Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 octobre 2019

Jean Lasalle, ce Don Quichotte tellement français

maxnewsfrthree871953.jpg

La chronique de Philippe Randa

Jean Lasalle, député des Pyrénées-Atlantiques depuis 1982 (tout de même !), s’est fait connaître de beaucoup de Français dès 2013 par son tour de France à pied à la rencontre de ses compatriotes, puis par tous avec sa participation à la dernière élection présidentielle.

Quel étonnant bonhomme : le qualificatif lui va à ravir avec sa gouaille et son accent impayable ! Car cet ancien-vice-président du Modem vient d’accorder un entretien des plus roboratif  au très modérément « centriste » site de réinformation Breizh info (www.breizh-info.com) !

Qu’en en juge : «  Nous étions dans un modèle de démocratie qui devient désormais un système soviétique, avec la dictature de la finance à la place de la dictature du prolétariat. Cette finance échappe totalement au contrôle de l’homme, et tout est fait même pour que l’homme ne représente plus rien (…) Les Gilets jaunes ont certes fait progresser plus la France en 15 semaines que les politiques en 40 ans (:) C’est la dernière question révolutionnaire de notre pays, cependant elle a été anéantie par le pouvoir en place qui a utilisé l’extrême-gauche et n’a pas fait de quartier sur le plan judiciaire. »

Quand à «  la Pravda », ainsi que notre Don Quichotte de la politique française définit le consortium France Télévisions, il assène : « C’est surtout un totalitarisme financier, et la finance investit dans les médias qui deviennent totalement aux ordres. Les médias mainstream ne présentent plus aucun intérêt, il n’y a plus de quatrième pouvoir. À la place, on a le bourrage de crâne permanent qui accompagne les déclarations de Macron, qui parle par exemple dernièrement sur les bourgeois et les couches populaires pour qualifier la France. »

Il ne cache pas son intention de « rempiler » à la prochaine présidentielle. Et s’il était élu par une « divine surprise » ? L’histoire est parfois si facétieuse…

Notre pays y gagnerait sans doute un honnête homme, mais surtout un sacré franc-tireur de la liberté d’expression. Il sont si peu nombreux !

2019 13 JNI PH RANDA.jpg

10:17 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.