Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 mars 2020

Comme à Paris vendredi, les jeunes nationalistes de Lyon ont manifesté devant le consulat de Turquie

90319453_286458182321620_7147559388591423488_o.jpg

Comme vendredi soir à Paris cliquez ici, une action militante de soutien au peuple grec s'est déroulée à Lyon.

23:56 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’efficacité des systèmes hospitaliers nationaux confrontés à une même épidémie

hopital.jpg

Bernard Plouvier

L’extraordinaire qualité des épidémiologistes de l’hôpital universitaire Johns Hopkins (Baltimore, État du Maryland) permet de suivre quotidiennement le nombre des patients soignés pour coronavirose confirmée, d’étudier la mortalité induite par l’épidémie, comparée au nombre des guérisons déjà constatées.

Dans le feu de l’action, cela permet d’estimer, à première vue, le degré d’efficacité des hôpitaux, puisque les cas répertoriés sont presque tous hospitalisés.

3,5 mois après le début de l’épidémie Covid 2019 ou -19, on en arrive à un peu moins de 146 000 cas prouvés, dont 71 700 malades sont déjà considérés guéris (donc sans séquelle), tandis qu’un peu moins de 5 600 personnes ont succombé (3,8% : le pourcentage de mortalité est stable depuis plus d’une semaine, restant inférieur à 4%).

Bien plus intéressante est l’étude de l’efficacité des prises en charge dans les pays qui ont jusqu’à présent subi la plus grosse attaque, soit plus de 5 000 infectés, prouvés et soignés - les statistiques de mortalité restant floues pour ce qui est de la Corée du Sud.

La Chine, qui totalise près de 81 000 cas répertoriés, affiche une mortalité de 4% (un peu moins de 3 200 morts). L’Iran, très touché également, fait à peine moins bien avec 4,5% de mortalité (515 morts sur un peu moins de 11 370 cas).

La France se situe honorablement avec ses 2,15% de mortalité, faisant un peu mieux que l’Espagne avec 2,5%  (pour un peu moins de 5 300 cas)     

L’Allemagne est de loin le pays le plus performant : mortalité actuelle de 2 pour mille, alors que l’infection a touché le même nombre de personnes qu’en France soit un peu moins de 3 700 cas jusqu’à présent.

La catastrophe italienne se confirme : 7,1% de mortalité (un peu plus de 1 260 morts pour 17 660 cas recensés).

Et ceci permet déjà d’entamer une réflexion de fond.

Dans un système de Santé publique, on doit faire des économies sur le personnel administratif, en dégraissant les deux-tiers de ces baratineurs, planqués dans leurs bureaux ou épuisés à force d’enchaîner les réunions et causeries. Quelques gestionnaires et des informaticiens suffisent, les services techniques (cuisine, blanchisserie, travaux d’entretien reviennent moins cher s’ils sont sous-traités au secteur privé)... ça ne fera pas plaisir aux syndicats, mais il en est ainsi. 

Il est absurde, grotesque de fermer des lits hospitaliers en période d’expansion démographique.

Il est criminel de mégotter sur l’engagement de vrais soignants réellement diplômés et dont la qualification doit être évaluée au bout de 3 à 6 mois de période probatoire. Bien évidemment, aucun soignant ne doit être engagé sur piston familial ou tribal, syndical, politique, maçonnique ou autre... et l’on sait ce qu’il en est en Italie (mais aussi dans certaines régions de France).

Il faudra, en fin d’épidémie, étudier minutieusement le comportement des politicards et de leurs conseillers, et féliciter qui doit l’être : les soignants efficaces. Enfin, l’information de Santé publique ne doit plus être abandonnée à des clowns carriéristes, mais à de véritables soignants expérimentés.  

23:38 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Coronavirus, attention danger, mais pas celui que vous croyez…

1600px-3D_medical_animation_coronavirus_structure-1536x864.jpg

Le Professeur Gilbert DERAY, exerçant à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris, vient de publier sa réflexion au sujet du Coronavirus, que nous relayons ci-dessous, complétée par un bulletin de situation communiqué par le Général Dominique Delawarde au sujet des dernières évolutions numériques des victimes de ce virus.

Gilbert DERAY, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris

Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j’ai vécu de nombreuses crises sanitaires : HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multirésistantes. Nous les avons gérées dans le calme et très efficacement. Aucune n’a donné lieu à la panique actuelle. Je n’ai jamais vécu un tel degré d’inquiétude pour une maladie infectieuse et d’ailleurs pour aucune autre.

Et pourtant, je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique. Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l’épidémie. C’est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, où l’épidémie est en train de s’éteindre.

L’avenir proche dira si je me suis trompé.

Par contre :

• Je suis inquiet des vols de masques et que ceux nécessaires à la protection des personnels soignants et des personnes à risque, nos anciens et celles déjà malades, en particulier les patients immunodéprimés, soient distribués dans les aéroports, les cafés et les centres commerciaux, pour une efficacité nulle.

• Je suis inquiet des vols de gels nettoyants.

• Je suis inquiet de ces rixes pour acheter du papier toilette et des boîtes de riz ou de pâtes.

• Je suis inquiet de cette terreur qui conduit à faire des stocks obscènes de nourriture dans des pays où elle est disponible dans une abondance tout aussi obscène.

• Je suis inquiet pour nos anciens déjà seuls et qu’il ne faut plus ni voir ni toucher de peur de les tuer. Ils mourront plus vite, mais « seulement » de solitude. Nous avions l’habitude de ne pas rendre visite à nos parents et grands-parents si nous avions la grippe, pas de les éviter « au cas où » et pour une durée indéterminée, ce n’est en rien différent pour le coronavirus.

• Je suis inquiet que la santé ne devienne un objet de communication belliqueuse et de conflit comme un autre, alors qu’elle devrait être une cause ultime de lutte dans le rassemblement.

• Je suis inquiet que notre système de santé, déjà en grande difficulté, ne soit prochainement débordé par un afflux de malades au moindre signe de syndrome grippal. Ce sont alors toutes les autres maladies que nous ne pourrons prendre en charge. Un infarctus du myocarde ou une appendicite, ce sont toujours des urgences, un virus, rarement.

La couverture médiatique sur le coronavirus est très anxiogène et elle participe à l’affolement de chacun. Cela conduit aux théories du complot les plus folles du genre : « ils nous cachent quelque chose ». Rien n’est obscur, c’est impossible en médecine dans ce monde du numérique où la connaissance scientifique est immédiate et sans filtre.

Le coronavirus ne tue (presque) que les organismes déjà fragiles. Je suis inquiet que ce minuscule être vivant ne fasse que dévoiler les immenses fractures et fragilités de nos sociétés. Les morts qui se compteront alors par millions seront ceux de l’affrontement des individus dans l’indifférence totale de l’intérêt collectif.

Coronavirus : Bulletin de situation au 14 mars à minuit

3977723794.png

 

 

2864137538.png

2547477746.png

Source: Breizh-info.com

21:26 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Manifestations interdites

Capture d’écran 2020-03-14 à 19.23.48.png

Pour cause de coronavirus, le Premier ministre a interdit les manifestations de plus de 100 personnes. Par conséquent le prochain rassemblement de Marchons Enfants devant l’Elysée est reporté.

19:27 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vers un krach général ?

maxresdefault.jpg

Par Frédéric Lordon*

Jusqu’à présent cependant, les crises financières se présentaient comme des événements propres à leur sphère seulement — la sphère des marchés, des banques, etc. Or la situation présente offre ce caractère remarquable, et inédit, que la crise financière y est, non pas « isolée », mais comme la métonymie d’une multitude de crises sectorielles arrivant à synchronisation : les crises du néolibéralisme, en cours de fusion-totalisation ; l’ensemble de la construction au bord du syndrome chinois. L’hôpital, l’école, la recherche : tout comme à propos de la finance, on peut dire que le virus est le choc de trop survenant sur des institutions tellement démolies — par le néolibéralisme — qu’un supplément de tension les menace d’effondrement. S’il y a coronakrach, il ne s’agira pas « simplement » de krach financier : mais de krach général  : tout était déjà au bord de craquer, tout va craquer pour de bon.

(…) C’est bien sûr l’hôpital, en avance sur la finance, qui offre le spectacle le plus saisissant du krach général. Le néolibéralisme y a concentré ce qu’il avait de meilleur. La désorganisation est totale, la rationalité néomanagériale à son sommet d’irrationalité, tout a été méthodiquement détruit. Comme l’explique une tribune récemment parue, le bed management dont s’enorgueillissait Agnès Buzyn il y a peu encore, qui soumet l’organisation au seul critère des flux tendus et du zéro-lit-libre — comme une entreprise lean recherche le zéro-stock, puisqu’il est de soi que gérer des flux de malades (les malades sont des particules de flux) ou de pièces détachées, c’est idem  —, le bed management, donc, fait connaître toutes ses vertus : lean mais incapable de reprendre le moindre choc de charge. Bien avant le virus, le monde hospitalier se criait déjà au bord de l’effondrement ; on imagine avec. Il ne faut pas se faire la moindre illusion : le gouvernement ne récupérera ni les 3 milliards d’ISF ni quelque partie des 10 milliards de CICE pour les donner à l’hôpital, mais on peut parier tout au contraire que, l’épidémie passée, et quelques tapes dans le dos distribuées devant les caméras, l’agonie managériale reprendra son cours à l’identique.

(…) Le cas de la recherche, bien sûr est différent, mais pas moins illustratif : on a pu lire ce témoignage de Bruno Canard, spécialiste au CNRS des coronavirus (4), qui raconte les merveilles de la gestion de la recherche « par projet » : incapable de continuité de long terme, soumise aux aléas des sujets « sexy » et aux fluctuations de la mode, soumettant les chercheurs à l’inepte bureaucratie des appels d’offre. Bref : sa recherche sur les coronavirus entamée au début des années 2000 a été mise en cale sèche, privée de financement par le revirement des tendances du glamour académique-institutionnel. En matière de recherche, par définition, on ne sait jamais quoi débouche quand comment, mais on se dit tout de même qu’avec quinze ans de continuité on en saurait un peu plus. Comme à l’hôpital : sitôt la parenthèse fermée, la destruction managériale poursuivra, c’est-à-dire : on surréagira en mettant le paquet sur les coronavirus, mais en asséchant d’autres recherches dont l’utilité perdue n’éclatera que dans une décennie.

Coronakrach, le roi de tous les krachs

C’est l’état de démolition générale qui a installé depuis longtemps les conditions du krach général. On attendait juste la secousse, la voilà. Sans doute, comme à son habitude, la finance se distinguera-t-elle dans l’ampleur des destructions. Mais cette fois elle pourrait ne pas tomber seule, et l’ensemble fera alors un joli spectacle. Entre le scandale des candidats à la réa recalés faute de respirateur, et celui d’un nouveau sauvetage des banques à douze ans d’intervalle, la population ne manquera pas d’occasions de méditer sur les bienfaits de quatre décennies néolibérales. Et sur ses bienfaiteurs aussi.

(…) Ici on pense immanquablement à La guerre des mondes où de terribles puissances extraterrestres mettent l’humanité et la planète à sac, résistent aux armes les plus sophistiquées, mais sont vaincues sans crier gare par d’infimes créatures : microbes et virus précisément. Se peut-il que le coronavirus, son pouvoir accusateur, son potentiel de scandale, soit l’agent inattendu de la chute du monstre ? Coronakrach, le krach couronné, le roi des krachs, pourrait-il être d’une généralité qui étende son pouvoir de destruction jusqu’à emporter les destructeurs ?

Extraits d’un article paru dans le Monde diplomatique le 11/03/2020

(*) Frédéric Lordon est économiste, directeur de recherche au CNRS, membre des Economistes atterrés, collectif défendant une pensée économique antilibérale proche de la gauche radicale.

 

18:52 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Symboliquement et courageusement, le Parti de la France a manifesté sa solidarité avec la Grèce vendredi soir devant l'ambassade de Turquie

89994144_194992331784137_7208214402804219904_o.jpg

Vendredi soir, dans le XVIe arrondissement de Paris, les militants franciliens du Parti de la France se sont rassemblés aux abords de l'ambassade de Turquie afin de marquer symboliquement leur solidarité avec la Grèce envahie par des multitudes de prétendus réfugiés envoyés par Erdogan. 

Préparé en seulement quelques jours, ce rassemblement visait à rappeler aux Français que, face à l'expansionnisme islamique, une riposte européenne est indispensable.

Erdogan, en bon mahométan qu'il est, sait que sa mission est de contribuer à l'implantation de l'islam sur toute la planète. Quant à l'Europe, bercée depuis des décennies dans les illusions mondialistes, elle préfère fermer les yeux. Et c'est le peuple helénnique qui paye lourdement ce dénie de réalité.

C'est afin de montrer aux Grecs que les Français lucides sont à leurs côtés face à l'invasion de leur pays que les nationalistes du Parti de la France ont organisé cette manifestation.

Synthèse nationale

89777116_194991938450843_5577527376209772544_o.jpg

16:14 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI PROCHAIN 19 MARS : BERNARD MONOT INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 140 2020 03 19 B MONOT.jpg

ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

10:53 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une fraude sociale de 30 milliards d’euros ?

secu.jpg

Paul Vermeulen

C’est le grand tabou de la société française, volontairement masqué par les« élites » politiques et médiatiques amoureuses de la « société ouverte » pour lesquelles la fraude sociale ne serait pas un problème grave en France et ne serait pas liée à l’immigration. Le 3 mars 2020, la réalité est revenue comme un boomerang. Le magistrat Charles Prats, interrogé en commission d’enquête parlementaire, rappelle qu’il y a des millions de cartes vitales en trop en circulation, et il évoque une fraude sociale potentielle de 30 milliards d’euros. C’est très loin des estimations d’une Sécurité sociale qui chiffre la fraude à quelques centaines de millions d’euros.

Prats aboutit au chiffre de 2,4 millions d’étrangers actifs en surnombre dans le système de la Sécurité sociale française. Des fantômes qui perçoivent des prestations. C’est l’attribution d’un numéro d’immatriculation par le biais de faux documents qui permet de frauder. La Sé- curité sociale ne demande pas de docu- ments originaux. D’après Le Figaro daté du 5 mars 2020, cette démonstration s’appuie sur « un document publié le 7 novembre : la réponse des pouvoirs publics à une question posée par une précédente commission d’enquête parlementaire. La députée Carole Grandjean (LREM) et la sénatrice Nathalie Goulet (UDI) avaient demandé au ministère des Solidarités et de la Santé le nombre de “NIR actifs”, c’est-à-dire le nombre de comptes au format spécifique aux personnes nées à l’étranger, et capables de recevoir des prestations sociales (excluant donc les cartes désactivées). » Dans le Journal officiel, l’administration recensait 12 392 865 personnes nées à l’étranger « disposant d’un droit ouvert à recevoir au moins une prestation sociale ». 12,4 millions d’assurés sociaux nés à l’étranger alors que les étrangers ne seraient « que » 8,2 millions en France selon l’INSEE.

Tous ces étrangers !

Sur les plus de 12 millions d’assurés nés à l’étranger selon le ministère concerné, 86 % auraient ainsi droit aux prestations maladie, 43 % pourraient percevoir des prestations familiales et 33 % auraient droit à la retraite. En comparant ces pourcentages aux statistiques sur les bénéficiaires d’aides sociales en France, cela donnerait 42 % des bénéficiaires d’allocations familiales ou un cinquième des retraités nés à l’étranger. Des chiffres incohérents, selon le magistrat, sauf à imaginer des comptes de Sécurité sociale surnuméraires – autrement dit une fraude de grande ampleur. C’est justement ce qui a été révélé.

Un exemple concret ? D’après France Bleu Paris, « une escroquerie en bande organisée vient d’être mise au jour le 3 mars par la police des Yvelines. Huit membres d’une même famille, soupçonnés de faux et usage de faux, blanchiment et recel d’escroquerie, ont été interpellés par la sûreté urbaine de Conflans- Sainte-Honorine, avec l’appui du GIR 78. Cette famille aurait escroqué 41 caisses d’assurance maladie, 55 mutuelles et des sociétés d’ambulances, plongeant certaines d’entre elles en très grande difficulté. » Une partie des 675 000 euros détournés a été transférée à l’étranger. La fraude sociale est un mode de vie (immigré) en France, et à l’étranger. Même France Info reconnaissait mi-octobre 2019 que « cette fraude existerait majoritairement chez les per- sonnes vivant à l’étranger ».

Prats soulève indirectement une question grave : celle de la différence entre les chiffres de l’immigration publiés par l’INSEE et ceux publiés par la Sécurité sociale. Si l’Etat est si peu fiable, quels sont les chiffres réels de l’immigration ? Ceux des descendants de migrants ? 20 % ? Les droites authentiques le disent depuis longtemps : l’immigration de masse est une catastrophe sociale et économique. Avec 30 milliards d’euros, différents problèmes qui plombent l’économie pourraient être résolus. Au choix : le « trou » de la Sécurité sociale, dont on connaît du coup la cause, la réforme des retraites, la sécurité ou l’amélioration de la lutte contre le terrorisme. Autrement dit le quotidien des Français qui se lèvent tôt, ne passent pas la journée au PMU ou dans des cafés réservés aux musulmans et interdits aux femmes, une fois les prestations perçues. L’argent dont nous parlons est simplement celui des honêtes travailleurs de nationalité française, pour leur part écrasés de taxes et d’impôts pour financer les fraudes sociales. Charles Prats le dit : la question est d’autant plus grave qu’elle est connue depuis dix ans. Alors, à qui profite cette délinquance, outre aux fraudeurs ?

Source : Présent 10 mars 2020

08:47 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jounal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:06 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook