Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 septembre 2017

DEUX NUMÉROS DES CAHIERS D'HISTOIRE DU NATIONALISME ÉPUISÉS VIENNENT D'ÊTRE RÉÉDITTÉS

2017 09 CHN REEDITION.jpg

Pour les acheter en ligne cliquez ici

21:59 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean Mabire

Mabire-170x300.jpgGeorges FELTIN-TRACOL

Europe Maxima cliquez ici

Jean Mabire (1927 – 2006) n’est pas un inconnu pour les auditeurs de Radio Courtoisie. Un mercredi soir au début des années 2000 dans le cadre du « Libre-Journal de Serge de Beketch » animé pour la circonstance par Bernard Lugan, Jean Mabire retraça son parcours au cours des trois heures d’émission.

Journaliste et écrivain, Jean Mabire fut souvent perçu pour ce qu’il n’était pas. Auteur d’une importante œuvre historique sur les unités, allemandes, françaises et européennes, de la Waffen SS, il passait pour germanophile alors qu’en bon Normand, il était surtout anglophile… Dans son roman fantastique, Les paras perdus, le comte Tancrède de Lisle qui « considérait l’annexion de la Normandie par Philippe Auguste en 1204 comme un simple brigandage militaire et ne reconnaissait pour souverain légitime que le roi d’Angleterre qui portait toujours officiellement le titre de duc de Normandie (Club France Loisirs, 1987, p. 23) », présente de nombreux traits de « Maît’Jean ».

Bien que né à Paris, Jean Mabire rencontre de nombreux érudits locaux et aime l’histoire normande, ses terroirs et son peuple. Dès 1949 paraît la revue régionaliste Viking. La Normandie était sa véritable patrie au point qu’il refusât toujours la carte nationale d’identité pour le passeport… Toutefois, à l’instar de son écrivain favori, Pierre Drieu La Rochelle, à qui il consacra son premier livre, Drieu parmi nous (1963), Jean Mabire se sent très tôt pleinement européen. Après son rappel en Algérie où il pourchassa le fellagha à la frontière tunisienne, il souhaite « profiter de la défaite de l’Algérie française pour engager les survivants de cette aventure sur la voie de la France européenne (La torche et le glaive. L’écrivain, la politique et l’espérance, Éditions Libres Opinions, 1994, p. 13) ». En juillet 1965, il fit paraître dans la revue de Maurice Bardèche, Défense de l’Occident, un détonnant « De l’Algérie algérienne à l’Europe européenne ».

Il assume à partir de juin 1965 la rédaction en chef d’Europe Action. Un an plus tard, il sort aux Éditions Saint-Just, un recueil d’articles politiques : L’écrivain, la politique et l’espérance, préfacé par Fabrice Laroche (alias Alain de Benoist), et réédité en 1994 dans une version augmentée et sous un nouveau titre, La torche et le glaive. La préface de 1994 souligne que « l’Europe […] ne pouvait être que celle des régions ou, mieux encore, celle des peuples (p. 14) ». Proche du Mouvement Normand, cofondateur du GRECE et contributeur de nombreux articles littéraires pour la revue Éléments, Jean Mabire milite un temps au Parti fédéraliste européen qui présenta à la présidentielle de 1974 Guy Héraud. Président d’honneur du mouvement Terre et Peuple de Pierre Vial, il dresse jusqu’à sa disparition en 2006 le portrait de grands éveilleurs de peuples (le Provençal Frédéric Mistral, le chanteur kabyle Lounès Matoub, l’Irlandais Patrick Pearse…) dans les numéros trimestriels de la revue éponyme.

Ami personnel de Jean-Marie Le Pen connu sur les bancs de l’université, Jean Mabire offre à National Hebdo des « Libres propos » de septembre 1990 (et non fin 1980 comme on le lit sur sa fiche du détestable Wikipedia) à mai 1991. Il doit cependant les arrêter parce que des lecteurs et des responsables frontistes n’apprécient guère sa satisfaction de voir le gouvernement socialiste de 1991reconnaître la réalité du peuple corse. Il bifurque alors vers la littérature et entreprend les fameux Que lire ?, véritable encyclopédie de poche biographique d’écrivains français et européens.

Encyclopédiste, Jean Mabire l’était assurément. Outre la Normandie et l’histoire contemporaine, il romança entre autres l’incroyable vie du baron von Ungern-Sternberg, relata L’Été rouge de Pékin où s’unirent Européens et Américains du Nord confrontés au soulèvement des Boxers chinois en 1900, s’intéressa à la mer et aux marins (le navigateur Halvard Mabire est son fils), vanta un paganisme serein et enraciné et célébra le socialisme. « Je suis socialiste et […] serai toujours solidaire du monde du travail contre le monde de l’argent. Toujours dans le camp des mineurs en grève et jamais dans celui de la haute banque et de l’industrie lourde. […] Nous savons qu’il n’y aura jamais d’accord possible entre le travailleur et l’exploiteur, entre la ménagère et le parasite, entre les hommes qui peinent et entre les hommes qui s’enrichissent de leur peine. Proudhon le savait avant Marx, et Sorel nous le disait mieux que Marx (La torche et le glaive, op. cit., p. 78). »

Quelques scribouillards universitaires l’accusèrent d’avoir réactivé le néo-fascisme en Europe. Or, dès 1964, il traitait de « L’impasse fasciste ». « Je ne suis pas fasciste, écrit-il, car le fascisme n’a pas réussi à surmonter ses contradictions internes et a échoué dans sa double ambition d’accomplir la révolution socialiste et d’unifier le continent européen. […] Finalement le fascisme n’a été ni socialiste ni européen (La torche et le glaive, op. cit., pp. 77 – 78). » Jean Mabire a en revanche toujours soutenu une « nouvelle Europe unifiée et fédéraliste [qui] verra la constitution d’une armée unique et d’une économie commune, elle réalisera l’intégration totale de tous les problèmes continentaux. Mais en même temps elle devra proclamer le respect absolu des cultures originales, des traditions populaires ou des langues minoritaires. Les États-Unis d’Europe verront naître ou renaître un État basque, un État breton, un État croate ou un État ukrainien (La torche et le glaive, op. cit., p. 81) ». Jean Mabire était plus qu’un formidable visionnaire, il fut lui aussi un formidable éveilleur de la longue mémoire albo-européenne.

Au revoir et dans quatre semaine !

• Chronique n°8, « Les grandes figures identitaires européennes », lue le 15 août 2017 à Radio-Courtoisie au « Libre-Journal des Européens » de Thomas Ferrier.

A propos de Jean Mabire :

Lire le n°9 des Cahiers d'Histoire du nationalisme qui lui est consacré :

2017 09 J MABIRE.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

21:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

De la télémédiocratie

Unknown.jpg

Le billet de Patrick Parment

Mais qu’est-ce qu’on vient nous casser les pieds sur le remplacement des marionnettes télévisuelles que sont les David Pujadas, Yves Calvi et autres Anne-Sophie Lapix, épouse Sadoun, récent patron de Publicis. Qu’est-ce qu’un présentateur de téloche si ce n’est un tronc qui débite les propos affichés sur un prompteur. Propos pompés en amont sur l’AFP et accommodés à la sauce « politiquement correct » et surtout « droit de l'hommiste ». On imagine mal la mère Sadoun-Lapix déborder du cadre et s’en prendre à la shoah-business ou dire du bien du Front national.

L’extrême droite sera de nouveau à l’honneur comme la figure du mal absolu dans notre démocratie virtuelle, car il n’est pas question de chercher à comprendre ce qui se cache derrière cette image trop complexe d’extrême droite. Dès fois « qu’ils disent la vérité » !

Pujadas va donc porter le même regard sur LCI que sur France 2 hier encore où, en bon folliculaire, il est chargé de poser les bonnes questions, « correctes », évidemment. On s’aperçoit qu’il n’y a rien de changé (sauf leur salaire peut être) à l’aune des invités chargés de donner du « sens » aux propos liquoreux de nos vedettes. C’est toujours la même camarilla qui tourne en boucle de TF1 à LCI et qui anone les mêmes sottises. Pour les pestiférés que nous sommes, nous nous offrons chaque soir à 20h une séance de cirque Bouglione avec en clown tristounet : Pujadas, Calvi, Lapix et consorts.

20:37 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dans le nouveau numéro de Civitas, un grand entretien avec Alban d'Arguin sur la corruption autour des éoliennes

Commander ce numéro de Civitas cliquez ici

11 JNI AFF A D ARGUIN.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

 

20:36 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi octobre à Lyon : manifestation du Bastion social

21231271_380043982414990_2645825596034749077_n.jpg

14:16 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi dernier, Riposte laïque a fêté ses 10 ans à Rungis

CT10ansRL.jpg

Source Riposte laïque cliquez ici

Cela faisait un an et demi que les animateurs de Riposte Laïque cherchaient la bonne formule pour réussir au mieux la célébration des 10 ans de notre journal. Et finalement, ce fut Rungis, espace Jean Monnet, avec les sympathiques Nancy et Thierry, qui fut choisi, une fois encore.

Cela fait un an qu’ils réfléchissaient à la meilleure formule pour bien réussir cette fête. Ils avaient décidé d’organiser une journée complète, avec une matinée rappelant les grands moments de l’histoire de RL, un repas alsacien le midi, et des intervenants de qualité l’après-midi.

Pas de fête sans un gâteau, des bougies et du champagne.

Naturellement, pour réussir un tel événement, il faut une alchimie parfaite. Trouver un spécialiste de l’événementiel, capable d’assurer le son et l’image. Depuis des années, nous travaillons avec Jérôme, et nous n’avons jamais eu de souci.

Trouver le bon client pour assurer le repas du midi. Nous avons fait connaissance avec Patrick et ses enfants, qui, venus de Mulhouse, nous ont donné toute satisfaction, et ont fait face à la préparation de 320 repas, entre 12 heures et 14 heures.

Trouver des copains qui tiennent le bar. Sous la houlette de la cheftaine Anne, huit militants de Résistance républicaine feront face à la demande d’apéritifs, de vins blancs, de vins rouges, de bière, d’eau gazeuse ou plate, de jus d’orange… mais priveront le public de Coca Cola : question d’éthique !

Trouver d’autres copains qui tiennent la table de Riposte Laïque, et vendent nos livres. Grâce à Danielle, plus de 100 livres, figurant parmi les 17 publications des éditions RL, partiront dans la journée. Gros succès du livre « A Mort le flic », de Sébastien Jallamion, dont tous les ouvrages disponibles partiront dans la journée.

Trouver un bon pâtissier, capable de confectionner un gâteau de 1,20 mètre au carré, et 320 parts. Le tout agrémenté de 100 bouteilles de champagne, servies par l’équipe du bar.

Trouver un bon service de sécurité. Là encore, depuis des années, nous avons pris l’habitude de travailler avec Gilles et Eric, qui, de manière complémentaire, assurent la protection des organisateurs, et des participants. En cette période où les « déséquilibrés » s’agitent quelque peu, il fallait prendre toutes les précautions, et elles furent prises.

Une fois tous ces ingrédients réunis, il fallait rassembler des amis, à qui nous pouvions proposer des tables. TV-Libertés, Présent, Synthèse Nationale, Philippe Randa, le Parti de la France, le Siel, le Parti des Libertés, Isabelle James, Résistance républicaine commandèrent des tables où ils déposèrent leur matériel, que cela soit des livres ou des tracts et affiches.

Et surtout avoir des animateurs capables de réagir à tout événement qui pourrait perturber l’initiative, ou de faire face à tout imprévu. Nous les avions.

Ensuite, savoir réunir un animateur capable de maîtriser le temps, et d’avoir les mots qu’il fallait pour présenter les intervenants.

Enfin, des invités de qualité capables de captiver l’auditoire, avec des partitions différentes, mais complémentaires. Nous les avions choisis, et fort bien.

Il fallait enfin un bon reporter, pour que l’ensemble des lecteurs de Riposte Laïque, de France, de Navarre et du monde entier, puissent prendre connaissance au plus vite de l’ensemble des interventions. Grâce à nos amis de TV-Patriotes, le samedi, à 23 h 30, 28 vidéos de la journée étaient disponibles.

La matinée fut parfaitement réussie. Fanny Truchelut, Pascal Hilout, Maurice Vidal (quel formidable orateur !), Danielle Borer, Ghislaine Dumesnil, Guy Sebag, président de Riposte Laïque Suisse, Maxime Lepante (par vidéo) se succédèrent à la tribune, respectant parfaitement les temps de parole. A midi, Pierre Cassen qui, comme d’habitude, jouait le rôle d’animateur, après avoir rendu hommage à Brigitte Bré Bayle, qui fonda RL avec lui, et à nos contributeurs disparus, put inviter chacun à passer à table, et se tenir prêt, à 14 heures, pour reprendre les travaux.

Pendant une pause où tout se déroula pour le mieux, entre l’achat des livres, le bar et le repas, nos lecteurs purent faire connaissance de quelques plumes célèbres de Riposte Laïque, comme Josiane Filio ou Gérard Brazon. D’autres contributeurs ponctuels se présentèrent, et il fut agréable de mettre un visage sur un nom. Puis on passa à l’après-midi. Tout se déroula parfaitement. Christine Tasin fut la première intervenante, permettant, par son dynamisme, de lancer la deuxième partie de la journée sur de bonnes bases. Et tout s’enchaîna merveilleusement bien. Oskar Freysinger (qui envoya un message lu par Danielle Borer), l’invité surprise, Serge Federbusch, Karim Ouchikh, Jean-Yves Le Gallou, Richard Roudier, Sébastien Jallamion (par vidéo), René Marchand, Carl Lang, Fabien Engelmann(message de soutien), Tatiana Festerling (par vidéo), Renaud Camus, Emmanuelle et Robert Ménard (par vidéo) et Frédéric Pichon se succédèrent à la tribune. Avant de conclure, Pierre lut un message amical du Général Martinez.

Puis il conclut, en 20 minutes qui marquèrent fortement les esprits.

Riposte Laïque avait promis que les participants repartiraient avec un meilleur moral qu’en arrivant. Pierre fit tout pour cela, sans masquer la gravité de la situation dramatique que nous vivons. Mais, loin de se résigner à une défaite que beaucoup annoncent inéluctable, il sut, par un discours très combatif, certains diraient guerrier, redonner espoir à l’ensemble des participants, qui occupaient une salle pleine à craquer.

Le moins qu’on puisse dire est qu’il ne parla pas la langue de bois. Il appela les Français à rejoindre une Résistance organisée, déterminée, efficace, et expliqua qu’un grain de sable pouvait changer le cours de l’Histoire. Il encouragea les participants à prendre contact avec le stand de Résistance républicaine, et les invita à prendre les 20.000 premiers tracts de combat que RL et RR avaient mis à la disposition des spectateurs. Ils partirent tous comme des petits pains.

Puis ce fut le moment de savourer le gâteau, et de faire leur fête aux cent bouteilles de champagne qui attendaient les convives. Bien sûr, chacun poussa la chansonnette « Joyeux anniversaire Riposte » avant de savourer le gâteau et le champagne.

A 20 heures, après de nombreuses rencontres et conversations amicales, chacun repartit dans ses foyers (beaucoup avaient fait des centaines de kilomètre pour être présents). Les plus courageux se retrouvèrent avec quelques animateurs de Riposte Laïque (pourtant épuisés) de manière improvisée, dans un restaurant de Rungis.

Chacun avait eu conscience d’avoir participé à une formidable journée, inoubliable, organisée à la perfection, grâce à une équipe d’animation exceptionnelle. Un sans-faute, une réussite exceptionnelle, qui dépassa toutes nos espérances. L’initiative qu’il fallait pour redonner le moral à nombre de compatriotes désabusés, voire désespérés, par l’évolution de la France, l’invasion migratoire qui la frappe, et l’islamisation qui la guette.

Comment oublier la formidable vidéo de Tatjana Festerling, et ses passages forts sur les protégés et les non-protégés, sans oublier la tirade sur « Coupables ».

Demain, nous vous présenterons le fameux tract, que nous allons faire retirer à des dizaines de milliers d’exemplaires.

Nous vous raconterons également en détail comment nous demandâmes à notre service d’ordre d’expulser deux journalistes de Street Press qui avaient cru nous piéger, en s’inscrivant, et en venant avec des magnétophones cachés dans leurs sacs.

Nous reviendrons aussi, avec le recul nécessaire, sur cette journée que personne n’oubliera, et la complémentarité formidable des 23 intervenants, tous des résistants.

Mais sachons, en ce lendemain de fête, apprécier le chemin parcouru depuis dix ans, et la place prise par Riposte Laïque dans la galaxie de la Résistance française.

L'ensemble des interventions filmées cliquez là

13:30 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 7 SEPTEMBRE : MAITRE FRÉDÉRIC PICHON INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 37 2017 09 07 F PICHON.jpg

ÉCOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS

SYNTHÈSE CLIQUEZ LÀ

08:08 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook