Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 juillet 2020

Le capitalisme mis à nu !

imgscan-contrepoints-660-Capitalisme-de-connivence.jpg

Le billet de Patrick Parment

On le sait depuis belle lurette, le capitalisme a une capacité d’adaptation phénoménale. Ce que n’avait pas le communisme trop figé dans ses technostructures et masquant de fait un pouvoir dictatorial, fusse-t-il, au nom du peuple.

Avec la crise du coronavirus, c’est toute la quincaillerie sophistiquée de ce capitalisme financier qui est en train de se révéler au grand jour et d’en constater tous les dégâts qu’il est en train de produire. Et encore, ne sommes-nous qu’au début de cette crise comme ne cesse d’ailleurs de le claironner nos économistes distingués. Les signes avant-coureurs ont touché durement les secteurs du vêtement et de la restauration. C’est le cas de La Halle avec ses 850 boutiques et ses 5 400 salariés ; c’est le cas également de la chaîne de vêtements Camaïeu ou les 187 restaurants de Courtepaille et ses 2900 salariés, André, Tati, Pimkie, etc.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Par le jeu de la finance tout simplement. Certes, ces entreprises étaient déjà en piètre santé financière (et pour cause comme on le verra plus loin !) et affichent toutes un point commun : il ne s’agit pas de sociétés familiales ou cotées en Bourse, elles sont détenues par des fonds d’investissement qui ont pour vocation de les conserver au maximum cinq ans avant de les revendre, de préférence, avec une confortable plus-value. C’est le monde discret du «private equity». Ce terme anglo-saxon un peu mystérieux désigne les quelque 338 fonds d’investissement recensés en France. Leur métier est finalement plus simple que ne le laisse penser le jargon financier. Il consiste à acheter des entreprises avec un minimum de mise de fonds et un maximum d’emprunts, puis de booster le chiffre d’affaires, et enfin de revendre le tout avec un solide bénéfice. Le mécanisme de ces opérations repose sur le fameux effet de levier ou «leverage by out» (LBO). Un investissement réduit et une dette importante pour racheter une entreprise. Ce système a d’autant plus séduit les investisseurs qu’il repose, sur le papier, sur de fortes rentabilités. A chaque fois qu’une vente est réalisée les dirigeants du fonds qui cède l’entreprise empochent 20% de la plus-value. Le plus souvent de manière défiscalisée car l’opération se termine au Luxembourg.

Alors, que faire me direz-vous ? L’Etat pourrait intervenir. Mais il ne le fait pas. Pas question pour le moment de réguler l’activité des fonds d’investissement. Au motif qu’ils sont les seuls repreneurs d’entreprises en difficulté. Comme quoi les pyromanes peuvent aussi jouer les pompiers. On est en plein cercle vicieux. A défaut d’éradiquer le capitalisme on pourrait l’encadrer, lui fixer des règles, tout comme arrêter que la Bourse soit le nouveau Loto où l’on gagne à tous les coups. Il ne manquerait pas d’ironie qu’un virus vienne à bout d’une économie schizophrénique.

 

Les commentaires sont fermés.