Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 novembre 2017

Bruxelles : complète réussite de la conférence-débat de NATION !

23434841_1170656609734486_3477191183655800239_n.jpg

Source Nation cliquez ici

La conférence-débat organisée ce samedi 11 novembre à Bruxelles fut un TRES GRAND succès !

Au point que le local ou il se déroulait était bien trop petit pour accueillir les dizaines de personnes venues écouter les orateurs qui, pour rappel, étaient Alain Escada, Roland Hélie, Thomas Joly, Frédéric Renson et Hervé Van Laethem.

Outre l’affluence, on se souviendra aussi du déplacement des participants de la gare vers le local aux cris de « On est chez nous » ou encore « Nous voulons, nous sommes la résistance nationale ». Déplacement sous lourde surveillance policière mais qui s’est déroulé sans incident. Il s’agissait en effet ici de militants identitaires et solidaristes et pas de « racailles » du type de celles qui ont dévasté le centre de Bruxelles le soir même.

Au niveau de la conférence-débat en elle-même, elle fut aussi une réussite, tant au niveau technique (ainsi un écran permettait de la suivre en direct dans une autre salle) qu’au niveau des orateurs qui ont tous défendus avec brio et talent leur point de vue.

A l’issue de la conférence, l’ensemble du public a d’ailleurs manifesté sa satisfaction… la soirée de camaraderie durant fort tard.

Tous les jours un peu plus, le Mouvement NATION démontre qu’il est la seule force patriotique dynamique et structurée de Belgique francophone ! Un grand merci à tous : ceux qui ont mobilisé, ceux qui ont réalisé le travail audio-visuel, ceux qui ont tenus les stands, ceux qui ont fait le service d’ordre, ceux qui on collé la semaine précédente, ceux qui sont montés de garde, ceux qui ont fait le service… et tous les autres que nous aurions oublié ; cette réussite fut la vôtre !

Photo-1221-e1510502780978-768x1024.jpg

De nombreux jeunes camarades belges sont venus

LOCAL-768x431.jpg

Beaucoup de militants rassemblés devant le local bruxellois de Nation

23376584_1170656529734494_9135521816621816524_n.jpg

Roland Hélie, Alain Escada et Thomas Joly

La revanche de Tante Yvonne

Tante-Yvonne.jpg

La chronique de Philippe Randa

Décidément, la boîte de pandore du harcèlement sexuel, supposé ou avéré, ne se referme toujours pas. Pas encore ! Démarrée avec « l’affaire Weinstein », pas un jour ne passe sans qu’un nouveau « porc » ne soit cloué au pilori de l’Opinion publique : ce week-end, on a appris que le député Peter Pils, un des cofondateurs des Verts en Autriche, aurait tripoté une dame en… 2013, ayant un peu trop bû ce jour-là !

On peut certes interpréter ce déballage peu ragoûtant de différentes façons en attendant, sans doute, que l’on s’en lasse comme de tout : notre époque est grande consommatrice de nouveautés tous azimuts et le citoyen-consommateur zappe désormais les scandales aussi aisément que les chaînes de son poste de télévision…

Constatons que les idoles politiques ou médiatiques d’hier sont les victimes privilégiées de ces dénonciations, illustrant l’adage vieux comme la Rome antique que la Roche Tarpéienne est toujours aussi proche du Capitole, qu’elle que soit l’époque… Tout change pour que rien ne change, toujours et encore !

Autre constat, celui de notre époque où la procédure est reine : à chaque nouvelle accusation, une plainte pour fausse accusation est bien évidemment annoncée et comme on peut aisément l’imaginer, les avocats spécialisés s’en frottent les mains…

Quoiqu’il en soit, la « libération sexuelle » tant vantée, honorée, sinon imposée par les soixante-huitards semble belle et bien terminée. Pour une vanne graveleuse ou une main trop baladeuse, un nouvel ordre supposé moral est désormais vanté, honoré et… imposé !

C’est la revanche d’outre-tombe de Tante Yvonne !

(Pour nos lecteurs de moins de 20 ans) : Yvonne De Gaulle, surnommée « Tante Yvonne », influença son général de mari (Charles De Gaulle) en matière de morale ; elle imposa même que l’on tienne à l’écart des gouvernements les personnes divorcées ou coupables d’adultère.

12:08 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook