Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 octobre 2021

MERCREDI PROCHAIN, 27 OCTOBRE, MAÎTRE GHISLAIN DUBOIS, AUTEUR DU LIVRE "LES CRIMES DE L'OTAN", INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR TV LIBERTÉS

RL 2021 02 24 JC ROLINAT.jpg

POUR REGARDER LES

PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

Pour commander ce livre cliquez là

00:41 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 24 octobre 2021

Les nouvelles armes de terreur des racailles

panthere-en-ville.jpeg

La chronique de Philippe Randa

La « mode » n’est pas nouvelle, certes… Déjà, en 2017, France Soir nous apprenait qu’un homme gardait un lionceau dans un appartement. Cet original n’en était d’ailleurs pas à sa première fantaisie, s’étant « déjà fait remarquer pour avoir circulé dans les rues de Montreuil (Seine-Saint-Denis) à dos de cheval… »

Il ne s’agit pas là d’un simple faitdivers, « le trafic d’animaux sauvages représenterait pas moins de 16 milliards d’euros par an dans le monde », indiquait alors le Fonds international pour la protection des animaux.

Cinq ans plus tard, c’est Le Figaro qui nous apprend que la mode s’est amplement répandue, cette fois dans la « jungle des cités » : « Mis en scène par des footballeurs, des chanteurs et des rappeurs, les félins de compagnie nourrissent les fantasmes, le marché noir et le crime organisé. Les gendarmes multiplient les saisies. »

À l’évidence, ce n’est pas simplement pour se distinguer, façon « bling-bling », que les propriétaires investissent si cher dans cette « passion » très éloignée des buts de la fondation 30 Millions d’Amis.

Dans les banlieues de non-droit où les gangs pullulent, la présence de tels animaux sauvages n’est évidemment pas fortuites : elle terrorise comme il se doit de potentiels rivaux… On connaissait les combats de chiens (parfois de rats), assistera-t-on bientôt à des combats de fauves ? Sans compter les risques de voir de tels gentilles bébêtes échapper à leurs propriétaires et vaquer dans les rues, tout comme leurs congénères dans les savanes africaines.

Nos chères banlieues n’auront alors jamais aussi bien portées qu’à ce moment-là leurs surnoms de jungles urbaines… et certains de leurs habitants celui de sauvageons, tels que qualifiés, à la fin du siècle dernier, par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur. Il parlait alors de mineurs multirécidivistes qui pourrissaient la vie dans les cités de banlieues, les rendant déjà invivables pour tous les honnêtes gens.

Mineurs, ils ne le sont plus, mais leur violence a grandit en même temps qu’eux. Ainsi que leur imagination dans l’utilisation de nouvelles armes de terreur, hélas !

Lire EuroLibertés cliquez ici

23:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 23 octobre 2021

Des responsables politique totalement irresponsables

Nicolas Charbonneau

Directeur de la rédaction du Parisien week-end

nicolas-charbonneaux-381471.jpg

Des responsables politiques totalement irresponsables, ainsi que des candidats à la magistrature suprême n’ayant jamais dépassé la poignée d’électeurs – et c’est heureux –, tentent régulièrement se rappeler au monde. Un tout petit monde au fond, mais tout de même. La semaine passée, l’un d’entre eux [ndlr. il s’agit de Philippe Poutou candidat du NPA] a sautillé de plateau télé en plateau télé pour dire qu’en France, « la police tue une quinzaine de jeunes chaque année ». Voilà quelqu’un qui a le sens de la nuance.

Qu’est-ce que ce candidat connaît du métier de policier ? Rien. Que sait-il de ces femmes et de ces hommes qui affrontent des manifestants venus en découdre avec des haches et des pioches ? Rien. Comment imagine-t-il la discussion dans certains quartiers où même les pompiers
sont attaqués et priés de dégager quand  ils viennent vous sauver ? Rien. Que comprend-il de la peur des enfants de policiers qui voient des photos de leurs parents placardées dans des cages d’escalier ? Rien. Est-il au moins allé voir le formidable film BAC Nord, qui décrit plutôt très bien le quotidien de professionnels qui affrontent des bandes assez peu enclines au dialogue apaisé ? On l’espère. Mais à quoi bon se renseigner, puisque ce candidat ne propose qu’une chose, désarmer les policiers pour que tout aille mieux. Personne n’y avait songé...

On a beau ne pas représenter grand-chose sur l’échiquier politique, balancer des petites phrases mensongères et antirépublicaines avec ce rictus de celui qui est content de lui, voilà un fonds de commerce sacrément nauséabond. Un discours qui vous range dans la catégorie de ceux qui racolent, pas dans celle des hommes responsables.

Source : Parisien Week-End 22/10/2021

11:50 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Il y a 65 ans, Budapest se levait contre la tyranie communiste...

248161451_4501507749968739_65054436677396064_n.jpg

Aujourd'hui oubliée par la plupart de nos contemporains, l'insurrection nationale hongroise d'octobre 1956, il y a 65 ans, fut un événement considérable. En effet, pour la première fois depuis la division de l'Europe conçue lors de la réunion de Yalta, en 1945, un peuple se révoltait contre le système le plus criminel de tous les temps, à savoir le communisme.

Certes, la répression fut sanglante, mais cette révolution n'en demeure pas moins héroïque et exemplaire... Le Peuple hongrois, en  ce mémorable automne 1956, a redonné l'espérance à tous les peuples asservis par la barbarie communiste. Quelques décennies plus tard, en novembre 1989, le mûr de Berlin s'écroulait mettant définitivement, espérons-le, fin à l'ignominie marxiste.

Ce n'est donc pas un hasard si, aujourd'hui, la Hongrie nous montre à nouveau la voie à suivre face aux nouveaux dangers, à savoir l'immigration sauvage et l'islamisation qui en découle, qui menacent la liberté et l'identité de l'Europe...

N'oublions jamais la révolte de Budapest fin octobre 1956... 

Roland Hélie

Pour information :

Pour mieux comprendre ces événements, en 2016, Synthèse nationale a publié le texte intégral en deux volumes de l'étude magistrale de l'historien britannique Davis Irwing sur l'insurrection de Budapest. Il en reste quelques exemplaires que vous pouvez vous procurer de la manière suivante :

COUV 2016 11122254.jpg

Budapest, insurrection Tome 1 cliquez ici

COUV 2016 2225588.jpg

Budapest, insurrection Tome 2 cliquez là

247248870_587096449201247_3375473751793614061_n.jpg

11:44 Publié dans Livres, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv 2.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:53 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 22 octobre 2021

Le journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

246721310_295775892394198_4283031404241433610_n.jpg

19:55 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Grenoble : l'UNI fait reculer la direction de l'IEP

247631770_4489319521090437_8402609123010358744_n.jpg

19:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les 32 heures du degré zéro de la pensée politique

polony image.jpeg

Natacha Polony pense juste. Et moins par idéologie que par simple bon sens. C’est ainsi qu’elle s’attaque à la notion de travail jugé aliénante par toute cette gauche boboesque autant qu’ubuesque complètement à côté de ses pompes. Le travail est aliénant ! Certes, le travail à la chaîne dans les usines d’hier – automobile, métallurgie entre autres -, n’était pas ce que l’on faisait de plus attrayant, mais le fond du problème n’est pas là. Le travail ennoblit l’homme qui a tout lieu d’être fier des savoirs qu’il a élaborés au fil du temps. D’autant que ce que l’on appelle la modernité a grandement amélioré les conditions de travail des travaux pénibles. Même dans le monde paysan. Enfin ce qu’il en reste. Natacha Polony écrit fort justement : « Il ne vient pas à l’esprit de ces penseurs hors-sol qu’une des difficultés pour réindustrialiser est aujourd’hui la déperdition de ces savoir-faire précieux, comme on le voit dans tous les domaines de la confection et du textile ».

 Lire la suite ICI

 Source : Marianne 21.10/2021

01:41 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 21 octobre 2021

COMMANDEZ LE NOUVEAU LIVRE "POURQUOI ÉRIC ZEMMOUR , LA DROITE NATIONALE À L'HEURE DU CHOIX"...

CHN 18 ANNONCE 1 copie 4.jpg

BULLETIN DE COMMANDE

POUR LE COMMANDER EN LIGNE CLIQUEZ ICI

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ LÀ

Georges Feltin-Tracol vient de publier un nouveau livre reprenant ses chroniques hebdomadaires

GFT-3_couv.jpeg

Communiqué de l'éditeur du livre :

Pourquoi le sénateur yankee John McCain était-il un pourri ? Quelle est cette autre droite polonaise ? Quelles sont les frontières de cœur du président turc Erdogan ? Donald Trump est-il vraiment le 45e président des États-Unis ? Qui est le Wauquiez allemand ? Que sait-on du « populisme de gauche » ? Peut-on avoir une autre vision de la Corée du Nord ? Quel est le phare spirituel de l’Europe ? Quel est le pire parti de France ? Les Bo-Bo peuvent-ils se révolter ?

Georges Feltin-Tracol répond à toutes ces interrogations. Il a donné en cinq ans des chroniques hebdomadaires taillées à la hache du (géo)politiquement incorrect. Les Éditions du Lore les ont enfin réunies dans un volume passionnant et… explosif !

Il offre au lecteur sensible aux interprétations non conventionnelles des analyses acérées et impertinentes jamais consensuelles. C’est un réel plaisir d’assister à la remise à l’endroit de l’actualité par le premier « bûcheron métapolitique » d’Europe d’expression française.

L'actualité à la hache, Georges Feltin-Tracol, éditions du Lore, 468 pages, 28,00 €

Pour l'acheter cliquez ici

10:43 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 20 octobre 2021

Eric Zemmour en Bretagne, vendredi 29 octobre à Pleurtuit (35)

245741924_6234295733278236_1908155517018103383_n.jpg

Il reste quelques places, inscrivez-vous vite cliquez ici

16:08 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L’esprit national

morales.jpeg

Voici la question à laquelle il est tout à la fois facile et difficile de répondre tant chacun a sa propre définition – ou presque - : de quoi l’esprit national est-il fait ? Ou dans sa version intello : quel est le fondement ontologique du Français ? Chaque époque en a donné sa définition. Hier encore, quand les Français partageaient la même communauté de destin, on en donnait une définition barrésienne : la bouf, la terre et le sang.  Aujourd’hui, avec le poids de l’immigration, les Français se sentent assiégés, marginalisés, ignorés par un pouvoir et une classe politique vérolés par l’idéologie des droits de l’homme, du politiquement correct et désormais par une « cancel culture » qui détruit tous les fondements de notre culture et de notre civilisation. Au point que nous en sommes arrivés qu’entre les gouvernants, les pseudo intellos – de gauche évidemment - et le peuple, le fossé ne cesse de s’agrandir. Deux mondes qui s’ignorent au point que l’on se pose la question de savoir ce que signifie le soi-disant régime démocratique qui serait le nôtre.

A l’occasion de la sortie d’un livre consacré à la mémoire de Christian Millau*, le journaliste et écrivain Thomas Morales nous donne sa version de ce qu’il entend par « esprit national » et l’on souscrit volontiers à cette approche qui fleure bon le coq au vin, la brandade de morue ou le cassoulet. Mais est-elle le reflet de la réalité. Elle l’est pour tous ceux qui entendent maintenir envers et contre tout l’esprit gaulois.

Petit rappel sur l’écrivain gastronome Christian Millau (1928-2017). Il commence sa carrière comme journaliste et fréquente la bande des Hussards (Blondin, Nimier, Jacques Laurent, Kléber Haedens, etc) et se révèle un chroniqueur talentueux là où cette droite littéraire sévit : La Parisienne, Opéra et collabore également au Monde (celui de Beuve-Méry) à l’Express (celui de Servan-Schreiber) et au Point. C’est alors qu’en 1969 avec son ami Henri Gault, ils vont révolutionner la presse gastronomique en créant le fameux Guide Gault et Millau. L’hebdomadaire va donner la parole aux jeunes chefs (Bocuse, Loiseau, Savoy, Guérard, Chapel, Sanderens) d’où naitra ce qu’on va appeler la nouvelle cuisine. Et qui repose essentiellement dans l’allègement d’une cuisine traditionnelle trop riche héritière d’Escoffier. Christian Millau n’oublie cependant pas qu’il est aussi un bon écrivain à qui l’on doit Au galop des hussards, Au fil des années 50, fin d’une époque, Paris m’a dit (tous parus chez Fallois) pour ne citer qu’eux.

(*) Christian Millau, une vie au galop. Portraits croisés, sous la direction de François Jonquères, préfcé par Frédéric Vitoux, de l’Académie française, Le Rocher ed.

Pour lire la chronique de Thomas Morales, cliquez ICI

12:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ubu à la station-service

pompe a essence.jpg

Gaëtan de Capèle

C’est l’invité surprise de la campagne. La flambée subite des prix de l’énergie, que personne n’avait vue venir, occupe désormais tout l’espace politique. Elle obnubile le gouvernement, qui a déjà payé pour savoir ce que coûte la révolte des Français lorsque le plein d’essence devient prohibitif. S’y ajoute aujourd’hui une envolée des factures d’électricité et de gaz. Tout plutôt que le retour des « gilets jaunes » ! Elle galvanise aussi les candidats à la présidentielle. Tous ont beau jeu de proposer mille mesures qu’ils n’auront pas à mettre en œuvre.

Inutile de se raconter des histoires : par quelque bout qu’on le prenne, le problème est insoluble. Réduire les taxes qui représentent les trois quarts du litre d’essence ? Cela coûterait des milliards d’euros pour quelques centimes de baisse, qui laisseraient les automobilistes de marbre. Distribuer des chèques carburant aux plus modestes ? Cela suppose de créer une usine à gaz pour trier entre ceux qui possèdent une voiture et ceux qui n’en ont pas, ceux qui l’utilisent et ceux qui s’en servent moins, ceux qui méritent une aide et ceux qui, loin de rouler sur l’or, mais ne remplissant pas les critères, en seront comme d’habitude pour leurs frais.

Plutôt qu’un concours Lépine ruineux, cette crise de l’énergie pourrait utilement provoquer une réflexion collective sur le système ubuesque qui s’est progressivement installé en France. Celui d’une logique de compensation systématique des aléas de la vie par un État-providence désargenté, dont le « quoi qu’il en coûte » est la forme ultime. Cette politique du chéquier n’a de générosité que le nom. Elle exige en contrepartie un niveau de prélèvements unique en son genre, que les Français, contribuables ou consommateurs, paient au prix fort. Et conduit à des absurdités comme celle à laquelle nous assistons dans les stations-service : soulager, sur fonds publics, les automobilistes victimes d’une taxation prohibitive des carburants, elle-même indispensable pour remplir les caisses d’un État qui dépense sans compter...

Source Le Figaro 20/10/2021

10:34 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 19 octobre 2021

Patrick Jardin, le père d'une jeune fille assassinée au Bataclan, insulté par Le Monde

Le Monde qualifie Patrick Jardin, père d’une victime du Bataclan, de “père haineux”, puis change le titre de son article, pour parler de “la colère sans limite d’un père” : il réagit !

téléchargement-2021-10-18T153605.459.jpg

17:26 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Décès de François Porteu de la Morandière

6435.jpegUn communiqué de l'Union nationale des combattants (UNC UNC-AFN) :

Hervé Longuet, président national de l’UNC, les membres du conseil d’administration national et l’ensemble des adhérents font part du décès de François Porteu de la Morandière, président honoraire de l’UNC
 
Né à Sèvres le 20 mai 1928, le président François Porteu de La Morandière était à la fois un combattant, un chef d’entreprise et un citoyen engagé. Officier de réserve, il avait été rappelé pour servir sur le territoire algérien. A son retour, avec une poignée de camarades démobilisés comme lui, il avait fondé l’UNC-AFN qui s’était rapidement développée.

Il présidera cette UNC-AFN 27ans durant, contribuant à la fusion de cette jeune association avec l’UNC « historique ». Il avait assumé ensuite les fonctions de vice-président de l’UNC puis avait été élu président honoraire lors qu’il renonça à son mandat. Dans le même temps, François Porteu de La Morandière exerçait une activité professionnelle particulièrement intense comme Président directeur général de la société Galeries Malouines et Dinandaises.
 
Citoyen engagé au service de la cité, François Porteu de La Morandière avait démissionné de toutes ses fonctions associatives pour se lancer en politique. Il sera député (NDLR SN : FN) du Pas-de-Calais de 1986 à 1988, conseiller municipal d’Arras de 1989 à 1994, et conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais de 1992 à 1998. Depuis 2006, il présidait aux destinées de l’Institut européen de relations et d’études internationales.
 
François Porteu de La Morandière était Chevalier de la légion d’honneur et officier de l’Ordre national du mérite. (...)

17:14 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

In memoriam Laurent Wetzel

6a00d8341c715453ef0282e12a14dc200b-320wi.jpeg

Jean-Gilles Malliarakis

La disparition de ce vieil ami, âgé de 71 ans vient en un temps de pleine polémique entre ce qu'on appelle aujourd'hui la pseudo "mémoire", phénomène social peu fiable, et l'histoire, quête ardente et méthodique de l'exactitude des faits.

De la «mémoire» en effet il convient de toujours se garder, sans même l'honorer du qualificatif de mythe.

Laurent Wetzel était pour moi un de ces amis proches, avec lesquels on partage les mêmes convictions et les mêmes répulsions. "Je sais, disait Péguy, quels êtres me sont respirables et quels autres me font horreur". Depuis deux ans, hélas, tant d'entre eux disparaissent les uns après les autres, sans lien la plupart du temps, faut-il le remarquer, avec la pandémie venue de Chine.

Normalien, il avait notamment écrit un livre important : "Ils ont tué l'histoire géo" publié en 2012 chez François Bourin. La mort accidentellle de cet homme de grande culture, et d'une grande bonté, me prive d'un ami. Au moins lui aura-t-elle épargné à ce grand patriote la vue de ce que la France semble en train de devenir, entre invasion et repentance.

La messe catholique de ses funérailles en l'église Sainte-Jeanne-d'Arc de Versailles, ce 18 octobre, fut, sinon une consolation, du moins un beau moment d'hommage et d'adieu.

Voici exactement ce que sa fiche wikipedia écrit, de manière précise et chirurgicale, à ce jour, à propos de l'affaire qui va bouleverser son existence, affaire que ni les communistes ni les chiraquiens ne lui pardonneront jamais : d'avoir lutté pour la vérité et la liberté. S'étant fait élire comme anticommuniste en effet, il avait osé tenir ses promesses en procédant dans sa ville, une fois élu, à la "débolchévisation du paysage urbain".

À la suite des élections municipales de 1983, Laurent Wetzel était devenu conseiller municipal d'opposition UDF-CDS de Sartrouville, deuxième commune du département des Yvelines.

En octobre 1983, il refuse d'assister à l'inauguration d'une rue Marcel Paul en rappelant, entre autres, les agissements partisans de ce militant communiste dans le camp de Buchenwald. Il a révélé qu’en 1952 et 1953 la qualité de "déporté-résistant" avait été refusée à Marcel Paul parce qu’il avait été "arrêté pour des faits à caractère politique et non résistant" et parce qu’il "s’était rendu coupable, au cours de sa déportation, d’activités contraires à l’esprit de la Résistance". Cela lui a valu un déluge d’injures et un procès intenté par des associations de déportés et de résistants proches du Parti communiste.

Le 17 janvier 1985, le Tribunal de grande instance de Versailles le relaxe du grief de diffamation de la mémoire de Marcel Paul, après qu’il eut obtenu de la 17e Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris en décembre 1984 la condamnation de ses adversaires pour injure publique. En 1985, aux élections cantonales, Laurent Wetzel bat avec 56 % des voix le conseiller général sortant de Sartrouville, François Hilsum, membre du comité central du PCF, directeur-adjoint de L’Humanité et rédacteur en chef de L’Humanité-Dimanche. Il devient le suppléant du député de la 5e circonscription des Yvelines de 1988 à 1993.

Élu maire de Sartrouville en 1989 en battant Auguste Chrétienne, maire communiste depuis 30 ans, Laurent Wetzel procède, alors que tombe le Mur de Berlin, à une opération de "débolchévisation du paysage urbain". Le Conseil municipal renomme la rue Hô Chi Minh, Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny; la rue Karl-Marx, Alexis-de-Tocqueville; la rue Lénine, Général-de-Gaulle; la rue Marcel-Cachin, Charles-Péguy; la rue Maurice-Thorez, Robert-Schuman; la rue Benoît-Frachon, Léon-Jouhaux; la rue Paul-Vaillant-Couturier, Pierre-Brossolette; la rue Jacques-Duclos, Saint-Exupéry, la rue Marcel-Paul D’Estienne-d’Orves, la rue Ambroise-Croizat Claudius Petit et la rue 19-Mars-1962, Bachaga Boualam. La salle municipale Nelson Mandela est également rebaptisée Félix Éboué.

Il a raconté la suite en 1997 dans un livre intitulé "Un internement politique sous la Ve République. Barbouzes et blouses blanches" publié chez Odilon Media.

La vengeance des communistes et de leurs alliés de toujours s'est abattue sur lui. Je suis heureux de l'avoir connu et fier d'avoir partagé avec lui le pain de l'amitié.

Source L'Insolent cliquez ici

11:02 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Eric Zemmour à Béziers avec Robert Ménard

616b24ab240000173a507a59.jpeg

00:18 Publié dans Présidentielle 2022, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 18 octobre 2021

Jean-Frédéric Poisson à propos de Eric Zemmour

affiches-JFP-mur.jpeg

Source cliquez ici

17:43 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Immigration : pourquoi douze pays de l’UE tancent Bruxelles

images.jpg

Jean-Thomas Lesueur*

Le 7 octobre, les ministres de l’Intérieur de douze pays membres (Autriche, Bulgarie, Chypre, Danemark, Estonie, Grèce, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) ont adressé une lettre aux commissaires européens Margaritis Schinas, chargé de la Promotion de notre mode de vie européen, et Ylva Johansson, chargée des Affaires intérieures. Malgré son ton policé et constructif, la missive constitue un coup de semonce contre la politique migratoire européenne et une mise en demeure d’agir adressée à la Commission.

S’offrant de discuter et d’amender la « stratégie pour un espace Schengen plus fort et plus résilient », présentée par la Commission en juin, les signataires n’y vont pas par quatre chemins : le code frontières Schengen, adopté en 2006 et révisé en 2016, « ne traite pas suffisamment des franchissements illégaux des frontières extérieures », n’offre pas de règles claires », ne propose pas d’outils en cas de « grave menace », cantonne les instruments européens à la « surveillance des frontières » et pas à « empêcher les franchissements » ni à « lutter contre la criminalité transfrontalière » et refuse de prévoir la « barrière physique comme mesure de protection ».

En somme, la missive jette trois pierres dans trois jardins. La première est pour celui de la Commission elle-même. En rappelant à cinq reprises les « menaces et les attaques hybrides » que subissent leurs pays, les signataires dispensent une leçon de relations internationales à Ursula von der Leyen, qui avait promis de présider une « Commission géopolitique » lors de sa prise de fonctions. La Turquie hier, la Biélorussie aujourd’hui : des puissances hostiles et perturbatrices utilisent l’immigration comme une arme de déstabilisation et d’intimidation contre les Européens. Le Maroc n’a pas agi autrement en mai dernier. Le fait que les ministres de douze pays membres (soit presque la moitié) soient si insistants a une signification politique : avec ses instruments, ses procédures et ses mécanismes d’évaluation, la Commission a une approche fonctionnaliste, et non pas politique ni géopolitique, de la question migratoire. Et les signataires, eux, appellent à « une réponse efficace et immédiate »...

La deuxième pierre est pour le jardin de la Suédoise Ylva Johansson. En relayant les accusations d’associations « no borders » et de certains médias européens (principalement allemands), la commissaire chargée des Affaires intérieures avait publiquement mis en cause Frontex en février dernier. L’agence européenne était accusée d’avoir participé ou cautionné des opérations de « pushbacks » (refoulement de migrants sans leur offrir la possibilité de déposer une demande de droit d’asile) en Méditerranée, d’avoir tenté de dissimuler ces actes, d’être entre les mains du lobby des entreprises de sécurité, de renâcler à l’accueil de quarante « observateurs des droits fondamentaux » en son sein. Répétant que « l’immigration fait partie de ce qui rend notre continent prospère », Ylva Johansson semblait rêver de faire de l’agence une sorte de super ONG chargée de surveiller les frontières et de ramener sur la terre ferme européenne les migrants montés sur des bateaux de fortune.

Or, en plaidant pour que l’Union réduise les « facteurs d’attraction », les signataires demandent clairement que Ylva Johansson se fixe comme objectif la baisse des flux migratoires, et non seulement leur gestion. En réclamant que les frontières extérieures de l’Union soient « protégées avec un niveau de sécurité maximal », ils répondent à l’ancienne élue communiste devenue commissaire qui affirmait, l’an passé encore, que « la migration n’est pas une menace pour l’Europe ».

Quant à la troisième pierre, elle est jetée dans le jardin d’Emmanuel Macron et de la présidence française de l’Union européenne qui débutera le 1er janvier prochain. Les signataires, on l’a dit, réclament des actes et un objectif immédiat de baisse des flux. Mais il y a autre chose : contre « l’instrumentalisation de la migration illégale », ils se félicitent que certains pays aient « adopté des mesures résolues au niveau national ». Autrement dit, ils n’opposent pas action européenne et mesures nationales. Ils n’affirment pas, comme récemment le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes Clément Beaune, que la politique migratoire « ne peut être qu’européenne ».

Face à la question migratoire comme face à la question de l’ordre juridique (donc politique) en Europe telle que l’a posée la Cour constitutionnelle polonaise, il y a de plus en plus nettement deux Europe. La liste des pays signataires de la lettre est éloquente : pas seulement la Pologne ni la Hongrie, si suspectes à Bruxelles et Paris, mais les pays d’Europe centrale et orientale, en plus du Danemark et de la Grèce : la Grèce avec laquelle France a signé plusieurs contrats de défense ambitieux, le Danemark dirigé par un gouvernement de gauche. Précisons en outre que l’Estonie est dirigée par un parti de centre droit qui siège dans le même groupe politique que LREM au Parlement européen, et que la Lituanie est dirigée par une coalition de centre gauche.

S’il serait prématuré de prétendre que la géographie de ces deux Europe est complètement fixée, ses contours s’affirment de plus en plus nettement. Le problème migratoire, en ce qu’il est une question existentielle qui touche à l’identité et à l’avenir des peuples et des cultures, contribue puissamment à en appuyer le tracé. Les douze pays signataires de la lettre du 7 octobre font preuve d’une lucidité salutaire devant les menaces de déstabilisation et, à terme, de dislocation qu’il recèle. Ils portent un regard éminemment politique sur ces réalités.

(*) Jean-Thomas Lesieur est le délégué général de l’Institut Thomas More, think tank libéral-conservateur

11:53 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 16 octobre 2021

17 octobre 1961 : un « massacre » imaginaire

manif.jpeg

Emmanuel Macron sera le premier Président de la République à commémorer un soi-disant « massacre » d’Algériens qui ont manifesté le 17 octobre 1961 à Paris à l’appel du FLN, mouvement terroriste algérien, que l’armée française combattait en Algérie. Cette légende du « massacre » a été monté de toute pièce par la gauche et notamment les comunistes. Bernard Lugan, grand spécialiste de l’Afrique et auteur de l’ouvrage Algérie, l’histoire à l’endroit, démonte cette supercherie.

Lire la suite Ici

Le texte de Bernard Lugan 

Le 17 octobre prochain, comme chaque année, les autorités françaises, les islamo-gauchistes et le « Système » algérien vont commémorer un massacre qui n’a pas eu lieu…

Sur son blog, ayant périodiquement à la même date déconstruit l’histoire officielle de ce prétendu « massacre », Bernard Lugan renvoie au chapitre IX intitulé « 17 octobre 1961, un massacre imaginaire » de mon livre « Algérie l’Histoire à l’endroit » en ajoutant ici quelques éléments essentiels à la compréhension du montage culpabilisateur qui nous est imposé :

1) La guerre d’indépendance algérienne se déroula également en métropole. Pour la période du 1er janvier 1956 au 23 janvier 1962, 10 223 attentats y furent ainsi commis par le FLN. Pour le seul département de la Seine, entre le 1er janvier 1956 et le 31 décembre 1962, 1433 Algériens opposés au FLN furent tués et 1726 autres blessés. Au total, de janvier 1955 au 1er juillet 1962, en Métropole, le FLN assassina 6000 Algériens et en blessa 9000 autres.

2) Face à ces actes de terrorisme visant à prendre le contrôle de la population algérienne vivant en France, le 5 octobre 1961, un couvre-feu fut imposé à cette dernière afin de gêner les communications des réseaux du FLN et l’acheminement des armes vers les dépôts clandestins.

3) En réaction, le 17 octobre 1961, le FLN décida de manifester afin de montrer sa force, et pour tenter d’achever sa prise de contrôle des Algériens vivant en métropole.

4) Assaillis de toutes parts, les 1658 hommes des forces de l’ordre rassemblés en urgence, et non les 7000 comme cela est trop souvent écrit, sont, sous la plume de militants auto-baptisés « historiens », accusés d’avoir massacré des centaines de manifestants, d’en avoir jeté des dizaines à la Seine et d’en avoir blessé 2300.

Or, cette version des évènements du 17 octobre 1961 à Paris relève de la légende et de la propagande. Tout repose en effet sur des chiffres inventés ou manipulés à l’époque par le FLN algérien et par ses alliés communistes. Jouant sur les dates, additionnant les morts antérieurs et postérieurs au 17 octobre, pour eux, tout Nord-Africain mort de mort violente durant le mois d’octobre 1961, est une victime de la « répression policière »… Même les morts par accident de la circulation comme nous le verrons plus loin !!!

Cette manipulation fut réduite à néant en 1998, quand le Premier ministre de l’époque, le socialiste Lionel Jospin, constitua une commission d’enquête. Présidée par le conseiller d’Etat Dieudonné Mandelkern, elle fut chargée de faire la lumière sur ce qui s’était réellement passé le 17 octobre 1961 à Paris. Fondé sur l’ouverture d’archives jusque-là fermées, le rapport remis par cette commission fit litière de la légende du prétendu « massacre » du 17 octobre 1961[1].

Le paragraphe 2.3.5 du Rapport intitulé Les victimes des manifestations est particulièrement éloquent car il parle de sept morts, tout en précisant qu’il n’y eut qu’un mort dans le périmètre de la manifestation, les six autres victimes n’ayant aucun lien avec cet évènement, ou ayant perdu la vie postérieurement à la dite manifestation dans des circonstances parfaitement détaillées dans le rapport.

Quel est donc l’état des connaissances aujourd’hui ?

– Le 17 octobre 1961 à Paris, il n’y eut qu’une seule victime dans le périmètre de la manifestation… et ce ne fut pas un Algérien, mais un Français nommé Guy Chevallier, tué vers 21h devant le cinéma REX, crâne fracassé. Par qui ? L’enquête semble attribuer cette mort à des coups de crosse de mousqueton.

– Le 17 octobre 1961, alors que se déroulait dans Paris un soi-disant « massacre » faisant des dizaines, voire des centaines de morts algériens, ni les hôpitaux parisiens, ni l’Institut Médico-Légal (la Morgue), n’enregistrèrent l’entrée de corps de « NA » (Nord-Africain dans la terminologie de l’époque). Ce qui ne veut naturellement pas dire qu’il n’y eut pas de blessés, mais mon analyse ne porte que sur les morts.

– A Puteaux, donc loin du périmètre de la manifestation, deux morts furent néanmoins relevés, or ils étaient étrangers à la manifestation. L’un d’entre eux deux, Abdelkader Déroues avait été tué par balle, quand le second, Lamara Achenoune, avait quant à lui été achevé par balle après avoir été étranglé.

– Le 18 octobre, à 04 heures du matin, le bilan qui parvint à Maurice Legay le directeur général de la police parisienne était donc de 3 morts, pour rappel, Guy Chevallier, Abdelkader Déroues et Lamara Achenoune. Nous sommes donc loin des dizaines ou des centaines de morts et de « noyés » auxquels la bien-pensance française rend annuellement hommage !!!

Conclusion : le seul mort algérien de la manifestation est donc un Français métropolitain…

Certes, postulent les accusateurs de la France, mais les cadavres des Algériens « massacrés » par la police furent reçus à l’IML, l’Institut Médico-Légal de Paris (la Morgue), les jours suivants.

Cette affirmation est également fausse. En effet, l’Annexe III du « Rapport Mandelkern » donne un décompte détaillé des 41 cadavres de Nord-Africains entrés à l’IML de Paris du 19 octobre au 4 novembre. Pour mémoire, le 17 octobre il n’y eut aucune entrée, et 2 le 18 octobre.
Sur ce nombre de 41 morts, 25, soit 13 corps identifiés et 12 corps non identifiés sont mentionnés sous la rubrique « Dossiers pour lesquels les informations disponibles sur la date de la mort ou ses circonstances ne permettent pas d’exclure tout rapport avec les manifestations des 17-20 octobre ». Ceci fait que les 16 autres morts n’ont rien à voir avec la manifestation du 17 octobre.

En ce qui concerne les 25 morts restants, notons immédiatement que le sous-titre de l’Annexe III est singulier car la manifestation dont il est question eut lieu le 17 octobre et non les 19 et 20 octobre. De plus, ce titre est trompeur car il laisse sous-entendre que ces 25 décès auraient donc pu être causés par la police française, chiffre d’ailleurs régulièrement et péremptoirement transformé en morts avérés par certains auteurs ou journalistes. Or :

1) Si ces derniers avaient pris la peine de lire le document en question dans son originalité et son intégralité, et non à travers ses recensions, ils auraient vu qu’en face de chaque corps est porté un numéro de dossier de la police judiciaire suivi de la précision suivante : « Indications relevées dans le dossier d’enquête de la police judiciaire ».

2) Or, grâce à ces « Indications relevées dans le dossier d’enquête de la police judiciaire », il apparait clairement que 17 de ces 25 défunts ont été tués par le FLN, la strangulation-égorgement, l’emploi d’armes blanches etc., n’étant pas d’usage dans la police française… D’autant plus que parmi ces 17 morts, quatre furent assassinés le 19 octobre, soit deux jours après le 17 octobre, à savoir un commerçant qui avait refusé de suivre la grève du 19 octobre décrétée par le FLN et deux autres ligotés et noyés par ce même FLN…

3) Cela interroge donc sur le placement de ces morts dans la rubrique « Dossiers pour lesquels les informations disponibles sur la date de la mort ou ses circonstances ne permettent pas d’exclure tout rapport avec les manifestations des 17-20 octobre ».

Voyons le détail de cette liste :

Corps Identifiés :

– 6 furent tués par le FLN (strangulation, arme blanche, arme à feu)
– 2 décès sur la voie publique (troubles mentaux et alcoolisme)
– 1 décès par crise cardiaque le 21 octobre
– 1 décès par accident de la circulation
– 1 mort à l’hôpital Boucicaut des blessures reçues le 17 octobre.
– 2 morts dont les causes ne sont pas élucidées.

Corps non identifiés

– 7 tués par le FLN (1 arme blanche, 2 noyades, 1 noyade nu, 2 armes à feu, 1 strangulation)
– 1 mort de blessures à la tête. Blessures reçues le 17 octobre ? Nous l’ignorons.
– 1 mort des suites de blessures reçues Place Saint-Michel
– 3 morts dont les causes ne sont pas élucidées.

Conclusion, sur 25 morts « pour lesquels les informations disponibles sur la date de la mort ou ses circonstances ne permettent pas d’exclure tout rapport avec les manifestations des 17-20 octobre », la Morgue n’en a reçu que deux décédés très probablement des suites de blessures reçues le 17 octobre. Une interrogation demeure pour l’un d’entre eux, mais sans aucune certitude.
Soit 2 ou 3 morts des suites de leurs blessures, aucun n’ayant perdu la vie durant la manifestation[2] laquelle n’a donc comme il a été dit plus haut, connu qu’un seul mort, le Français Guy Chevallier.

Nous voilà donc très loin des 50, 100, 200 ou même 300 morts « victimes de la répression » avancés par certains, et pour lesquels François Hollande a reconnu la responsabilité de la France !!!

Mais, plus encore :

1) Le « Graphique des entrées de corps « N.A » (Nord-africains) par jour. Octobre 1961 », nous apprend que du 1er au 30 octobre 1961, 90 cadavres de « NA », furent reçus à l’Institut Médico-Légal. Or, selon les enquêtes judiciaires, chaque décès étant suivi d’une enquête, la plupart de ces morts étaient des musulmans pro-Français assassinés par le FLN !!!

2) Pour toute l’année 1961, 308 cadavres de « N.A » entrèrent à l’IML, dont plusieurs dizaines de noyés. Or, toujours après enquête, il fut établi que la quasi-totalité de ces morts étaient des victimes du FLN (Harkis, partisans de la France, individus ayant refusé d’acquitter « l’impôt de guerre », membres du MNA etc.). Or, une des méthodes d’assassinat du FLN était l’étranglement ou l’égorgement suivi de la noyade…

Pour les historiens de métier, les prétendus « massacres » du 17 octobre 1961 constituent donc un exemple extrême de manipulation de l’histoire.
Quand la liberté de penser sera rétablie dans cette Corée du Nord mentale qu’est devenue la pauvre université française, ils feront l’objet de thèses car ils seront alors étudiés comme un cas d’école de fabrication d’un mythe. Comme Katyn, comme les « charniers » de Timosoara en Roumanie, comme les « couveuses » au Koweit ou encore comme les « armes de destruction massive » en Irak.

Mais, dans l’immédiat, sourds, aveugles ou simples agents d’influence, les butors continueront à ânonner la légende culpabilisatrice du « 17 octobre 1961 ». D’autant plus que, dans l’actuel contexte de tension franco-algérienne, Alger va faire donner ses affidés qui seront complaisamment relayés par ses habituels supplétifs de presse.

Bernard Lugan

[1] « Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961 ». Rapport établi à la demande du Premier ministre, M. Lionel Jospin et remis au mois de janvier 1998 par M. Dieudonné Mandelkern président de section au Conseil d’Etat, président ; M. André Wiehn, Inspecteur général de l’administration ; Mme Mireille Jean, Conservateur aux Archives nationales ; M. Werner Gagneron, Inspecteur de l’administration. En ligne.

[2] Dans une note infrapaginale, Brunet (2011) parle de 13 morts « certains » dont plusieurs blessés décédés ultérieurement. Or, ces morts ne sont pas documentés dans les archives de l’IML. Brunet, J-P., (2011) « Combien y a-t-il eu de morts lors du drame du 17 octobre 1961 ? ». Atlantico, 17 octobre 2011.

 

12:13 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

SORTIE PROCHAINE DU NOUVEAU LIVRE : "POURQUOI ÉRIC ZEMMOUR, LA DROITE NATIONALE À L'HEURE DU CHOIX"

Z couv 1.jpg

CHN 12 A Arcand copie 4.jpg

En avril 2022, à l’occasion de l’élection présidentielle, nous allons faire un choix crucial pour l’avenir de notre nation et celui de notre civilisation. Soit nous continuons dans la voie du mondialisme à outrance, avec toutes ses conséquences funestes, soit nous revenons à une politique véritablement nationale et identitaire.

En dix ans, la droite nationale, aveuglée par une chimérique quête de respectabilité, a perdu toute sa crédibilité. Le temps est sans doute venu d’envisager les choses autrement. Un sursaut s’impose…

AVEC DES CONTRIBUTIONS DE :

Cécile Antoine, ancienne collaboratrice au Parlement européen

Jacques Bompard, maire d'Orange

Franck Buleux, enseignant, écrivain

Catherine Dahmane, militante identitaire alsacienne

Alain Favaletto, ancien responsable du FN en Alsace

Nicolas Égon, militant Génération Z en Normandie

François Floc'h, militant en Bretagne

Thomas G., ancien cadre de Debout la France

Romain Guérin, auteur, compositeur

Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale

Bruno Hirout, secrétaire général du Parti de la France

Valérie Laupies, conseillère municipale de Tarascon

Iannis Morleau, responsable nationaliste en Bourgogne

Patrick Parment, directeur du Journal du Chaos

Lliorenç Perrié-Albanel, écrivain, militant identitaire catalan

Philippe Gérard, conseiller municipal de Cambrai

André Posokhow, contributeur à Polémia et à Riposte laïque

Alaric Py, militant de Génération Z en Normandie

Philippe Randa, écrivain, éditeur, directeur du site EuroLibertés

Jean-Paul Tisserand, cadre du Centre national des Indépendants

Victor, militant de Génération Z en Normandie

194 pages, 20,00 €

Commandez-le dès maintenant !

(sortie le 28 octobre)

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

11:37 Publié dans Livres, Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

09:57 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La Lituanie, sentinelle de l’Europe ou larbin de l’Occident ?

Pays-Baltes.jpg

La chronique flibustier de Georges Feltin-Tracol

Dans un silence médiatique assourdissant qui contraste fortement avec l’avalanche de condamnations de la Hongrie en 2015, la Lituanie érige le long de sa frontière avec le Bélarus des barrières métalliques barbelées supposées infranchissables. Sa voisine lettonne fait de même tandis que le gouvernement polonais vient de proclamer l’état d’urgence dans les régions frontalières du Bélarus.


Depuis cet été, des centaines de migrants venus d’Afrique et du Moyen- Orient traversent la nuit la frontière et demandent ensuite l’asile en Lituanie, terre de l’Union dite européenne. Bien connu pour sa servilité à l’égard des États-Unis et de l’OTAN, le gouvernement lituanien hurle à une « guerre hybride » orchestrée par Minsk. Cette accusation excessive et malintentionnée témoigne d’un réel dépit devant l’hypothétique riposte des autorités bélarussiennes. La Lituanie n’a-t-elle pas commencé cette nébuleuse « guerre hybride » en soutenant les manifestations contre le président Loukachenko et en recevant la dénommée Svetlana Tikhanovskaïa présentée à l’instar du Vénézuélien Juan Guaidó comme la présidente intérimaire du Bélarus en exil ?

On attend avec impatience que Minsk, Damas et Caracas reconnaissent la légitimité de Monsieur Michu au lendemain du second tour de la présidentielle française de l’année prochaine. Au début des années 2010, la Libye du Guide Kadhafi arrêtait aux portes du Vieux Monde les immigrés clandestins. Kadhafi prévenait les Occidentaux que sa chute conduirait à la submersion partielle du Sud de l’Europe. Il ne mentait pas ! Attaqué par des roquets étatiques de l’occidentalisme tels que la Suède, la Lettonie, la Pologne et la Lituanie, le Bélarus subit des sanctions scandaleuses. Victime d’un quasi-embargo qui profite surtout à une Russie prête à « intégrer » le Bélarus selon un processus d’« union » encore indéfinissable, le gouvernement bélarussien aurait décidé d’après les affabulateurs lituaniens et otanesques de lâcher aux marges orientales de l’Occident américanomorphe des migrants venus à Minsk à bord d’avions spécialement affrétés. Le Bélarus répondrait ainsi avec une rare audace aux manœuvres de déstabilisation de la Lituanie et de sa complice polonaise.

Non contente de persécuter les mouvements païens renaissants, la majorité conservatrice cléricale lituanienne rêve de satelliser le Bélarus comme la Pologne lorgne avec grand intérêt sur l’Ukraine. Aux XVIe et XVIIe siècles, la Lithuanie (avec un h !) et la Pologne formaient à partir de l’union de Lublin en 1569 la « République des Deux-Nations (ou des Deux-Couronnes) » dont la superficie couvrît à peu près les actuels Lituanie, Pologne, Bélarus et Ukraine.

Sous prétexte de propager les « droits humains » et une démocratie occidentale intimement viciée, la Lituanie comme d’ailleurs les oligarques russes cherche en réalité à s’emparer des ressources agricoles, industrielles et technologiques du Bélarus.

Afin d’empêcher l’entrée massive des migrants, la Lituanie a pris très tôt des mesures exceptionnelles qui restreignent leurs droits : interdiction de les libérer six mois après leur arrestation, limitation du droit d’appel des demandeurs d’asile déboutés, expulsion possible des demandeurs même si une procédure d’appel est en cours, refus légal de leur fournir un traducteur et de les informer sur les modalités de la procédure d’accueil. La Hongrie de l’« horrible » Viktor Orban n’est jamais allée aussi loin. Pourquoi les ONG droits-de-l’hommiste si promptes d’habitude à hurler à l’hydre néo-nazie toujours renaissante se taisent-elles pour la circonstance ? Les instances pseudo-européennes justifient ces procédés au motif que l’Union dite européenne autorise ses États membres à déroger du cadre commun. Belle hypocrisie ! On s’en souviendra !

Les ONG et le gouvernement lituanien poursuivent l’objectif commun d’un Occident-monde en déclin. Pilier indéfectible de l’atlantisme en Europe, la Lituanie conteste toute idée d’armée européenne et refuse la moindre coopération aux projets industriels européens de défense. Elle lie son avenir à celui des États-Unis d’Amérique. Ce fidèle laquais de l’américanisme se doit donc de connaître les joies multiculturalistes de la « société ouverte ».

L’arrivée d’Afghans, d’Irakiens, de Somaliens à Vilnius, à Kaunas et à Klaipéda risque de bouleverser la société lituanienne. Tant mieux d’autant que maints Lituaniens disposent déjà de la citoyenneté étatsunienne, eux qui sont finalement dans leurs têtes malades et dans leurs mœurs des « Américains de la Baltique ». Grand admirateur des « Frères de la Forêt » (la résistance balte anti- soviétique dans la décennie 1940), l’auteur de la présente chronique saluait la chaîne humaine de 690 km du Nord au Sud constituée ce 23 août 1989 par la population des trois nations baltes encore républiques soviétiques en souvenir des cinquante ans du Pacte Ribbentrop – Molotov scellant leur destin tragique pour quatre décennies. Trente ans plus tard, il constate que les Pays baltes contribuent à la diffusion du mondialisme occidental contraire aux intérêts fondamentaux de la civilisation albo-européenne.

Par-delà les sempiternelles jérémiades d’un pays qui veut, comme dans la fable de La Fontaine, se faire plus gros que le bœuf, la Lituanie mise sur le mauvais cheval. À la tête du tout premier État non-libéral d’Europe, le président Alexandre Loukachenko n’acceptera jamais de se soumettre aux mafias occidentales. Il serait temps que les Lituaniens prennent leur avenir en main et cessent d’être des marionnettes de Washington, de Londres et de Bruxelles. Gageons qu’ils préféreront toutefois se fourvoyer dans un nouveau guêpier !

Salutations flibustières !

• « Vigie d’un monde en ébullition », n°5, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 12 octobre 2021.

09:16 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 15 octobre 2021

Entretien Natacha Polony-Marcel Gauchet

gauchet.jpg

Natacha Polony, directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne, s’entretient avec le philosophe Marcel Gauchet sur le thème : Emmanuel Macron a-t-il renouvelé la lecture du malheur français ? Pour Mrcel Gauchet, Macron est l’héritier direct de la synthèse mitterrando-chiraquienne. C'est peu dire qu'on est mal parti !

Lire la suite ICI

07:37 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 14 octobre 2021

SUR TV LIBERTÉS : LE RETOUR DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" ET L'AFFAIRE INVRAISEMBLABLE DE CHÂTEAUROUX

Synthese-Francis-Bergeron-1140x600.jpeg

RL 2021 10 13 F BERGERON .jpg

De 2001 à 2021, une affaire invraisemblable secoua la ville de Châteauroux. Suite à un banal collage d'affiches nationalistes sur les lycées, un juge d'instruction local à l'imagination débordante, appuyé par quelques journalistes locaux en mal de frissons, inventa un rocambolesque complot armé visant à renverser la République mené par un groupe d'adolescents prétendus néo-nazis qui agissait dans le chef lieu de l'Indre. Inutile de préciser que tout cela relevait plus des boniments de fin de banquet que d'autres choses. Cependant, plusieurs dizaines de militants furent inquiétés, voire emprisonnés... pour rien. Vingt ans après le début de cette affaire (qui entre temps fut reprise par un autre juge), le verdict est tombé en avril dernier : non-lieu !
 
Francis Bergeron, directeur du quotidien Présent, a suivi cette affaire  depuis le début. Il vient de publier aux Editions Dualpha un livre sur ce scandale politico-judiciaire. Il nous dévoile aujourd'hui les dessous de ce drame qui a sali la réputation de nombreux Castelroussins. 

Au cours de cette émission, Roland Hélie revient sur une affaire du même type. Il s'agit de "l'affaire de Troyes" qui, lors de l'été 1983, défraya la chronique et au cours de laquelle des militants nationalistes furent perquisitionnés et, pour l'un d'entre eux, longuement emprisonné en raison de fausses accusations et des délires d'une juge d'instruction aveuglée par ses phantasmes idéologiques qui se prenait alors pour la championne de l'anti-fascisme champenois.

Regarder TV Libertés cliquez ici

Les précédentes émissions cliquez ici

La contre-enquête de Francis Bergeron cliquez là

18:56 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

PREMIEREMENT NE FAITES PAS DE MAL

PRIMUM NON NOCERE - Le Film #Trailer

Capture d’écran 2021-10-14 à 17.56.12.png

La Corse avec Eric Zemmour

16:40 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

SIPA_00939860_000009-2.jpg

12:54 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La France au pillage par le haut et par le bas

pillage.jpg

Olivier Pichon

Il est des périodes dans l’histoire où un pays croit en lui et affiche une rigueur en gestion publique, ajoutée à un sens de la souveraineté économique ; ce fut le cas, toutes choses égales par ailleurs, de la France des Trente Glorieuses. Tout se passe aujourd’hui comme si le renoncement était la seule loi qui prévale. Alors, comme en biologie, les organismes affaiblis sont la proie de toutes sortes de prédations et de parasitismes.

Le coût de l’immigration longtemps nié, les Français découvrent, un peu tard, que la prédation est partout, pillage de la Sécurité sociale, des millions de cartes Vitale en surnombre, ce qu’a démontré Charles Prats. Ce que l’on sait moins, c’est que les transferts unilatéraux (appellation pudique de la comptabilité nationale pour désigner les virements à l’étranger), en direction du Maghreb par exemple, constituent des montants non négligeables. Quand les immigrés espagnols ou portugais, dans les années 1960, pratiquaient ces transferts, ceux-ci provenaient de leur travail : aujourd’hui ils viennent des innombrables allocations sociales. Il faut aussi prendre en compte l’AME (1,5 milliard) et les coûts induits : délinquance, insécurité, justice, police, écoles, santé, toutes né- cessitant des dispositions particulières liées à l’immigration, qui augmentent la dépense. Globalement, un faible pourcentage (14 %) d’immigrés entrants travaille et participe au PIB dans un système, comme en France, où les transferts sociaux sont importants : 470 milliards de budget social contre 350 milliards pour le budget de l’Etat. Dans les années de croissance, le budget de l’Etat était supérieur au social. On voit bien aujourd’hui le déséquilibre entre le social et le régalien. Par exemple, plus l’insécurité augmente, plus elle induit des coûts sociaux publics, mais au détriment des mesures de sécurité qui relèvent du budget général. Un cercle vicieux est ainsi amorcé depuis trois décennies.

Pillage par le haut

L’affaire Alstom est emblématique ; nos amis américains ont obligé la firme à payer une énorme amende et l’ont contrainte à se vendre à General Electric en détournant le droit et la morale, pour les utiliser comme des armes économiques sous couvert de lutte contre la corruption (FCPA, Foreign Corrupt Practices Act). Mais dans la collection de nos amis, l’Allemagne joue aussi sa partition : d’ores et déjà la production du moteur Vinci est transférée de la France à l’Allemagne ; les moteurs d’Ariane 6, construits à Vernon (Eure), seront assemblés à Ottobrunn (Bavière). Coût du transfert : 40 millions payés par la France ! Grâce à l’euro, l’avantage compétitif est en faveur de l’Allemagne, et consacre l’hégémonie de l’industrie allemande sur sa rivale, ce qui lui permet d’accumuler les excédents commerciaux, tandis que la France accumule les déficits extérieurs (70 milliards). L’excédent allemand est de 215,6 milliards. Sans compter que le jour (proche) où les taux d’intérêt remonteront, c’est encore l’Allemagne qui sera maîtresse de ces taux, comme le laisse entendre le président de la Bundesbank Jens Weidmann. Dans ces conditions, que fera la France de son énorme dette (2 762 milliards) ? Moralité : la reconquête de la souveraineté est un gage de prospérité.

Source : Présent 13/10/2021

12:04 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 13 octobre 2021

Eric Zemmour en Languedoc

llmkk.jpg

12:19 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |