Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 mars 2020

Lorrain de Saint Affrique invité du Bistro Libertés de Martial Bild sur TV Libertés

DTCPigzWAAATX2Z.jpg-large.jpg

17:15 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Face aux crises, l’efficace retour des nations

Par Yvan Rioufol

riou.jpg Où est passé l’Union européenne ? Cofrontée au coronavirus qui a atteint l’Europe début février, Bruxelles en est encore à envisager une coordination des moyens. Face à la menace d’une invasion migratoire massive, encouragée par le Turc Erdogan, elle demeure pareillement empotée. Ses réponses à la crise financière qui se profile ne sont guère plus lisibles. Pourtant, les promoteurs de cette Union, tatillonne pour les petites choses, ne cessent de vanter ses mérites. Ils fusillent de mots blessants ceux qui constatent que ce club de technocrates et de faux curés aggrave la vulnérabilité des peuples, en plus de ne rien comprendre au nouveau monde qui vient.

L’UE a toujours vu les nations comme un obstacle à sa domination, et les frontières comme une contrainte à dépasser. Résultat : le Covid-19, venu de la Chone sans entraves, se balade dans la « Société ouverte » promue par George Soros et ses disciples, tandis que des « réfugiés » prêts à passer en force, rêvent d’en faire autant.et vogue la galère !

N’en déplaise aux hallucinés du mondialisme, l’addition des crises - sanitaire, migratoire, économique - doit beaucoup à la globalisation et à son éloignement des spécificités locales. Lundi, Emmanuel Macron s’est adressé aux dirigeants de l’UE : « Pour faire face au Covid-19, l’union fait la force. J’appelle nos partenaires européens à une action urgente pour coordonner les mesures sanitaires, les efforts de recherche et notre réponse économique ». Pour autant, la France suit sa propre politique. Elle n’a rien de commun avec celle de l’Italie, par exemple. Mardi, ses 60 millions d’habitants ont été sommés par le gouvernement de Giuseppe Conte de rester chez eux jusqu’au 3 avril, dans une mesure unique au monde. Pour sa part, la macronie croyait jusqu’à hier pouvoir gérer « une épidémie la plus courte possible », en misant sur la solidité de ses structures hospitalières. Le président devait en dire plus jeudi soir.

La conjonction des menaces oblige à des protections spécifiques, répondant aux réalités de chaque pays. Il est stupide de soutenir que la mondialisation n’a rien à voir avec la fulgurance de la pandémie, et que les frontières ne sont pas des protections. Après les confinements décidés par la Chine, son président a assuré mardi que le virus était « pratiquement jugulé ». Donald Trump vient de décider de fermer les États-Unis aux Européens, pour un mois. Outre Israël, qui a imposé des quarantaines à ceux venus de pays à risque, de nombreux pays d’Europe rétablissent des contrôles à leurs portes. C’est parce que l’Italie et la France n’ont pas jugé utile de procéder à temps à ces filtrages que ces deux pays ont été les plus rapidement touchés. Se souve ir de ce que soutenait le ministre des la Santé, Olivier Véran : « On ne fermera pas les frontières car ça n’aurait pas de sens ». Position confirmée le 27 février par la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye : «  Les frontières physiques n’ont pas de sens pour un virus».

En fait, le Covid-19 a une vertu : il révèle la contamination des esprits faibles par l’idéologie mondialiste. Cette dernière est plus dangereuse que le virus meurtrier, dont la survie s’annonce limitée selon les experts. Voilà des décennies que les peuples et les nations se laissent empoisonner par les convertis à la religion des droits de l’homme, qui dirigent l’Europe. Leur culte du « mêmisme » les pousse à ne plus différencier les cultures ni les civilisations. L’UE est atteinte de ce mal qui l’aveugle sur les dangers de l’offensive islamiste, qu’elle prend pour la plainte attendrissante des déshérités. Non contente de se faire insulter par Erdogan, cette Europe herbivore est prête aux accommodements avec son voisin carnivore. Angela Merkel et Emmanuel Macron se rendront ensemble à Istanbul le 17 mars afin de noter les exigences du maître chanteur, qui menace toujours de faire envahir le Vieux Continent par des hordes de malheureux. Ces humiliations munichoises sont déjà des défaites.

Sortir de là !

Le vieux monde vacille sous l’accumulation de ses bévues. Le krach boursier de lundi est une autre alerte qui pourrait remettre en cause l’excessive financiarisation de l’économie globalisée et laisser-fairiste. Il aura suffi d’une panique sur le coronavirus, rajoutée à une guerre des prix du pétrole déclenchée par l’Arabie saoudite contre la Russie, pour faire dévisser les places boursières. A rejailli, à cette occasion, le spectre d’une autre bourrasque systémique, comparable à la tempête bancaire et financière de 2008. Les choix mercantiles qui ont poussé naguère des industries françaises, en quête de profits faciles, à délocaliser leurs activités en Chine et dans d’autres pays plus rentables se révèlent désastreux. Ce capitalisme-là, soucieux de faire du fric en oubliant ses responsabilités humaines et sociales, ne peut plus être un modèle. Outre les nations et les frontières, ce sont aussi les souverainetés qui sont invitées à reprendre leur juste place. Les Etats eux-mêmes sont appelés à devenir les ultimes banquiers.

Le grand chambardement reste à mener à son terme. Il a comme précieux renforts les désordres, injustices et violences produits par un système déboussolé. Le progressisme planétaire, dont la macronie est un avatar, a enfanté des sociétés surendettées, fragiles, conflictuelles. Le héros est devenu une vieille chose ringarde, tandis que le statut de victime reste l’unique quête des communautés revanchardes. Constituées sous les vivats de l’idéologie diversitaire, ces minorités ont substitué leur tyrannie à la démocratie du nombre. Sous la pression de féministes radicalisées, Hachette vient de renoncer à publier les mémoires de Woody Allen, accusé sans preuve ni jugement d’avoir sexuellement abusé sa fille adoptive. Portés par leur sentiment d’impunité, les rappeurs Sneazzy et Nekfeu, « fiers » d’être musulmans, menacent le journaliste Pascal Praud d’« une balle dans le cervelet » sans que les protestataires protestent. Un monde agonise, étouffé par l’absurde. Vite, sortir de là !

Source : Le Figaro 13/03/2020

 
 

10:58 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La France malade du mondialisme

img-aff-covid19-df.png

Communiqué de la Dissidence Française 

En quelques semaines, l’épidémie de COVID-19 d’origine chinoise est devenue planétaire. Le monde dénombre désormais plus d’une centaine de pays touchés, des centaines de milliers de cas et déjà des milliers de morts. En Europe, la totalité du territoire italien est désormais en quarantaine. Son système de soin est débordé et son économie est au bord de la récession.

En France, le gouvernement Macron a tardé à agir et s’est montré incapable d’anticiper cette crise pandémique. Ainsi, deux semaines avant le commencement de l’épidémie dans notre pays, le 18 février 2020, il décidait l’envoi de 17 tonnes de matériel médical à la Chine, dont des dizaines de milliers de masques qui font aujourd’hui défaut au personnel soignant, aux médecins généralistes, et à la population. Ce même gouvernement a également tardé à limiter les vols en provenance des zones à risque, n’a pas ordonné des contrôles systématiques des voyageurs en provenance de ces zones ni rétabli les contrôles aux frontières, ni pris les décisions nécessaires lorsqu’il en était encore temps, par exemple celle d’accroître les stocks de masques de protection et de solutions hydroalcooliques pour éviter les pénuries. Ainsi, l’annonce par Emmanuel Macron ce soir du renforcement des mesures contre l’épidémie arrive très tardivement, et il y a fort à craindre que notre pays ne soit pas prêt à affronter une crise sanitaire grave et de longue durée. Pire, dans un cynisme à peine croyable le gouvernement Macron poursuit ses réformes et notamment le processus de ratification du projet de loi de réforme des retraites ou celui de l’assurance-chômage alors que plusieurs parlementaires sont empêchés – pour cause de contamination – et que les rassemblements et les manifestations de ses opposants sont limités par mesure de précaution.

Dans ce contexte de crise, la Dissidence Française lance aujourd’hui sa nouvelle campagne militante : « La France malade du mondialisme ». Car si cette pandémie met une nouvelle fois en évidence la légèreté et l’impréparation du gouvernement Macron, elle est aussi révélatrice de la faillite intégrale du mondialisme libéral : ouverture des frontières, délocalisation des activités de productions essentielles en Chine, fragilité des chaînes d’approvisionnement et risques de pénuries, absence de contrôle et de régulation des flux de populations, financiarisation de l’économie, effacement des souverainetés nationales, dépendance accrue vis-à-vis de l’étranger… L’idéologie mondialiste a considérablement accru les risques socio-économiques, politiques et sanitaires qui pèsent sur les nations européennes, et notamment sur la France. Mais si notre pays est aujourd’hui malade du mondialisme, le nationalisme sera son remède. Car il apparaît désormais évident que seule une politique fondée sur le protectionnisme et le localisme, sur le contrôle des frontières et des flux de populations, sur le rétablissement de la souveraineté nationale et de l’indépendance stratégique de notre pays pourra permettre à la France de sortir de cette crise pandémique et de se prémunir des prochains soubresauts de la mondialisation sauvage

Source cliquez ici

10:02 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Macron et le coronavirus : la politique du carton-pâte.

1299560-000_1pu4k6jpg.jpg

L'avis de Jean-François Touzé.

L'intervention télévisée d'Emmanuel Macron ce jeudi soir se voulait responsable et porteuse d'un message de puissance publique.

Elle ne fut qu'inutilement anxiogène, à l'image de la gestion brouillonne et incohérente qui, depuis les premiers jours, est celle de l'Elysée et du gouvernement face à la crise du coronavirus. 
 
Incapable, malgré ses appels factices à l'unité et à "faire Nation", de s'élever au dessus des contingences et de prendre, au delà de la fermeture des écoles, les mesures concrètes de protection des Français comme le font, par exemple les Présidents russes et américains, oscillant entre tentative décalée de rassurer et une dramatisation à la limite du ridicule, le Président de la République n'aura réussi qu'à convaincre les Français qu'ils n'étaient ni dirigés ni protégés mais conduits dans la nuit noire par un aveugle.
 
C'est au pied du mur que l'on voit le Macron. 
 
Des murs... Loin de dresser ceux qui seraient nécessaires pour combattre l'épidémie et ses effets sanitaires comme économiques et sociaux, loin de bâtir les digues contre l'invasion migratoire, loin d'ériger les barrières commerciales dont auraient besoin notre industrie et notre agriculture, loin de cimenter les remparts stratégiques que l'accumulation des menaces rendrait indispensable, Macron lézarde encore et encore notre édifice national et laisse la France à claire-voie. Ses murs à lui sont des murets. Ils sont en carton-pâte.

02:06 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : VENDREDI 13 MARS À 17 H : RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN AU PEUPLE GREC DEVANT L'AMBASSADE DE TURQUIE À PARIS

1583779044623blob.jpg

Rassemblement de soutien au peuple grec face à l'agression migratoire turque, vendredi 13 mars à 17h à Paris, devant l'ambassade de Turquie (Place de Bolivie - XVIe - station Passy) !

Différents orateurs interviendront : Thomas Joly (Président du Parti de la France), Alexandre Simonnot (lira un message de Jean-Marie Le Pen), Olivier Piacentini, Fiorina Lignier, Epona (lira un message de notre camarade grecque Irène Dimopoulou).

Parce que leur frontière est aussi la nôtre, venez nombreux soutenir la résistance du peuple grec face à la déferlante migratoire organisée par Erdogan !

Seuls les drapeaux français et grecs sont autorisés. Un service d'ordre assurera la sécurité des participants.

NDLR : Synthèse nationale apporte évidemment son soutien à cette initiative.

Présentation1.jpg

02:05 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'émission "Synthèse" de cette semaine avec Guillaume Fiquet, rédacteur en chef de la Revue d'Histoire européenne sur Radio Libertés

RL 139 2020 03 11 G FIQUET.jpg

Les précédentes émissions cliquez ici

Le lancement, en novembre dernier, de la Revue d’Histoire européenne comble le vide laissé, il y a quelques années, par la disparition de la Nouvelle Revue d’Histoire fondée par Dominique Venner. Pour parler de cette nouvelle publication trimestrielle de qualité, Roland Hélie et Philippe Randa ont invité à l’émission « Synthèse » de cette semaine Guillaume Fiquet, son rédacteur en chef. Il nous présente le numéro 2 consacré à la Rome antique et qui traite aussi de bien d’autres sujets. Le professeur Pierre de Laubier qui collabore aussi à la Revue d’Histoire européenne conclue l’émission par sa chronique sur « l’abominable histoire de France ».

02:03 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook