Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 juin 2015

Versailles humilié, Versailles souillé...

url.jpg

Claude Bourrinet

Le château de Versailles aura subi toutes les avanies. Je ne parle pas uniquement du sort tragique du pauvre Louis XVI, de Marie-Antoinette, de leurs enfants, ni des hordes de touristes qui ont au moins le mérite, par leur présence, de rendre hommage à la beauté, mais de ce que lui fait subir la bande de parvenus qui s'est emparée des commandes de la Nation.

En effet, depuis 2008, des artistes dits bêtement « contemporains » ont occupé les lieux, comme des parasites tentant de tirer pathétiquement de ce cadre prestigieux une légitimité artistique qu'ils sont en peine d'avoir, au contraire de l'argent qu'ils amassent . Se sont ainsi succédé, avec plus ou moins de bon goût, et, somme toute, une prédilection pour le clinquant et le pétant, histoire d'épater le bobo, Jeff Koon, Xavier Velhan, Takashl Marakani, Bernar Venet, Joana Vasconcelos, Penone, Lee Ufan, et, le dernier, Anish Kapoor, qui veut « bousculer » Le Nôtre (on le croit sans peine), qui mettra le « souk » dans les jardins en installant une sorte de sculpture ressemblant furieusement à un vagin, «le vagin de la reine qui prend le pouvoir », sans doute pour faire écho au Plug anal monumental que Paul MacCarthy avait érigé Place Vendôme, avant qu'il ne connût la piteuse débandaison qu'on sait. Notre « artiste » n'est pas en reste, car il veut, dans la salle du Jeu de Paume, présenter une « œuvre » dont le titre romantique est « Shooting into corner », et qui serait un canon tirant de la cire rouge vif. « Nous sommes là dans une espèce d’éjaculation qui se produit », commente finement notre génie, un symbole phallique dirigé vers un tableau censé transmettre les idées de liberté, d'égalité, de fraternité : on ne pouvait mieux trouver comme emblème du libéralisme triomphant.

Et, pour couronner le tout (comme il se doit dans la demeure du grand Roi), on apprend qu'une « fête galante » est donnée, une sorte de sauterie pour bobos parisiens, à cent-vingt euros le billet d'entrée, et costumes d'époque obligatoires, histoire de dissuader le vilain, le manant (qui pouvait pénétrer dans Versailles, du temps de Louis XIV). L'oligarchie vulgaire, qui a remplacé la bourgeoisie d'antan autrement plus cultivée, ces nouveaux riches dont l'occupation favorite est de cracher sur l'Histoire de France, d'en effacer toutes les traces, s'est mise dans son petit crâne d'épicier une folie bovaresque, histoire de s'enivrer dans les ors de la monarchie, en oubliant, à travers ces froufrous, que le chômage a battu son record historique, et que les Français souffrent d'avoir perdu leurs racines.

Mais à vouloir trop singer, on risque de terminer dans un affreux laboratoire d'expérimentations plus ou moins cruelles de l'Histoire telle qu'elle est. Il n'y a guère de kilomètres entre le Palais des Glaces et la Place de la Concorde, où les ancêtres fanatiques de ces minables pataugeaient dans le fleuve du sang innocent.

13:52 Publié dans Claude Bourrinet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.