, dotés de missiles et de bombardiers stratégiques à long rayon d’action. Elle estime que cette mer, plus vaste que la Méditerranée, lui appartient entièrement et qu’elle est fondée à y faire la loi.

Pourtant, la mer de Chine méridionale baigne aussi les rivages du Vietnam, de la Malaisie, de Brunei et des Philippines. La marine américaine ne s’est pas opposée militairement à ces prédations territoriales, mais elle a toujours poursuivi ses patrouilles au cœur de la mer de Chine méridionale, frôlant les îlots accaparés, afin d’y faire respecter le principe de liberté de navigation.

L’Australie va devenir la base avancée du grand jeu naval américain de « containment » de la Chine dans l’Indo-Pacifique. Les Chinois sont-ils aussi surpris qu’ils le disent ? Ont-ils vraiment rêvé d’un non-alignement australien ? En la gorgeant d’argent, ils ont essayé de faire de l’Australie un vassal. Piqués au vif, les Australiens ont fini par réagir. Ils ont même réclamé, en mars 2020, une enquête internationale sur l’origine du Covid-19. Cette demande a brouillé pour longtemps Pékin et Canberra. Les cyberattaques chinoises sur l’Australie ont crû exponentiellement.

Face à une Administration Biden qui a créé l’Aukus et renforcé le Quad (dialogue de sécurité quadrilatéral entre les Américains, les Japonais, les Indiens et les Australiens), les Chinois ont peut-être perdu un set, mais certainement pas le match. Leur calcul est d’attendre patiemment que les Américains se lassent. Comme ils se sont lassés en Indochine en 1975, en Mésopotamie en 2011, en Afghanistan en 2021.

Au lieu de se laisser aller à une colère puérile, la France devrait tirer profit de son éviction brutale d’Australie pour redessiner sa stratégie. Elle devrait revenir à une stricte indépendance gaullienne, cesser de s’aligner systématiquement sur la politique étrangère américaine, monter son budget militaire à 3 % du PIB, construire une industrie de défense européenne dépourvue de tout composant américain (afin de n’être plus soumise aux procédures Itar), vendre ses armes à qui elle veut sans consulter quiconque, reconstruire un service de renseignement extérieur capable de renseigner. Elle doit aussi consolider sa coopération militaire avec les Indiens et moderniser sa marine, afin de sécuriser sa zone économique exclusive de 11 millions de kilomètres carrés, y compris dans le Pacifique.

Mais son intérêt n’est pas d’entrer dans la deuxième guerre du Pacifique. Elle n’en a pas les moyens et c’est trop loin de chez elle. La Méditerranée reste pour la France sa première urgence stratégique.  La Chine ne veut pas conquérir le monde entier, mais seulement devenir le suzerain de l’Asie. Son premier objectif est de reprendre l’île de Formose. Aux Communes, Theresa May a demandé à Boris Johnson si la Grande-Bretagne entrerait en guerre pour défendre Taïwan. Elle n’a obtenu aucune réponse. Piètre départ de course pour Aukus...

Source : Le Figaro 21/09/2021

11:54 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Il est interdit d’interdire, sauf s’il s’agit de la liberté d’expression des nationalistes.

Korbo. Gilets Jaunes. merde democratique..jpg

Pieter Kerstens

Ce slogan imbécile cher aux soixante-huitards qui ont infiltré toutes les sphères de l’Etat et de la bureaucratie européenne, ne semble plus d’actualité maintenant quand ceux-ci se trouvent aux commandes.  On s’en rend compte, aujourd’hui, quand certains des meneurs de la « Casher Nostra » en 1968 paradent encore sur les plateaux de télévisions et imposent un déni des réalités.

Nous vivons une époque de gens sans culture, sans recul, sans profondeur, sans réflexion, qui se vautrent sans retenue dans la sensiblerie la plus vulgaire…et des rassemblements grotesques.

Des pisses-froid engoncés dans l’aseptisé, la société « citoyenne » ; des bien-pensants bornés, des handicapés des neurones, le cul vissé devant leur télé, sans imagination, imperméables à la beauté, à la métaphore et à la poésie…

Des ignares qui détestent qu’on leur rappelle que s’élever au-dessus de « l’état sauvage » est un combat difficile, périlleux, permanent et que pouvoir affronter la mort est salutaire, mais que nier son existence est une folie qui conduit à la violence la plus incontrôlée, comme on le constate très régulièrement dans nos banlieues et les transports publics.

Des émasculés plus prompts à rejoindre les lobbies LGBTQI+, les sectes véganiennes ou les cercles de défense du cafard, que de se précipiter au secours des ados ou des vieillards agressés par les racailles dans la rue.

On vit un règne des minorités sectaires et dogmatiques, encensées par le pouvoir médiatico-politique.

Les charlatans du prêt-à-penser nous imposent les éoliennes (réelle catastrophe en bilan CO2), l’interdiction de la voiture et le colmatage de la couche d’ozone dans l’atmosphère.

Des tas de gens militent pour l’interdiction de la corrida, et c’est désespérément l’image de notre époque, tout comme ceux qui combattent le gavage des oies et la vente des Foies Gras, réelle merveille gastronomique française depuis des siècles et appréciée dans le monde entier !

C’est l’une des tares de notre époque : interdire, supprimer, contrôler avec la bonne conscience, avec la certitude de ce que l’on désapprouve, ce que l’on ne comprend pas, et pour quoi faire ?

Les gens, peut-être pas tous, mais la plupart, sont des ordures, bien plus dangereux que n’importe quel taureau. Surtout ceux que le doute n’habite pas.  Ceux qui croient dur comme fer en quelque chose, quelle que soit leur croyance. Ils finissent par se transformer en Inquisiteurs de la Pensée Unique et en ayatollahs du Politiquement Correct, prêts à en faire baver à leur prochain, à l’exemple des Khmers verts qui nous imposent leurs utopies sectaires, avec un métissage à tous les étages.

Pour ma part, je préférerais toujours la bravoure du toréro aux crétins pleins de certitudes étriquées, aux hypocrites qui lancent des anathèmes et qui n’obéissent pas eux-mêmes à leurs règles imbéciles…

Voyez les pourriticards du Régime !  Ces donneurs de leçons, ces moralisateurs, religieux, politiques, tous ceux qui font semblant de savoir ce qui est bon pour les autres, ces élus qui se vautrent dans le luxe aux frais du contribuable en faisant des discours sur les sacrifices et la rigueur et qui détournent ou dilapident l’argent des impôts qui augmentent sans cesse…

Lire la suite

09:50 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Vient de paraître : "Histoire secrète des prétendus « néonazis » de Châteauroux (2001-2021)", aux éditions Dualpha, un scandale politico-judiciaire décortiqué par Franceis Bergeron

COUV Maquette SN REVUE copie 5.jpg

Un scandale judiciaire et médiatique

À Châteauroux (Indre), un juge d’instruction, le procureur de la République, et surtout le quotidien local monopolistique La Nouvelle République, ont inventé un complot néonazi, fait jeter en prison des innocents, sali des réputations, brisé des carrières professionnelles. L’affaire a commencé en 2001. Elle n’a trouvé son aboutissement qu’en mars 2021. Vingt ans d’enquêtes, de procès, de mensonges, de chantages, de reportages délirants, de médisances, pour aboutir à la mise hors de cause de toutes les victimes de cette rumeur soigneusement entretenue par la presse locale, par des journalistes qui n’ont pas fait leur travail d’investigation, mais qui ont au contraire cherché à faire condamner des innocents. Le constat, c’est qu’il n’y avait rien, que l’imagination débridée et militante d’un groupe de personnes décidées à débarrasser le département de ses jeunes militants nationalistes, a créé le mythe d’un groupe armé néo-nazi. C’est une véritable affaire d’Outreau politique. Encore l’affaire d’Outreau mêlait-elle des innocents et des coupables. Dans le dossier des prétendus néo-nazis de Châteauroux, il n’y avait que des innocents : ceux qui ont été dénoncés, au niveau régional, mais aussi national, voire international, comme de dangereux conspirateurs surarmés.

Dans de telles situations de salissure médiatique unanime, au-delà de l’enquête à charge des juges, les personnes les mieux intentionnées ne peuvent s’empêcher de croire, dans un premier temps, qu’il n’y a peut-être pas de fumée sans feu, que ces accusations pourraient correspondre à un commencement de vérité, qu’une nouvelle Cagoule s’était peut-être en effet constituée à Châteauroux et dans la Brenne.

Mais il se trouve que l’auteur connaissait plusieurs des mis en examen. Il n’a jamais douté. Il savait qu’ils n’étaient pas néo-nazis. Sauf à considérer qu’on est néo-nazi quand on est opposé à l’immigration illégale, à la pédophilie ou à l’islamisme. Comme 75 % des Français. Comme le gouvernement, en principe.

Cette histoire aurait pu arriver à n’importe lequel d’entre nous. C’est en pensant à ces vies saccagées, à ces accusations immondes, qu’il a écrit ce livre, qui est aussi un hommage à ceux qui, comme Paul-Emmanuel Thore, sont restés debout dans la tempête.

Le principal procureur, dans cette affaire, ce sont les médias, qui jetèrent en pâture au public, les noms, parfois les adresses, de ces dizaines d’innocents, affublés des qualificatifs les plus infamants. Des « procès de Moscou » ont eu lieu dans le Bas-Berry !

L’auteur : Francis Bergeron

DRH dans un groupe international de premier plan jusqu’en 2017, Francis Bergeron est par ailleurs l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages, dont la série de livres pour enfants à succès du Clan des Bordesoule, de biographies, d’essais historiques ou politiques, d’ouvrages pour bibliophiles et collectionneur. Depuis 2018, il participe à la direction du quotidien catholique et souverainiste Présent.

Histoire secrète des prétendus néo-nazis de Châteauroux (2001-2021), Francis Bergeron, éditions Dualpha, septembre 2021, 110 pages, 18,00 € (5,00 € de port). Pour le commander cliquez ici

01:29 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 20 septembre 2021

Jeudi prochain, 20 h 45, sur BFM TV

242300549_276401594331628_6809362510889958422_n.jpg

 

17:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Alain Finkielkraut : « Ni scrogneugneu, ni peine à jouir »

fink.jpg

On traite Alain Finkielkraut de « réactionnaire » alors qu’il n’est jamais qu’un résistant. Résistant d’un monde qui confond tout, transforme l’anti-racisme en racisme, le féminisme en haine des hommes, l’égalité en inégalité, et va jusqu’à brouiller les codes du langage en voulant nous imposer une « culture woke » qui est une monstruosité de bêtise en incandescence. Enfin, Finkielkraut homme de gauche hier, ne sait plus de quoi on parle aujourd’hui quand on emploie ce terme. Son dernier livre - l'Après littérature, (Stock) - dézingue allègrement toute cette illusion idéologique qui tend à nous faire prendre les vessies pour des lanternes.

Lire la suite ICI

Entretien dans Libération du 17/09/2021

10:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 19 septembre 2021

Christoff BZH invité par Epona aux entretiens du Parti de la France

242149105_1559864421023277_45174240310866083_n.jpeg

22:59 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ne laissons pas tomber Cassandre...

242313071_538510964098937_314455424169947538_n.jpg

Vous connaissez "l'affaire Cassandre Fristot". Cette jeune femme engagée dans le combat nationaliste depuis des années qui est allé manifester à Metz au mois de juillet contre l'absurde dictature sanitaire imposée par le gouvernement et qui, depuis, est la cible de la répression du Pouvoir encore en place.
 
En effet, ce jour là, Cassandre avait confectionné un panneau sur lequel était inscrit une liste de noms en vogue dans l'actualité du moment au milieu de laquelle on pouvait lire une énigmatique interrogation "Mais qui ?", faisant allusion à une réplique inquisitrice et paranoïaque d'un chien de garde de la bien pensance adressée lors d'une émission télévisée à un général signataire de l'appel des militaires publié au mois d'avril dernier.
 
Pour être franc, je pense que le panneau de Cassandre n'était pas opportun dans le climat actuel. Ce d'autant plus qu'il était évident qu'il pouvait lui attirer les foudres de la justice... mais qu'importe. Cassandre a voulu exprimer, maladroitement peut-être, ce qu'elle ressentait face à la situation et cela devrait être son stricte droit. Mais, contrairement à ce que l'on nous radote à longueur de journées dans les médias du Système, il y a bien longtemps que la liberté en France n'est plus qu'une illusion.
 
Si, comme nous l'espérons tous, dans quelques mois les choses doivent réellement changer dans notre pays, l'une des premières décisions à prendre sera l'abolition immédiate des lois liberticides (Pléven, Gayssot, Toubon et autres...).
 
En attendant, Cassandre se retrouve face à de nombreuses difficultés (elle vient, entre autres, de perdre son emploi) et la solidarité nationaliste doit s'organiser. Civitas, le Parti de la France, des associations ainsi que de nombreux particuliers lui ont déjà manifesté leur sympathie.
 
Si vous souhaitez, vous aussi, apporter un soutien moral ou financier à Cassandre Fristot, victime d'un acharnement politico-médiatico-judiciaire inouï, envoyez vos lettres et vos chèques à cette adresse : Cassandre Fristot 39 F rue Georges Bizet 57800 Freyming-Merlebach.
 
Quoi que l'on pense de son initiative, il ne faut pas laisser tomber Cassandre Fristot.
 
Roland Hélie
Directeur de Synthèse nationale

12:13 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Mots gaulois et mots arabes, halte aux mensonges !

gaulois22.jpg

De nombreux mythes, véhiculés par les médias du système ou par l’université, tentent de nier qui nous sommes. La France serait un pays d’immigration, les Français de souche n’existeraient pas, les mots arabes seraient plus nombreux que les mots gaulois dans notre langue… C’est sur ce dernier mensonge que nous allons revenir. Pour ceci nous nous baserons sur l’ouvrage du spécialise de la langue gauloise, Jacques Lacroix, Les irréductibles mots gaulois dans la langue française (Lemme ed.)

Lire la suite ICI

Source : le site Polemia

11:59 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ce soir, le chanteur breton Christoff BZH sera l'invité d'Epona dans le cadre des entretiens du Parti de la France

1319652253.jpeg

Jean-Marie Le Pen écoute Christoff BZH :

Vous pourrez suivre cette nouvelle émission sur le site Synthèse nationale.

Le précédent entretien du PdF avec Roland Hélie :

11:27 Publié dans CD, Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

D'une candidature l'autre…

Un Breton pour la France.jpg

François Floc'h - Billet d'humeur

Il est deux super carburants auxquels roulent nos politiciens et leurs alliés-complices les médias ! Ce sont le mensonge et l'oubli… La propagande mensongère qui truque les faits et l'amnésie qui permet les pires recyclages...

C'est bien pourquoi, il est nécessaire pour les dissidents que nous sommes devenus d'aller toujours aux sources, de relire les textes fondateurs. En cette période pré-électorale, c'est d'autant
plus vital !

Revenons donc en 1987, l'année où Jean-Marie Le Pen annonça sa candidature à l'élection présidentielle de 1988. Cette annonce, il la fit à la Trinité-sur-Mer, ce petit port du Morbihan où il vit le jour. Nous y étions, ce 26 avril 1987. Ce fut solennel, fraternel et festif ! Voici son appel dans son intégralité :

« Français, Françaises, j'ai pris la grave décision d'être, l'an prochain, candidat à la présidence de la République. J'ai voulu en faire l'annonce officielle ici, dans cette petite maison bretonne de La Trinité-sur-Mer où je suis né il y a cinquante-huit ans et que je tiens de mon père qui la tenait du sien, au milieu de ceux qui me connaissent mieux que d'autres ; sur cette terre de foi où la civilisation s'est affirmée depuis plus de cinq mille ans ; au bord de cette mer qui fut le domaine et le lieu de travail des miens, symbole, pour tous les hommes, de liberté, de découverte et d'évasion et pour la France de sa grande aventure conquérante et civilisatrice. Moyen, aujourd'hui encore, d'une grandeur retrouvée pour elle et pour l'Europe. 

« Enfant du peuple, pupille de la nation, j'y ai été élevé, par une mère admirable, dans l'amour de Dieu et du pays. J'ai moi-même consacré ma vie à ma famille et à ma patrie que j'ai servie de mon mieux, depuis plus de quarante ans, tant sous ses drapeaux que dans ma vie militante et publique. C'est parce que j'ai la profonde conviction que la patrie est en grand danger et que les Français sont menacés d'être ruinés, submergés et asservis que j'ai décidé de m'engager dans cette bataille décisive pour l'avenir de la France.

« Les partis politiques traditionnels, les institutions elles-mêmes sont incapables ou impuissants à faire échec à ce destin sinistre. Les oligarchies, les factions, les lobbies, nationaux ou étrangers, se disputent le pouvoir et la démocratie n'est plus qu'une façade.

« La crise démographique, l'immigration, l'insécurité, le chômage, l'étatisme bureaucratique et fiscaliste, la dégradation des mœurs sont les signes cliniques d'une décadence mortelle.

« La démocratie, c'est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Il faut donc que le peuple parle, qu'il dise clairement sa volonté et son choix majoritaire et quel est le chef q'il se choisit pour conduire son sursaut et sa renaissance. Encore faut-il, ce qui n'est hélas pas le cas aujourd'hui, qu'il soit clairement et loyalement informé des questions auxquelles il doit répondre.

« C'est pour l'y aider que je serai candidat et ferai campagne tout au long de cette année.

« Après tant de désillusions et de revers, je sais que les Français dans leur majorité aspirent à l'ordre, au travail, à la concorde dont ils ont le goût et l'instinct, comme en témoignent les succès croissants du Mouvement national que j'anime. C'est cette majorité nationale et morale que je vais, avec votre aide, m'efforcer de rassembler. Je le ferai avec la volonté d'agir contre le chômage, contre la crise économique et contre les socialismes qui les ont engendrés ; avec celle aussi de remettre à l'honneur la foi patriotique à partir de la famille et de l'école : d'exalter les valeurs les plus sacrées, et enfin d’œuvrer au renforcement de notre sécurité par l'union des patries de l'Europe et leur défense commune.

« Ma déclaration de candidature est une déclaration d'intention et de volonté. C'est une déclaration de guerre à la décadence, au renoncement, à la désinformation, mais aussi à la misère et aux injustices sociales et nationales dont souffrent dans leur pays trop de nos compatriotes. Mais c'est aussi une déclaration d'amour à la France et aux Français et d'abord aux plus malheureux, aux plus déshérités d'entre eux.

« Homme de foi, je crois avec passion que le déclin n'est pas inéluctable et qu'il y a pour la France un avenir d'espoir, pour peu que chacune et chacun de vous, Français, en fasse son affaire, car c'est son affaire.

« Aidons-nous et, j'en suis sûr, Dieu nous aidera ! »

On sent là, un souffle, une foi, une espérance. Une grande vague va-t-elle se lever ? Au Mont Saint-Michel, le 3 novembre suivant, Jean-Marie Le Pen nous montre encore la voie :

« Je suis de ceux qui ont une haute opinion de la politique, non pas de celle qui est, de celle qui devrait être. Elle est un art, une science, un sacerdoce [...] J'ai confiance dans l'instinct de notre peuple pour, à l'instar de saint Michel, combattre les démons du renoncement, du déclin, de la décadence, de la servitude. »

En 2021, 34 ans après, le 12 septembre dernier c'est la candidate CDI qui a annoncé sa candidature. Elle l'a fait à Fréjus, chez l'un des mousquetaires de sa garde rapprochée. Pour parodier le regretté François Brigneau, osons dire que la "juteuse épicière pas chère" y a tenté une nouvelle opération commerciale. Après avoir repeint la devanture de son magasin, exclu quelques vendeurs méritants, elle a commencé à changer les étiquettes des boites de conserve, à modifier les dates de péremption et même à baisser quelques prix. Pour s'attirer quelques nouveaux clients ?

Hélas, toutes ces petites recettes ne permettront pas de mettre en péril le supermarché voisin tenu d'une main ferme par le grossiste Emmanuel !

Le chaland attend mieux que cela : un soleil qui réchauffe le cœur, un grand vent d'espoir qui chasse les miasmes accumulés depuis si longtemps par nos politiciens… Une espérance nouvelle ?

Alors, laissons notre cœur s’envoler avec le poète assassiné… 

[...]
Mon pays m'a fait mal par ses fables d'esclave,
Par ses bourreaux d'hier et par ceux d'aujourd'hui,
Mon pays m'a fait mal par le sang qui le lave,
Mon pays me fait mal. Quand sera-t-il guéri ?

 

Note : Je connais celui qui avait imaginé le slogan et créé (sans PAO) l'affichette ci-dessus. Il me l'a dit, il en est très fier !

09:48 Publié dans François Floc'h | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 18 septembre 2021

Vendredi soir à Toulon, Eric Zemmour a fait salle comble

242197918_236074291866209_5197932755868631317_n.jpg

242194106_189092943307538_1894731780727548296_n.jpg

 

11:05 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

SAMEDI 9 OCTOBRE À PARIS : DÎNER DES AMIS DE SYNTHÈSE NATIONALE AVEC COMME INVITÉ JEAN-GILLES MALLIARAKIS

2020 03 DINER JGM copie.jpg

BULLETIN DE RÉSERVATION CLIQUEZ ICI 

ATTENTION : pour participer à ce dîner, vous devrez vous soumettre (cela bien malgré nous) aux dispositions sanitaires en vigueur. 

10:51 Publié dans Rendez-vous avec Les Bouquins de Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Belgique francophone : le Mouvement Nation a une nouvelle présidente

IMG_0908-768x513.jpg

Nancy Van Den Eede reçoit le drapeau de Nation des mains de Hervé Van Laethem, fondateur du mouvement.

Dans le grand livre de NATION, un nouveau chapitre commence avec une nouvelle présidence et une nouvelle équipe pour diriger le mouvement NATION.

A la tête de cette équipe, Nancy Van Den Eede, 37 ans, qui vient d’être élue présidente du Mouvement lors du 14e Congrès qui s’est déroulé samedi dernier.

Nous avons tenu à l’interroger sur la manière dont elle voyait les choses pour l’avenir de NATION.

Nancy, avant tout, parlez-nous un peu de vous !

Je me situe dans la catégorie des gens dont on peut dire qu’ils appartiennent à la « génération NATION », n’ayant jamais milité pour d’autres formations politiques. Militante depuis 6 ans au sein de NATION, je me suis engagée avant tout pour l’avenir de mes enfants et en songeant à la Belgique que nous allons leur laisser. J’ai estimé qu’il était temps que le peuple ouvre les yeux sur la situation catastrophique que nous vivons. Je ne pouvais pas rester sans réagir car je me suis rendue compte qu’il y avait des manquements énormes de la part de nos politiciens par rapport au Belge dit « de souche »…Et mon engagement a grandi au fur et à mesure que je prenais conscience des errances du monde politique.

Au sein du Mouvement, j’ai gravi les échelons un par un, devenant d’abord responsable local dans la région de Tournai, puis présidente de section dans la même région, pour ensuite entrer dans la direction du mouvement comme Secrétaire Politique. Ensuite, j’ai élue co-présidente avec Hervé Van Laethem pour aujourd’hui être élue présidente de NATION.

Vous avez été élue à l’unanimité, comment y réagissez-vous ?

Je pense que les militants m’ont élue d’abord parce qu’ils me connaissent bien. En effet depuis 6 ans au sein de NATION, j’ai participé à quasiment tous les grands évènements qu’a connu et/ou organisé NATION. Mais je crois qu’ils m’ont aussi élue car ils savent que je suis une militante fidèle et loyale au Mouvement et à ses idées. Pour rappel, j’ai d’ailleurs aussi fait partie de l’équipe qui a complètement retravaillé le programme du Parti en 2020. Et donc je pense que pour la majorité d’entre eux,  c’était une évidence que je reprenne le flambeau.

Je tiens d’ailleurs à les remercier pour leur confiance, j’espère aussi revoir ceux qui n’ont pas eu l’occasion de venir au Congrès, et bien sûr rencontrer les nouveaux adhérents.

Que sera NATION dans l’avenir ?

Ces dernières années, j’ai pu constater que NATION s’était un peu dispersé…Nous avons souhaité ouvrir nos portes à différentes sensibilités politiques, et il faut bien avouer que cela n’a pas été sans incidence. Mais malgré les difficultés rencontrées, NATION est en train de se régénérer !

Je pense et j’espère que ce 14e congrès était la dernière phase de cette régénération…En tous cas, il est temps que NATION redevienne NATION !

Sous ma présidence :

  • NATION gardera son ADN identitaire, social et profondément anti-système
  • NATION va redevenir la communauté militante d’avant
  • NATION va retrouver une plus grande cohésion politique
  • NATION continuera à être le poil à gratter pour irriter le système politico-financier

Pour ce qui est du fonctionnement, j’estime que nous perdons trop d’énergie à essayer de s’implanter partout en même temps. Nous allons donc recentraliser le fonctionnement  du Mouvement. Non pas que nous voulons abandonner le travail local mais nous voulons pouvoir le faire mieux, avec plus de moyens et de manière plus coordonnée.

Je compte aussi restructurer le mouvement… Les cartes seront donc redistribuées et avec mon équipe, nous allons réfléchir à comment simplifier un peu les choses tout en restant tout aussi productifs et actifs. De même, en ce qui concerne la communication sur les réseaux sociaux ou autres. Depuis le confinement, le numérique a pris le dessus sur le contact humain qui pourtant reste, selon moi, la base d’un vrai travail politique. S’il faut bien entendu continuer à communiquer, cela ne doit pas se faire au détriment du travail de terrain.

Enfin et comme vous le savez, NATION n’a aucun subside et le blackout médiatique ne nous aide pas non plus à nous faire connaitre. Et comme malheureusement l’argent est le « nerf de la guerre »,  avec mon équipe, nous allons également réfléchir à revoir le système des adhésions. Mais ici aussi  pour plus d’efficacité ! Je voudrais d’ailleurs en profiter pour remercier tous ceux qui nous soutiennent financièrement par des dons réguliers.

Un dernier mot pour les militants ?

Je voudrais dire aux militants et aussi à ceux qui n’ont pas pu être présents au Congrès, que même si je suis présidente, je reste avant tout une militante et surtout une camarade. Ça ne va pas être facile de présider sans Hervé et si je suis prête à relever le défi, j’aurai en tous cas besoin de vous, de votre aide et de votre soutien.

Pour NATION, un nouveau chapitre commence avec de nouvelles histoires. Au lieu d’en être de simples lecteurs, devenez-en les acteurs !

Source Nation cliquez ici

NDLR SN : il faut saluer le travail remarquable de notre ami Hervé Van Laethem qui a participé à tous les combats en Wallonie depuis la fin des années 1970. 

Pour mieux connaître l'histoire du mouvement Nation, nous vous conseillons de lire le Cahier d'Histoire du nationalisme (n°19) qu'il lui a consacré et qui est paru il y a quelques mois cliquez ici

COUV 2020 5.jpg

10:26 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

06:01 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Vous avez dit médecine ?

juvin.jpg

Hervé Juvin

Un vent mauvais souffle sur la France. Jamais la parole publique n’a été aussi discréditée. Rarement les Français ont été aussi divisés. Au-delà de la polémique pour ou contre le pass sanitaire, les questions de libertés publiques qu’il suscite et la corruption massive qu’il suggère ; la question posée est celle que j’avais initiée dans L’Avènement du Corps (Gallimard, 2006) : que se passe-t-il dans une société qui fait de la longue vie, sans accident, sans maladie et sans souffrance, son objectif majeur ? Que se passe-t-il dans une société qui a pour modèle de vie d’en profiter à fond, le plus longtemps possible, avant le déluge ?

Lire la suite ICI

05:58 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 17 septembre 2021

Incapable de financer sa campagne, Marine Le Pen appelle Macron à l'aide

image_0931529_20210917_ob_4ade54_marine-le-pen-le-16-juin-2020-a-dijon.jpeg

Le blog de Thomas Joly cliquez ici

Depuis des années, le RN a toutes les difficultés du monde à financer ses campagnes, ce parti surendetté étant considéré comme persona non grata par la plupart des institutions bancaires. Marine Le Pen, dans un courrier envoyé le 2 septembre demande donc à Emmanuel Macron de veiller à ce que le Parlement crée de « nouvelles possibilités de financement ». (Source)

Sous sa seule présidence et sa seule responsabilité, Marine Le Pen a fait du RN le parti le plus endetté de France, alors même que toutes ses campagnes électorales ont été remboursées et qu'il bénéficie du financement public. Mais où sont passés ses 25 millions d'euros de dettes ?

On imagine bien Clémenceau, en 1917, demander un prêt à la Bundesbank pour pouvoir continuer la guerre contre le Reich…

Si elle avait des convictions et un tant soit peu confiance en son score, elle emprunterait en son nom propre en gageant ses biens. Mais pour cela, il faudrait un peu de courage...

11:53 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Georges Feltin-Tracol nous présente sa nouvelle émission, "Vigie d'un monde en ébullition" sur Méridien Zéro

GFT-1-340x500-1.jpeg

Pour l'écouter cliquez ici

10:39 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Du contrat du siècle au camouflet de l’année

index.jpg

Philippe Gélie

Joe Biden est sûrement content de son coup. Après avoir mis un genou à terre en Afghanistan, il se relève et marque un point important face à la Chine en embrigadant l’Australie dans sa nouvelle guerre froide. Le « partenariat stratégique », auquel Londres sert de caution européenne, doit encourager le brutal M. Xi à réfléchir à deux fois avant de provoquer l’Amérique ou ses protégés en Asie. Si, au passage, il faut piétiner un autre vieil allié, sur un Vieux Continent passé au second plan des préoccupations stratégiques, quelle importance ? Le coq français n’a qu’à lisser ses plumes, ravaler son orgueil et compter les milliards perdus de la commande annulée. Le « contrat du siècle» a fait place au camouflet de l’année.

On commence à être habitués aux mauvaises manières de Washington, surtout quand son industrie militaire est en jeu. Ce n’est pourtant que le dé- but. La nouvelle alliance, scellée autour de sous-marins à propulsion nucléaire, projette une coopération étendue à toutes les facettes des « guerres du futur », de la cyber défense à l’intelligence artificielle. L’octroi d’une technologie nucléaire – même non militaire au sens strict – à un pays qui s’en était prudemment tenu éloigné jusque-là change les règles du jeu. Il expose la région indo-pacifique à une dangereuse course aux armements. Sans doute poussé par l’agressivité chinoise,  Canberra  s’engage dans le bras de fer sino-américain, au risque d’être obligé de suivre en cas de conflit ouvert. La mise en garde adressée à la Chine est claire : l’Australie devient une plateforme américaine, susceptible d’accueillir bientôt ses missiles à longue portée et ses bombardiers furtifs. Si nécessaire, il ne lui faudra pas longtemps pour devenir elle-même une puissance nucléaire...

La France paie les pots cassés de ces tensions géopolitiques. Au-delà de la « colère » de ses dirigeants, sa réaction dira quelle place elle occupe réellement dans le grand jeu des puissances. Plutôt que de rappeler un ambassadeur ou de sortir de l’Otan, comme le suggère le bouillant Mélenchon, c’est sa capacité de rallier les Européens au projet d’« autonomie stratégique » qui peut faire la différence. L’urgence est là.

Source ; Le Figaro 17/09/2021

10:19 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La France n'a pas dit son dernier mot...

242084769_1987934111383953_5962313915129129341_n.jpg

"Dans la vie des nations comme dans la vie des individus, on passe par des phases d’abattement qui précèdent un redressement, par des phases de déclin qui annoncent une renaissance. J’ai moi-même connu ces moments de doute, de désespoir, où je ne voyais plus pour mon pays d’autre destin funeste que la décadence et la disparition tragique de la France.
 
J’avais mis au jour dans Le Suicide français la mécanique de l’idéologie progressiste qui a conduit notre pays à l’abîme. Mises en danger, ses élites ont compris que la survie de leur projet passerait par la radicalisation du processus de destruction.
 
Rarement nous avons été aussi affaiblis, désunis, subvertis, envahis qu’aujourd’hui.
 
Pas un jour sans sa provocation, sans sa déconstruction, sans sa dérision, sans son humiliation.
 
Sept ans après Le Suicide français, j’ai décidé de poursuivre le récit des choses vues, des choses tues, trop longtemps tues. Pour que la France ne se contente pas d’avoir un futur, mais trace aussi les voies d’un avenir. Pour continuer l’histoire de France.
 
L’histoire n’est pas finie.
 
La France n’a pas dit son dernier mot."
 
La France n'a pas dit son dernier mot, Eric Zemmour, éditions Rubempré, 352 pages, 21,90 €, en vente partout (s'il en reste).

09:32 Publié dans Livres, Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Réédition très attendue du fameux roman de Jean-Claude Rolinat : Pronuciamiento sous les tropiques...

Pronunciamiento-tropiques-quadri.jpeg

Entretien avec Jean-Claude Rolinat, auteur de Pronunciamiento sous les tropiques aux éditions Dutan.

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Vous venez de publier aux éditions Dutan Pronunciamiento sous les tropiques. On vous connaissait plutôt spécialisé dans des reportages de voyages, des ouvrages « sérieux » sur la nature des États ou dans des biographies d’hommes et de femmes célèbres, comme Eva Perón, Oliveira Salazar, Ian Smith ou le maréchal Mannerheim. Pourquoi vous êtes-vous lancé dans ce genre littéraire ?

Oui, c’est mon premier et seul roman qui fait l’objet d’une réédition augmentée, enrichie des expériences vécues et de pays visités postérieurement à la première édition. Elle remonte aux années 1980. D’ailleurs, pour être tout à fait honnête, le canevas général de cette histoire avait été imaginé pendant quelques longues heures d’ennui lors de mon service militaire, du côté d’Offenbourg. C’est dire si ça ne me rajeunit pas !

Pourquoi avoir choisi l’Amérique latine comme cadre, comme décor à cette histoire qui mélange les genres, à la fois roman d’action, histoire d’amour, crises politiques, bruits de bottes et amitié trahie ?

J’ai toujours aimé ce continent qui mêle la passion et la violence, où se sont transplantées, en quelque sorte, des fractions d’Espagne et de Brésil sur des terres qui n’étaient pas vierges, où il y avait déjà des civilisations dîtes « précolombiennes ». Ces sociétés sont tombées sous le joug des « envahisseurs », pour finir par se mêler à eux dans des États nationaux à la construction fragile. On ne peut pas passer sous silence non plus la geste des « Libertardors » du XIXe siècle, les Bolivar, les San Martin, les Morazán, les O’Higgins… Des pays – Argentine, Uruguay et, dans une moindre mesure, Brésil et Chili exceptés – où s’est longtemps pratiqué le mélange des sangs. J’ai beaucoup lu ou survolé leurs auteurs les plus connus : Borgès, Gabriel Garcia Marques, Miguel Angel Asturias ou Mario Vargas Llosa et j’ai toujours été fasciné par ces hommes à poigne, ces caudillos qui se sont constitué des domaines à leur botte, des Trujillo, des Somoza, des Marco Perez Jimenez, des Tiburcio Carias, des Duvalier etc., aux destins hors normes… J’ai rêvé de cet exotisme avant même d’être allé sur place et d’y goûter son ambiance, de vivre ou d’imaginer l’excitation de ses foules les jours d’élection ou de révolution, ou tout simplement de profiter de décors de rêve, que ce soit les chutes d’Iguazu aux « trois frontières », les cascades d’Agua azul au Mexique, ou le lac Atitlan au Guatemala, avec sa couronne de volcans. Et comment oublier l’envoûtante forêt de l’Oriente équatorien sur les rives du Rio Napo ? On peut s’offrir à peu de frais le frisson de l’aventure, sans omettre d’aller voir ces fabuleux temples aux figures énigmatiques du Petén ou du Yucatan.

Quelle est la trame de votre roman ?

C’est une aventure dans laquelle le décor joue, certes, un rôle important. Elle s’inscrit dans un scénario politique contemporain. Tout ce qui se passe dans le pays imaginaire que j’ai inventé, si peu imaginaire d’ailleurs, a existé : le coup d’État militaire, le fameux « pronunciamiento » ou le « golpe », au choix. Il y en a eu d’innombrables en Amérique centrale comme en Amérique du Sud, très humoristiquement illustrés par Hergé avec ses fameux généraux Alcazar et Tapioca dans « Les aventures de Tintin ». La révolution castriste exportée ? Voyez le Nicaragua de la clique Ortega… Quant au débarquement de troupes américaines évoqué dans mon roman, le plus récent et le plus massif eut lieu en 1965 en République dominicaine, pour contrer une insurrection qualifiée de « communiste », comme celle du Guatemala en 1954, où la CIA patronna une intervention de mercenaires pour placer un homme à elle au Palacio nacional. Et puis, rappelez-vous le tragique ratage de l’affaire de « la Baie des Cochons » à Cuba où les Américains envoyèrent au casse-pipe les anticastristes de Floride.

Comme il s’agit d’un roman, votre histoire a des personnages de chair et d’os, et n’est pas seulement, disons un roman « politique ». Il y a des sentiments, des réflexions précédant l’action, des intérêts, des pulsions, l’amour même qui tient une place importante chez votre personnage principal…

Oui, c’est du cinéma écrit en quelque sorte. C’est le propre, je crois, de tout roman d’aventures et d’action. Mon « héros » va vivre des épisodes de sa vie d’une incandescente intensité, si je puis dire. Il n’y était pas préparé. Son ami, qui pense se servir de lui pour arriver à ses fins sans grands dommages, va trahir une amitié ancienne née de part et d’autre des Pyrénées. Un grain de sable inattendu, un coup de foudre aussi foudroyant que réciproque, va enrayer, perturber les rouages d’un mécanisme assez diabolique pour conquérir le pouvoir.

On trouve pas mal d’ingrédients classiques dans votre histoire, la haine, l’amour, la jalousie, la trahison…

… et les intérêts bassement matériels, oui, l’argent. Enfin tout ce qui fait, à peu près, je dirai la « pâte humaine », avec ses parts d’ombre et de lumière.

Pronunciamiento sous les tropiques de Jean-Claude Rolinat, éditions Dutan, collection « Les Bergers de l’évasion », dirigée par Philippe Randa, 220 pages, 21 €. Pour commander ce livre, cliquez ici

00:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 16 septembre 2021

Entretien d'Eric Zemmour au Point

zemmour.jpg

Eric Zemmour publie La France n’a pas dit son dernier mot. Le Point a voulu savoir ce qui l’anime et le confronter à ses contradictions. Un entretien à la fois cordial et mouvementé.

Lire la suite ICI 

Source ; Le Point 16/09/2021

11:30 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 15 septembre 2021

Macron nous enfume !

MacronCible nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est toujours la même rengaine : dès qu’un problème surgit au nez et à la barbe du politique et notamment de nos gouvernants, la réponse trouvée la plus rapide c’est d’injecter de l’argent. Comme si l’argent pouvait tout résoudre ! Emmanuel Macron vient de tomber dans le panneau et nous prend pour des billes. Après un déplacement loufoque à Marseille, carnet de chèque en poche, alors que toutes les politiques de la ville ont échoué, rebelote cette fois-ci à Roubaix afin de nous dévoiler les conclusions d’un fumeux « Beauvau de la sécurité ». Les deux affaires sont liées car ce sont deux déplacements qui s’inscrivent dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle.

Alors que des milliards ont été investi dans une soi-disant politique de la ville où se cassèrent les dents l’escroc Bernard Tapie, où le blanchisseur Jean-Louis Borloo, les trafics de drogue et son corollaire la délinquance dans les banlieues n’ont jamais été aussi prospères.

Et Emmanuel Macron, qui a tout intérêt à cajoler la police à une époque où les faits divers s’allongent de jour en jour en corrélation directe avec une immigration incontrôlée et une justice laxiste, trouve le moyen de nous en remettre une louche.

Force est de constater que les moyens dont dispose la police sont pour le moins vétustes. Mais la solution face à l’insécurité qui règne dans ce pays, n’est pas de gonfler les effectifs mais de rendre efficaces les mesures qui existent – comme d’appliquer simplement la loi - et si les relations entre police et justice ne se heurtaient pas à une forte dose d’incompréhension. Le coup de balai n’est pas à mettre au sein de la police mais bien de la justice. Mais ce n’est pas avec Dupond-Lajoie-Moretti que les choses vont s’arranger. Sauf que le problème, in fine, est moins celui du ministre de la justice que celui du pouvoir qui décide de la politique à mener en la matière.

Et, c’est bien là que le problème majeur réside. Pas besoin d’être grand clerc pour affirmer que les maux de la société française sont, à 90%, liés à l’immigration sans oublier d’inclure évidemment tous les naturalisés d’hier et de demain. Aucun président depuis Giscard d’Estaing n’a anticipé les dégâts que provoquerait le laxisme migratoire et le regroupement familial. Ce qui a abouti à la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui : la destruction lente de tout ce qui constitue le tissu social français en matière de culture et de civilisation. Et au final, ce qui est en cause, c’est notre conception même de la démocratie que nos politiques bafouent, par lâcheté et veulerie, de jour en jour.

Car, on l’aura bien compris, le problème est politique et relève d’une conception que l’on se fait de la France et des Français de souche, faut-il le préciser. Et dans ce marigot où baignent intellos des cavernes et politiciens abonnés aux droits de l’homme, le clair langage d’un Eric Zemmour fout la trouille à tout ce petit monde qui œuvre à notre disparition. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Les Français décideront-ils enfin à redresser la tête !

11:04 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 14 septembre 2021

Dernière minute : manif ce soir à Paris devant le CSA

241962032_181512890729033_7829417344573365535_n.jpg

15:23 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |