Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 juillet 2016

Finis les discours et les crises émotionnelles. Place aux actes.

le-ministre-de-l-interieur-bernard-cazeneuve-le-28-septembre-2014-a-paris_5114768.jpg

Bernard Plouvier

Depuis 2013, on dénombre plus de deux cents églises et cimetières de France où les symboles chrétiens ont été profanés, en sus de rares synagogues et de quelques temples huguenots (mais certains semblent ne remarquer que ceux-là, à la manière de l’arbre qui cache la forêt).

Il aura fallu l’égorgement d’un prêtre quasi-nonagénaire par deux racailles musulmanes pour que notre distingué Premier ministre semble entrapercevoir – de très loin – l’ombre d’une possibilité de guerre de religions. Le slogan : « Valls démission » n’est, hélas, d’aucune utilité, puisque personne à la direction de l’État n’est capable de faire quoi que ce soit pour protéger la Nation française.

Ce n’est en effet pas de Cazeneuve, le si efficace ministre de l’Intérieur qu’il faut attendre quoi que ce soit, en dehors d’un rictus haineux et de discours… dirigés contre une « extrême-droite » aux intentions fantasmées. Pour l’heure, il se dit nauséeux, après avoir été attaqué, en raison de l’incompétence flagrante de ses nombreuses polices depuis la fin de l’An 2014 (car les attentats n’ont pas débuté en 2015).

Quant à gras Président, il se contente de balader sa suffisante insuffisante un peu partout… et continuera de le faire tant que l’État aura les moyens de subventionner ses voyages intercontinentaux. Il promène sa silhouette bedonnante et son masque de (très mauvais) tragédien) sur les lieux de France que l’immigration-invasion musulmane a transformés en sites de carnage et où officient les pleureuses et autres hystériques, qui n’ont même plus besoin des caméras de la TV puisqu’un simple téléphone portable suffit à immortaliser leur sensiblerie.

Ce n’est pas sur ces pantins de la globalo-mondialisation que la Nation doit compter. Il ne faudrait pas oublier que le 31 mai 1968, alors que de Gaulle était en fuite à Baden-Baden, c’est la Nation – et elle seule – qui a rétabli l’ordre en sortant massivement dans les rues, organisant d’énormes cortèges pour signifier aux canailles gauchistes la fin de la chienlit qui ridiculisait notre pays.

D’énormes manifestations populaires n’auraient qu’un faible intérêt de nos jours, puisque nous en sommes arrivés à un état de guérilla permanente, par l’effet d’une guerre des races et des religions.

Puisque l’État a démontré sa totale inefficacité dans la prévention des nouveaux attentats et sa nullité dans l’encadrement policier de la Fête Nationale, les citoyens doivent s’organiser en milices populaires d’autoprotection. On se moque des ukases des pantins ministériels : ils sont incapables de protéger la Nation. De ce fait, la Nation doit se protéger elle-même.

Divers musulmans - le calife autoproclamé de Mossoul ; les nombreux imams et ulémas gueulant leur haine de l’infidèle dans des dizaines de mosquées de France tous les vendredis soirs - ont montré aux hyènes de banlieues qui était l’ennemi : le Français de souche européenne. Tous les déchets intellectuels et sociaux d’une immigration mal éduquée, sous-douée, refusant l’effort scolaire et professionnel, ont parfaitement compris le message.

Daech peut à bon droit revendiquer les attentats commis en France (ou en Allemagne), alors même que les nervis de l’État Islamique n’ont rien organisé, étant eux-mêmes totalement dépassés par les événements : ils ont montré le chemin de la haine meurtrière. Et partout, dans le Dâr al-Harb (soit, tout pays non dirigé par la loi coranique : c’est la définition du Domaine de la guerre sainte), les psychopathes et sociopathes tuent au nom d’allah, avec la bénédiction du calife.

Même quand ils ont à peine lu quelques sourates du coran, les dingos de banlieue peuvent légitimement se recommander de l’enseignement des imams et du calife de haine, quand ils tuent à l’aveugle. La récupération des électrons libres du djihadisme par Daech est de ce fait logique et légitime.

Le corollaire est simple. Puisqu’il n’existe aucun moyen de prévoir qui, parmi la foule des musulmans présents sur le sol européen, va « se radicaliser » (c’est-à-dire obéir aux neuf sourates qui ordonnent la pratique du Djihâd à tout musulman en bonne santé), c’est l’expulsion intégrale des musulmans d’Europe qu’il faut envisager.

Aux USA, juste après la Civil War (la guerre de sécession), l’on a employé l’Armée pour protéger les colons de la furie d’Indiens qui ne voulaient pas d’agriculteurs sur leurs terres de chasse. Ces résidus d’un paléolithique anachronique furent exterminés en grande partie, et les survivants parqués dans des réserves. Lors de cette ultime période des guerres indiennes, le général Philipp Sheridan avait lancé un slogan : « Un bon Indien est un Indien mort ».

Nous autres Français, héritiers de deux millénaires et demi d’une illustre civilisation, ne voulons pas en arriver à cette extrémité barbare, même si nos merveilleux islamistes-envahisseurs semblent vouloir appliquer un slogan identique : « L’infidèle ne mérite que la mort ».

Pour éviter que l’actuelle boucherie islamique qui ravage la France ne dégénère en guerre civile, rappelant, par son côté sordide, les tueries des années 1792-1794, puis les horreurs de la Libération-Épuration de 1944-47, il est indispensable de débuter au plus tôt le Grand Retour. Et pour l’heure, il importe de protéger les Français de souche européenne de l’immonde barbarie musulmane. L’autoprotection est un devoir quand l’État est en faillite.    

22:58 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.