Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 décembre 2017

TANDIS QUE MACRON RÊVE, L’INDUSTRIE FRANÇAISE CONTINUE DE « CREVER » !

prog361588.jpg

Marc Rousset

Macron, ce technocrate rêveur de l’ÉNA, nous parle de l’Europe qui protège d’une façon abstraite avec des mots enchanteurs, mais la triste réalité, c’est que l’industrie européenne continue de « crever » sous les coups du libre-échange mondialiste.

ArcelorMittal et les sidérurgistes européens sont montés tout dernièrement au créneau pour lutter contre le dumping chinois et ont obtenu, dans le cadre de l’Union européenne, des protections tarifaires ainsi qu’une réduction des surcapacités chinoises de production. Mais le festival continue dans d’autres secteurs industriels.

Dans l’aluminium, la Chine connaît des surcapacités de production qu’elle subventionne, grâce à son emprise étatique, en vendant l’énergie chinoise à des prix ridicules, ce secteur étant un très gros consommateur d’électricité, ce qui est déterminant pour le prix de revient. Alors que les droits de douane américains sont très élevés et susceptibles encore d’augmenter, les droits de douane européens ne sont que de 7,5 %.

50 % des bobines et profilés en aluminium sont aujourd’hui importés et le nombre de sociétés productrices en Europe est passé de 40, en 1990, à 15, en 2017. Ce secteur industriel va donc avoir à se battre tout comme celui de l’acier européen.

Le secteur européen du silicium, qui sert à fabriquer les batteries de voiture électrique, doit faire face lui aussi à la surcapacité chinoise et au dumping chinois. Alors que la Chine produit 4,6 millions de tonnes par an, la consommation mondiale n’est que de 2,7 millions. Tandis que les États-Unis ont un droit de douane de 139 % et que le Canada l’a même porté à 235 %, les braves Européens en sont toujours à 16,8 % !

Les règles de l’OMC et de Bruxelles pour contrôler et calculer le dumping chinois sont mises à mal en Chine, tant les intérêts de l’État, du parti et des entreprises privées chinoises sont étroits et interpénétrés. Là encore, tout comme pour le droit-de-l’hommisme en matière d’immigration, la naïveté technocratique européenne n’a pas de bornes.
 
Et le bouquet, c’est que l’Union européenne vient de changer ses méthodes d’analyse du dumping, ce qui aura pour effet de diminuer encore davantage la protection douanière de « l’Europe qui protège » de monsieur Macron. Il suffirait donc que les prix baissent encore très légèrement pour que tous les emplois industriels dans le secteur du silicium en Allemagne, France (1.000 emplois) et Espagne soient perdus définitivement, avec en plus la perte définitive de technologie.

Et, en même temps, l’Union européenne, dont c’est la seule raison d’exister semble-t-il, continue à passer des accords libre-échangistes avec le Canada et la Corée du Sud pour achever le patient industriel européen. La seule lueur d’espoir vient, paradoxalement, de Trump qui fait tout pour mettre à mort la machine infernale libre-échangiste de l’OMC à Genève. Trump, par exemple, se refuse à nommer des juges pour les organes d’appel des différends entre pays, afin de paralyser l’OMC.

Pour nous sortir d’affaire avec un taux de chômage minimum réel en France de 20 %, Macron ne pense qu’en termes de jeunes pousses, alors qu’il faut penser bien évidemment aux emplois à venir des jeunes pousses, mais d’abord et aussi à préserver les emplois industriels ainsi que les technologies existantes.

Il est peu probable que les emplois futuristes à venir des sciences de la vie et des technologies nouvelles comblent les trous béants de nos emplois industriels, de la disparition complète d’industries telles que l’industrie du textile. Le marché de dupes de la pensée unique, c’est que pour calmer les craintes des peuples, on nous avait assuré depuis le Kennedy Round en 1967, avec des menteurs bien rémunérés du style Pascal Lamy, que l’Europe aurait les emplois rémunérateurs d’avenir et que les pays émergents auraient seulement les emplois industriels mal payés, polluants du passé.

La vérité, c’est que la Chine va mettre toute l’Europe au chômage en ayant même plus d’emplois d’avenir que l’Amérique des GAFA si les Européens ne réagissent pas avec des murs douaniers – ce qu’a très bien compris Trump -, d’autant plus qu’on ne compte plus la disparition des sièges sociaux et des groupes industriels en France (Alcatel, Pechiney, Lafarge, Sacilor, Alstom, Technip…).

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

16:40 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Patagonie, nouveau Canaan promis par Yavhé à son peuple ?

The_Synagogue,_Plaza_Lavalle,_Buenos_Aires.jpg

Bernard Plouvier

Chacun sait qu’après New York, Buenos Aires était déjà, vers 1930, la 2e ville juive des Trois Amériques. Or un long article signé de Maria Poumier dans la livraison du 9 décembre 2017 d’Entre la plume et l’enclume ne manque pas d’intriguer le lecteur facétieux.

Madame Poumier n’est pas n’importe qui : agrégée d’Espagnol, elle est spécialiste de l’Amérique centrale et très engagée dans l’antisionisme, un mouvement qui compte quelques humanistes juifs excédés par le comportement de leurs congénères en Israël. Elle est une amie du grand Israël-Adam Shamir, c’est assez dire qu’elle annonce la couleur. Aussi n’est-on pas étonné de son article remarquablement documenté, intitulé L’invasion israélienne en Patagonie.

Même si l’on est en droit d’attendre davantage de précisions et d’informations, cet article consacré aux « touristes israéliens » d’un genre un peu particulier qui crapahutent en zones désertiques de Patagonie depuis les années 1980, qui parfois créent des incendies de forêts pour y implanter des habitations, éclaire d’un jour nouveau la vision géopolitique juive, toujours orientée vers le séparatisme absolu du monde des Goyim et le culte de la suprématie juive.

Au fil des ans et grâce à des milliards de $ provenant de Juifs, pas vraiment désargentés, des Trois Amériques et de Grande-Bretagne, ont été installées des colonies juives dans les trois provinces argentines de Patagonie, soit du Nord au Sud : Rio Negro, Chubut et Santa Cruz. En zone montagneuse (sur le versant occidental de la Cordillère andine), est implantée une colonie yiddishophone près de la réserve naturelle de Lago Puelo.

Les particularités des implantations juives sont leur énorme surface, la garde paramilitaire des propriétés, des voies d’accès terrestres et fluviales, ainsi que des réserves d’eau potable et des aéroports privés, à pistes très longues (permettant l’atterrissage de gros porteurs).

Comble de bonheur pour les 800 000 Araucans (ou Indiens Mapuche), l’invasion-implantation est passée de l’autre côté des Andes, au Chili, où dès 2011, l’on a constaté la pratique de déboisement par incendie de vastes zones forestières, qui gênaient manifestement les investisseurs immobiliers. Déjà, l’on commente dans la presse bien orientée les actions de guérilla des vilains Araucans contre les gentils colons juifs.

Après avoir évoqué le grand philanthrope Paul Singer, plutôt influent auprès du gouvernement argentin, comme peut l’être également le milliardaire Eduardo Elztain, un pieux sectaire de la mouvance Loubavitch (où tout mariage mixte est considéré comme de la « bestialité »), qui est le N°2 du World Jewish Congress, madame Poumier conclut son article en évoquant, à propos de la vie politico-sociale argentine, « le montage sioniste, bâti sur la corruption, les manœuvres furtives, les intimidations par les crimes mafieux ».

Il est évident qu’il ne peut s’agir que de pures calomnies, touchant le peuple élu du Tout-Puissant.

Toutefois, l’on est en droit de se demander si quelques penseurs ne sont pas en train d’imaginer une alternative au sionisme, en posant les fondations d’un nouvel État juif sur tout ou partie du million de km² de Patagonie, où l’on trouve à volonté des terres vierges d’habitation… et même des autochtones à combattre, histoire de ne pas oublier tout-à-fait le fiasco palestinien.

Après tout, à la fin du XIXe siècle, faute d’implantation en Palestine, refusée par le calife-sultan Abdülhamid II, Herzl et consorts envisageaient de créer leur État juif au Kenya-Ouganda… mais certains évoquaient déjà le sud du Brésil ou les terres vierges d’Argentine.

16:39 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 14 DÉCEMBRE : JEAN-CLAUDE ROLINAT NOUS PARLE DE "LA HONGRIE SENTINELLE DE L'EUROPE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 50 2017 12 14 JC ROLINAT.jpg

ÉCOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

ACHETER LE LIVRE CLIQUEZ LÀ

01:02 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook