Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 février 2019

Le véritable « cancer social qui ronge la France »

Diapositive1.jpg

Bernard Plouvier

Ce serait, pour les Juifs de France, ce qu’ils nomment, de façon totalement erronée, « l’Antisémitisme ». C’est, en réalité, une affaire bien plus complexe et surtout infiniment plus grave pour l’avenir de notre Nation.

D’abord, il faut une bonne fois pour toutes abandonner les termes de sémitisme et d’antisémitisme tels qu’ils sont employés usuellement et pour d’excellentes raisons.

Après des millénaires de brassages des quatre races fondamentales et de leurs sous-variétés, il est évident qu’il n’existe plus de rameau sémitique pur de tout métissage, même chez les Juifs. Les études génétiques ont démontré de façon indubitable l’existence de croisements entre populations de tout le Proche-Orient (populations caucasiennes et touraniennes inclues), sauf peut-être chez les Yézidis du Kurdistan et les Samaritains.

En outre, pour le cas français, seuls les mahométans font quotidiennement usage d’une langue sémitique, au moins pour leurs prières : celle de leur prophète, l’arabe. Et c’est de ce bord que proviennent la quasi-totalité des attentats contre les personnes juives et la très grande majorité des insultes, pour des raisons de haines religieuses et en représailles des mesures politiques de l’État d’Israël, ce qui est généralement appelé de « l’antisionisme ».

Effectivement, depuis plusieurs décennies, les politiciens israéliens pratiquent des actions que l’on peut objectivement qualifier d’impérialistes, usant parfois de méthodes terroristes, que leurs partisans justifient par l’expression : « contre-terrorisme ».

Ce jeu pervers et auto-entretenu, opposant sionistes et antisionistes, gâche la vie de millions de citoyens plus ou moins passifs d’Israël et des États voisins, mais il ne devrait en aucun cas perturber la vie quotidienne de la Nation française, installée en Europe occidentale, donc loin de cette zone de haine hyperactive, dépourvue de tout bon sens.

Que ces Proche Orientaux s’étripent mutuellement est une triste réalité qui démontre la persistance de tout ce qu’il y a de destructif dans les comportements de l’être humain : le fanatisme, la violence aveugle, la haine, le mépris d’autrui et de ses droits les plus élémentaires. Mais cela ne concerne en aucun cas les Français.

Le cancer social français est bien différent et beaucoup plus complexe, protéiforme. Il se nomme : dénatalité autochtone, aggravée par une loi ignoble favorisant l’avortement de complaisance ; désertification industrielle du pays ; chômage de masse et de longue durée ; inadaptation de l’enseignement général et professionnel ; immigration-invasion inassimilable de millions d’individus d’origine extra-européenne ; islam djihadiste ; corruption politico-administrative ; déni de la notion démocratique par excellence, celle de l’égalité de tous devant la Loi – par la multiplication des passe-droits d’origine familiale, ethnique ou tribale, maçonnique et politique, ou encore par l’effet de la pure prostitution.    

Cessons d’accepter passivement les écrans de fumée répandus par les membres très agités de lobbies antidémocratiques et les glapissements des politiciens en difficulté, oublions cette mousse médiatique et d’une manière générale tout ce qui nous cache les vrais problèmes, qui sont d’autant plus angoissants qu’ils obèrent l’avenir de nos descendants. 

10:18 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI PROCHAIN SUR RADIO LIBERTÉS : L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" AVEC ANNE LEPAPE SUR FRANÇOIS BRIGNEAU ET JEAN MADIRAN

Diapositive1 copie.jpg

ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

09:14 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 18 février 2019

Chômage : une baisse en trompe-l’œil.

 le-parti-de-la-france.jpg
Jean-François Touzé,
membre du Bureau du Parti de la France
 
Ce devrait être une bonne nouvelle. Elle n'en a que l'apparence.
 
Annoncée avec tambours et trompettes par la ministre du travail Muriel Pénicaud le 14 février, la baisse de 1,1 % du chômage au quatrième trimestre 2018 (mais qui, à part le gouvernement peut bien se réjouir que la France connaisse encore un taux de chômage à 8,8 %, ce qui la place au quatrième rang des pays européens les plus touchés, derrière la Grèce, l'Espagne et l’Italie ?), relève du trompe-l’œil et ne saurait malheureusement s'inscrire dans un processus durable d'inversion d'une courbe qui risque de repartir très vite à la hausse.
 
Outre les habituelles manipulations statistiques destinées à masquer la réalité des chiffres (stages, formation, radiations) et l'effet mécanique du vieillissement de la population qui, conduisant chaque année un nombre croissant de Français à faire valoir leurs droits à la retraite, les soustrait de facto de la vie active et donc des risques de perte d’emploi, les signes du caractère éphémère de cette embellie se multiplient dans un contexte international dégradé.
  • Entrée attendue en récession des États-Unis où la consommation vient de reculer de 1,2 % au mois de décembre, en pleine période de Noël et où les défauts de remboursement d'emprunts, en particulier automobiles, explosent (on se souvient que les défaillances de crédits furent l'un des signes précurseurs de la crise de 2008) ; celle, avérée, même si elle n'est pas reconnue officiellement malgré deux trimestres de croissance négative ou nulle, d’Allemagne où, là encore, la consommation des ménages s'est effondrée fin 2018 et dont les exportations ne cessent de reculer ; ralentissement de la croissance chinoise. Autres indicateurs toujours significatifs de l'activité, le repli alarmant des ventes d’automobiles en Europe (-4,6 % sur un an) et l'effondrement de la production industrielle des dix-neuf pays de la zone euro qui touche son plancher le plus bas depuis dix ans.
  • Incertitudes géopolitiques planétaires, guerre commerciale voulue par les États-Unis, interrogations liées au Brexit.
En France aussi la consommation enregistre une stagnation qui pourrait, même si la croissance reste pour le moment positive, se transformer rapidement en net fléchissement au moment où l'on apprend que les prix des produits de première nécessité ont connu une hausse de 3,4 % en supermarché et de 4 % en hypermarché entre le 26 janvier et le 9 février (en deux semaines donc). Les achats en biens ont, quant à eux, reculé de 1,5 % à la fin de l’année, tandis que le moral des entrepreneurs ne cesse de baisser, que leurs intentions d'investissement accusent un net refroidissement et que le nombre de défaillances d'entreprises repart à la hausse après trois ans d'accalmie (+2,2 % au second semestre). Sans compter, même si le poids macroéconomique en reste relativement léger (- 0,1 % sur la croissance au quatrième trimestre selon l'INSEE, c’est-à-dire un peu plus de 2 milliards d'euros tout de même), l'effet Gilets jaunes sur les commerces et les petites entreprises (entre -30 % et -60 % de chiffre d’affaires, 72 000 emplois partiels menacés). Autant de tendances lourdes que ne saurait compenser, au-delà d'un certain effet d'aubaine, la prime d'activité promise par Macron et prochainement versée par les entreprises qui le pourront, pas plus que les 11 milliards réinjectés dans l’économie ne pourront faire oublier l’augmentation des taxes et des prélèvements obligatoires. D'autant moins que ces 11 milliards seront au final payés par le contribuable, d'une manière ou d’une autre.
 
Pour le Parti de la France, le retour à l'emploi passe par une vaste politique volontariste consistant à la fois à :
  • Relancer la consommation par un relèvement du pouvoir d'achat (ce qui suppose une baisse réelle de la pression fiscale et donc une réduction drastique des dépenses publiques hors devoirs régaliens de l'État).
  • Rétablir la confiance des Français et des entrepreneurs par un retour à la cohésion nationale, à la compétitivité française et au patriotisme économique.
  • Agir dans le sens d'une protection des marchés européens couplée à une ambition stratégique de conquête commerciale et de réindustrialisation.
  • Permettre l'adaptation de nos formations professionnelles aux réalités de l’emploi pour affronter le défi « Offre/Demande ».
Mitterrand disait que contre le chômage, on avait tout essayé… Tout ? Sauf la voie nationale.

16:38 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Gilets Jaunes. La véritable révolution reste à faire

gilets-jaunes-bleu-blanc-rouge-588x330.jpg

Laurence Maugest, philosophe, essayiste, Polémia cliquez ici

Depuis 1789, il est classique de considérer que le peuple français a une âme révolutionnaire. Certes, il a témoigné de son caractère explosif à plusieurs reprises dans l’histoire. Mais, est-il réellement un peuple révolutionnaire ? N’est-il pas moins construit de l’esprit insurrectionnel que de la frustration de 1789 qui ne fut qu’une sanglante course de relais où il y eut passage de témoin entre une bourgeoisie royaliste en partie décadente et une bourgeoisie capitaliste montante et opportuniste ?


Nous vivons sur le mirage d’une révolution accomplie : un mensonge.
Rien d’enraciné ne se construit sur un mensonge.
C’est sous les clameurs dédiées à la Liberté, à l’Egalité et à la Fraternité que furent tues les grandes haines, les petites rancœurs et les cris du populicide vendéen.
C’est dans cette avalanche insensée que les mots se sont tordus et que leurs définitions se sont inversées. La liberté est devenue terreur et les « citoyens » furent emmenés vers la guillotine par leur « frères révolutionnaires », comme plus, tard leurs cadets connaîtront le goulag où ils seront jetés par leurs « camarades » communistes.

La véritable révolution reste à faire

Depuis des décennies, nous attendons « le réveil des français ». « Quand les français sortiront de leur dormition… » espérait Dominique Venner. Notre devoir est de rester positif.La France va mieux avec les Gilets Jaunes que sans. Evidemment, cela va être difficile. Ce mouvement est désordonné, compliqué et informe. Il cumule ainsi les risques d’être récupéré par « les profiteurs d’occasion », les spéculateurs des forces populaires qui sauront, comme de coutume, les travestir : toujours les mêmes, les porteurs de témoins de la fausse révolution. Mais ce bouillonnement est aussi le signe d’une émanation de la France Réelle. A notre époque, fructueuse en manipulations des opinions, cela est précieux.

Dénoncer l’insensé pour revenir au sens

C’est très délicat de bien comprendre les raisons d’une mise en marche d’un mouvement tel que les Gilets Jaunes.Il semblerait, néanmoins, que les taxations furent le ressort essentiel de son apparition. Mais, derrière cette attente évidente, s’exprime un contenu latent. En effet, dans les manifestations, sur les ronds-points et sur les plateformes Internet, les revendications sont beaucoup plus complexes. Elles expriment un manque de reconnaissance généralisé de ces français « invisibles » depuis trop longtemps. Une révolte contre une différence de classe de plus en plus marquée par les stigmates fortement médiatisés de la classe gouvernementale hors sol. Ce qui explique, sans doute, les réactions très fortes « aux petites phrases » méprisantes de l’occupant de l’Elysée. Il se pourrait que ces sursauts soient tout sauf anodins.

Macron, si loin du peuple, aurait-il oublié son exigence de dignité ?
« Le peuple – mais lequel ? D’où ? Comment ?… » (*)

En dehors du roi Ubu, était-il envisageable d’imaginer un dirigeant traiter son peuple de paresseux, d’illettré, d’alcoolique en ayant précisé, en amont, qu’il n’a pas de culture propre ?

Dans les contorsions révolutionnaires mensongères où l’on parle beaucoup de ce que l’on ne met jamais en pratique, voire que l’on piétine, « la dignité » est très en vogue : pour les prisonniers, les mères célibataires, les malades, les mourants… Notons qu’il s’agit ici d’une définition très matérialiste de « la dignité » qui se rattache au droit de mener sa vie avec le confort qui est du à l’homme de la postmodernité selon sa propre volonté du moment. Définition qui est bien loin de la notion de dignité intrinsèque à toute vie humaine, véhiculée depuis les grecs et qui ne selimite pas aux seuls biens matériels.

Le pourquoi de ces petites phrases indignes

Il est possible que les provocations de l’Elysée relèvent d’un très vulgaire test, tels des coups de pied donnés à un corps, inerte, étendu sur le sol pour voir s’il réagit encore. (Dans ce cas, l’exécutif reçoit sa réponse de samedi en samedi et de rond-point en rond-point).Ou alors, plus pervers, ces anathèmes sont voulus afin de faire naître le chaos capable de légitimer une politique policière et judiciaire beaucoup plus coercitive (la mesure anti-casseur va dans ce sens ainsi que le contrôle des médias de plus en plus oppressif).

Quel que soit les raisons de ces provocations ridicules, elles sont moins importantes que les réactions qu’elles font naître. Un sentiment de mépris qui vient de loin et qui ne s’arrête pas à une revendication de « niveau de vie » mais relève du « sens de la vie » d’un citoyen et de la politique qui l’anime. C’est bien là une révolution profonde autour de la notion de « dignité » enracinée autant dans le quotidien que dans l’univers politique d’un quidam (ainsi la traîtrise du dernier référendum est un leitmotiv chez les Gilets Jaunes).

Ces derniers souhaitent être reconnus et respectés par ceux qui les gouvernent. Ce qui est une attente plus que naturelle et relève de la compétence basique de réels dirigeants. Ces maladresses relationnelles régulières viennent s’ajouter aux tergiversations diffuses de la politique menée et renforcent chez ce peuple en colère la certitude que ce gouvernement est inapte. Les Gilets jaunes aspirent à un Etat compétent bien plus qu’ils ne réclament les manettes du pouvoir. Il serait dommage que la révolte essentielle qu’ils portent soit ensevelie sous les débats - monologues de M. Macron – destinés à un public sélectionné et aux médias dressés pour en faire la promotion. A un autre niveau, Il serait tout aussi pathétique que ce désir de remaniement en profondeur vers une démocratie réellement participative soit masqué par quelques initiatives personnelles de création anticipée de partis au sein de ce mouvement. Ceux-ci risquent d’être entravés rapidement par les aléas du système dénoncés par les Gilets Jaunes eux-mêmes. Il semble fondamental de s’écarter des réponses de surface et de circonstance pour développer une réflexion politique au sens le plus noble du terme.

Aux maux profonds, des remèdes pertinents

C’est pourquoi, il est nécessaire de se mettre au niveau des réelles attentes des Gilets Jaunes, d’identifier leurs demandes, encore une fois, latentes, mais, incontournables pour l’avenir de notre pays et de ses habitants.

C’est une occasion « extraordinaire » portée par des raisons historiques complexes qu’il nous faut entendre et travailler. C’est une possibilité inespérée- car émergée de la France dite périphérique- de réagir avant d’être projeté dans le cosmopolitisme qui nous guette.  C’est une occasion, peut-être unique, de rapprocher ces français oubliés porteurs de revendications saines des intellectuels qui réfléchissent à leurs malaises et leur survie depuis des décennies.

Dans les rangs de la résistance, nous avons des spécialistes de la déliquescence de notre France dans les domaines philosophique, économique, politique, juridique…

Ici, ces intellectuels et les associations qui œuvrent depuis des années au retour du réel, du bon sens et de la transcendance ont toute leur place.

Nous entendons dans notre « famille de pensées » des personnes se lamenter de la récupération par la gauche du mouvement en cours. La nature a horreur du vide, à nous d’être présents. Non pas en tant que parti mais comme chercheurs de longue date, alarmés par l’effondrement de notre pays. Des acteurs, susceptibles d’agir avec les Gilets Jaunes afin de les accompagner dans la revendication d’une dignité qui n’est pas que sociale, mais porteuse de l’enracinement et de la finalité des hommes bien au-delà de leur statut de consommateur ou d’usager.

Ces intellectuels éclairés ont un rôle juste et bon à jouer auprès de ceux qui souffrent des malaises et du péril qu’ils ont identifiés depuis des années. Ceci, pour assurer à ce mouvement un travail en profondeur en confirmant le lien qui semble évidant entre les maux financiers, sociaux, identitaires et culturels.

(*) Propos tenus par M. Macron lors de ses vœux aux français le 1/01/2019

16:28 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le hors-série de Synthèse nationale remporte un énorme succès...

Diapositive1 copie 4.jpg

Une seconde édition est en route :

commandez ce n° hors-série

spécial Gilets jaunes de Synthèse nationale

Exemplaire à l'unité cliquez ici

Par cinq exemplaires pour le diffuser

autour de vous cliquez là

Bulletin de commande : cliquez ici 

14:26 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 17 février 2019

ALGERIE : PAPY « BOUTEF » FAIT DE LA RESISTANCE

bouteflika-1280x720.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Le prochain candidat du FLN à l’élection présidentielle algérienne pour un cinquième mandat, sera  Mr Bouteflika, un « jeune homme » de 81 ans. Quelle nouveauté ! Aux Etats-Unis, le siège de la présidence est la Maison Blanche, en France c’est le Palais de l’Elysée, en Italie c’est le Quirinal et au Venezuela c’est le palais Miraflorès ; en Algérie c’est ….un fauteuil roulant ! Quelle image ce pays donne de lui, à travers un homme cloué sur son siège  par un AVC, un pays pour lequel nos larmes ne sècheront jamais après la trahison de 1958/1962. Un pays où environ 40% de sa jeunesse est sans travail, les fameux « dos aux murs », car les jeunes chômeurs s’appuient aux murs des immeubles  toute la journée…

Un pays que nous avons laissé en parfait ordre de marche, avec des routes, des voies ferrées, des barrages, des hôpitaux, des universités, un pays où nous avons découvert le pétrole et le gaz, richesses quasi-exclusives de l’Algérie du mortifère FLN. Ce parti, au lieu de diversifier ses activités, comme les Emirats-arabes unis par exemple, qui savent eux, que les énergies fossiles auront, à terme, une fin de vie, s’est assis sur sa rente pétrolière. Car il faut le dire et le redire, l’Algérie qui était exportatrice de vin et de céréales à l’époque française, importe sa nourriture, subventionnée par l’Etat pour éviter des émeutes de la faim. Au lieu de s’ouvrir au tourisme, comme le Maroc voisin, et d’offrir aux mondes ses beautés naturelles et archéologiques, il s’est refermé sur lui-même.

Importeront-ils bientôt du sable pour le Sahara ?

Vous verrez, un jour les Algériens importeront du sable pour le Sahara ! L’Algérie, c’est le Venezuela de l’Afrique du Nord, avec une population pauvre qui réclame à la France des visas, et qui est sous la coupe de son armée, comme chez Maduro. Vous me direz, mieux vaut l’armée algérienne, cette fameuse ANP qui tire les ficelles, que les islamistes.

Rappelons-nous la guerre menée par les forces de l’ordre aux terroristes du GIA dans les années 1990, après l’annulation de la victoire électorale du FIS : des dizaines et des dizaines de milliers de victimes. D’ailleurs, en coulisses, on parle pour une future succession du Président Bouteflika si Allah le rappelait à lui, du général Ahmed Saïd Galah, chef d’état-major, qui ne passa pas pour  un tendre. S’entend-il bien avec le frère  du Président, Saïd Bouteflika, un autre tireur de ficelles ? Quelle image ce pays donne-t-il de lui-même dans le monde ? « De temps en temps on le maquille, on le présente bien, on fait trois images qui passent à la télé et c’est tout », s’énerve un algérien dont nous conserverons l’anonymat, parlant de son Président. Le cacochyme octogénaire qui est, en apparence, en apparence seulement, au sommet de l’Etat. Flash back : n’a-t’il pas été soigné en France, ce qui ne l’avait pas empêché de cracher sur notre pays ? D’ailleurs, comme ses nombreux compatriotes également locataires de nos hôpitaux, avait-il réglé à l’époque ses frais d’hospitalisation au Val de Grâce ? Oui, non ? Est-ce un généreux cadeau de cette « bonnasse » République ?

Au pays des heureux « centenaires »

Il faut aussi  se poser  une autre question sur le même sujet, car l’Algérie est un beau pays où l’air est pur, et où les centenaires ne meurent jamais. Demandons à notre CNAV, qui vire là-bas les retraites des anciens travailleurs immigrés retournés finir leurs vieux jours au pays, si elle a des statistiques exactes. (Des vieux jours qui, apparemment, ne cessent jamais !) Il y aurait là des économies à réaliser si la France macronienne se décidait à faire le ménage. Nos agents consulaires ne pourraient-ils pas mener de discrètes enquêtes, pour savoir si les heureux bénéficiaires sont toujours, réellement, de ce monde ? L’Algérie qui comptait au moment de la colonisation française, en 1830, un millions d’habitants, en recense aujourd’hui quarante-deux, une inquiétante multiplication qui devrait nous amener au chiffre de cinquante millions dans dix ans.

Inquiétante, oui, car un nombre important  d’immigrés binationaux vivent déjà chez nous,  grâce au regroupement familial et à un spectaculaire différentiel démographique. Ces citoyens « français », - en tout cas leurs papiers le sont ! -, voteront  ou non, en faveur de « Boutef », amical diminutif du Président. Les mêmes qui, « en même temps » comme dirait l’autre, penchent en faveur de ceux qui distribuent aides diverses et subventions en France, essentiellement la gauche mais pas seulement. Pas folles les guêpes ! C’est un autre sujet, mais il y aurait  là aussi, matière à faire le ménage. Car on ne peut pas être à la fois  de Sparte et d’Athènes, de Florence ou de Rome !

Coopérer, malgré tout ce qui nous sépare

Dans l’hypothèse où les islamistes l’emporteraient en Algérie, c’est à une déferlante migratoire insensée vers notre pays à laquelle nous devrions assister. Notre intérêt, même si le cœur n’y est pas, mais pas du tout, c’est de participer dans la mesure de nos moyens, à la stabilité de cet important voisin du sud. Continuer une coopération intéressée. Démocratie ou pas, si nous voulons éviter, à terme, que des millions d’Algériens viennent gonfler les effectifs musulmans en France, par le biais de la demande d’asile ou du regroupement familial, c’est de soutenir, sans trop y regarder, le gouvernement d’Alger tant qu’il n’est pas aux mains des islamistes.  Certes, il y aurait beaucoup à dire sur l’absence de démocratie, la corruption ou la négation de la minorité berbère. Mais la politique du pire, serait la pire des politiques. Les relations internationales ne sont pas faites pour les « bisounours » : elles reposent sur des faits objectifs, des réalités incontournables, des intérêts bien compris. Même au prix d’une entorse avec la morale. Ça porte un nom : c’est la réalpolitik. C’est à cette vision des choses que, je l’espère, se résoudra le Quai d’Orsay. Même si ça nous arrache le cœur.

11:39 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : Lundi 18 février à Paris, Xe Bobards d'Or

bbd2019-site-1080x600.jpg

« 10 ans que les journalistes se font corriger ! »
…par le rire

La 10e édition des Bobards d’Or se tiendra le 18 février 2019 à 19h30 au théâtre du Gymnase Marie Bell à Paris. Le mot d’ordre : « 10 ans que les journalistes se font corriger ! »… par le rire.

Cette année célèbrera les 10 ans des Bobards d’Or, l’événement qui, chaque année, présente les plus gros mensonges des journalistes et des médias. Pour cette édition anniversaire de 2019, plus de 700 spectateurs sont attendus au Théâtre du Gymnase.

L’événement sera présenté par Philippe Christèle (entrepreneur et contributeur à Polémia) et Nicolas Faure (i-Média) et le jury sera composé entre autres de Samuel Lafont (Damoclès), Martial Bild (TV Libertés) et Ferenc Almássy (Viségrad Post). Et une Gilet Jaune !

Comme pour les années précédentes, l’année 2018 a été marquée par de nombreux mensonges médiatiques et sélectionner les 15 Bobards à mettre au vote ne fût pas une tâche simple.

D’autant que l’environnement social français est en ce moment même marqué par un mouvement social sans commune mesure ces dernières années : les Gilets Jaunes. Ce mouvement subit une énorme répression du gouvernement. Celle-ci n’est possible que grâce aux manipulation des alliés du gouvernement : les médias de masse. Cela aussi est une source d’inspiration importante pour Polémia !

Au programme : trois catégories de Bobards

  1. La traditionnelle catégorie des Bobards d’Or qui récompense les plus manipulateurs des journalistes français ;
  2. Une catégorie internationale « Golden Bobards » qui récompensera les plus manipulateurs des journalistes étrangers ;
  3. Et enfin une catégorie exceptionnelle qui récompensera le plus gros Bobard proféré à l’encontre des Gilets Jaunes : le Bobard Gilet Jaune.

Entre chaque catégorie, une vidéo originale sera présentée, l’occasion de revenir sur :

  • 10 années de Bobards d’Or ;
  • Sur l’opposition grandissante entre le peuple et les médias manipulateurs plus visible que jamais dans les diverses manifestations des Gilets Jaunes ;
  • Sur divers portraits d’influenceurs qui utilisent les nouveaux médias pour diffuser un point de vue jamais ou trop rarement mis en avant dans les médias traditionnels.

Venez découvrir et voter pour les bobards sélectionnés cette année sur le site des Bobards d’or. L’ouverture des votes sera annoncée sur les réseaux sociaux.

N’oubliez pas de réserver votre billet pour la cérémonie qui se déroulera le 18 février 2019 à 19h30 au Théâtre du Gymnase Marie Bell à Paris.

Enfin, si vous souhaitez des informations supplémentaires, avoir une accréditation presse à l’événement ou bien organiser un entretien avec l’un des membres du jury, envoyez une demande à rp-fd@europe.com

En savoir plus cliquez ici

10:37 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bruno Gollnisch commente l'actualité

01:21 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Notre ami Fernand Le Rachinel nous raconte sa vie comme un roman...

tumblr_pn122257sW1rnng97o1_500.jpg

C’est l’histoire de Fernand Le Rachinel dont la vie se raconte comme un roman. Ancien conseiller départemental de la Manche, ancien député européen, grand professionnel de l’imprimerie et chef de multiples entreprises dont de nombreux hôtels en France et à l’étranger, cette personnalité singulière et attachante est une figure incontournable du paysage normand et de la vie politique régionale dont il fut et reste l’un des acteurs majeurs.

Fernand Le Rachinel se raconte comme jamais dans ce livre autobiographique nourri de détails et de savoureuses anecdotes, parcours d’une vie semée d’embuches, de douleurs et de grands bonheurs : son enfance auprès de ses parents paysans normands dans le petit canton de Canisy dans le centre Manche, ses premiers pas de typographe, apprenti à 14 ans puis chef d’atelier d’imprimerie et imprimeur lui-même, ses débuts dans la politique, ses engagements, ses combats et ses rencontres improbables. Fernand se raconte et se dévoile : c’est un délice que de feuilleter les pages de cette vie « normande » et au delà qui ne ressemble à aucune autre.

On le dit parfois iconoclaste, un sacré trublion, parfois garnement comme un grand enfant qu’il est resté, c’est aussi et surtout un battant, un homme courageux dont le chemin fut, par endroits et par moments, un sacré parcours du combattant. Il a consigné ses souvenirs, nous les fait partager avec bonheur et malice. C’est Fernand Le Rachinel comme ne l’avez encore jamais vu, de l’autre côté du miroir : confidences pour confidences, la vie de Fernand comme un roman !

Fernand Le Rachinel, Meilleur Ouvrier de France, né à Gourfaleur (Manche) est un industriel et un homme politique normand, ancien conseiller général de la Manche et conseiller régional de Basse-Normandie, il a également été membre du Parlement européen pendant 10 ans.

Mes vies comme un roman, Fernand Le Rachinel, Orep éditeur, 560 pages

01:18 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Prochain voyage en Syrie : il reste encore quelques places

1-6374 - Copie.jpg

Nos amis de la Communauté syrienne de France nous font savoir qu'il reste encore quelques places pour le prochain voyage qu'ils organisent en avril prochain en Syrie. Renseignements : rcsfrance@gmail.com

01:04 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 16 février 2019

Ce que Gilet jaune veut dire !

Le billet de Patrick Parment

gilet.jpg

C’est un mouvement authentiquement populaire. Raison pour laquelle on trouve de tout en son sein et qu’il est loisible de l’affubler de tous les sobriquets infâmants : antisémite, raciste voire fasciste, que sais-je encore. Une chose est sûre et rassurante, ce mouvement n’est soluble dans aucune des tambouilles politiques. Ce n’est pas faute d’avoir essayé comme l’avoue un cadre des Insoumis de Méchancon ! Idem des syndicats qui s’y sont aussi cassé les dents.

Les gilets jaunes qui entament leur quatorzième journée de manif. Le pouvoir a pourtant tout fait pour leur mettre des bâtons dans les roues : répression, entrisme surtout avec des groupuscules violents, genre Black bloc et autres gauchistes en perdition, chargés de ternir l’image du mouvement. Et la police n’y est pas non plus allée de main morte : arrestations arbitraires, accidents dus aux grenades GLI-F4, flashball et autres gadgets ! L’ex-socialiste Castaner avec sa barbe de djihadiste musulmané n’a pas fait dans la dentelle, illustrant par la même l’idée que socialisme rime avec répression.

Seule ombre au tableau : ce sont les commerçants et artisans, au cœur des villes, qui font les frais de ces manifestations ou plutôt des violences qu’elles suscitent. Sauf que, ô paradoxe,  sans violence le pouvoir n’aurait pas reconnu les gilets jaunes ni entendu ses revendications.

On ne peut, par ailleurs, que se louer de la débâcle enregistrée par toutes les tentatives de constitution de listes aux européennes. Les gilets jaunes ne sont pas un mouvement politique. C’est un mouvement populaire spontané.

Le message des gilets jaunes est pourtant clair. Ils veulent une meilleure répartition de la richesse nationale dont ils sont les principaux acteurs. Ils veulent avoir leur mot à dire quand leur mode de vie et leur avenir sont en jeu via le référendum d’initiative populaire. Ils veulent un droit de regard sur leurs élus. En un mot, ils veulent une démocratie qui fonctionne et non pas une démocratie vampirisée par des hauts fonctionnaires qui ont squatté tous les rouages du pouvoir parce que les politiques ne font plus leur boulot. Et, en toile de fond, ils ne veulent pas d’une imaginaire France multiraciale et multiculturelle comme en décide pour eux une pseudo élite et des médias aux ordres des lobbies mondialisés. En ce sens les gilets jaunes sont franchouillards et réactionnaires.  

12:18 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv jpp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

11:21 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 23 février : meeting régional de Carl Lang en PACA

52602694_1522010784599065_2616740247068737536_o.jpg

10:10 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 15 février 2019

L'émission "Synthèse" de jeudi dernier avec Louis de Condé, ancien combattant de l'Algérie française

Diapositive1 copie 3.jpg

 

 

 

Ecoutez

cette émission

cliquez ici

 

11:36 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

09:33 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

MAYOTTE EN LIQUIDATION DISCRÈTE ?

IMG_8556-768x576.jpg

Michel Lhomme, Métainfos, cliquez ici

L’Insee vient d’annoncer qu’en 2017 48% de la population de Mayotte était de nationalité étrangère dont 95% comorienne. Or une partie importante des étrangers en situation irrégulière refuse d’être recensée tout comme une partie non négligeable des étrangers en situation régulière. Aussi ce chiffre d’un habitant sur deux de nationalité étrangère est minoré. De plus, la très forte immigration clandestine constatée en 2018 et les 9 400 naissances de 2018 (74% de parents étrangers) sont venues gonfler les données de 2017. Aussi la réalité mahoraise est assurément plus proche d’une population composée de 40% de Français dont 30% de Mahorais et 60% d’étrangers pour moitié clandestins. Ainsi, le 101ème département français est-il le premier département français à inverser en quelque sorte démographiquement le profil de la souveraineté.

Macron a annoncé sa venue sur l’île pour le mois de juin mais ce qu’il n’a pas dit c’est qu’il passera auparavant par Moroni pour signer un « traité », un « accord ». Quel traité ? Quel accord ? La fin du visa Balladur, le Co-Etat rêvé par Paris pour se dépêtrer du boulet mahorais sur le dos de ses habitants qu’on souhaite en gros « déporter » en métropole.

La lutte en mer et sur terre contre l’immigration clandestine est un leurre. La Police de l’Air et des Frontières un îlot de corruption avéré. Le « passage » d’un comorien sans papier pour la Réunion coûterait quatre mille euros au tarif de la PAF. Aucun contrôle de la situation financière des agents n’est opérée a posteriori. Il devrait s’imposer. Le dispositif de lutte en mer pour bloquer les kwassas et démanteler les filières n’est jamais monté en puissance à travers la mobilisation de moyens militaires, comme c’est le cas en Guyane (opération Harpie) ou en Méditerranée contre les filières libyennes (opération européenne Sophia). On joue là-bas une autre carte en douce mais laquelle sachant que jamais, les infrastructures de base ne pourront suivre. L’Education nationale malgré les constructions de collège et de lycée en cours ne parviendra pas à résorber les flux. Seul l’Hôpital public semble avoir bénéficié ces temps derniers de recrutement de taille et d’importantes subventions. L’année dernière, l’Hôpital de Mamoudzou était de fait au bord de la rupture.

ExxonMobil a annoncé quant à elle la finalisation de son acquisition d’une participation indirecte de 25% dans la zone extra côtière des Comores. La société américaine a du coup manifester ouvertement à la France son souhait d’utiliser les installations mahoraises, notamment le port de Longoni pour entreposer du matériel. Les infrastructures sanitaires de Mayotte seraient aussi susceptibles de les intéresser, les accidents étant en effet fréquents sur les plateformes pétrolières. Enfin, l’île au lagon pourrait servir de « dortoir » pour une partie du personnel américain. Un comble : le pétrole comorien ne profiterait même pas à Total !

09:28 Publié dans Michel Lhomme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vent d’État sur les éoliennes

shutterstock_328911899-845x475.jpg

Boulevard Voltaire cliquez ici

À l’heure de la transition écologique, tous les moyens sont bons pour afficher une intention salvatrice pour la planète ; à tel point que c’est parfois le bon sens même qui en pâtit.

Le gouvernement a affiché son intention de doubler le parc éolien d’ici 2030.

Cette politique est très loin de faire l’unanimité, et ce, pour de multiples raisons. Devant le musellement des instances judiciaires, la contestation s’est invitée dans le grand débat. Les problématiques liées aux éoliennes sont variées.

Pour parler d’écologie – car c’est le cœur du sujet -, il convient de rappeler que la réalisation d’une éolienne nécessite une fondation de 1.200 tonnes de béton armé qui, au fil du temps, vient polluer les sols en rejetant des alcalins et diverses substances chimiques s’infiltrant dans les nappes phréatiques. La durée de vie d’une éolienne est de vingt à trente ans, après quoi les constructeurs rechignent à les recycler ou à les démonter. Quand bien même ils s’y emploieraient, les fondations ne peuvent être réutilisées. Les émanations de gaz carbonique (CO2) ne sont pas en reste puisque l’acheminement des pièces détachées pour la construction des éoliennes nécessite de faire des milliers d’allers-retours et d’aménager de larges voieries jusqu’au pied des éoliennes. Une fois construites, celles-ci ne fonctionneront, en moyenne, qu’à 24 % de leur puissance. Pour assurer les besoins réguliers de fourniture d’électricité, des turbines à gaz doivent prendre le relais, ce qui n’est ni propre ni renouvelable.

La faune est également touchée. Les oiseaux subissent des troubles en raison des infrasons dégagés par les éoliennes et il n’est pas rare qu’ils viennent s’écraser sur les hélices démesurées de l’installation.

La création d’éoliennes supplémentaires est perçue comme superflue par les économistes. La France n’a aucun besoin supplémentaire d’électricité. EDF revend donc à perte l’électricité qu’elle est contrainte, par l’État, d’acheter. Ladite perte est répercutée sur le consommateur. Si l’on compare le volume d’investissement nécessaire pour l’application de la loi du 17 août 2015 (1) relative à la transition énergétique et celui nécessaire pour prolonger de vingt ans la vie des centrales nucléaires actuelles, le surcoût de la première solution est de 84 milliards d’euros. Ce surcoût sera, à terme, répercuté, encore une fois, sur le consommateur (2).

Les éoliennes étant construites à l’étranger, la valeur ajoutée et les emplois que cela génère profitent à des pays étrangers.

On ne saurait parler d’éoliennes sans évoquer l’impact sur le capital esthétique du pays. Il est difficile de ne pas voir ces géants qui culminent, pour certains, à 240 mètres de haut. Le tourisme et le cadre de vie des Français sont indéniablement impactés.

Le cadre de vie des Français en est d’autant plus impacté que, pour les riverains qui habitent à proximité, subir les nuisances sonores et les risques que présentent sur la santé les émanations d’infrasons s’avère particulièrement pénible.

Face à ces nombreuses problématiques, c’est devant la Justice que s’est portée, dans un premier temps, la contestation. Le taux de recours contre l’installation d’éoliennes est de 70 % environ. Pour court-circuiter ces actions en Justice, le gouvernement a adopté un décret, le 29 novembre 2018, prévoyant que les opposants aux projets éoliens ne pourront plus saisir les tribunaux administratifs mais devront s’adresser directement aux cours administratives d’appel. Cette mesure est particulièrement odieuse au regard du taux de recours en ce qu’elle s’oppose au principe du double degré de juridiction. Ce décret a été précédé d’une consultation publique qui lui était défavorable à 95 %, ce qui n’a pas, pour autant, semblé émouvoir le gouvernement.

Encore une fois, la politique aveugle du gouvernement fait croître l’exaspération de la population. Les dégradations et l’empêchement des installations d’éoliennes sont de plus en plus fréquents. On aurait pu croire que le soulèvement des gilets jaunes aurait servi de leçon, mais le temps ne fait rien à l’affaire…

Notes :

(1) Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

(2) « Le grand débat, dernière chance d’obtenir l’arrêt de la prolifération des éoliennes », Patrice Cahart, Le Figaro, 30/1/2019.

2019 02 EOL PUB LIV.jpg

Commander ce livre cliquez ici

09:22 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un succès qui dépasse nos prévisions... et c'est tant mieux

SN HS 6 2019 02.jpg

Notre n° hors-série de Synthèse nationale remporte un succès qui dépasse nos prévisions les plus optimistes. Il est actuellement expédié aux milliers de Gilets jaunes qui l'ont commandé. Nos "services" (c'est à dire une poignée de militants inaccessibles au découragement) sont submergés et ils ont du mal à fournir... mais, ne vous inquiétez pas, vous allez très bientôt le recevoir.

Que cela n'empêche pas ceux qui ne l'ont pas encore fait de le commander (un nouveau tirage est en route) cliquez ici

01:28 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dimanche 17 mars à Rungis : Assises de la France des Gilets jaunes

AssisesGJ17-9.jpg

Venez nous retrouver sur

le stand de Synthèse nationale

01:15 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Gilets Jaunes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La police tire sur les Gilets jaunes, mais protège les casseurs gauchos…

Capturecasseur-300x186.png

Sophie Durand, Riposte laïque, cliquez ici

Lors de l’acte XIII des Gilets jaunes, un casseur a été suivi depuis le début de la manifestation et pendant des heures par la police. Il a pu faire ainsi des dégâts astronomiques. Sans être arrêté, ce qui laisse totalement pantois.

« Nous avons différé son interpellation au vu de la présence hostile de très nombreux manifestants » écrit la police dans son rapport. De très nombreux casseurs alors ? Pourtant la police n’a pas eu de ces précautions lors des nombreuses interpellations de Gilets jaunes…

Le casseur porte un masque et des lunettes de protection qui lui cachent le visage et à intervalles réguliers il enfile un gilet jaune par-dessus sa tenue toute noire de casseur. Il l’enlève pour casser, c’est moins voyant. On l’a laissé passer avec ce masque, alors qu’on a enlevé aux Gilets des écharpes qui auraient pu les dissimuler…

Le casseur sort d’abord un marteau de son sac. Ah bon ? On ne le lui a pas confisqué, alors qu’on a confisqué aux Gilets jaunes des masques en papier très dangereux ?… Son pied de biche non plus n’a pas été confisqué.

Tout au long de la journée, il se sert de l’un et de l’autre alternativement, donne des coups de pieds partout où il peut, jette des pavés. Il attaque tout ce qui peut être attaqué, casse tout ce qui peut être cassé, fait des moulinets avec des trottinettes électriques. Mais on ne l’arrête pas.

Le casseur s’attaque à la vitrine d’une banque Bred. Puis il casse la vitrine en marbre d’une compagnie d’assurances et se sert des morceaux comme de projectiles, qu’il lance sur la police. Il abîme des caméras de surveillance, puis une voiture de police golf, qu’il attaque à coups de barrières de chantier. Ensuite il vole un ordinateur dans une agence Allianz. Il s’attaque  à une agence BNP, une concession Renault, puis casse les vitres d’une Porsche, et y met le feu. Le propriétaire, le chef cuisinier Etchebest, ne doit pas être ravi de l’incurie manifeste de la police…

Le casseur vole une sacoche dans une BMW et répand son contenu dans le ruisseau. Puis arrivé près de la Tour Eiffel, il s’acharne à coups de marteau sur les vitres de protection du monument. Enfin il s’approche d’un véhicule de Vigipirate et y met le feu. Le véhicule brûle intégralement.

Enfin la police disperse les manifestants et le casseur prend la fuite. Il est finalement rattrapé vers 18h par des policiers en civil, et décline une fausse identité. Pas de chance : il est connu de la police pour avoir déjà cassé. Thomas P.  est enfin placé en garde à vue. Thomas P. ? Les journaleux passent leur temps à donner très vite le nom de patriotes, mais pour ce casseur on n’a que le prénom ? Comme c’est étonnant…

De qui la police se moque-t-elle ? Son rôle n’est-il pas de mettre fin aux agissements des casseurs, plutôt que de les filmer de loin ? Son rôle n’est-il pas de les arrêter ? Mais non, voyons, elle préfère interpeller les Gilets jaunes.

La police fait des arrestations préventives d’Identitaires qui n’ont rien fait, mais n’arrête pas un casseur et préfère le suivre toute la journée en le laissant casser.

Laurent Nunez a le front d’expliquer que la police ne peut pas interpeller sur le champ tous les casseurs. Évidement : sa mission première est de faire la guerre aux Gilets, pas d’arrêter les casseurs. Ou le monde à l’envers.

Les grenades de désencerclement ou les LBD ne sont pas utilisés pour arrêter les actions des casseurs, mais celles des Gilets jaunes. Un LBD judicieusement lancé aurait pu et dû arrêter ce casseur, mais la police garde ses LBD pour les Gilets.

Quand la police en arrive à de tels comportements, de tels atermoiements, de tels aveux d’impuissance alors qu’elle est puissamment armée, on ne peut que se demander si elle n’est pas complice des casseurs.

01:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 14 février, le SIEL rendra hommage au Général Bigeard

51907632_767492470293228_4929976552856223744_n.jpg

01:03 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 14 février 2019

La conférence de François Bousquet aux Amis franciliens de Synthèse nationale, le 31 janvier dernier

La Nouvelle Librairie 6, rue de Médicis 75006 Paris

sn f bousquet.JPG

En savoir plus cliquez là

00:07 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« L’Antisémitisme », bonne à tout faire du pouvoir aux abois

51682726_629821587448887_7630643982761984000_n.jpg

Bernard Plouvier

Génial Président est-il à bout d’arguments dans sa tournée publicitaire, un club sportif est-il en difficulté, une vedette médiatique a-t-elle un menu embarras judiciaire, Vite ! L’on sort la botte secrète, l’inusable argument, l’ultime élément qui clôt le bec de tout contradicteur : la « recrudescence de l’antisémitisme ». Or, à force d’être utilisée, la ficelle craque de toutes parts. 

Première remarque : n’importe quelle andouille peut dessiner une Croix gammée... même un agent provocateur juif. Ce ne sont pas les exemples qui manquent. 

Deuxième remarque : la quasi-totalité des attentats antijuifs perpétrés ces quatre dernières décennies – avec mort de personne ou blessure grave et pas seulement des injures écrites ou orales – ont été le fait de mahométans... soit des individus qui usent d’une langue sémitique – l’arabe – dans leurs prières et leurs imprécations.

Troisième remarque : que peut vouloir dire l’expression « Nègre enjuivé » ? On se perd en conjectures.

Dernière remarque : notre Nation française a suffisamment de problèmes graves à résoudre pour éviter de verser des larmes (de crocodile, du côté des politiciens) à propos de graffiti ridicules ou d’injures lancées par on ne sait qui.

Grand Président Macron, l’homme des riches et des « winners », n’a pas à nous apprendre ce qu’est la République : c’est la bonne gestion du Bien commun... et c’est ce qu’il ne fait pas.

00:05 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 13 février 2019

JEUDI 14 FÉVRIER : LOUIS DE CONDÉ EST L'INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

Diapositive1 copie 3.jpg

ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

17:10 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le droit à la société fermée

ïle-North-Sentinel.jpg

Georges Feltin-Tracol

Le fait-divers est presque passé inaperçu en France à l’automne dernier. Le 16 novembre 2018, un Étatsunien de 27 ans se faisait tuer sur l’île North Sentinel appartenant aux îles Andaman dans le Golfe du Bengale.

D’une étendue de 72 km² et sous la juridiction de l’Union indienne, cet endroit est strictement interdit d’accès. Y vit en effet une tribu paléolithique de chasseurs – pêcheurs – cueilleurs appelée par les ethnologues les « Sentinelles ». Le gouvernement indien justifie l’interdiction par son refus que de possibles maladies mortelles contaminent des indigènes non immunisés. L’Inde sait aussi que les Sentinelles ne s’ouvrent pas au monde et rejettent tout contact avec l’extérieur. En 2004, un hélicoptère reçut une volée de flèches de leur part. Pendant son voyage de retour, Marco Polo les décrivait avec effroi en redoutables coupeurs de tête anthropophages…

La tribu n’hésite pas à exprimer sa préférence pour un mode de vie autarcique en éliminant tout intrus. Le 16 novembre dernier, le dénommé John Chau violait l’interdiction de débarquer sur l’île. Il n’agissait pas en n’importe quel touriste inconscient. Missionnaire aux ordres d’une secte évangélique yankee, l’une de ces trop nombreuses purulences pseudo-spirituelles qui prolifèrent outre-Atlantique (et hélas ! aussi dans les banlieues françaises), ce John Chau voulait convertir les habitants de cette île préservée des horreurs du monothéisme. Cet évangélique considérait l’île comme l’« ultime bastion de Satan ». Il savait parfaitement ce qu’il faisait. Son intrusion déclencha une saine et juste réaction de légitime défense.

Sa mort valut à Chau d’être élevé au rang de « martyr de la foi (et du dollar) » par quelques demeurés des méga-churches télévisées américaines. Des pasteurs de son obédience sectaire voudraient maintenant que l’armée indienne récupère la dépouille, arrête et juge les auteurs de cet acte d’auto-défense. Leur réaction est symptomatique de l’outrecuidance occidentale ultra-moderne qui croit que tout leur est dû.

Les bien-nommés Sentinelles prouvent par leur exemple qu’ils sont un grain de sable à l’éradication mondiale des cultures enracinées. Ils veulent plus que jamais rester entre eux, conserver leur entre-soi communautaire organique, gage de cohésion tribale élevée. Ces individus sortis de la Préhistoire nous administrent une fort belle leçon en faveur des sociétés fermées, voire dans ce cas précis, strictement closes.

Le combat pour toutes les identités charnelles passe par la défense intransigeante de ces communautés dites primitives face à l’hydre évangélique monstrueuse venue d’Amérique du Nord.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°110, mise en ligne sur TV Libertés, le 4 février 2019.

09:34 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Revue de presse : La France est-elle en train d’hypothéquer son stock d’or ?

OrLingot-800x360.jpg

Edouard Fréval Politique Magazine cliquez ici

À l’heure où la plupart des grandes banques centrales accumulent de l’or pour se prémunir contre une nouvelle crise financière, la Banque de France a monté un dispositif visant à échanger et à prêter les réserves détenues à Paris. Une entreprise inédite qui interroge et inquiète.

C’est ce qu’on appelle une annonce en catimini. En octobre dernier, dans une petite revue anglaise spécialisée (The Alchemist), le tout nouveau sous-gouverneur de la Banque de France – Sylvie Goulard – annonçait l’utilisation prochaine du stock d’or gardé dans les coffres de l’institution, jusqu’ici soigneusement tenu à l’écart du marché. Dans ce document, elle expliquait avoir passé un partenariat « avec une grande banque commerciale active dans le marché de l’or ». Quelques semaines plus tard, l’agence Reuters précisait que la banque en question était l’organisme américain JP Morgan, l’un des principaux spéculateurs sur le marché des matières premières et des monnaies.

Peu diserte sur le sujet, Sylvie Goulard faisait néanmoins mention de prêts d’or à des établissements financiers et d’échanges or-devises avec d’autres institutions. Elle se félicitait également sur tout un paragraphe de la rénovation des coffres parisiens de la Banque, qui permet désormais d’utiliser des chariots élévateurs puissants et qui facilite les manipulations et le transport des lingots…

Pas de communiqués officiels

Le but ? Officiellement, il consiste à refaire de Paris « une place de marché clef pour l’or ». Et puis ? De gagner un (tout) petit peu d’argent en utilisant le métal précieux détenu dans les coffres. Pour des informations plus précises, et des communiqués officiels, le quidam attendra. Christian Eugène, ancien responsable du service de l’endettement international à la Banque de France déclare :

"Je suis un peu étonné car l’essentiel du stock d’or appartient tout de même à l’Etat. Utiliser ce patrimoine ne me parait pas une bonne idée, surtout dans un contexte financier rempli de risques."

Mais Sylvie Goulard veut aller vite, très vite. En interne, elle s’est constituée un cabinet afin de ne pas se retrouver dépendante des services opérationnels. « C’est nouveau, personne n’avait jamais fait ça avant » souligne un connaisseur de l’institution. En cas de nomination de l’actuel premier gouverneur à la tête de la BCE, certains la voient déjà devenir chef de la plus puissante institution financière du pays.

Aussi peu connue soit-elle du grand public, celle qui a été propulsée sous-gouverneur en janvier 2018 par décret du président de la République a un passé politique déjà très rempli. En mai 2017, dans la foulée de l’élection d’Emmanuel Macron, elle était nommée ministre des Armées ; aussitôt, elle ne cachait pas sa volonté de remanier l’armée française dans le seul but de construire une défense européenne intégrée. Elle démissionnera quatre semaines plus tard. Entretemps, son passé de ‘consultante’ aux revenus mirobolants de l’Institut Berggruen – un lobby américain visant à accélérer « l’intégration européenne » – était sorti dans la presse, tandis que son nom était cité dans une présomption d’emplois fictifs du Modem au Parlement européen.

L’étonnant parcours du sous-gouverneur

Son militantisme pour la création d’un Etat central sur le continent vient de loin, et elle ne s’en cache pas. Conseiller politique de Romano Prodi à la Commission européenne entre 2001 et 2004, elle a présidé le Mouvement européen entre 2006 et 2010. Cette année-là, elle créait avec les députés Daniel Cohn-Bendit et Guy Verhofstadt le groupe Spinelli, une structure qui militait notamment pour la diminution des relations bilatérales entre Etats afin de mieux centraliser le pouvoir à Bruxelles. Partisane du CETA, un vaste traité commercial avec le Canada, Sylvie Goulard a cosigné en 2012 ‘De la démocratie en Europe’ avec le très fédéraliste Mario Monti, homme politique qui dirigeait alors le gouvernement italien.

La précipitation avec laquelle la sous-gouverneur veut utiliser nos réserves d’or peut interroger. « Faire des prêts sur l’or ou des swaps [échanges de devises contre de l’or] revient à gager ce stock, à l’hypothéquer. Il est clair que lancer des opérations sur l’or revient à en perdre la propriété pleine et entière. Nous n’avons plus alors la possession du bien pour qu’il serve de garantie à autre chose », prévient Christian Eugène.

A qui serviront ces prêts et ces échanges ? A quelles fins ? Un début de réponse se trouve peut-être du côté de New-York et de Londres. En effet, ces ‘hypothèques’ sur l’or sont menées depuis longtemps par les systèmes bancaires américain et anglais, avec en pointe des établissements comme … JP Morgan. Depuis 20 ans, une grande association américaine, le Gold anti-trust action commitee (GATA), se bat pour que la nature exacte des opérations soit rendue publique. Selon cet organisme, les interventions sur le marché de l’or sont destinées à étouffer le cours du métal précieux, afin que celui-ci ne soit pas perçu comme un concurrent de la première devise du monde, le dollar. « En faisant cela, le système n’est pas freiné et il peut continuer d’émettre de la monnaie à l’infini. Cela lui permet de contrôler les marchés » estime Chris Powell, son secrétaire général.

"Faire des prêts sur l’or ou des swaps revient à hypothéquer ce stock."

En vendant l’or à découvert, les plus gros établissements financiers s’assureraient que les masses de monnaie qu’ils créent ne se détournent pas vers le métal précieux, mais continuent au contraire de se déverser sur les titres de dette publique et privée. Pour nourrir la machine ad vitam aeternam… Côté pile, les Etats-Unis affichent depuis des décennies les mêmes quantités officielles de métal précieux dans leurs coffres. Côté face, ils utiliseraient ce stock (via des certificats) pour pousser le prix vers le bas, afin que l’ancien étalon monétaire ne supplante pas le dollar dans l’esprit des utilisateurs. Néanmoins, l’or garanti par les certificats peut être un jour réclamé, prévient le GATA.

Les dizaines de documents et de témoignages réunis par l’association américaine tendent à prouver que l’or demeure un actif essentiel dans le système monétaire actuel. « Les opérations de prêts ou les swaps sur l’or ne sont pas anodins, ils servent à quelque chose, ajoute Chris Powell. Mais les banques centrales ne veulent pas que le marché libre connaisse l’ampleur de ces opérations, car ce sont des informations extrêmement sensibles ». En décembre dernier, à l’occasion d’une procédure judiciaire aux Etats-Unis, un trader de … JP Morgan a avoué avoir manipulé le marché des métaux précieux pendant des années. Il a affirmé avoir agi avec son équipe, après avoir été formé par des traders plus anciens au sein de la même banque, et au su de sa hiérarchie.

Aux dernières nouvelles, le stock d’or total que la Banque de France conserve officiellement dans ses coffres s’élève à 2436 tonnes. Servira-t-il à soutenir le dollar ? L’euro ? Ou les grandes banques privées, comme l’article du Alchemist le suggérait ? Dans un passé récent, l’actuel sous-gouverneur a montré une véritable appétence pour les sujets financiers en lien avec la centralisation des pouvoirs à Bruxelles. Lors de son passage au Parlement européen entre 2009 et 2017, Sylvie Goulard a été rapporteur ou co-rapporteur de plusieurs textes législatifs déterminants, comme celui visant à créer un mécanisme européen de supervision financière, ou cet autre à forte portée sur l’Union bancaire dans la zone euro.

L’or, un actif monétaire très sensible

La sous-gouverneur a même été à l’initiative d’un rapport sur les euro-obligations, ces titres de dette fédérale que la Commission européenne souhaiterait émettre un jour pour trouver des financements de manière indépendante, sans dépendre des transferts d’argent effectués par les Etats nationaux. Des euro-obligations qui, en l’absence d’impôts européens, pourraient par exemple avoir besoin d’un stock d’or pour asseoir leur légitimité. « Mais le marché de l’or est très opaque. Il est difficile de savoir d’où partent les transactions et chez qui elles arrivent » précise un trader en matières premières.

Une chose est sûre : l’idée de mobiliser le stock d’or français va à l’encontre de ce que font les autres grandes banques centrales de la planète (Etats-Unis mis à part). Depuis la crise financière de 2008, qui avait vu des montagnes de titres de dette perdre toute valeur, les banques centrales sont devenues acheteuses de métal précieux, et elles le conservent précieusement. La Russie a ainsi multiplié son stock d’or par 4 en dix ans, tandis que des rumeurs persistantes prêtent à la Chine une stratégie visant à dépasser les réserves officiellement détenues par les Etats-Unis. D’autres nations – la Turquie, l’Inde, l’Indonésie, la Pologne, etc. – se sont mises à racheter de l’or ces dernières années après avoir longtemps été absentes du marché. Mieux : des gouvernements possédant de l’or stocké à l’étranger ont demandé le rapatriement de leurs lingots afin d’en avoir la pleine propriété. C’est ainsi que l’Allemagne a obtenu (difficilement et progressivement) le retour de son or entreposé aux Etats-Unis.

La France dépourvue de ses réserves au pire moment ?

Le mouvement s’est accéléré ces dernières années, car les signaux annonçant une nouvelle crise de la dette s’accumulent. Pour Antoine Brunet, ancien chef économiste de HSBC France et ex économiste-conseil de la Banque de France :

"Quel intérêt y aurait-il à prêter son or par les temps qui courent ? Quand Nicolas Sarkozy avait vendu 20% des réserves au début des années 2000, j’avais dit que c’était une très mauvaise idée. Aujourd’hui, des puissances essayent de se débarrasser du dollar et pourraient éventuellement utiliser l’or à la place. Si les opérations de prêt ou de swaps sur le stock d’or manifestent une volonté de s’en séparer, ce serait complètement stupide."

Longtemps, l’or a été utilisé comme monnaie à part entière, notamment dans le cadre des transactions internationales (achats de pétrole, de minerais, de marchandises). Aujourd’hui, le précieux métal est souvent considéré comme un gage implicite des monnaies que nous utilisons. « L’or est le gage ultime. Prenons un exemple : admettons que l’euro ne tienne pas, pour des raisons politiques ou économiques. Nous serions alors bien contents d’avoir une réserve d’or pour relancer une monnaie nationale qui inspire confiance, souligne Christian Eugène. Mais si nous avons adossé notre stock à d’autres opérations, il sera difficile de le faire. Une garantie peut toujours jouer, et on ne peut alors plus utiliser l’actif en question ». La conséquence est redoutable : en cas de nouvelle crise financière, la France pourrait se retrouver nue dans la tempête.

09:13 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le n° hors-série de Synthèse nationale destiné à être diffusé auprès des Gilets jaunes est envoyé dans toute la France : commandez-le !

Diapositive1.jpg

Au-delà d’une simple jacquerie antifiscale, la révolte des Gilets jaunes marque le début de la prise de conscience par une partie grandissante de notre peule du fait que notre nation n’est plus maîtresse de son destin. Depuis des décennies les pouvoirs successifs ont bradé la France au profit du mondialisme et du libéralisme outrancier. Aujourd’hui, la coupe est pleine, le peuple en a assez, la révolte gronde, la révolution approche....

Refuser l’enfumage du pseudo Grand débat est un acte civique. Dénoncer les mensonges des leurres du Système style Mélenchon est un devoir. Donner une consistance nationale et identitaire à l’engagement contestataire est indispensable.

Synthèse nationale, fidèle à sa vocation d’aiguiller ses lecteurs, a donc décidé, en publiant ce numéro hors-série, de s’adresser directement aux Gilets jaunes afin de leur donner une véritable réflexion politique sur le combat courageux qu’ils mènent depuis le mois de novembre dernier.

Lisez-le, diffusez-le, allez au-devant des Gilets jaunes, sur les ronds-points, dans les manifs ou ailleurs pour expliquer que leur combat est le même que celui que nous menons depuis toujours. Il faut une rupture totale avec le Système libéralo-mondialiste, il faut que la France retrouve sa liberté, sa prospérité et son identité. Tel est le message de ce n° hors-série de Synthèse nationale.

120 pages,  l'exemplaire : 15 € (+ 5 € de port)

Par 5 : 50 € (port offert), par 10 : 80 € (port offert)

Sortie imminente.

Dans ce n°, vous retrouverez des articles de Emmanuel Albach, Serge Ayoub, Franck Buleux, Charles-Henri d’Elloy, Alain Escada, Georges Feltin-Tracol, Roland Hélie, Pieter Kerstens, Aristide Leucate, Olivier Pichon, Arnaud Raffard de Brienne, Philippe Randa, Jean-Claude Rolinat, Vincent Vauclin, de nombreux Gilets jaunes et de bien d’autres encore...

Le commander en ligne : cliquez là

Bulletin de commande : cliquez ici 

Diapositive1.jpg

Commandez 5 exemplaires en ligne

50 € au lieu de 75 € (port offert) cliquez ici

00:41 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LA POLICE DE LA PENSÉE VEUT FAIRE FERMER LE COMPTE FACEBOOK D'ALBAN D'ARGUIN

Diapositive1 copie 2.jpg

Depuis des années, Alban d'Arguin mène un combat exemplaire contre l'implantation des éoliennes en France. La parution, en 2017, de son livre-choc, Éoliennes un scandale d'État cliquez ici, a eu un énorme retentissement grâce, en partie, au innombrables relais qu'il a obtenu sur les réseaux sociaux. 

Le lobby affairiste pro-éolien l'a bien compris et, aujourd'hui, il demande la fermeture du compte d'Alban d'Arguin. Tel Youtube fermant arbitrairement la chaine des Brigandes dont la chanson Saletés d'éoliennes va dans le même sens, Facebook risque de donner satisfaction aux saccageurs de nos campagnes.

Nous appelons tous nos lecteurs à réagir contre ces minables manoeuvres visant à priver les combattants non-conformistes de leurs moyens d'expressions en leur manifestant leur solidarité en leur écrivant sur leurs comptes FB cliquez là ou, mieux encore, en diffusant leurs livres (ou CD) autour d'eux. Demain, il sera trop tard...

S.N.

00:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 12 février 2019

SAMEDI 16 FÉVRIER, ANGERS : CONFÉRENCE D'ALBAN D'ARGUIN SUR LE SCANDALE ÉOLIEN

2019 02 ALBAN ANGERS.jpg

ACHETEZ LE LIVRE

D'ALBAN D'ARGUIN CLIQUEZ LÀ

2019 02 EOL PUB LIV.jpg

Le vent du mensonge... Remarquable film sur le drame de l'éolien

 

13:56 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook